COMPTE-RENDU, critique, opéra. LILLE, le 9 juillet 2019. BIZET : Carmen, Extrémo, Bélanger
 ONL, Alex. BLOCH

Classiquenews.com

recevez l'info en continu: inscrivez vous ici

dépêches

  • elegie_champs_elyseesOSO-orchestre-symphonique-orleans-concert-classiquenews-critique-concert-opera-classiquenews

    ORLÉANS, les 16, 17 mai 2020. BEETHOVEN, NIELSEN, FRANCK… ÉlĂ©gie aux Champs ElysĂ©es. L’Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans prĂ©sente pour le printemps son nouveau programme « élĂ©gie aux Champs ElysĂ©es ». Sous la direction de son directeur musical Marius Stieghorst; le cycle prend ancrage chez les Romantiques, d’une Ă©vidente prĂ©disposition Ă©lĂ©giaque ; il Ă©voque le caractĂšre de recueillement et de remĂ©morisation, de regret et d’acceptation que convoque l’élĂ©gie, en grec ancien « chant de mort », poĂšme qui alterne hexamĂštres et pentamĂštres en distiques
 soit les fameux vers Ă©lĂ©giaques. Le ton est donnĂ© : priĂšre entre douleur et tendresse nostalgique, Ă  l’évocation…

  • Giuseppe Verdi

    TOURS, OpĂ©ra. VERDI : Giovanna d’Arco, 15, 17, 19 mai 2020. Nouvelle production Ă©vĂ©nement et premiĂšre Ă  Tours, l’opĂ©ra de jeunesse de Verdi, inspirĂ© du mythe français et gothique, Jeanne d’Arc, d’aprĂšs la piĂšce de Schiller, devenu Giovanna d’Arco
 Le chef et directeur des lieux, Benjamin Pionnier affiche une premiĂšre attendue Ă  l’OpĂ©ra de Tours : Giovanna d’Arc n’avait jamais Ă©tĂ© reprĂ©sentĂ©e sur la scĂšne tourangelle. La nouvelle production (Yves Lenoir mise en scĂšne) permet enfin au public français de mesurer le gĂ©nie de Verdi et aussi sa grande libertĂ© vis Ă  vis d’un mythe authentiquement hexagonal, trĂšs inspirĂ© par…

  • JAMES TISSOT, peintre de la femme

    ARTE, dim 5 avril 2020, 17h45. JAMES TISSOT L’étoffe d’un peintre – Portraitiste de la haute sociĂ©tĂ© britannique et parisienne, le nantais James Tissot (1836-1902) portraiture les mondanitĂ©s et les rituels sociaux comme les mutations de son temps, en particulier celui de l’Angleterre Ă  l’ñge industriel quand il se fixe Ă  Londres (1871) aprĂšs la guerre de 1870.
    S’il a reniĂ© son prĂ©nom (Jacques-Joseph) fleurant bon la bourgeoisie provinciale (nantaise) du XIXe siĂšcle succombant Ă  l’anglomanie ambiante (l’Angleterre victorienne, celle du musicien Elgar, est la premiĂšre puissance europĂ©enne), « James » Tissot, nĂ© Ă  Nantes en 1836, a conservĂ© le…

  • giselle-adam-opera-bastille-garnier-critique-danse-opera-classiquenews-ballet-classiquenews-critique-ballet-danse

    BALLET en replay, GISELLE jusqu’au 5 aoĂ»t 2020. L’OpĂ©ra de Paris prĂ©sente cette lecture idĂ©ale de Giselle, ballet en deux actes crĂ©Ă© en 1841, sommet romantique par excellence, alliant passion tragique et surnaturel spectral en particulier grĂące Ă  son acte blanc, oĂč les jeunes filles mortes suicidĂ©es par dĂ©pit (les Wilis) ressuscitent pour envoĂ»ter et tuer les jeunes hommes perdus – avatar romantique français proposĂ© par ThĂ©ophile Gautier, auteur du livret – alternative aux sirĂšnes elles aussi sĂ©ductrices et fatales dans l’OdyssĂ©e d’HomĂšre, pour Ulysse et ses compagnons marins

    VOIR le ballet GISELLE par l’OpĂ©ra de PARIS, Palais Garnier (2019)…

  • NOUS Y ÉTIONS...

    OPÉRA : le DIFFPLAYS. Classiquenews sĂ©lectionne ici DIFFusions et rePLAYs soit le meilleur du lyrique accessible depuis les ondes numĂ©riques, mais aussi Ă  la radio et Ă  la tĂ©lĂ© – MOIS par MOIS, ne manquez aucune nouvelle production qui compte, gratuitement audible ou visionnable
 Le confinement est l’occasion de revoir ou dĂ©couvrir bon nombre de spectacles qui ont fait l’actualitĂ© lyrique depuis la dĂ©cennie passĂ©e 
 En voici la sĂ©lection :
     
     
     
     
    ________________________________________________________________________________________________
     
    AVRIL 2020
    Explorez les sites des opéras de LA MONNAIE / MUNT à Bruxelles, et de LA SCALA à Milan

     
     
    Jusqu’au…

lire toutes les dépêches

à ne pas manquer

    radio

    tous les programmes accéder au mag radio
  • FRANCE MUSIQUE, sam 28 mars 2020, 19h45. BEETHOVEN : Fidelio avec Jonas Kaufmann (le prisonnier Florestan) et Lise Davidsen (dans le rĂŽle-titre de Fidelio / Leonore)
 ReprĂ©sentation enregistrĂ©e le 3 mars 2020 Ă  Londres (Royal Opera House Covent Garden). C’était une nouvelle production lyrique trĂšs attendue avant le confinement et qui confirme l’adĂ©quation du chant du tĂ©nor Jonas Kaufmann avec un rĂŽle qui semble taillĂ© pour son vĂ©risme rauque, sobre, viscĂ©ral : celui du prisonnier Florestan, incarcĂ©rĂ© contre toute idĂ©e de justice et de fraternitĂ© dans la prison dirigĂ©e par l’infect Pizzaro, suplĂ©Ă© par son sbire le geĂŽlier Rocco.
     …

  • RADIO CLASSIQUE, Lun 16 mars 2020, 20h30. VERDI : Traviata. Mariotti. EnregistrĂ© le 21 sept 2019 Ă  OpĂ©ra Garnier, l’ouvrage de Verdi est ici dĂ©fendu dans une nouvelle mise en scĂšne de l’australien Simon Stone qui multiplie les rĂ©fĂ©rences Ă  notre sociĂ©tĂ© consumĂ©riste actuelle, gavĂ©e de gadgets aussi vains qu’envahissants. Notre collaborateur Sabino Pena Arcia, prĂ©sent lors de la crĂ©ation de cette nouvelle production parisienne, prĂ©cise : « nous avons droit Ă  un premiĂšre acte qui frappe l’oeil par l’usage ingĂ©nieux de la vidĂ©o (signĂ©e Zakk Hein), avec les rĂ©fĂ©rences contemporaines d’Instagram et Whatsapp. Violetta a donc des milliers de…


    télé

    tous les programmes accéder au mag télé
  • ARTE. Dim 5 avril 2020. 00h05. PUCCINI : TOSCA. Production de l’OpĂ©ra national de Finlande Ă  Helsinki dans la mise en scĂšne de Christof Loy (2018). Certes les solistes ne manquent pas de piquant Ă  commencer par le tempĂ©rament de lionne amoureuse de la soprano Ausrinė Stundytė et le Scarpia (assez infect) et justement profond, cynique du baryton Pursio qui dĂ©verse autant de haine et de violence que les deux amoureux s’accrochent Ă  la vie et pour le peintre Cavaradossi, revendique clairement son admiration pour Bonaparte
 la mise en scĂšne de Loy est lisible et efficace ; l’orchestre mord dans…

  • ARTE. Dim 5 avril 2020. 18h40. BEETHOVEN : Le Christ au mont des oliviers.  C’Ă©tait presque un chef-d’Ɠuvre oubliĂ© : le seul oratorio de Beethoven. Il y a exactement 217 ans, le 5 avril 1803, “Christ sur le Mont des Oliviers” a Ă©tĂ© crĂ©Ă© Ă  Vienne par un compositeur encore jeune, nouvellement arrivĂ© Ă  Vienne. Bien que la premiĂšre mondiale ait Ă©tĂ© un succĂšs, l’Ɠuvre a rarement Ă©tĂ© rejouĂ©e plus tard. Pourtant, bien avant son Ɠuvre lyrique unique qui lui prendra toutes ses forces crĂ©atives (Fidelio), l’oratorio Le Christ au mont des oliviers rĂ©duit l’action Ă  3 protagonistes : JĂ©sus,…


    concerts et opéras

    voir notre agenda accéder au mag concerts et opéra
  • ORLÉANS, les 16, 17 mai 2020. BEETHOVEN, NIELSEN, FRANCK… ÉlĂ©gie aux Champs ElysĂ©es. L’Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans prĂ©sente pour le printemps son nouveau programme « élĂ©gie aux Champs ElysĂ©es ». Sous la direction de son directeur musical Marius Stieghorst; le cycle prend ancrage chez les Romantiques, d’une Ă©vidente prĂ©disposition Ă©lĂ©giaque ; il Ă©voque le caractĂšre de recueillement et de remĂ©morisation, de regret et d’acceptation que convoque l’élĂ©gie, en grec ancien « chant de mort », poĂšme qui alterne hexamĂštres et pentamĂštres en distiques
 soit les fameux vers Ă©lĂ©giaques. Le ton est donnĂ© : priĂšre entre douleur et tendresse nostalgique, Ă  l’évocation…

