Saint-Quentin-en-Yvelines. Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, le 29 mars 2013. Mozart : Cosí fan tutte. Chantal Santon, Caroline Meng… Opera Fuoco. David Stern, direction

David Stern et son ensemble Opera Fuoco, dans le cadre de leur résidence à Saint-Quentin-en-Yvelines, présentent le chef-d’oeuvre de Mozart Così fan tutte dans une version de concert pleine d’éclat et de coeur, d’une immense théâtralité malgré… l’absence de mise en scène.


Resplendissante surprise

L’orchestre formé par David Stern, actuel directeur musical de l’Opéra de Tel-Aviv, est consacré exclusivement à l’interprétation du répertoire lyrique des 18e et 19e siècles, jouant sur instruments anciens. Cette version de concert est en fait le point de départ d’un projet qui débouchera en mai 2014 sur la mise en scène d’un opéra du compositeur contemporain, Nicolas Bacri commandé par Opera Fuoco.

Si la production est dépourvue de choeur, la distribution des 6 jeunes chanteurs-comédiens principaux est pourtant … spectaculaire. Le ténor Cyrille Dubois assure le rôle de Ferrando malgré son état de santé. L’annonce en a été faite en début de soirée… mais rien ne transparaît de sa fébrilité sur la scène. Étant le plus sentimental des amants, il excelle dans une interprétation d’une exceptionnelle émotivité, loin des fadeurs comme c’est souvent le cas. Il est parfois légèrement accéléré dans les ensembles qu’il chante d’une façon très engagée. Le ténor ose même ornementer son chant dans son air “Una aura amorosa”… le résultat est d’un charme particulier. Le Guglielmo du baryton Jean-Gabriel Saint-Martin est davantage charismatique. Le plus matérialiste des amants est interprété avec fraîcheur et un léger air séducteur. Sa voix d’une couleur et d’une chaleur remarquables sert parfaitement le personnage. Lui aussi ose ornementer son air “Non siate ritrosi” et c’est très réussi. Comme sa participation aux ensembles d’ailleurs.

La soprano Chantal Santon interprète le rôle de Fiordiligi, la moins volage des soeurs de Ferrare. Elle a une prestance indéniable et sa voix une épaisseur particulière, trait nécessaire pour toute (bonne) Fiordiligi vue l’étendue de la tessiture du personnage. Son air du 2e acte : “Per pieta…” est un moment d’une intensité époustouflante. Dans les duos, trios et ensembles, la jeune soprano est toujours ravissante, et ses capacités dynamiques avec sa soeur Dorabella, d’une parfaite harmonie. Cette dernière est interprétée par la mezzo-soprano Caroline Meng, coquette, pleine de brio. Sa voix a une belle couleur et si sa ligne est plutôt respectueuse de la partition, elle chante ses parties avec beaucoup de saveur.

La Despina de Natalie Pérez est charmante et pétillante. Excellente comédienne, elle imite le docteur et le notaire avec beaucoup de piquant. Son chant est d’une rafraîchissante légèreté. La chanteuse projette un charisme vraisemblable, très convaincant et efficace. L’Alfonso de Pierrick Boisseau a un timbre d’une beauté sans prétention. Son beau chant paraît timide au début de la présentation mais gagne rapidement en force et en expression.

Que dire donc de l’autre protagoniste de l’oeuvre? Opera fuoco sous la baguette de David Stern est un orchestre d’une éclatante théâtralité. Dès l’ouverture, la maîtrise exquise du chiaroscuro mozartien captive. Les bois ont une candeur et une précision étonnantes, les cordes une éblouissante vivacité. Si les cuivres couvrent parfois trop le plateau, le pianofortiste Jaccopo Raffaele s’accorde magistralement aux nuances de la partition. La cohésion de l’ensemble est vraiment impressionnante.
Superbe travail interprétatif aux sonorités d’époques, aux voix jeunes et engagées d’une indéniable réussite.

Puisse David Stern et les projets lyriques d’Opera Fuoco trouver une pleine visibilité dans les salles parisiennes. Sans aucune doute ils le méritent!

Saint-Quentin-en-Yvelines. Théâtre, le 29 mars 2013. Wolfgang Amadeus Mozart : Cosí fan tutte, opéra bouffe en 2 actes. Livret de Lorenzo da Ponte. Chantal Santon, Caroline Meng, Pierrick Boisseau, Cyrille Dubois, Jean-Gabriel Saint-Martin, Natalie Pérez. Opera Fuoco. David Stern, direction.

Comments are closed.