Cenerentola à l’Opéra de Tours

ANGERS NANTES OPERA affiche le Turc en Italie de RossiniTours, Opéra. Rossini : la Cenerentola. Les 22,24,26 janvier 2016. Cendrillon comme Peau d’âne rétablit la dignité des pauvres et des humbles. La souillon domestique devient par la magie d’un conte captivant, princesse : l’élue est enfin réhabilitée… la simplicité des tableaux rappelle cet enchantement né de nos théâtres d’enfants miniaturisés… dans lequel l’esprit libre anime des figurines pour exprimer l’action du conte. Aucun doute, Perrault a laissé un mythe enchanteur où l’esprit de justice est grâce à Rossini, teinté d’une subtile et très juste facétie, voire d’un sentiment satirique car le portrait social qui y est dépeint frôle la dénonciation et la lutte des classes. Côté voix, il faut une diva piquante et agile (comme Rosina du Barbier de Séville, autre tempérament féminin prometteur), dans le rôle d’Angelina – Cendrillon, taillé pour le velours stylé d’un timbre radieux… suave et angélique, toujours subtil évidemment – la marque de Rossini.

Ses partenaires masculins doivent aussi tout autant partager et répandre la même séduction dramatique, alliant aisance expressive et finesse du jeu vocal: comique et burlesque don Magnifico, très fin Alidoro (le philosophe protecteur de la jeune femme éprouvée), Dandini – ces trois rôles masculins sont directement empruntés à la Comedia italienne entre Buffa et comique léger, allusif.  Même les deux sœurs Clorinda et Tisbé doivent être d’un délire juste (a contrario de tant de dérapages bouffes ailleurs pas toujours très nuancés)…

rossini_portraitEnjeux et libertés d’une fable morale… Dramma giocoso en deux actes sur un le livret de Jacopo Ferretti, d’après Cendrillon de Charles Perrault, La Cenerentola est l’ultime ouvrage comique, écrit par Rossini pour le public italien. Créé le 25 janvier 1817 au Teatro Valle de Rome, l’action lyrique respecte les codes de bienséances de l’époque: la pantoufle de vair est remplacée par un bracelet: à l’opéra, les actrices ne doivent pas exhiber leurs chevilles ni leurs pieds, sur les planches d’un théâtre respectable. De même, Rossini écarte la figure de la bonne fée, qui est remplacée par le philosophe Alidoro, mentor du Prince Don Ramiro dont Angelina (Cendrillon) est amoureuse. Idem pour la marâtre qui accable chez Perrault, la belle enfant: l’opéra met en scène un père omnipotent, voire brutal et violent, Don Magnifico, tuteur finalement dépassé par le tempérament de ses deux filles expansives, Clorinda et Tisbe; surtout vil et vénal solitaire qui ne s’affaire que pour s’enrichir. Mais le compositeur et son librettiste se plaisent à réviser la trame initiale de Perrault, en privilégiant surtout les situations comiques, délirantes, à répétition… tout est prétexte au travestissement (entre le Prince Ramiro et son valet Dandini), rien n’est trop éloquent pour démonter les fonctionnements hypocrites, intéressés, bassement calculateurs de l’activité humaine. La fable musicale est hautement moralisatrice: devenue reine, Cendrillon sait pardonner à ses bourreaux d’hier… Le rôle-titre exige une voix agile et timbrée, celle d’un mezzo coloratoure, comme le personnage de Rosina dans Le Barbier de Séville, composé l’année précédente (1816). Le prince Ramiro est chanté par un ténor, “encadré” par deux barytons, son valet Dandini et son tuteur et philosophe, Alidoro (en fait baryton-basse).

 

 

 

boutonreservationLa Cenerentola de Rossini à l’Opéra de Tours
Vendredi 22 janvier 2016, 20h
Dimanche 24 janvier 2016, 15h
Mardi 26 janvier 2016, 20h
Réservez votre place sur le site de l’Opéra de Tours

 

 

 

Dramma giocoso en deux actes
Livret de Jacopo Ferretti
Création le 25 janvier 1817 à Rome

Direction : Dominique Trottein
Mise en scène : Jérôme Savary *, réalisée par  Frédérique Lombart *
Décors et costumes : Ezio Toffolutti *, assisté de Lucia Lucchese *
Lumières : Alain Poisson *
Chorégraphie : Frédérique Lombart *

Angelina : Carol Garcia *
Clorinda : Chloé Chaume
Tisbe : Valentine Lemercier *
Don Ramiro : Manuel Nunez-Camelino
Don Magnifico : Franck Leguérinel
Dandini : Philippe Estèphe *
Alidoro : Sévag Tachdjian *

Orchestre Symphonique Région Centre-Val de Loire / Tours
Choeurs de l’Opéra de Tours et Choeurs Supplémentaires

*débuts à l’Opéra de Tours

Comments are closed.