  • TOURS, OpĂ©ra. VERDI : Giovanna d’Arco, 15, 17, 19 mai 2020. Nouvelle production Ă©vĂ©nement et premiĂšre Ă  Tours, l’opĂ©ra de jeunesse de Verdi, inspirĂ© du mythe français et gothique, Jeanne d’Arc, d’aprĂšs la piĂšce de Schiller, devenu Giovanna d’Arco
 Le chef et directeur des lieux, Benjamin Pionnier affiche une premiĂšre attendue Ă  l’OpĂ©ra de Tours : Giovanna d’Arc n’avait jamais Ă©tĂ© reprĂ©sentĂ©e sur la scĂšne tourangelle. La nouvelle production (Yves Lenoir mise en scĂšne) permet enfin au public français de mesurer le gĂ©nie de Verdi et aussi sa grande libertĂ© vis Ă  vis d’un mythe authentiquement hexagonal, trĂšs inspirĂ© par…

  • LILLE, ONL, les 5,6,7 mai 2020. VIVE LA LIBERTÉ ! le « CinĂ©-concert » est un genre florissant Ă  l’Auditorium du Nouveau siĂšcle : l’Orchestre National de Lille se prĂȘte au jeu de la projection d’un film tout en assurant en temps rĂ©el, l’accompagnement orchestral. Une prouesse en terme de synchronisation Ă  l’image, pour un spectacle inoubliable sur grand Ă©cran et avec tous les musiciens de l’orchestre. Au programme, 2 films muets de Charlie Chaplin et un 3Ăš avec Haurel et Hardy, musiques originales de Carl Davis et Jens Troester : L’Émigrant et Charlot s’évade de Chaplin, puis Vive la…

  • SCEAUX. Sam 25 avril 2020. BBETHOVEN : QUATUOR TAURUS. En 2012, quatre musiciens belges renommĂ©s unissent leur exigence et le plaisir de jouer ensemble : ainsi est nĂ© le Quatuor TAURUS. Pour commĂ©morer « l’annĂ©e Beethoven » nĂ© en 1770 (250Ăš anniversaire en 2020 / lire notre dossier Beethoven 2020 / http://www.classiquenews.com/dossier-beethoven-2020-les-250-ans-de-la-naissance-1770-2020/ ), les instrumentistes interprĂštent Ă  Sceaux, le Quatuor n° 12 de Ludwig Van, qui inaugure la sĂ©rie des 5 derniers quatuors, Ă©crits immĂ©diatement aprĂšs la 9Ăš Symphonie et qu’ils semblent prolonger, en exigence, innovation, fulgurance poĂ©tique et rythmique, Ă©clairs Ă©motionnels

    Puis, en complicitĂ© avec l’un des grands clarinettistes…

  • SARTROUVILLE, 78. PENTHÉSILÉE, 11 – 27 mars 2020. Kleist fixe au XIXĂš avant Schiller et Goethe, le souffle romantique et tragique inspirĂ© des hĂ©ros de l’AntiquitĂ©. En s’emparant de la figure de PenthĂ©silĂ©e, reine des Amazones, Sylvain Maurice revient aux fondamentaux du thĂ©Ăątre : la performance d’acteur au service d’un texte radical et poĂ©tique, Ă  la mesure d’un ĂȘtre hors normes, terrassĂ© et dĂ©truit, violent et dĂ©finitif. Pour compenser ce trop plein de sentiments, le directeur du CND Sartrouville rĂ©serve une place enveloppante Ă  la musique, contemporaine aux aspĂ©ritĂ©s rock et pop, chantĂ© et magistralement composĂ© / jouĂ© par Dayan…

  • TOURCOING, le 3 avril 2020. Passion et RĂ©surrection du Christ. Dominique Visse, chanteur irrĂ©sistible dans les emplois souvent travestis (de Nourrice tendre et prosaĂŻque de l’opĂ©ra baroque, entre autres), dirige ici la veine mystique de Marc-Antoine Charpentier. Le contre-tĂ©nor a sĂ©lectionnĂ© plusieurs partitions de baroque français qui s’il n’a jamais occupĂ© de poste Ă  Versailles, n’en Ă©tait pas moins trĂšs apprĂ©ciĂ© de Louis XIV. Le compositeur a le gĂ©nie des harmonies raffinĂ©es, un sens aigu du drame et une Ă©criture sobre, serrĂ©e, particuliĂšrement efficace. Il a su nuancer l’influence des Italiens, en particulier de Carissimi, rencontrĂ© Ă  Rome lors d’un…

  • TOURCOING, ROSSINI : La Cambiale di Matrimonio, 20 – 24 mars 2020. FidĂšle Ă  LA COMMEDIA DELL’ARTE, l’opera buffa de Rossini met en musique le fameux trio loufoque, tragicomique du barbon Ă©pais, rustre auquel sont opposĂ©s un couple de jeunes amoureux

    De fait, l’histoire met en scĂšne un riche nĂ©gociant anglais qui vend par correspondance sa fille unique (amoureuse d’un pauvre) Ă  un riche propriĂ©taire canadien
 ce dernier au dĂ©but de l’opĂ©ra, dĂ©barque du nouveau monde, dans l’ancien pour prendre possession de son « bien ». D’une situation assez choquante, surgissent maints effets de thĂ©Ăątre, ceux que Rossini adore :…

  • LILLE. PUCCINI : TURANDOT. 7, 8, 9 juillet 2020. Lille grĂące Ă  l’ONLILLE, Orchestre National de Lille poursuit en Ă©tĂ© son offre lyrique. Dans le cadre de son nouveau festival intitulĂ© « Les Nuits d’étĂ© » (2Ăš Ă©dition en juillet 2020), l’ONLILLE aborde TURANDOT de Puccini, les 7, 8 et 9 juillet 2020 (20h) dans son superbe auditorium du Nouveau SiĂšcle. La partition est la derniĂšre transmise par Puccini, qui hĂ©las meurt avant d’avoir achever la totalitĂ© du IIIĂš acte : de fait si l’on respecte le manuscrit originel, Puccini a interrompu la composition aprĂšs le suicide de Liu et…

  • LILLE, ONL, le 11 mars 2020, 20h. DESTIN RUSSE. Tchaikovski, Prokofiev. A partir de la musique de Bach (choral « Es ist genug » extrait de la cantate « O Ewigkeit du Donnerwort » BWV 20), le compositeur finlandais en rĂ©sidence Ă  l’ON LILLE Orchestre National de Lille, Magnus Lindberg, suit le traces d’Alban Berg qui a parodiĂ© le mĂȘme choral pour son Concerto pour violon. Le Finlandais en dĂ©duit une partition flamboyante, intitulĂ©e simplement et logiquement “Chorale”, pleine d’espĂ©rance et aussi de vertiges sombres et de tensions inquiĂ©tantes.
    Prokofiev compose en France son Concerto pour piano n°3 pendant l’étĂ©…

  • ORLÉANS, les 16, 17 mai 2020. BEETHOVEN, NIELSEN, FRANCK… ÉlĂ©gie aux Champs ElysĂ©es. L’Orchestre Symphonique d’OrlĂ©ans prĂ©sente pour le printemps son nouveau programme « élĂ©gie aux Champs ElysĂ©es ». Sous la direction de son directeur musical Marius Stieghorst; le cycle prend ancrage chez les Romantiques, d’une Ă©vidente prĂ©disposition Ă©lĂ©giaque ; il Ă©voque le caractĂšre de recueillement et de remĂ©morisation, de regret et d’acceptation que convoque l’élĂ©gie, en grec ancien « chant de mort », poĂšme qui alterne hexamĂštres et pentamĂštres en distiques
 soit les fameux vers Ă©lĂ©giaques. Le ton est donnĂ© : priĂšre entre douleur et tendresse nostalgique, Ă  l’évocation…

  • LILLE, ONL. WEILL par LANBERT WILSON, 4, 5 mars 2020. Lambert Wilson chante Kurt Weill, en 3 concerts : les 4 et 5 mars 2020 au Nouveau SiĂšcle Ă  Lille, rĂ©sidence de l’Orchestre National de Lille; puis le 6 au ThĂ©Ăątre de BĂšthune. L’Orchestre National de Lille aime diversifier son rĂ©pertoire, en tĂ©moigne ce programme prometteur, hors des sentiers battus, oĂč le gĂ©nie mĂ©lodique de Kurt Weill est incarnĂ© par le comĂ©dien et chanteur Lambert Wilson ; l’Orchestre National de Lille sous la direction de Bruno Fontaine saura dĂ©fendre quant Ă  lui l’une des Ă©critures les plus raffinĂ©es au dĂ©but…

