samedi, janvier 28, 2023

EXPOS. Paris : Molière en Musiques, jusqu’au 15 janvier 2023

A lire aussi

PARIS, EXPOSITIONS Molière, jusqu’au 15 janvier 2022. À l’automne 2022, la BnF et l’Opéra de Paris célèbrent Molière avec 2 expositions complémentaires qui éclairent le génie dramatique de Jean-baptiste Poquelin, de quoi redécouvrir les oeuvres du célèbre dramaturge. Jamais écartées des planches, rejouées et réinventées, les pièces de Jean-Baptiste traversent les siècles.
« Molière, le jeu du vrai et du faux », conçue et réalisée en partenariat avec la Comédie-Française, est l’exposition inaugurale de la galerie Mansart-galerie Pigott, nouvel espace de présentation des expositions temporaires du site BnF | Richelieu, (ouvert au public depuis le 17 sept 2022).
Écrivain majeur de la littérature, Molière est l’emblème de notre langue ; un poète dont le nom caractérise le français, la « langue de Molière », et un ambassadeur incontestable de la culture française dans le monde. De génération en génération, ses œuvres sont lues, étudiées, jouées. Les épisodes, souvent inventés, de la vie de Jean-Baptiste Poquelin sont bien connus grâce à de nombreux récits historiques, romans, pièces de théâtre, films… Mais que sait-on du vrai Molière ? Sa célébrité est née d’une mythologie qui s’est développée au fil du temps et sa notoriété est le résultat d’une construction collective. Le phénomène tient autant de la réinvention d’une biographie légendaire que du talent propre du dramaturge dont les œuvres résonnent à toutes les époques par leurs thématiques universelles. Molière interroge notre rapport au vrai, à l’authenticité, nos fourvoiements, nos croyances ; son théâtre révèle avec force, franchise, sincérité, les traits de la nature humaine. Cette vérité du théâtre, mise sur scène, est d’une force peu commune…

À quelques centaines de mètres, le site BnF | Bibliothèque-musée de l’Opéra au Palais Garnier, accueille simultanément l’exposition « Molière en musiques », consacrée à la présence de la musique et de la danse dans l’oeuvre de Molière. Jean-Baptiste, grand amuseur de Louis XIV, collabore d’abord avec l’autre « baptiste », Jean-Baptiste Lully, autre génie dont le sens du drame musical permet d’inventer avec Molière l’opéra à la française, un spectacle nouveau, célébrant d’abord la gloire du roi-soleil. Leur coopération commence dans le genre de la comédie-ballet (1664 : Le Mariage forcé ; L’amour médecin, 1665 ; George Dandin, 1668 ; Les Amants magnifiques pour Saint-German / le Bourgeois Gentilhomme pour Chambord, les deux comédie-ballet en 1670…); ce que l’exposition présenté à Garnier explicite en un regard renouvelé qui bénéficie des dernières recherches en la matière. On sait que jusqu’à la fin, Poquelin, après s’être brouillé avec Lully, prolonge encore ses recherches pour un drame théâtral et musical unifié en s’assurant le concours du jeune compositeur Marc-Antoine Charpentier (Psyché, 1671). Déjà dans la proximité de louis XIV, Molière est ensuite sous tous les régimes, une source culturelle et identitaire jamais contestée…

Molière porte le titre hérité de son père de tapissier-valet de chambre du roi, ce qui le place dans l’entourage de Louis XIV. Ce fait historique a donné naissance à des épisodes légendaires, notamment celui de Molière dînant d’une cuisse de poulet à la table du Roi-Soleil, scène fascinante reprise par les peintres, comme Ingres ou Garneray, et même un historien comme Jules Michelet. Si Molière n’est pas dans l’intimité du prince, la plupart de ses comédies ont été jouées à la cour à la demande du roi. Il est un des principaux artisans des grandes fêtes royales que sont en 1664, « Les Plaisirs de l’Île enchantée » donnés à Versailles avec Les Fâcheux, La Princesse d’Élide et la première version du Tartuffe et, en 1668, « Le Grand Divertissement royal » pour lequel est écrit George Dandin. Le Bourgeois gentilhomme est créé au château Chambord où le roi séjourne en 1670. Ce fort ancrage monarchique ne l’empêche pas par la suite d’être apprécié des révolutionnaires, des monarques du XIXe siècle et des pédagogues de la Troisième République…

