Venise : Alceste de Gluck à La Fenice

gluck willibald christoph orfeoVenise, La Fenice. Gluck : Alceste. Les 20,22,24,26,28 mars 2015. Sous la direction de l’excellent chef Guillaume Tourniaire, grand défenseur de la clarté française, la tragédie la plus originale de Gluck à Paris occupe le haut de l’affiche vénitienne dans la mise en scène et les décors de Pier Luigi Pizzi.  Avec Remigio, de Barbeyrac, Juric… En France, après avoir triomphé sur la scène viennoise dans les années 1760, Gluck revit une série de succès au début des années 1770 : pour convaincre et affirmer son génie dramatique, il ose rivaliser avec les tenants de l’opéra français, en reprenant pour son compte certains livrets écrits pour Lully au siècle précédent. Ainsi Alceste à l’origine composé sur un texte de Quinault et qui passe pour l’un de ses meilleurs, est-il adapté pour la musique de Gluck.

ALceste-peyron-582Dans l’opéra de Lully, c’est Alcide (Hercule) qui permet à Admète de retrouver son bien aimée, Alceste (celle-ci s’était sacrifiée pour que son époux ressuscite d’entre les morts)… ouvrage solennel et d’une majesté sensuelle, le premier Alceste de l’histoire de l’opéra en France avait frapper les esprits par le mélange des genres et des intrigues (en cela, Lully s’était montré perméable à la fusion comique et tragique propre à l’opéra vénitien). Pour Gluck, rien ne peut parasiter le relation vertueuse, admirable d’Alceste et d’Admète : il opère une réduction du nombre de personnages et se concentre sur les seuls protagonistes comme le huis clos élaboré sur le thème d’Orphée.  Dans Alceste, tout l’opéra se focalise donc sur la sacrifice d’Alceste pour sauver son époux mourant (elle apparaît donc mourante agonisante à la fin du II). Puis, Gluck focalise l’attention sur la sacrifice d’Admète, touché par la mort de sa femme : il veut mourir à son tour pour la ressusciter. C’est Apollon qui frappé par l’égale sincérité de leur amour, offre aux deux amants magnifiques, une nouvelle vie. Moins de personnage, plus de tableaux édifiants intensifiant la charge tragique de l’action, Gluck se montre un architecte resserré, efficace, progressif. En enrichissant le genre grâce à la contribution des ballets de Noverre (qui comme Gluck avait été le professeur de Marie-Atnoinette à Vienne), le compositeur sait revenir à la simplicité éloquente et sublime d’Euripide. C’est d’ailleurs le ballet final qui fait digérer au public, l’austérité du drame dont les critiques avaient regretter l’épure trop ascétique.

boutonreservationAlceste de Gluck à La Fenice de Venise
Les 20,22,24,26,28 mars 2015.
Guillaume Tourniaire, direction
Pier Lugi Pizzi, mise en scène

Alceste : Carmela Remigio
Admeto : Marlin Miller
Evandro : Giorgio Misseri
Ismene : Zuzana Markova

Comments are closed.