  • POITIERS, TAP. Jeudi 26 mars 2020. SPECTRE(S) : Grisey, Michaud, Ledoux. Immersions modernes, contemporaines pilotĂ©es par le collectif en rĂ©sidence au TAP de Poitiers : Ars Nova. GĂ©rard Grisey (1946-1998), compositeur majeur du 20Ăšme siĂšcle interroge le spectre du son, le grain du timbre
 longueur, hauteur, profondeur, horizon spectrale inĂ©dit. L’approche fut inĂ©dite et vraie porte au pur onirisme. PĂ©riodes (1974) et Partiels (1975) sont deux chefs-d’Ɠuvre du rĂ©pertoire contemporain instrumental. En leur donnant un nouveau dĂ©but, 
niente
 de Pierre Michaud, et une nouvelle suite, Le vide parfait de Gabriel Ledoux, deux commandes de l’Ensemble Ars Nova, Jean-MichaĂ«l Lavoie et…

temps forts

    en direct sur internet

    toute la grille accéder au mag internet
  • BALLET sur internet : LE LAC DES CYGNES jusqu’au 5 avril 2020. Dans la chorĂ©graphie de Noureev, le ballet de Tchaikovski s’offre sur internet. Sur le lac, un cygne blanc et noir incarne les deux aspects de la femme sĂ©ductrice, prĂȘte Ă  faire sombrer celui qui s’en approche trop prĂšs (le Prince Siegfried). Pour toute prima ballerina ou Ă©toile, le rĂŽle double d’Odette / Odile, incarnĂ©es par la mĂȘme danseuse, demeure l’exercice dansĂ© le plus pĂ©rilleux qui soit, au bord de la schizophrĂ©nie virtuose. Tchaikovski en dĂ©duit une musique fĂ©erique, envoĂ»tante, d’un tragique aĂ©rien et liquide qui revisite les musiques…

  • YOUTUBE LIVE aujourd’hui, 15h : Rudolf Buchbinder, piano, joue BEETHOVEN, Ă  partir de 15h sur Youtube. PrĂ©sentĂ© par Deutsche Grammophon @DGclassics   -   Dans le cadre de l’opĂ©ration #WorldPianoDay, suivez en direct le live stream Beethoven par Rudolf Buchbinder sur youtube, ici : https://youtu.be/GDQZiLx6CzE
    Rudolf Buchbinder jouera quelques extraits de son nouvel albul Ă©ditĂ© par DG Deutsche Grammophon, dĂ©diĂ© aux cĂ©lĂšbres Variatons Diabelli / ‘ The Diabelli Project ‘ : https://DG.lnk.to/Buchbinder-Diabelli.
    ‹‹RESTEZ CHEZ VOUS : LE CLASSIQUE VIENT A VOUS
    #StayAtHome
    VISIONNER ici le récital live de Rudolf Buchbinder : BEETHOVEN
    https://www.youtube.com/watch?v=GDQZiLx6CzE&feature=youtu.be…

  • En direct du MUPA, le 8 mars 2020. Rameau : DARDANUS. À Budapest, aprĂšs Les FĂȘtes de Polymnie (2014), NaĂŻs (2017) et Les Indes galantes (2018), Dardanus occupe le chef hongrois György Vashegyi, grand ramĂ©lien Ă  la suite des Christie, McGegan, qui a dĂ©jĂ  conviancu, s’intĂ©resse Ă  l’histoire de Dardanus : tragĂ©die en musique en un prologue et 5 actes, version de 1744. Livret de Charles-Antoine Leclerc de la BruĂšre.
    Grand dĂ©fenseur de la musique lyrique française du XVIIIĂš, en particulier Ă  l’époque des LumiĂšres, et en particulier des opĂ©ras visionnaires, rĂ©formateurs de Jean-Philippe Rameau, compositeur officiel Ă  Versailles sous…

  • LIVE, ce soir 20h25, 21 dĂ©c 2019: Arts Flo : Les 40 ANS (Philharmonie de Paris). Au moment oĂč le Karajan du Baroque a doublĂ© son successeur (Paul Agnew), Les Arfts Flo affirment toujours, 40 ans aprĂšs leur fondation, un modĂšle d’excellence. Il mĂȘle baroque anglais et français, revient Ă  l’élĂ©gance racĂ©e royale de Haendel, le compositeur saxon naturalisĂ© anglais, plus britannique que bien des auteurs britanniques ; ici serviteurs de la pompe royale, celle de ses « amis », George III et de sn Ă©pouse la Reine Caroline (le solennel autant que fervent « Zadok the Priest », extraits…

  • ARTE.TV/opera Mardi 15 octobre 2019, 20h, en direct. PUCCINI : TURANDOT en direct du Liceu de Barcelone, mise en scĂšne : Franck ALEU, vidĂ©aste / direction musicale : Josep PONS. 3 énigmes sont rĂ©vĂ©lĂ©es par le prince Calaf pour obtenir la main de la princesse vierge Turandot. 3 personnages sont clĂ©s au centre de ce drame oriental Ă  la fois cruel, barbare et finalement transcendĂ© par l’amour : Calaf donc, le prince Ă©tranger ; Turandot, la vierge hystĂ©rique et frigide ; Liu enfin, celle qui aime en secret Calaf mais se sacrifie volontiers… Elle meurt assassinĂ©e aprĂšs avoir Ă©tĂ© torturĂ©e,…


    cinéma

    toute la grille accéder au mag cinéma
  • CINÉMA, Fidelio le 17 mars 2020, 18h. Jonas Kaufmann chante Florestan dans les salles obscures
 CĂ©lĂ©brez le 250Ăšme anniversaire de Mudwig Beethoven, grĂące Ă  la diffusion en live de la nouvelle production du Royal Opera Fidelio, avec dans le rĂŽel de Florestan, le prisonnier, victime de l’arbitraire tyranique, JONAS KAUFMANN dont le timbre rauque, de fĂ©lin blessĂ©, la puissance et la finesse devraient renouveler l’interprĂ©tation du personnage, dans le sillon d’un John Vickers avant lui.
    Fidelio narre le parcours de LĂ©onore, qui sous les traits d’un homme (Fidelio), entend sauver son mari Florestan, prisonnier politique dĂ©tenu par le tyran Don…

  • CINEMA, en direct du MET : HAENDEL, AGRIPPINA. Le 29 fĂ©v 2020. Joyce DiDonato, impĂ©ratrice haendĂ©lienne chante la mĂšre de NĂ©ron, prĂȘte Ă  tout pour que l’empereur Claude son Ă©poux, nomme comme son successeur le fils qu’elle a eu en premiĂšres noces. NĂ©ron ne pouvait trouver mĂšre plus ambitieuse et travailleuse, et manipulatrice, d’une obsession quasi maladive
 au bord de la folie. ERATO vient de publier l’intĂ©grale d’AGRIPPINA avec le trĂšs fougueux Maxym Emelyanychev pilotant la nervositĂ© expressive de son ensemble Il Pomo d’Oro. A New York, dans la nouvelle production Ă©vĂ©nement Ă  New york (dĂ©jĂ  vue Ă  Bruxelles), David…

  • CinĂ©ma, ballet. CoppĂ©lia, mardi 10 dĂ©cembre 2019 en direct du ROH, Londres. CoppĂ©lia, grand classique du Royal Ballet Ă  Covent Garden (londres), est ainsi projetĂ© en direct dans les cinĂ©mas partout en France, ce 10 dĂ©cembre 2019 (20h15). Fantastique et poĂ©tique, le ballet CoppĂ©lia bĂ©nĂ©ficie d’une musique raffinĂ©e, conçue par LĂ©o Delibes. A Londres, la partition est devenue un pilier du rĂ©pertoire de la troupe de danseurs britanniques depuis qu’elle a Ă©tĂ© chorĂ©graphiĂ©e par la fondatrice du Royal Ballet, Dame Ninette de Valois. InspirĂ© des Contes d’Hoffmann, l’action fait paraĂźtre une poupĂ©e mĂ©canique plus vraie que la vie, charmant jusqu’à…

  • LILLE, ONL. STAR WARS, 14 et 15 fĂ©v 2019. CinĂ©-concert de rĂȘve Ă  Lille
 La saga Star Wars de George Lucas n’aurait jamais eu son retentissement ni sa puissance dramatique sans le chant de l’orchestre qui sert de rĂ©sonateur, d’amplificateur Ă  sa formidable action interstellaire. John Wiliams a composĂ© l’une des musiques de films les plus envoĂ»tantes, inscrites dans le mystĂšre voire la terreur (quand l’infĂąme Dark Vador paraĂźt), mais aussi dans le drame et l’onirisme des Ă©toiles
 L’Orchestre National de Lille joue la carte du grand Ă©cran et de la magie orchestrale en proposant pendant deux soirs, les 14…

  • DON PASQUALE au cinĂ©ma, mardi 19 juin 2018, 19h30. La saison lyrique 2017/2018 s’achĂšve Ă  Paris, avec une Ɠuvre inĂ©dite sur la scĂšne de Bastille : DON PASQUALE, comĂ©die bouffe de Donizetti. CrĂ©Ă© Ă  Paris en 1843, Ă  la charniĂšre de plusieurs Ă©poques, DON PASQUALE, Ɠuvre composite et variĂ©e, est l’apothĂ©ose du genre buffa. Un clin d’Ɠil de Donizetti au gĂ©nie qui l’a prĂ©cĂ©dĂ© : le Rossini du Barbier de SĂ©ville. La mise en scĂšne est confiĂ©e Ă  Damiano Michieletto qui inscirt la voie de la sincĂ©ritĂ© et de la profondeur dramatiques au cƓur d’une Ɠuvre en apparence lĂ©gĂšre. Au…


    expos

    toute la grille accéder au mag concerts et expos
  • ARTE, dim 5 avril 2020, 17h45. JAMES TISSOT L’étoffe d’un peintre – Portraitiste de la haute sociĂ©tĂ© britannique et parisienne, le nantais James Tissot (1836-1902) portraiture les mondanitĂ©s et les rituels sociaux comme les mutations de son temps, en particulier celui de l’Angleterre Ă  l’ñge industriel quand il se fixe Ă  Londres (1871) aprĂšs la guerre de 1870.
    S’il a reniĂ© son prĂ©nom (Jacques-Joseph) fleurant bon la bourgeoisie provinciale (nantaise) du XIXe siĂšcle succombant Ă  l’anglomanie ambiante (l’Angleterre victorienne, celle du musicien Elgar, est la premiĂšre puissance europĂ©enne), « James » Tissot, nĂ© Ă  Nantes en 1836, a conservĂ© le…