________________________________________

 

PARIS. Molière 2022 : 2 expositions
27 septembre 2022 – 15 janvier 2023

 

 

Molière en musiques
BnF I Bibliothèque-musée de l’Opéra, Palais Garnier
Palais Garnier / Entrée à l’angle des rues Scribe et Auber, 75009
Tous les jours 10h > 17h – Fermeture lundi et jours fériés ;
L’exposition est accessible avec un billet pour la visite autonome du Palais Garnier, disponible sur la billetterie de l’Opéra de Paris.
Plein tarif : 14 euros – Tarif réduit : 10 euros
Gratuit avec les Pass BnF lecture/culture ou recherche.
Accès / En métro : Ligne 3, 7, 8 (Opéra) / 7, 9 (Chaussée d’Antin) En RER : Ligne A (Auber) / En bus : Ligne 20, 21,27, 29, 45, 52, 66, 68, 95

 

Molière, le jeu du vrai et du faux
BnF I Richelieu – Galerie Mansart
5 rue Vivienne, Paris IIe
Mardi 10h > 20h | du mercredi au dimanche :
10h > 18h Fermeture le lundi et le 1er janvier
PT : 13 € – Tarif réduit : 10 € plus d’informations sur bnf.fr Gratuit avec les Pass BnF lecture/culture ou recherche.
Accès / En métro : Lignes 3 (Bourse), 1 et 7 (Palais-Royal-Musée du Louvre), 7 et 14 (Pyramides) / En bus : Lignes 20, 29, 39, 48, 74, 85

 

 

CATALOGUE : « MOLIERE » : Un somptueux catalogue est édité en parallèle pour préparer sa visite et garder témoignage des deux parcours muséographiques complémentaires, sites de Richelieu et de Garnier. Molière, BnF |Editions, 356 pages, 150 illustrations, 22 x 27 cm – Coédition avec la Comédie-Française et l’Opéra national de Paris
Le Catalogue ainsi édité est un essentiel, richement illustré, publié à l’occasion du 400e anniversaire de la naissance du dramaturge ; artistes et chercheurs passionnés de Molière interrogent la figure légendaire et renouvellent nos connaissances sur l’homme et son œuvre.
La légende de Molière a concouru à l’ériger en emblème de la culture française. Classique tout en restant contemporain, Molière fait l’unanimité mais reste subversif par le rire qu’il provoque sur les questions les plus graves. L’ouvrage restitue les découvertes récentes autour de la figure de Molière : l’homme, son destin, sa carrière, son art. Ces enquêtes d’envergure reviennent aux sources, interrogent les multiples archives (dessins, portraits, documents, commentaires…) et permettent de distinguer le vrai du faux au cœur du mythe Molière.
Le catalogue constitue donc un ouvrage de référence qui a l’ambition de croiser les faits établis par les chercheurs avec les réflexions des metteurs en scène, acteurs et artistes de toutes disciplines pour dégager la part de vérité et la part fantasmée qui font de Molière un auteur hors du commun, un mythe inusable.

__________________________

À partir du 20 septembre 2022, le nouveau musée de la BnF à Richelieu ouvre ses portes au public.
https://www.bnf.fr/fr/le-musee-de-la-bnf

 

 

 

Conférences / événements autour des expositions 
 
 

CYCLE TRÉSORS DE RICHELIEU – SÉANCE INAUGURALE
Mardi 4 octobre 2022 – 18h15
INHA I Auditorium Colbert
Le Molière d’Ariane Mnouchkine. Par Christophe Gauthier, professeur à l’École nationale des Chartes et Corinne Gibello-Bernette, chargée de collections au département des Arts du spectacle (BnF).
En partenariat avec l’Institut national d’histoire de l’art et de l’École nationale des chartes.
Conservateurs, historiens de l’art, spécialistes et restaurateurs partagent leur savoir et leur passion autour de manuscrits et de documents originaux, exceptionnellement sortis pour l’occasion des magasins de la BnF, de l’Institut national d’histoire de l’art et de l’École nationale des chartes.

