CD événement, annonce. Francesco Cavalli : L’Amore innamorato. L’Arpeggiata, Christina Pluhar. 1 cd Erato. Parution : novembre 2015

PLUHAR - Cavalli HDCD événement, annonce. Francesco Cavalli :  L’Amore innamorato. L’Arpeggiata, Christina Pluhar. 1 cd Erato. Parution : novembre 2015. Le génie lyrique de Cavalli jaillit enfin hors de l’ombre, et comme un récent coffret d’airs multiples agencés comme autant de perles, par Leonardo Garcia Alarcon et son épouse cantatrice Mariana Flores chez Ricercar, paru récemment en octobre 2015 (LIRE notre compte rendu critique complet du coffret héroïnes des opéras de Cavalli, CLIC de classiquenews d’octobre 2015), Christina Pluhar et son ensemble L’Arpeggiata s’engagent aussi pour révéler cette opulence dramatique unique, la sensualité suractive du Vénitien Cavalli, véritable maître de l’opéra italien au plein XVIIème siècle.

 

 

Christina Pluhar et son ensemble L’Arpeggiata éclairent la sensualité souveraine des opéras de Francesco Cavalli

L’Arpeggiata : l’extase cavallienne

 

Christina Pluhar fête à Paris les 15 ans de L'ArpeggiataLe récital nouveau prend le titre d’un opéra qui pourrait n’avoir jamais été créé du vivant de Cavalli bien que certains témoignages attestent de son écriture : L’Amore innamorato (l’Amour amoureux : tout un programme déjà et ici une promesse, riche en révélations nouvelles qui placent indiscutablement Cavalli au même niveau que son maître et prédecesseur Monteverdi, créateur de l’opéra moderne à Venise dans les années 1640 :  Cavalli régénère la ligne souple et expressive du texte qui est à la fois poème, chant et parole, ciselant les formes choisies et enchaînées avec une intelligence de la continuité immédiatement reconnaissable : arioso, aria, recitar cantando. Mais c’est assurément dans le format si voluptueux du lamento, à la fois extase et mort,  que Cavalli se montre indépassable comme en témoignent les extraits d’opéras sélectionnés par la magicienne Christina Pluhar : langueur enivrée de La Calisto (où en dialogue avec le cornet en écho, le timbre incarné, clair, cristallin et aussi charnel de Nuria Rial succède à l’incandescente Maria Bayo, révélatrice du rôle à l’époque de René Jacobs) ;  renoncement en berceuse de La Rosinda ; dramatisme plus franc d’Il Giasone ; extase doloriste de Cassandra dans La Didone… Pour chaque cantatrice, il s’agit de réussir et la ligne sensuelle et l’articulation souple et flexible du texte déclamé… Car avant la France (et la déclamation française fixée en 1673 par Lully), Cavalli dans les années 1650 a conduit le chant italien dramatique à son sommet expressif et poétique.
En plus de la diversité des airs caractérisés, L’Arpeggiata ajoute ce qui fait sa signature : une parure instrumentale  , des plus colorées (surtout d’instruments à cordes pincées, ceux qui s’harmonisent si bien avec l’effusion calibrée et nuancée de la voix).

CD événement. Francesco Cavalli :  L’Amore innamorato. L’Arpeggiata, Christina Pluhar. 1 cd Erato. Parution : novembre 2015. Prochaine grande critique dans le mag cd de CLASSIQUENEWS… Extraits (arias, intermèdes…) des opéras de Cavalli :  La didone, 1641 – L’Ormindo, 1644 – Il Giasone, 1684 – La Calisto, 1651 – La Rosinda, 1651 – L’Artemisia, 1657 – L’Eliogabalo, 1668…  Avec les sopranos : Nuria Rial, Hana Blazikova.

 

 

CONCERTS événements : Christina Pluhar et L’Arpeggiata fêtent à Paris leur 15 ans : festival spécial les  samedi 14 et dimanche 15 novembre 2015 à Paris, Salle Gaveau

 

 

 

Comments are closed.