  • PARIS, Palais Garnier, EXPO « L’aventure du Ring en France », 5 mai – 13 sept 2020. BibliothĂšque-musĂ©e de l’OpĂ©ra / BNF – OpĂ©ra national de Paris. Histoire de la mise en scĂšne de la TĂ©tralogie en France, de la fin du 19e siĂšcle Ă  aujourd’hui. Au dĂ©but des annĂ©es 1890, Charles Lamoureux s’investit plus que tout autre pour faire Ă©couter les opĂ©ras de Wagner dont Lohengrin et Tristan und Isolde. Mais le Ring wagnĂ©rien crĂ©Ă© Ă  Bayreuth en aoĂ»t 1876 s’imposera plus tard encore sur la scĂšne de l’OpĂ©ra national. Il est vrai que le contexte de la premiĂšre…

  • PARIS, Louvre. EXPOSITION : LEONARDO DA VINCI et la musique
    Focus spécial CLASSIQUENEWS
    LEONARDO LUTHISTE… Homme de science, Leonard n’a cessĂ© de rechercher les preuves tangibles et visibles de l’harmonie et des rapports harmoniques dans la nature. Ses travaux tĂ©moignent d’une curiositĂ© toujours insatisfaite. Constante, critique et analytique. Des mathĂ©matiques, sa quĂȘte le conduit Ă  l’architecture, Ă  l’anatomie et de fait Ă  la musique. Le rapport des nombres rĂ©vĂšlent des constructions secrĂštes qui produisent le son de l’équilibre et de l’harmonie. La peinture dont il a toujours expĂ©rimentĂ© la technique, jusqu’à redĂ©finir un style spĂ©cifique – suggestif, comme voilĂ©, onirique,…

  • EXPO. PARIS, Palais Garnier, Le grand opĂ©ra 1828-1867 : Le spectacle de l’Histoire, jusqu’au 2 fĂ©vrier 2020. A partir du 24 octobre 2019, le Palais Garnier Ă  Paris (BibliothĂšque musĂ©e de l’opĂ©ra), accueille sa nouvelle exposition intitulĂ©e « Le grand opĂ©ra, 1828-1867, le spectacle de l’Histoire ». L’exposition cĂ©lĂšbre les 350 ans de la naissance de l’Institution de l’OpĂ©ra, ex AcadĂ©mie de musique, royale ou impĂ©riale
 selon les rĂ©gimes. C’est une nouvelle initiative de cĂ©lĂ©bration Ă  laquelle participe aussi l’exposition du MusĂ©e d’Orsay : Degas Ă  l’OpĂ©ra. Le Palais Garnier expose tableaux, maquettes de dĂ©cors, manuscrits musicaux qui composent une…

  • Exposition. PARIS, « Un air d’Italie », Palais Garnier, BibliothĂšque-MusĂ©e de l’OpĂ©ra : L’OpĂ©ra de Paris de Louis XIV Ă  la RĂ©volution : 28 mai – 1er septembre 2019. OrganisĂ©e par la BnF et l’OpĂ©ra national de Paris, l’exposition souligne le 350e anniversaire de l’OpĂ©ra de Paris ; elle interroge l’histoire, souvent tumultueuse, de la premiĂšre scĂšne lyrique française, sous un angle inĂ©dit : celui du dialogue continu entre les modĂšles français et italien. De 1669 Ă  1791, l’OpĂ©ra de Paris tente d’incarner sa propre continuitĂ© entre rĂ©fĂ©rence Ă  un modĂšle transalpin et affirmation d’une ambition nationale. 130 piĂšces (manuscrits,…


COMPTE-RENDU, critique, opéra. LILLE, le 9 juillet 2019. BIZET : Carmen, Extrémo, Bélanger
 ONL, Alex. BLOCH

COMPTE-RENDU, critique, opĂ©ra. LILLE, le 9 juillet 2019. BIZET : Carmen, ExtrĂ©mo, BĂ©langer
 ONL, Alex. BLOCH. Ils l’avaient laissĂ© il y a deux ans, depuis des PĂȘcheurs de perles rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©s (entre autres par une direction sculptĂ©e et narrative, Ă©nergique et colorĂ©e, et une distribution oĂč brillait l’éclat de la jeunesse). Les musiciens de l’Orchestre National de Lille et leur directeur musical Alexandre Bloch, reprennent le mĂ©tier amorcĂ© et dĂ©diĂ© Ă  Georges Bizet. Pour lancer leur nouveau festival estival, « les Nuits d’été », voici donc Carmen, l’ultime opĂ©ra du maĂźtre romantique (1875) et dans un dispositif adaptĂ© au volume de l’auditorium du Nouveau SiĂšcle Ă  Lille. Ici pas de dĂ©cors ni de mise en scĂšne traditionnelle, mais une gigantesque fresque illustrĂ©e, mouvante, animĂ©e en fond de plateau, un narrateur mĂȘlant humour et citations du roman de MĂ©rimĂ©e (Carmen, 1845 dont s’est inspirĂ© Bizet), soit une mise en espace qui au dernier tableau, produit pour le public une immersion convaincante. De toute Ă©vidence, pour le National de Lille, ce nouveau pari – lyrique-, est amplement rĂ©ussi. Guide et rĂ©citant, enjouĂ©, prĂ©cis quand il cite la nouvelle de MĂ©rimĂ©e, le narrateur Alex Vizorek trouve le ton juste, sans pĂ©danterie, dans la dĂ©contraction qui sied infiniment Ă  un spectacle d’opĂ©ra (merci Ă  cette intelligence), osant mĂȘme des saillies bien trempĂ©es Ă  l’endroit des RĂ©publicains ou de Manuel Vals


 

 

carmen-onl-alexandre-bloch-juillet-2019-critique-opera-par-classiquenews-lille-nouveau-siecle-critique-opera-festival-concert-maestro-2

 

 

AprĂšs une ouverture riante et mĂ©diterranĂ©enne Ă  souhait oĂč le chef n’oublie jamais le drame ni mĂȘme la veine Ăąpre et tragique ; aprĂšs la premiĂšre apparition de la frĂȘle Micaela (ardente Gabrielle Philipponet remplaçant au pied levĂ© Layla Claire) ; aprĂšs le choeur rĂ©jouissant des enfants (chƓur maĂźtrisien du Conservatoire de Wasquehal
 idĂ©alement prĂ©parĂ© dans l’Ă©vocation de la relĂšve de la garde), 
 voici enfin la « carmencita », furie sauvage, crĂ©ature bondissante, Ă  peine extirpĂ©e (par JosĂ©) d’un bain de sang, dans cette manufacture des cigariĂšres Ă  SĂ©ville… oĂč les coups de poignards tranchent la peau, oĂč la voluptĂ© des corps fĂ©minins dĂ©nudĂ©s est une provocation, une abomination Ă  faire se signer les puritains. L’opĂ©ra de Bizet est une peinture Ă©rotique franche : et son hĂ©roĂŻne revendique cette libertĂ© sĂ©ditieuse. A la fois dĂ©voreuse et menthe religieuse, Aude ExtrĂ©mo incarne une sirĂšne mĂ©morable ; elle dĂ©verse Ă  plein gosier le mĂ©tal onctueux et quasi caverneux de son ample mezzo : on aura rarement Ă©couter Carmen plus abyssale plus dominatrice, plus fatale
 C’est une arme de sĂ©duction massive. Quand elle chante, tout s’efface dans ce relief vocal, cette soie au souffle infini, Ă  la fois sensuel et monstrueux.

  

 

 

L’Orchestre National de Lille et Alexandre BLOCH jouent Bizet
CARMEN revivifiée au Nouveau SiÚcle

 

 

carmen-aude-extremo-alex-bloch-critique-opera-classiquenews-lilas-pastia-quintette-contrebandiers-mercedes-frasquita-carmen-critique-opera-critique-concert-classiquenews

 

 

C’est une maĂźtresse Ăšs voluptĂ© ; on comprend que le trop frĂȘle Don JosĂ©, brigadier de pacotille, qui se place toujours dans l’ombre de sa mĂšre, se soit soumis corps et Ăąme sous l’attraction de cette enchanteresse dont la raucitĂ© fascine. Mais Ă  y rĂ©flĂ©chir plus scrupuleusement, le tĂ©nor quĂ©bĂ©cois Antoine BĂ©langer gagne en maturitĂ©, sĂ»retĂ© et Ă©paisseur en cours de drame ; dĂ©bord un rien serrĂ©s, ses formidables aigus se galbent et s’adoucissent; il rĂ©ussit Ă  rendre sincĂšre et dĂ©chirant son air de la fleur (magnifique voix de tĂȘte qui a la tendresse d’un garçonnet Ă©pris) puis trouve de justes accents dignes du thĂ©Ăątre tragique dans le duo final oĂč il tue son bourreau, Carmen 
 laquelle confesse qu’elle est bien le diable incarnĂ©.

