mercredi 17 avril 2024

CRITIQUE, concert. RENNES, opéra de Rennes, le 23 mars 2024. BACH : La Passion selon saint Matthieu. J. Sancho, C. Scheen, P-A. Benos-Djian… Le Banquet Céleste / Damien Guillon (direction).

A lire aussi

Nous sommes à l’Opéra de Rennes pour un moment musical extraordinaire : La Passion selon saint Matthieu de J. S. Bach en concert après une absence de plus de 30 ans ! Le sublime chef-d’œuvre liturgique du Cantor de Leipzigest défendu par l’orchestre baroque Le Banquet Céleste et un superbe groupe de chanteurs solistes, dirigés par le génial Damien Guillon, avec le Chœur de chambre Mélisme(s) et la touchante participation de la Maîtrise de Bretagne.

 

 

La Passion selon saint Matthieu est l’une des deux passions existantes du compositeur, avec celle selon Saint Jean qui la précède. La plus imposante et monumentale des deux, elle requiert un effectif d’artistes important : deux chœurs, avec solistes, deux orchestres, un continuo riche et dynamique… Le récit cite la bible luthérienne et s’en inspire. Picander, poète allemand responsable des textes des nombreuses Cantates de Bach, compile les passages bibliques de l’Evangile de Saint Matthieu et construit un récit dramatique avec l’ajout de ses vers libres. Le résultat est la plus célèbre mise en musique des dernières heures et de la mort de Jésus Christ.

L’opus commence avec le magnifique choral-fantaisie pour double-chœur « Kommt, ihr Töchter, helft mir klagen », superbement interprété par absolument tous les artistes sur scène. Une ouverture prometteuse déjà par le dynamisme des chœurs et des orchestres sous l’excellente direction, parfois pudique mais surtout précise, de Damien Guillon qui, pour la petite histoire, faisait partie de la Maîtrise sur scène la dernière fois que l’œuvre a été interprétée à l’Opéra de Rennes ! Très rapidement, et tout au long du concert, nous sommes impressionnés par l’irrésistible lyrisme, le timbre solaire et la force dramatique du ténor espagnol Juan Sancho dans le rôle de l’Évangéliste, ce narrateur des épisodes qui s’exprime exclusivement en récitatif. Nous remarquons avec davantage de stupéfaction qu’il s’agît d’un remplacement suite au désistement du ténor programmé initialement. Une découverte, voire une révélation !

La basse Edward Grint interprète notamment le rôle de Jésus, où il brille plus par la force affable de son chant que par la grandeur ineffable inhérente à la partition. Un aspect qu’il partage avec tous les autres chanteurs solistes est le plaisir évident d’interpréter ensemble cette sublime musique. Ainsi, les sopranos Céline Scheen et Maïlys de Villoutreys captivent l’auditoire lors des airs « Blute nur, du liebes Herz! », « Ich will dir mein Herze schenken » et « Aus Liebe will mein Heiland sterben », avec une ravissante performance des vents dans les deux derniers. Les altos Paul-Antoine Benos-Djian et Blandine de Sansal font tout autant lors des airs « Buß und Reu », madrigalesque à souhait « Können Tränen meiner Wangen », ensorcelant, ou encore l’archi-célèbre et bouleversant « Erbarme dich ». Les ténors Nicholas Scott et Bradley Smith, ainsi que les basses Ronan Airault et Marco Saccardin interprètent solidement leurs airs également.

Remarquons la fantastique prestation des instrumentistes sous la direction de leur complice et directeur depuis la fondation du Banquet Céleste, Damien Guillon ! Ils ont l’air d’être complètement épris de l’œuvre, et leur grande concentration pour rendre honneur à la science musicale incomparable de Bach coexiste avec un je-ne-sais-quoi de joyeux et de décontracté. Allant des superbes vents très souvent sollicités, jusqu’au continuo magistralement assuré par le claveciniste Kevin Manent-Navratil. Leur interprétation de la Passion selon saint Matthieu nous semble unique et singulière, loin d’un sentimentalisme suranné ainsi que de toute affectation cherchant la monumentalité. Bravo !

_____________________________________________________

 

CRITIQUE, concert. RENNES, opéra de Rennes, le 23 mars 2024. BACH : La Passion selon saint Matthieu. J. Sancho, C. Scheen, P-A. Benos-Djian… Le Banquet Céleste / Damien Guillon (direction). Crédit photo : © Laurent Guizard

- Sponsorisé -
- Sponsorisé -
Derniers articles

CRITIQUE, opéra. GENEVE, Grand-Théâtre (du 11 au 18 avril 2024). MESSIAEN : Saint-François d’Assise. Robin Adams / Adel Abdessemen / Jonathan Nott.

  Après avoir été l’une des productions lyriques victimes de la Pandémie, le trop rare Saint-François d’Assise d'Olivier Messiaen -...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img