lundi 17 juin 2024

CRITIQUE, opéra. BORDEAUX, Grand-Théâtre, le 2 juin 2023. POULENC : Dialogues des Carmélites. Emmanuel Villaume / Mireille Delunsch

A lire aussi

 

Créé en 2013 à Bordeaux (https://www.classiquenews.com/bordeaux-grand-thtre-le-10-fvrier2013-francis-poulenc-dialogues-des-carmlites-sophiemarin-degor-xavier-mas-naderabassi-direction-mireille-delunsch-mise-en-sc2/ ) pour fêter le 50ème anniversaire de la mort de Francis Poulenc, le spectacle imaginé par Mireille Delunsch fait son retour au Grand-Théâtre le jour même de la disparition de Kaija Saariaho (1952-2023) : une coïncidence évidemment poignante, qui fait prendre la parole au directeur Emmanuel Hondré avant le début du spectacle pour dédier opportunément cette première représentation à la compositrice finlandaise. De quoi imposer une concentration et un sentiment de gravité à même de pénétrer les états d’âme du récit initiatique de Blanche de la Force, magnifié par la hauteur d’inspiration bouleversante de Poulenc (également auteur du livret, adapté de Bernanos).

Sur scène, l’étroitesse des perspectives initiales de l’héroïne est d’emblée suggérée par l’espace volontairement réduit, où les deux hommes de la maison (son père et son frère) discutent du seul avenir possible de Blanche, le mariage. Contre toute attente, la jeune fille fait le choix du couvent, alors que la musique de Poulenc oppose la finesse des interrogations spirituelles aux bruits plus débraillés de la ville et de la foule. De quoi annoncer la fureur des tourments révolutionnaires déjà en gestation, ce que la mise en scène suggère par quelques saynètes montrées brièvement en arrière-scène, à plusieurs reprises au cours du spectacle. Le travail de Mireille Delunsch épouse une lecture traditionnelle d’une rigueur minutieuse dans le moindre détail lié à l’action, tout en allégeant la scénographie de lourdeurs inutiles, en une épure d’une belle facture. Si la direction d’acteur se montre parfois un rien trop statique en première partie, cette lecture probe reste idéale pour une première découverte de l’ouvrage.

Le plateau vocal se montre inégal jusque dans les premiers rôles. La principale déception de la soirée vient précisément de Mireille Delunsch, qui peine à tenir son rôle de Madame de Croissy, pourtant l’un des plus touchants de l’ouvrage. Trahie par son instrument, notamment un timbre qui se délite dans le medium et les piani, la soprano française peine aussi à s’imposer face à l’orchestre, faute d’une projection plus affirmée. Seule la technique montre Delunsch encore au sommet, mais c’est trop peu pour nous faire oublier le souvenir d’une brulante Sylvie Brunet dans ce même rôle, voilà 10 ans ici-même.
On attendait aussi davantage de Patrizia Ciofi en Madame Lidoine, qui souffre également dans les demi-teintes nombreuses, avant de se rattraper quelque peu lorsque l’émission est en pleine voix.
On lui préfère grandement les phrasés rayonnants d’aisance et de souplesse d’Anne-Catherine Gillet (Blanche), qui sculpte les mots avec une attention exemplaire au sens. A peine pourrait-on souhaiter un grave plus étoffé par endroits, mais la chanteuse française reste certainement l’une des meilleures interprètes actuelles du rôle. A ses côtés, que dire aussi de la prestation superlative de Marie-Andrée Bouchard-Lesieur, entre clarté d’expression et graves gorgés de couleurs, qui reçoit une ovation aussi enthousiaste que méritée aux saluts. Si les seconds rôles assurent bien leur partie, particulièrement la délicieuse Lila Dufy et les solides Frédéric Caton et Thomas Bettinger, on est surtout impressionné par la présence mordante du choeur, très bien préparé pour l’occasion.

Pour ses débuts bordelais en tant que chef lyrique, Emmanuel Villaume rate malheureusement son Poulenc, en voulant trop ressortir les contrastes entre scènes d’ensemble et parties intimistes, peinant à assimiler la fosse très sonore du Grand-Théâtre. Gageons que les prochaines représentations le verront s’adapter davantage à l’acoustique des lieux, avec des tempi plus apaisés, en phase avec le débit de ses interprètes.

 

 

_______________________________

CRITIQUE, opéra. BORDEAUX, Grand-Théâtre, le 2 juin 2023. POULENC : Dialogues des Carmélites. Avec Frédéric Caton (le marquis de la Force), Thomas Bettinger (le chevalier de la Force), Anne-Catherine Gillet (Blanche de la Force), Mireille Delunsch*, Lucie Roche (Madame de Croissy), Lila Dufy (Soeur Constance de Saint-Denis), Marie-Andrée Bouchard-Lesieur (Mère Marie de l’Incarnation), Patrizia Ciofi (Madame Lidoine), Sébastien Droy (le Père confesseur), Timothée Varon (le Geôlier), Igor Mostovoi (l’Officier), Etienne de Benazé (le Premier commissaire), Thierry Cartier (Thierry, Deuxième commissaire), Gaëlle Flores (Mère Jeanne de l’Enfant Jésus), Amélie de Broissia (Soeur Mathilde), Simon Solas (Javolinot), Chœur de l’Opéra national de Bordeaux, Salvatore Caputo (chef de choeur), Orchestre national Bordeaux Aquitaine, Emmanuel Villaume (direction musicale) / Mireille Delunsch (mise en scène). A l’affiche du Grand-Théâtre de Bordeaux, jusqu’au 11 juin 2023 (consultez ici les dates restantes et les offres de la billetterie en ligne, sur le site de l’Opéra national de Bordeaux). Photos : Éric Bouloumié

 

 

 

 

- Sponsorisé -
- Sponsorisé -
Derniers articles

ENSEMBLE INTERCONTEMPORAIN, nouvelle saison 2024 – 2025. Temps forts : Centenaire Pierre Boulez, Edgard Varèse, Rebecca Saunders, Clara Iannotta, Francesco Filidei, Sofia Avramidou, Bastien...

La nouvelle saison 2024 - 2025 de l’Ensemble Intercontemporain célèbre le centenaire de son fondateur, PIERRE BOULEZ (qui aurait...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img