 

 

carmen-bizet-ONL-alex-BLOCH-belanger-extremo-final-duo-fatal-critique-opera-classiquenews-3

 

 

Finalement, aprĂšs ces 2h45 de spectacle, c’est lui le vrai hĂ©ros de la soirĂ©e capable sur la durĂ©e de construire son personnage, de le rendre crĂ©dible… de l’amoureux transi, au soldat pris de scrupules militaires quand le clairon sonne (chez Lilas Pastia), sans omettre le jaloux haineux (au III : vis Ă  vis du torero Escamillo, trop beau, trop noble trop arrogant : impeccable et presque hautain Florian Sempey) ; jusqu’au fou d’amour au IV, prĂ©fĂ©rant alors poignarder celle qu’il adore, plutĂŽt que d’accepter qu’elle le quitte. Ce frĂȘle transi est devenu par la force de sa passion, un sanguin criminel. La dĂ©testation qu’il Ă©prouve alors, est aussi intense que l’amour suscitĂ© par la Gitane au II.

 

 

carmen-mort-de-carmen-belanger-extremo-onl-alex-bloch-critique-opera-classiquenews-5

 

 

Outre l’acuitĂ© des scĂšnes et confrontations Ă©pineuses, passionnelles, rageuses, la rĂ©ussite de la soirĂ©e vient des illustrations animĂ©es qui offrent un commentaire visuel et chromatique aux tableaux musicaux ; les atmosphĂšres et les climats,  la puissance poĂ©tique de l’orchestre de Bizet, fait saillant du spectacle, s’en trouvent dĂ©cuplĂ©s.
Saluons l’imagination du plasticien GrĂ©goire Pont : ses dessins font respirer le drame orchestral ; ils revivifient le mythe de Carmen.

 

 

carmen-orchestre-national-de-lille-aude-extremo-antoine-belanger-lille-critique-opera-classiquenews-annonce-compte-rendu-critique-opera-classiquenews-alexandre-Bloch

 

 

Mais ne nous trompons pas : les protagonistes de choc ce soir sont bien chaque instrumentiste du National de Lille, fabuleux collectif capable de couleurs, d’accents, d’Ă©clats,.. souvent furieux, exacerbĂ©s mais souples. Le chef Alexandre Bloch veille essentiellement au drame. Et Ă  l’opulence dĂ©taillĂ©e de la parure orchestrale : sous sa direction affĂ»tĂ©e, les bois et les cuivres en particulier, redoublent d’intensitĂ© et d’ardeur, d’indĂ©cente voluptĂ© aussi, car ainsi on comprend combien la Carmen de Bizet ronronne, tempĂȘte, s’enflamme en lascive impudeur. Clarinette, hautbois, basson subjuguent littĂ©ralement comme le trompettiste solo au I, accompagnant le changement des gardes, descendante et montante. On y dĂ©tecte les mĂȘmes justes rĂ©glages et soucis des timbres qui font actuellement la valeur du cycle Gustav Mahler en cours.
Comme il l’avait superbement dĂ©montrĂ© en mai 2017, Alexandre Bloch dĂ©voile de rĂ©elles  affinitĂ©s lyriques, dans l’Ă©nergie et l’articulation dramatique. DĂ©jĂ , il s’agissait de Bizet mais celui lĂ  de jeunesse : les PĂȘcheurs de perles (sujet du premier enregistrement discographique entre Alexandre Bloch et l’Orchestre National de Lille - enregistrĂ© en mai 2017, Ă©ditĂ© chez Pentatone en 2018).
On peut ici et lĂ  regretter chez certains solistes la perte dommageable du texte qui rend incomprĂ©hensible leur intervention, d’autant plus qu’il n’y a pas de surtitrage. Mais la direction souvent somptueuse du directeur musical Ă©claircit et mĂȘme explicite par le seul caractĂšre des prĂ©ludes (superbe intro du III entre autres), le sens et la direction des Ă©pisodes dont il saisit la poĂ©sie heureuse, le rĂȘve et la voluptĂ©, comme la pression du fatum : aucun doute, ce dernier Bizet Ă©poustoufle par son gĂ©nie mĂ©lodique, sa conception dramatique et par le raffinement de son orchestration.
Chef et orchestre nous transmettent le souffle et la vivacitĂ© riante, la plĂ©nitude et le nuancier mĂ©diterranĂ©en d’un Bizet souvent touchĂ© par la grĂące. C’est Manet devenu musicien, tant Alexandre Bloch en vrai amateur des timbres, rĂ©ussit les alliages et les dosages comme l’équilibre des pupitres. Le voici cet orchestre solaire et viscĂ©ralement latin, non pas tant « africain » comme l’a suggĂ©rĂ© Nietzsche alors en froid avec les brumes nordiques de Wagner, mais plutĂŽt fiĂ©vreux et passionnĂ©, d’une ivresse insolente, d’un dramatisme Ă  la fois sanguin et tendre. C’est un bel hommage que les interprĂštes ont ainsi rĂ©servĂ© au thĂ©Ăątre de Bizet, des PĂȘcheurs de perles Ă  Carmen.

Cette soirĂ©e fut un festin de couleurs Ă©panouies, joyeuses, aux cĂŽtĂ©s du drame noir et cru. ContrastĂ©, souverain, le National de Lille a bien raison de proposer ainsi son premier volet de son nouveau festival d’étĂ© « Les Nuits d’été » : un opĂ©ra chaque Ă©tĂ©, en juillet dans l’auditorium du Nouveau SiĂšcle. Pour une premiĂšre, c’est un triomphe au regard de la salle comble et plus qu’enthousiaste : convaincus, les spectateurs applaudissent debout tous les artistes. L’Orchestre dĂ©montre ainsi qu’il sait plaire Ă  son public. Ce dernier est prĂȘt Ă  le suivre pour de nouveaux dĂ©fis lyriques.

 

lille-carmen-alexandre-bloch-aude-extremo-antoine-belanger-critique-opera-classiquenews

La salle du Nouveau SiÚcle à Lille transformée en arÚnes de corrida pour le tableau final, celui tragique du meurtre de Carmen par Don José

 
  

 

 

______________________________

 

Carmen par l’Orchestre National de Lille et Alexandre Bloch, avec Aude ExtrĂ©mo, Antoine BĂ©langer, Florian Sempey
 Ă  l’affiche du Nouveau SiĂšcle, les 10 et 11 juillet 2019. Incontournable.

Illustrations : © Ugo Ponte + ONL Orchestre National de Lille 2019

 

______________________________

 

 

Version semi-scĂ©nique / ‹DurĂ©e : environ 2h40 minutes + entracte
Création le 3 mars 1875 à Paris

Orchestre National de Lille‹ / Direction : Alexandre Bloch
ChƓur de l’OpĂ©ra de Lille – chef de chƓur : Yves Parmentier‹ / ChƓur maĂźtrisien du Conservatoire de Wasquehal – chef de chƓur : Pascale Dieval-Wils

Aude Extrémo : Carmen (photo ci dessous)
‹Antoine BĂ©langer : Don JosĂ©
Gabrielle Philipponet : Micaëla
Florian Sempey : Escamillo
Pauline Texier : Frasquita
AdelaĂŻde Rouyer : Mercedes
JĂ©rĂŽme Boutillier : Le dancaĂŻre
Antoine Chenuet : Le Remendado
Bertrand Duby : Zuniga
Philippe-Nicolas Martin : MoralĂšs
Alex Vizorek : récitant
Grégoire Pont : illustrations et animations

Assistants Ă  la direction musicale : Jonas Ehrler et Victor Jacob
Chef de chant : Philip Richardson

 

______________________________

 

LIRE aussi notre prĂ©sentation de la nouvelle CARMEN par l’Orchestre National de LILLE

LIRE notre entretien avec François Bou, directeur gĂ©nĂ©ral de l’Orchestre National de LILLE Ă  propos du nouveau cycle estival d’opĂ©ras, Les Nuits d’Ă©tĂ©

 Â  

 

 

ENTRETIEN avec François BOU. Les Nuits d’étĂ© Ă  LILLE
 Carmen, les 9, 11 et 12 juillet 2019

carmen-bizet-alexandre-bloch-opera-lille-onl-orchestre-national-de-lille-annonce-opera-critique-opera-classiquenews-juillet-2019ENTRETIEN avec François BOU. Les Nuits d’étĂ© Ă  LILLE
 Ce pourrait ĂȘtre enfin une Carmen espĂ©rĂ©e, fantasmĂ©e, idĂ©ale, rĂ©alisĂ©e Ă  Lille en ce dĂ©but d’étĂ© 2019. L’Orchestre National de Lille en plus de son Ă©loquence (et appĂ©tit) symphonique, ne montrerait-il pas une disposition Ă©gale et des affinitĂ©s assumĂ©es pour le lyrique ? Entretien avec François BOU, directeur gĂ©nĂ©ral de l’ONL Orchestre National de Lille, Ă  propos de Carmen, nouveau spectacle lyrique prĂ©sentĂ© au Nouveau SiĂšcle, qui inaugure les 9, 11 et 12 juillet 2019, un nouveau cycle estival pour l’orchestre, « Les Nuits d’été ». Distribution, illustrateur, rĂ©citant
 , place de la musique et retour Ă  MĂ©rimĂ©e
 François Bou prĂ©sente Carmen dans le dispositif particulier de l’Auditorium du Nouveau SiĂšcle Ă  Lille.

________________________________________________________________________________________________

CNC / CLASSIQUENEWS : Pourquoi lancez-vous avec cette Carmen au Nouveau SiĂšcle, une nouvelle sĂ©rie musicale, invitant les spectateurs, Ă  suivre le travail de l’Orchestre National sous la direction de leur directeur musical, Alexandre Bloch ?

