vendredi 23 février 2024

ENTRETIEN avec PATRICIA BOCCADORO à propos de son livre NOUREYEV, as I remember him… (Parution octobre 2023)

A lire aussi

ENTRETIEN AVEC PATRICIA BOCCADORO à propos de son livre NOUREYEV, as I remember him… Dans une biographie très personnelle parue en anglais en octobre 2023, Patricia Boccadoro dévoile et raconte « son » Noureev. Un acte d’amour et un hommage au plus beau danseur du monde qui aura révolutionné le ballet classique et la place du danseur…
___________________________________________

 

 

 

CLASSIQUENEWS : Concernant les années londoniennes, qu’est ce que Rudolf le danseur a apporté à la danse? En quoi son duo avec Margot Fonteyn a-t-il été marquant et décisif ?

Patricia Boccadoro : Noureev a révolutionné le rôle du danseur masculin en faisant de lui l’égal de la ballerine ; devenir danseur pour un garçon est devenu, grâce à lui, une ambition respectable.
Rudolf et Margot ne « jouaient » pas, ils habitaient la scène. Les voir se fondre ensemble, corps et âme, était une expérience incroyable. Chacun inspirait l’autre ; elle, la ballerine raffinée et lui, le cosaque enflammé, et cela se ressentait sur scène. Ils ont forcement inspiré ou influencé tous les duos après eux.

 

 

 


CLASSIQUENEWS : A Paris, le danseur se fait aussi chorégraphe.. Quel est de votre point de vue son principal apport ? Ses révisions de certaines chorégraphies ? La mise en valeur de ballets classiques et en particulier russes ? La place du danseur ? La gestion du Corps de Ballet de l’Opéra de Paris ?

Patricia Boccadoro : Les chorégraphies de Noureev ne sont pas véritablement originales mais il a créée des pas-de-deux d’une incroyable beauté, pleins de sensibilité et de musicalité. Dans ses reprises des ballets de Petipa (1), il a chorégraphié des scènes qui n’étaient que mimes en donnant à chacun de vrais rôles. Il a fait de ces ballets « classiques » parfois poussiéreux des spectacles modernes ou chaque danseur, y compris dans le corps de ballet, a son importance. Il a donné vie à des princes ternes en donnant du sens à chaque action et de la passion dans la danse.
Grace à lui, des talents explosent. Il leur donnait tout son temps…mais il était impitoyable avec les frileux et les paresseux ! Son charisme a permis d’amener vers la danse tout un nouveau public.

 

 

 


CLASSIQUENEWS : Pendant cette période quelles sont les rencontres qui ont permis à Noureev d’accomplir ses projets ?

Patricia Boccadoro : Noureev a souvent dit qu’il devait tout à Margot Fonteyn mais il avait un grand appétit pour tout ce qui se passait dans le monde de la culture et il a intégré le travail de tous les grand chorégraphes.
Sur un plan personnel, il s’est appuyé sur plusieurs personnes qui l’ont accompagné et soutenu comme Maud Gosling, Douce François ou Charles Jude et Florence Clerc.

 

 

 

CLASSIQUENEWS : Qu’est ce que représente la relation de Noureev et de la France ?

IPatricia Boccadoro : l adorait Paris. Il vivait dans les musées, les théâtres et les cinémas, tout ce que Paris pouvait offrir. Paris était devenu son port d’attache. Il disait que Paris était sa femme et l’Italie sa maîtresse.

 

 

 

CLASSIQUENEWS : Votre livre est un témoignage aussi personnel qu’éloquent. Quelle est l’image et la personnalité de Noureev qui vous sont chères ?

Patricia Boccadoro : Sa gentillesse, sa courtoisie et sa vulnérabilité. C’était une personne très attachante.

 

 

 

CLASSIQUENEWS : Comment avez-vous structuré le texte ? Selon quels documents ?

Patricia Boccadoro : Je ne l’ai pas vraiment structuré! J’ai laissé ma mémoire s’exprimer et un souvenir en amenait un autre. Je me suis aussi beaucoup appuyé sur de nombreux interviews et conversations que j’ai eues avec Rudolf et tous ceux proches de lui.

 

 

 

CLASSIQUENEWS : Votre chorégraphie dont il est l’auteur, que vous aimez le plus ? et pourquoi ?

Patricia Boccadoro : Difficile de choisir! Les magnifiques pas de deux très fluides dans La Tempête, Cendrillon et Raymonda.
Le pas de deux au clair de lune dans le camps gitan dans Don Quichotte.
La clarté des corps de ballet dans la plupart de ses productions.
Le solo mélancolique du Lac des Cygnes.
Les duels à l’épée dans Roméo et Juliette.

 

 

 

CLASSIQUENEWS : Si l’on prend du recul, que représente pour vous la trajectoire de Noureev, à la fois en tant qu’artiste et en tant qu’homme?

Patricia Boccadoro : C’est un vrai miracle que le petit garçon mal nourri et sans souliers, né pauvre dans une Russie en guerre et qui a du faire face à l’hostilité de son père ait pu devenir le plus beau et le plus adulé danseur classique au monde.

 

Propos recueillis en novembre 2023

 

 

Patricia Boccadoro : Noureev / Nureyev as I remember him (DR)

 

 

 

_________________________________
(1) Marius Petipa (1818 – 1910) : célèbre danseur né à Marseille qui révèle son génie comme chorégraphe en Russie pour le Ballet impérial dès 1869, signant une soixantaine de ballets majeurs : La fille mal gardée, La Sylphide, Pauita, Coppélia, Giselle, La Belle au bois dormant, Casse-Noisette, Le Lac des Cygnes, Le Corsaire, La Bayadère…

 

 

 

_______________________________

LIVRE événement : « Rufold Noureyev as I remember him » par Patricia Boccadoro (octobre 2023 – en anglais) :

LIVRE événement, annonce. Patricia Boccadoro : RUDOLF NUREYEV, as I remember him (éditionsThe Book Guild, UK)

 

 

 

 

 

approfondir

LIRE ici nos autres articles et dossiers Rudolf NOURREV sur CLASSIQUENEWS : https://www.classiquenews.com/?s=noureev

 

 

- Sponsorisé -
- Sponsorisé -
Derniers articles

OPÉRA DE LYON. Sébastien RIVAS : Otages, création. 17 > 23 mars 2024. Richard Brunel, mise en scène (Festival 2024 : « Rebattre les cartes »)

Dans le cadre de son festival annuel, l’Opéra de Lyon nous régale en choisissant cette année la thématique « Rebattre...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img