CYCLE MOLIÈRE EN QUESTIONS
Animé et réalisé par Joël Huthwohl

Molière et Corneille, le vrai et le faux
Jeudi 13 octobre 2022 – 18h30
BnF I Site Richelieu
Avec Jean-Baptiste Camps, maître de conférences à l’École nationale des chartes, Georges Forestier, professeur émérite de littérature française à la Sorbonne, et Anne-Laure Liégeois, metteuse en scène

Incarner Molière
Lundi 14 novembre 2022 – 18h30
BnF I Site Richelieu
Avec Philippe Caubère, comédien (sous réserve) et Julie Deliquet, metteuse en scène

Molière au féminin
Jeudi 1er décembre 2022 – 18h30
BnF I Site Richelieu
Avec Suzanne Aubert, comédienne, Anne Kesller, sociétaire de la Comédie-Française et Agathe Sanjuan, conservatrice- archiviste de la Comédie-Française.

REPRÉSENTATION
Représentation du Malade Imaginaire, par Georges Forestier Mardi 6 décembre 2022 – 18h
BnF I François-Mitterrand – Grand Auditorium
Dirigé par Georges Forestier, le Théâtre Molière Sorbonne, véritable école-atelier à destination des étudiants de Sorbonne Université, a entrepris de remonter Le Malade imaginaire dans une mise en scène très documentée, la plus proche des conditions de la création du spectacle en 1673 et 1674.

 

 

 

DOM JUAN à la Rotonde
Dom Juan, Histoire d’un mythe / Rotonde du musée de la BnF
___________________
Dans la Rotonde, espace d’exposition au sein du musée de la BnF, est présentée « Dom Juan, Histoire d’un mythe », dont le sujet interroge l’une des plus célèbres pièce du dramaturge.

Dom Juan de Molière est joué au Théâtre du Palais-Royal en 1665 sous le titre du Festin de Pierre. Le thème de la pièce est très largement répandu en Europe, depuis la première version qu’en a donnée Tirso de Molina en 1630, reprise par les Comédiens-Italiens (1658), puis adaptée dans la foulée en français par Dorimond. Cette dernière est immédiatement plagiée par Villiers (1659) pour les comédiens de l’Hôtel de Bourgogne. En quelques années, le public parisien a donc par trois fois l’occasion d’applaudir un sujet utilisant des jeux de machines fort prisés.
Mais Molière ne reprend pas la pièce après la création. On la joue après sa mort, mais versifiée et édulcorée par Thomas Corneille. Ce n’est qu’en 1841 que le texte original de Molière est repris, au Théâtre de l’Odéon, avant la mise en scène de Philoclès Regnier à la Comédie- Française en 1847. Au XXe siècle, les mises en scène se succèdent de Louis Jouvet à Jean-Pierre Vincent, avec des lectures et des esthétiques renouvelées. Le mythe se déploie dans la littérature, les beaux-arts, mais aussi la musique avec le Don Giovanni de Mozart créé en 1787 sur un livret de Da Ponte. Ainsi renaît sans cesse la figure de « l’épouseur du genre humain » (Molière), l’athée en terre chrétienne, le transgresseur de toutes les lois, fascinant par sa liberté intransigeante et effrayant par l’aliénation à ses désirs, qui le jette dans la mort. Dom Juan est un rebelle insoumis, un jouisseur amoral, la laïc critique et libertaire, fiancé de toutes les révolutions…

 

- Sponsorisé -
- Sponsorisé -
Derniers articles

CRITIQUE, opéra, recréation baroque. VERSAILLES, Salon d’Hercule, le 24 janv 2023. E. JACQUET DE LA GUERRE : Céphale et Procris, 1694. a nocte temporis,...

Recréation attendue, l’opéra d’Élisabeth Jacquet de la Guerre (1665-1729), Céphale et Procris, première tragédie en musique composée par une...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img