François BOU : Nous sommes partis du constat que sur la MĂ©tropole lilloise, il n’y avait plus d’offre culturelle et musicale Ă  partir de fin juin, alors que le public n’avait pas pour autant dĂ©sertĂ© le territoire. Il y avait donc un crĂ©neau possible, dans la premiĂšre quinzaine de juillet, chaque Ă©tĂ©. D’autant que pour l’Orchestre, le lyrique demeure un domaine important pour son enrichissement, son expĂ©rience, pour l’élargissement du rĂ©pertoire. Nous prĂ©sentons Ă  peu prĂšs 39 programmes symphoniques par saison, et une session dans la fosse de l’OpĂ©ra de Lille. Il s’agit donc de complĂ©ter l’expertise symphonique de l’Orchestre National de Lille en s’ouvrant au lyrique. D’autant plus que notre directeur musical, Alexandre BLOCH est lui-mĂȘme trĂšs sensible au genre opĂ©ra.

 

 

L’Histoire de CARMEN au Nouveau Siùcle à Lille
Tragédie haletante entre drame et lumiÚre

 

 

CNC / CLASSIQUENEWS : le premier enregistrement d’Alexandre Bloch Ă©tait dĂ©diĂ© aux PĂȘcheurs de perles de Bizet. DĂ©jĂ , il s’agissait de l’opĂ©ra et de Bizet. Avec Carmen en juillet 2019, serait-ce une maniĂšre d’approfondissement du travail amorcĂ© avec les PĂȘcheurs de perles ?

François BOU : Absolument, c’est Ă  la fois un prolongement et un approfondissement. AprĂšs Les PĂȘcheurs de perles qui sont un ouvrage de jeunesse, – donnĂ© au Nouveau siĂšcle et enregistrĂ© dans la foulĂ©e, Carmen dĂ©voile l’orchestre raffinĂ© et trĂšs dramatique du dernier Bizet. Ce qui fait l’intĂ©rĂȘt des PĂȘcheurs de perles, c’est justement ce qu’Alexandre Bloch et les instrumentistes de l’Orchestre ont su dĂ©ployer : la flamme dramatique d’une partition dont les critiques de Bizet ont Ă©pinglĂ© le wagnĂ©risme. Justement, musiciens et chefs ont exploitĂ© tous les ressorts dramatiques des PĂȘcheurs de perles, avec l’énergie propre Ă  Alexandre Bloch : son Ă©lĂ©gance, son souci de clartĂ©. Tout cela devrait profiter au trĂšs grand raffinement de Carmen dont l’orchestration comme vous savez, est l’une des plus abouties dans l’histoire de l’opĂ©ra romantique français. Pour rĂ©ussir ce nouveau dĂ©fi, nous avons rĂ©uni une distribution francophone (française et quĂ©bĂ©coise) comprenant Florian Sempey (Escamillo, dĂ©jĂ  prĂ©sent dans les PĂȘcheurs de perles), Aude ExtrĂ©mo (Carmen) qui rĂ©alise comme le tĂ©nor pour Don JosĂ© (Antoine BĂ©langer), une prise de rĂŽle.

 

 

CNC / CLASSIQUENEWS : Il ne s’agit pas d’une production classique, avec mise en scĂšne et dĂ©cors. PlutĂŽt d’un dispositif particulier qui exploite les ressources propres Ă  l’Auditorium du Nouveau SiĂšcle. Pouvez-vous nous expliquer de quoi il s’agit ?

François BOU : Nous avons fait appel Ă  un illustrateur, GrĂ©goire Pont dont les crĂ©ations graphiques et quelques animations Ă©voqueront le cadre de l’action. Les spectateurs seront immergĂ©s dans son imaginaire visuel grĂące aux projections en grand format. S’agissant du drame proprement dit, nous avons Ă©cartĂ© les dialogues et les rĂ©cits et c’est le rĂ©citant Alex Vizorek qui assurera la continuitĂ© de l’action et le lien entre chaque sĂ©quence lyrique : le texte qu’il a Ă©crit, s’inspire directement de la nouvelle de MĂ©rimĂ©e. C’est donc aussi un retour Ă  la source littĂ©raire du mythe de Carmen. Avec Alexandre Bloch, nous avons souhaitĂ© laisser toute la place Ă  la musique, au chant des solistes, Ă  celui de l’orchestre, au choeur Ă©galement. Pour que le public comprenne chaque situation et se saisisse immĂ©diatement du souffle tragique de l’histoire de Carmen. Il en rĂ©sulte Ă  mon avis, une conception Ă©quilibrĂ©e oĂč se dĂ©tachent lumiĂšre et drame.

Propos recueillis en juillet 2019

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

APPROFONDIR

Les PĂȘcheurs de Perles, 2 cd Pentatone / Orchestre National de Lille, Alexandre BLOCH, enregistrĂ© en mai 2017 – CLIC de CLASSIQUENEWS 2018
http://www.classiquenews.com/cd-opera-critique-bizet-les-pecheurs-de-perles-1864-nouvelle-version-complete-onl-orchestre-national-de-lille-a-bloch-2-cd-pentatone-2017/

REPORTAGE vidĂ©o Les PĂȘcheurs de perles de BIZET par l’Orchestre National de Lille, Alexandre BLOCH
http://www.classiquenews.com/bizet-les-pecheurs-de-perles-ressuscites-par-le-national-de-lille-alexandre-pham/

LIRE aussi notre présentation de CARMEN de BIZET, les 9, 11 et 12 juillet 2019 au Nouveau SiÚcle à LILLE / Orch National de Lille / Alexandre BLOCH

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

LIRE aussi notre prĂ©sentation de la nouvelle saison 2019 – 2020 de l’Orchestre National de Lille : temps forts, chefs et solistes invitĂ©s, diversitĂ© de l’offre de concerts et cycles Ă©vĂ©nements…

 

ONL, ORCHESTRE NATIONAL DE LILLE, nouvelle saison 2019 – 2020

ONL-orchestre-national-de-lille-saison-2019-2020-nouvelle-saison-symphonique-annonce-concerts-symphonies-chefs-maestro-opera-classiquenews-VIGNETTE-COR-19-20SAISON 2019 – 2020. ONL, Orchestre National de Lille. L’orchestre fondĂ© par Jean-Claude Casadesus poursuit sa formidable odyssĂ©e grĂące Ă  son nouveau directeur musical, Alexandre BLOCH. Un musicien dynamique qui ne s’économise guĂšre, ayant le goĂ»t des dĂ©fis impressionnants, fusionnant grands effectifs et sens du dĂ©tail comme de l’architecture. Les deux annĂ©es Ă©coulĂ©es ont dĂ©montrĂ© cette capacitĂ© du colossal et de l’intime dans le choix de partitions qui supposent un grand engagement collectif : l’inclassable mais fraternelle MASS de Bernstein, le cycle en cours dĂ©diĂ© aux Symphonies de Gustav Mahler (avec bientĂŽt le massif herculĂ©en de la 8Ăš dite des « mille » qui rĂ©unit alors, les 20 et 21 novembre 2019, pas moins de 300 artistes sur le plateau)

La nouvelle saison 2019-2020 s’annonce sous les mĂȘmes proportions (dont la 9Ăš de Beethoven associant solistes, chƓurs et orchestre pour un final somptueusement festif les 25 et 26 juin 2020)… LIRE notre prĂ©sentation complĂšte

_____________________

BIZET-classiquenews-critique-opera-annonce-classiquenews-orchestre-national-de-lille-carmen-alexandre-bloch-9-11-12-juillet-auditoirum-nouveau-siecle-nuits-d-ete-a-lille-opera-de-lille-classiquenews-annonce-presentation

Aude Extremo, nouvelle Carmen Ă  LILLE

carmen-bizet-alexandre-bloch-opera-lille-onl-orchestre-national-de-lille-annonce-opera-critique-opera-classiquenews-juillet-2019LILLE, ONL : BIZET : CARMEN, les 9, 11 et 12 juillet 2019. L’Orchestre National de Lille et son directeur musical, Alexandre BLOCH concluent la saison 2018 – 2019 avec l’opĂ©ra romantique français le plus populaire : Carmen. C’est un ouvrage aussi lyrique que symphonique, oĂč inspirĂ© de MĂ©rimĂ©e, le compositeur Bizet, Ă  l’époque des impressionnistes, renouvelle la langue orchestrale par son sens des couleurs et de la mĂ©lodie. Si l’action se dĂ©roule en Espagne, Bizet ne voyagea jamais jusque lĂ ; et son hispanisme demeure fantasmĂ©, chromatique, sensuel
 d’une force poĂ©tique exceptionnelle, vraie correspondance avec la peinture de Manet, lui aussi passionnĂ© par les sujets ibĂ©riques. Comme la grande Olympia (1863), scandaleux nu en grand format, Bizet exprime la voluptĂ© rĂągeuse et exacerbĂ©e de Carmen, la cigariĂšre de SĂ©ville dont la libertĂ© provocante vaut bien la nuditĂ© Ă©rotique de Manet.
Comme pour mieux rendre digeste la franchise Ă©rotique de Carmen version Bizet, ses librettistes outrepassent la fidĂ©litĂ© Ă  MĂ©rimĂ©e : Meilhac et HalĂ©vy (si en verve chez Offenbach), tempĂšrent ainsi la tragĂ©die sulfureuse de Carmen en inventant le personnage de MicaĂ«la, blonde angĂ©lique qui fiancĂ©e au brigadier JosĂ©, tente de lui rappeler, ses devoirs de fils, ses vƓux amoureux, sa sagesse raisonnable. Evidemment, JosĂ© fera tout Ă  fait l’inverse de tout cela.

bizet-portrait-georges-bizet-carre-classiquenews-portraitDans le cadre d’un nouveau cycle musical estival « Les Nuits d’été », l’ONL, Orchestre National de Lille se dĂ©die Ă  prĂ©sent aux grands ouvrages lyriques. Carmen inaugure ce festival d’un nouveau genre qui en 3 dates, les 9, 11 et 12 juillet 2019, profite de l’excellente acoustique du Nouveau SiĂšcle, auditorium moderne, rĂ©sidence de l’Orchestre National de Lille. La version qu’a choisi Alexandre Bloch, directeur musical de l’Orchestre, est inĂ©dite, produisant une mise en espace avec illustrations et narrations, et un rĂ©citant dont les textes remplaçant les rĂ©citatifs parlĂ©s et chantĂ©s, sont nouveaux.

