Gustavo Dudamel dirige le Philharmonique de Vienne à Schönbrunn

schoenbrunn-vienne-nuits-d-ete-2019-france-2-concert-annonce-critique-classiquenewsFRANCE 2. SCHÖNBRUNN SYMPHONIQUE. Le 2 sept 2019. AU CLAIR DE LA LUNE, « Concert des nuits d’Ă©tĂ© de Schönbrunn 2019 », lundi 2 septembre 2019 Ă  00:25. Prenez un cadre grandiose et Ă©videmment
 royal : Vienne (ou plĂ»tot les environs viennois offrent le Versailles autrichien, soit la rĂ©sidence des Habsbourg viennois, le palais impĂ©rial de Schönbrunn. Offrez un concert gratuit en plein air avec pour dĂ©cor de fond, la façade du palais
 et vous obtiendrez une soirĂ©e magique dont les vedettes sont essentiellement les instrumentistes du Philharmonique de Vienne, le meilleur orchestre au monde, c’est Ă  dire celui le plus enchanteur et depuis le rituel mĂ©diatisĂ© du Concert du Nouvel An, habituĂ© aux grandes cĂ©rĂ©monies populaires, tĂ©lĂ©mondialisĂ©es. Pour conduire la divine phalange : le chef vĂ©nĂ©zuĂ©lien Gustavo Dudamel, et le clavier un rien trop mĂ©canique de la chinoise Yuja Wang (pour la Rhapsody in Blue de Gershwin). C’était en juin 2019.

Le Concert des Nuits d’étĂ© de Schönbrunn est dirigĂ© par le chef d’orchestre vĂ©nĂ©zuĂ©lien Gustavo Dudamel. Depuis 2004, l’Orchestre Philharmonique de Vienne donne le concert des Nuits d’étĂ©, dans les magnifiques jardins du ChĂąteau de Schönbrunn Ă  Vienne.

Avec ce concert gratuit dans un lieu public, l’orchestre Philharmonique de Vienne Ă©largit son audience, facilite l’accĂšs au classique vers un large Ă©ventail d’auditeurs. L’évĂ©nement musical a attirĂ© prĂšs de 100 000 spectateurs. Un record absolu dans le domaine du classique.

Au cours des derniĂšres annĂ©es, le concert a Ă©tĂ© dirigĂ© par Bobby McFerrin (2004), Zubin Mehta (2005 & 2015), PlĂĄcido Domingo (2006), Valery Gergiev (2007 & 2011 & 2018 ), Georges PrĂȘtre (2008), Daniel Barenboim (2009), Franz Welser-Möst (2010), Gustavo Dudamel (2012), Lorin Maazel (2013), Christoph Eschenbach (2014  & 2017) et Semyon Bychkov (2016).

Programme 

Leonard Bernstein : Ouverture de “Candide”
Johann Strauß Jr. : Jubilee Waltz, o.op.
George Gershwin : Rhapsody in Blue [Version pour piano et orchestre 1942] Orchestration : Ferde Grofé
Max Steiner : Casablanca-Suite
John Philipp Sousa : Stars and Stripes Forever
Samuel Barber : Adagio pour cordes
Carl Michael Ziehrer : The Star-Spangled Banner March, op. 460
AntonĂ­n Dvoƙák : Symphonie No. 9 (en mi mineur, op. 95 « du Nouveau Monde », 4Ăšme mouvement, Allegro con fuoco)

Orchestre Philharmonique de Vienne
Direction musicale : Gustavo Dudamel
Piano : Yuja Wang
Concert enregistré au Chùteau de Schönbrunn, en juin 2019.

DurĂ©e : 1:30 mn - RĂ©alisation 2019 : Henning Kasten – Production : ORF

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

france2 logo-france2FRANCE 2. SCHÖNBRUNN SYMPHONIQUE. Le 2 sept 2019. AU CLAIR DE LA LUNE, « Concert des nuits d’Ă©tĂ© de Schönbrunn 2019 », lundi 2 septembre 2019 Ă  00:25. Philharmonique de Vienne – Gustavo Dudamel, direction.