 

 

 

A LILLE, une CARMEN inédite
animée, illustrée, narrée


 

BLOCH-alexandre-portrait-2019-chef-orchestre-national-de-lille-annonce-concert-opera-classiquenews

 

 

Alexandre Bloch qui dirige ici l’opĂ©ra intĂ©gral pour la premiĂšre fois, entend montrer le gĂ©nie d’un Bizet de 36 ans, mort trop tĂŽt, dont l’orchestre chatoyant assure une synthĂšse de tout l’opĂ©ra français : lumiĂšre tragique voire Ă©blouissante, couleurs mĂ©diterranĂ©ennes (rapidement opposĂ©es, par Nietzsche, aux brumes culpabilisantes de Wagner)
 justesse des caractĂšres : Carmen arrogante et libre ; Escamillo le torero, viril et vainqueur ; face au tĂ©nor, JosĂ©, plus complexe, entre amant blessĂ©, tĂ©nĂ©breux et fou sanguin, nerveux autant que jaloux.

Le chef prolonge ainsi son travail sur l’écriture dramatique de Bizet dont il a, il y a deux ans, ressuscitĂ© dans une version urtext, la magie et l’onirisme romantique des PĂȘcheurs de perles (2017, cd CLIC de CLASSIQUENEWS).

Bizet a tout donnĂ© dans Carmen, jusqu’à perdre la vie, victime d’une rupture d’anĂ©vrisme selon la lĂ©gende.
Dans cette vaste fresque orchestrale, souvent enivrante, douĂ©e de superbes intermĂšdes symphoniques, Alexandre Bloch distingue quelques passages particuliĂšrement rĂ©ussis : au III, l’air des cartes « oĂč Carmen tire Ă  chaque fois la mort » ; Ă  la fin du mĂȘme acte III : la folie de Don JosĂ© qui comme une dĂ©claration clĂ©, dit Ă  Carmen : « tu me suivras jusqu’au trĂ©pas …, puis la brutalise. À la fin de ce passage, il apprend que sa mĂšre est sur le point de mourir et s’écrie : Ma mĂšre, ma mĂšre… . Il dĂ©cide alors de suivre MicaĂ«la avant de se retourner vers Carmen en lui lançant : Sois contente je pars, mais nous nous reverrons… »

OpĂ©ra comique, c’est Ă  dire avec rĂ©cits et dialogues parlĂ©s, Carmen crĂ©Ă© le 3 mars 1875, est Ă  Lille, est prĂ©sentĂ© dans un dispositif semi-scĂ©nique; Alexandre Bloch souhaitant surtout se concentrer sur la musique qui il est vrai vaut bien des mises en scĂšnes. Les rĂ©citatifs parlĂ©s-chantĂ©s accompagnĂ©s par l’orchestre (Ă©crits par Ernest Guiraud aprĂšs la mort de Bizet) sont Ă©cartĂ©s, et c’est l’humoriste Alex Vizorek qui assure la narration. Le « plus » du spectacle, qui devrait sĂ©duire le grand public : les illustrations et animations de GrĂ©goire Pont dont on se souvient des rĂ©alisations poĂ©tiques pour L’Enfant et les sortilĂšges de Ravel (Lyon, 2016) : ses dessins assureront le contexte visuel de chaque tableau dramatique. Nouvelle production Ă©vĂ©nement.

 

 

 

carmen-bizet-alexandre-bloch-opera-lille-onl-orchestre-national-de-lille-annonce-opera-critique-opera-classiquenews-juillet-2019ENTRETIEN avec François BOU, directeur gĂ©nĂ©ral de l’Orchestre National de Lille Ă  propos de Carmen 2019 et du nouveau cycle lyrique estival au Nouveau SiĂšcle, ” Les Nuits d’Ă©tĂ©”…  Distribution, illustrateur, rĂ©citant
 , place de la musique et retour Ă  MĂ©rimĂ©e
 François Bou prĂ©sente Carmen dans le dispositif particulier de l’Auditorium du Nouveau SiĂšcle Ă  Lille. LIRE notre entretien complet

 

 

 

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

BIZET : Carmen
LILLE, Nouveau SiĂšcle
Les 9, 11 et 12 juillet 2019 Ă  20h

RESERVEZ VOTRE PLACE
https://www.onlille.com/saison_19-20/concert/carmen/

 

 

 

Version semi-scĂ©nique / ‹DurĂ©e : environ 2h40 minutes + entracte
Création le 3 mars 1875 à Paris

Orchestre National de Lille‹ / Direction : Alexandre Bloch
ChƓur de l’OpĂ©ra de Lille – chef de chƓur : Yves Parmentier‹ / ChƓur maĂźtrisien du Conservatoire de Wasquehal – chef de chƓur : Pascale Dieval-Wils

Aude Extrémo : Carmen (photo ci dessous)
‹Antoine BĂ©langer : Don JosĂ©
Layla Claire : Micaëla
Florian Sempey : Escamillo
Pauline Texier : Frasquita
AdelaĂŻde Rouyer : Mercedes
JĂ©rĂŽme Boutillier : Le dancaĂŻre
Antoine Chenuet : Le Remendado
Bertrand Duby : Zuniga
Philippe-Nicolas Martin : MoralĂšs
Alex Vizorek : récitant
Grégoire Pont : illustrations et animations

Assistants Ă  la direction musicale : Jonas Ehrler et Victor Jacob
Chef de chant : Philip Richardson

 

aude-extremo-mezzo-carmen-orchesyre-national-de-lille-alexandre-bloch-maestro-opera-critique-opera-annonce-classiquenews

________________________________________________________________________________________________

APPROFONDIR

 

 

VOIR
notre reportage vidĂ©o Les PĂȘcheurs de Perles par l’Orchestre National de Lille et Alexandre Bloch (Reportage vidĂ©o en 2 volets, rĂ©alisĂ© au moment de l’enregistrement et de la reprĂ©sentation de l’opĂ©ra en version de concert et spatialitĂ© au Nouveau SiĂšcle de Lille, 2017)

http://www.classiquenews.com/bizet-les-pecheurs-de-perles-ressuscites-par-le-national-de-lille-alexandre-pham/

 

 

LIRE
notre critique du cd Les PĂȘcheurs de perles par Alexandre Bloch et l’Orchestre National de Lille

http://www.classiquenews.com/cd-opera-critique-bizet-les-pecheurs-de-perles-1864-nouvelle-version-complete-onl-orchestre-national-de-lille-a-bloch-2-cd-pentatone-2017/

 

 

 BIZET-classiquenews-critique-opera-annonce-classiquenews-orchestre-national-de-lille-carmen-alexandre-bloch-9-11-12-juillet-auditoirum-nouveau-siecle-nuits-d-ete-a-lille-opera-de-lille-classiquenews-annonce-presentation

CD, critique. OFFENBACH : La PĂ©richole. Extremo, Barbeyrac, Mauillon (2 cd Bru Zane, Bordeaux – oct 2018).

perichole offenbach cd bru zane bordeaux minkowski extremo critique opera classiquenewsCD, critique. OFFENBACH : La PĂ©richole. Extremo, Barbeyrac, Mauillon (2 cd Bru Zane, Bordeaux – oct 2018). La production prĂ©sentĂ©e Ă  Bordeaux en oct 2018 avait suscitĂ© Ă©moi et fureur : l’orchestre maison associĂ© ordinairement aux productions lyriques de l’OpĂ©ra de Bordeaux ayant Ă©tĂ© remerciĂ© alors au profit de l’ensemble fondĂ© par le chef et directeur en place : Les Musiciens du Louvre
 triste action aux tristes effets, affrontant des musiciens les uns contre les autres en raison d’une mauvaise dĂ©cision. Comment les spectateurs bordelais allaient-ils accueillir un collectif qui n’était pas leur cher ONBA – Orch National Bordeaux Aquitaine ?

PlutĂŽt bien malgrĂ© une lecture tonitruante et en verve, plus sonore que raffinĂ©e, faisant en 2018, sonner un Offenbach rien que
 divertissant. Et ce n’était pas la mise en scĂšne, vulgaire et premier degrĂ© qui allĂ©geait ce parti de projection musicale parfois caricaturale. Mais ne prenons en compte ici que le registre audio puisqu’il s’agit d’une captation sur le vif.
BientĂŽt Carmen Ă  Lille (juillet 2019 sous la direction d’Alexandre Bloch), la mezzo Aude ExtrĂ©mo qui nous avions apprĂ©ciĂ©e dans L’Heure Espagnole de Ravel Ă  l’OpĂ©ra de Tours, joue dans le rĂŽle-titre, de son timbre rond et grave, dotĂ© d’une articulation qui rend son chant d’une parfaite intelligibilitĂ©, quelle que soit la situation et le caractĂšre. Disons que la cantatrice montre davantage de nuances et d’allusives connotations que l’orchestre plutĂŽt mĂ©canique
 lequel reste Ă©nergique certes mais efficace, sans plus. Extremo captive par son timbre grave, toujours finement caractĂ©risĂ©, surtout comprĂ©hensible : sa « chienne crĂ©ole » a effectivement de quoi troubler et sĂ©duire. Une prise de rĂŽle rĂ©ussie qui place la chanteuse dans le sillon de Hortense Schneider, crĂ©atrice du rĂŽle (et certainement davantage dans le cƓur d’Offenbach).

Les hommes sont aussi convaincants : Alexandre Duhamel fait un Vice-roi (Ribeira) Ă©patant, moins grossier superficiel comme souvent, que rĂ©flĂ©chi et interrogatif : intelligible lui aussi, qualitĂ© de plus en plus rare chez les voix françaises. Mais la version retenue Ă©courte beaucoup sa prestation qui en appelle davantage : de toute Ă©vidence, l’inteprĂšte aurait aimer dĂ©velopper son personnage auquel il donne, fait rare, de la
profondeur. De mĂȘme on savoure le charme raffinĂ© et le jeu juste du tĂ©nor Stanislas de Barbeyrac qui en Piquillo fringuant, maĂźtrise l’humour d’un Offenbach, capable d’élĂ©gance et de sincĂ©ritĂ© (tendresse naturelle malgrĂ© ses aigus parfois peu assurĂ©s). Piliers de la distribution qui Ă©tincelle par le choix heureux des rĂŽles secondaires (si essentiels en rĂ©alitĂ©) : les chanteurs français Ă  la gouaille nationale des mieux finies, Marc Mauillon et Eric Huchet (Hinoyosa et Panatellas), comme les deux notaires Enguerrand de Hys et François PardailhĂ©. Le Choeur maison reste convaincant lui aussi jusqu’à la fin de l’action.

Sur le plan scientifique, le choix de la version retenue ici pose problĂšme. La PĂ©richole version 1874 (la plus rĂ©cente, versus celle de 1868) est donc privilĂ©giĂ©e mais avec des amĂ©nagements pour le moins contestables : ici sont retirĂ©s (pourquoi au juste ?) de nombreux airs du dernier tableau (2Ăš trio de la prison, chƓur des patrouilles, air des trois couronnes
). Ouf, quoique
, on gagne au change, quelques musiques d’entracte (trĂšs peu conservĂ©es ailleurs : c’est dĂ©jĂ  ça). Centre de musique Romantique Française, le Palazzo Bru Zane aurait gagnĂ© Ă  proposer une version idĂ©ale, mĂȘlant Ă©lĂ©ments de 1868 et de 1874 : Ă  chaque auditeur, la libertĂ© de choisir ses morceaux prĂ©fĂ©rĂ©s, tout en disposant de toute la musique d’Offenbach. Bizarre, bizarre
 En bref malgrĂ© l’excellence des chanteurs, on reste sur une note de frustration. Dans ce mi servi, mi recomposĂ©, Offenbach ne sort pas totalement valorisĂ©. Dommage. D’autant plus que ce volume sort au moment de l’annĂ©e OFFENBACH 2019.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

CD, critique. OFFENBACH : La PĂ©richole. Extremo, Barbeyrac, Mauillon – OpĂ©ra de Bordeaux / M Minkowski (2 cd Bru Zane, Bordeaux – oct 2018)

La Périchole : Aude Extrémo
Piquillo : Stanislas de Barbeyrac
Don AndrĂšs de Ribeira : Alexandre Duhamel
Le comte de Panatellas : Eric Huchet
Don Pedro de Hinoyosa : Marc Mauillon
Premiùre cousine / Premiùre dame d’honneur : Olivia Doray
Deuxiùme cousine / Deuxiùme dame d’honneur : Julie Pasturaud
TroisiĂšme cousine / TroisiĂšme dame d’honneur : MĂ©lodie Ruvio
Quatriùme dame d’honneur : Adriana Bignagni Lesca
Premier notaire / Le marquis de Tarapote : Enguerrand de Hys
DeuxiÚme notaire : François Pardailhé

Choeur de l’OpĂ©ra National de Bordeaux
Les Musiciens du Louvre / M Minkowski, direction.

EnregistrĂ© Ă  l’OpĂ©ra National de Bordeaux, en octobre 2018

2 CD Palazzetto Bru Zane BZ 1036 – 51mn + 51mn
Collection OpĂ©ra Français – volume 21

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

Carmen par l’ONL Orchestre National de Lille / Alexandre BLOCH

BLOCH-alexandre-portrait-2019-chef-orchestre-national-de-lille-annonce-concert-opera-classiquenewsLILLE, ONL. BIZET : Carmen. Les 9, 11, 12 juillet 2019. Il laisse sa baguette de chef symphonique affĂ»tĂ©, mordant, prĂ©cis (cf le cycle actuel dĂ©diĂ© aux symphonies de Gustav Mahler, en cours jusqu’à fin 2019), Alexandre Bloch, directeur musical de l’ONL Orchestre National de Lyon s’engage en juillet sur le registre lyrique et romantique. AprĂšs la rĂ©ussite des PĂȘcheurs de Perles, opĂ©ra de jeunesse (1863), oĂč l’orientalisme s’exprimait en teintes et en couleurs d’un rare sensualisme, voici l’opĂ©ra des opĂ©ras, Carmen, d’aprĂšs HalĂ©vy, crĂ©Ă© en 1875, Ă  l’époque oĂč les impressionnistes ont conquis l’affection des amateurs et collectionneurs grĂące Ă  leur premiĂšre exposition (1874). De Monet Ă  Bizet, les frontiĂšres sont tĂ©nues : nuances, passages somptueux et subtils dans la couleur, mĂ©lodies suaves et rythmes hispanisants, 
 comme Manet et son ibĂ©risme affichĂ©, Bizet quelques mois avant de mourir, compose sa Carmen : une cigariĂšre libre et torride qui a le passion dans le sang, collectionne les amants, dont le brigadier JosĂ© (pourtant fiancĂ© Ă  MicaĂ«la), le dĂ©laisse bientĂŽt pour un autre mĂąle plus lumineux encore, et vrai vedette des arĂšnes, le tueur de taureaux, Escamillo.
A la rage libertaire et finalement fatale de la brune Carmen ose s’opposer le rĂȘve faussement angĂ©lique de la blonde MicaĂ«la. Entre elles, JosĂ© est tiraillĂ©, entre le devoir Ă  sa mĂšre Ă  laquelle il avait promis d’épouser la jeune blonde ; et le noir regard de Carmen qui, comme un sortilĂšge irrĂ©sistible, lui a jetĂ© la fleur d’amour (habanera : « L ‘amour est un enfant rebelle »). Le brigadier dĂ©passĂ© s’accroche, suit Carmen : Ă  ses cĂŽtĂ©s, il apprend la passion et l’amour sauvage. Trop tard, Carmen en aime dĂ©jĂ  un autre.

Alexandre Bloch, directeur de l’Orchestre National de Lille rĂ©unit une distribution prometteuse et cohĂ©rente, dont le tempĂ©rament des chanteurs sert immĂ©diatement le profil de chaque personnage. DejĂ  prĂ©sent lors des reprĂ©sentations (et de l’enregistrement discographiques) des PĂȘcheurs de perles : le baryton Florian Sempey (Escamillo)


 

 
 

 

________________________________________________________________________________________________

BIZET: CARMEN
Lille – Auditorium du Nouveau Siùcle
Version semi-scénique

MARDI 9 JUILLET 2019 ‱ 20hcarmen-bizet-alexandre-bloch-opera-lille-onl-orchestre-national-de-lille-annonce-opera-critique-opera-classiquenews-juillet-2019
JEUDI 11 JUILLET 2019 ‱ 20h
VENDREDI 12 JUILLET ‱ 20h

RESERVEZ VOTRE PLACE ici
https://www.onlille.com/saison_19-20/concert/carmen/

________________________________________________________________________________________________

 

 

DIRECTION MUSICALE : ALEXANDRE BLOCH
RÉCITANT : ALEX VIZOREK

CARMEN : AUDE EXTRÉMO
DON JOSÉ : ANTOINE BÉLANGER
MICAËLA : LAYLA CLAIRE
ESCAMILLO : FLORIAN SEMPEY
FRASQUITA : PAULINE TEXIER
MERCÉDÈS: ADELAÏDE ROUYER
LE DANCAÏRE : JÉRÔME BOUTILLIER
LE REMENDADO : ANTOINE CHENUET
ZUNIGA : BERTRAND DUBY
MORALÈS: PHILIPPE-NICOLAS MARTIN

CHƒUR DE L’OPÉRA DE LILLE
CHEF DE CHƒUR YVES PARMENTIER

CHƒUR MAÎTRISIEN DU CONSERVATOIRE DE WASQUEHAL
CHEF DE CHƒUR : PASCALE DIEVAL-WILS

ASSISTANT À LA DIRECTION MUSICALE : LÉO MARGUE
CHEF DE CHANT : PHILIP RICHARDSON

ILLUSTRATION ET ANIMATIONS : GRÉGOIRE PONT