CHEFS. Actualités de GUSTAVO DUDAMEL : SON ETOILE A HOLLYWOOD

CHEFS. ActualitĂ©s de GUSTAVO DUDAMEL : SON ETOILE A HOLLYWOOD. Ayant obtenu la nationalitĂ© espagnole -depuis mars 2018, le chef vĂ©nĂ©zuelien Gustav Dudamel, Ă©poux de l’actrice ibĂ©rique Maria Valverde, dĂ©voilera le 22 janvier 2019, son Ă©toile sur le pavement du Walk of Stars Ă  Hollywood.
dudamel gustavo maestro hollywoodIl est nĂ© Ă  Barquisimeto, au Venezuela, en 1981; enfant du Sistema, il est devenu orphelin depuis la mort du fondateur de ce programme musical et social visionnaire, JosĂ© Antonio Abreu le 24 mars 2018. RĂ©cemment, Gustavo Dudamel a dirigĂ© non sans gĂ©nie, l’Orchestre symphonique SimĂłn Bolivar (l’orchestre des jeunes du Venezuela), Orchestre philharmonique de Los Angeles dont il est le directeur musical depuis le dĂ©part de Esa-Pekka Salonen. Il a aussi dirigĂ© Ă  35 ans, le cĂ©lĂšbre Concert du Nouvel An Ă  Vienne, Ă©tant depuis le plus jeune maestro Ă  rĂ©aliser cet exercice mĂ©diatique prestigieux (1er janvier 2017). S’étant clairement manifestĂ© contre la rĂ©pression dĂ©cidĂ© par le prĂ©sident Maduro au VĂ©nĂ©zeula, Gustavo Dudamel est de venu un artiste persona non grata : ses concerts programmĂ©s avec l’Orchestre symphonique SimĂłn Bolivar, ont tous Ă©tĂ© annulĂ©s par le rĂ©gime. L’Espagne lui a offert une seconde patrie dans ce contexte politique et culturel compliquĂ©. A Hollywood, le chef vĂ©nĂ©zuelien, Ă  prĂ©sent espagnol, a exprimĂ© son Ă©motion quand il a appris qu’une plaque Ă©toilĂ©e (la 2654Ăšme de l’avenue) lui serait dĂ©diĂ©e sur les Champs-ElysĂ©es d’Hollywood, ce 22 janvier prochain. Le chef dĂ©couvrira officiellement sa plaque en prĂ©sence du compositeur John Williams. Les deux artistes s’étaient retrouvĂ© pour l’enregistrement de la musique du film : Star Wars, Ă©pisode VII : Le RĂ©veil de la Force. A suivre

Twitt de Gustavo Dudamel, janvier 2019 :
¥Me siento humildemente honrado de ser incluido entre las tantas increíbles estrellas en el Paseo de la Fama de Hollywood! // Humbled and honored to be included among the many incredible stars on the Hollywood Walk of Fame! :  https://t.co/3Iao4wseyv

Photo : Gustavo Dudamel par © Rafael Pulido

Dudamel dirige les Noces de Figaro de Mozart en direct de Berlin

dudamel-gustavo-maestro-classiquenews-presentation-review-critique-account-of-arte_logo_2013Arte. En direct : Les Noces de Figaro de Mozart. Vendredi 13 novembre 2015. Gustavo Dudamel, direction.  En direct du Staatsoper im Schiller Theater Unter der linden de Berlin, le vĂ©nĂ©zuĂ©lien actuel direction musical du Los Angeles Philharmonic, Gustavo Dudamel, l’élĂšve le plus douĂ© et le plus mĂ©diatisĂ© du Sistema vĂ©nĂ©zuĂ©lien s’essaie (enfin) Ă  la direction lyrique en pilotant la Staatskapelle de Berlin. AprĂšs ses rĂ©alisations rĂ©ussies, toutes enregistrĂ©es par Deutsche Grammophon (Symphonie de Mahler en particulier), le jeune maestro joue de la baguette opĂ©ratique dans le sommet sentimental de Mozart et da Ponte d’aprĂšs Beaumarchais. La Folle JournĂ©e mozartienne trĂ©pigne d’une indicible excitation, que rendent explicite les airs de ChĂ©rubin, jeune cƓur Ă©perdu bientĂŽt enrĂŽlĂ© (mais si troublĂ© par la Comtesse) ; l’opĂ©ra souligne surtout le gĂ©nie de Mozart dans la peinture  de l’ñme fĂ©minine : La Comtesse (qui palpite et s’alanguit mĂ©lancoliquement au souvenir des annĂ©es perdues oĂč Almaviva l’aimait encore), Suzanne, vivace et pĂ©tillante, jeune Ă©pouse de Figaro ; sans omettre Barberine et son dĂ©licieux air au clair de lune, d’une Ă©motivitĂ© Ă  fleur de peau
 Il semble que Mozart et Da Ponte aient finalement produit un miracle de justesse psychologique dans chacun des portraits des femmes ici prĂ©sentes.

Gustavo Dudamel dirige Les Noces de MozartLe duo de la lettre entre Suzanne et La Comtesse y serait sans doute le point d’orgue, d’une vĂ©ritĂ© Ă©motionnelle, d’une justesse musicale, irrĂ©sistibles. Qu’en sera-t-il sous la baguette du jeune vĂ©nĂ©zuĂ©lien Gustavo Dudamel ? Le maestro que tout le monde attend, se revĂšlera-t-il brillant chef lyrique ? RĂ©ponse ce soir sur Arte en direct de Berlin.

LIRE aussi notre dossier spĂ©cial Les Nozze di Figaro, Les Noces de Figaro : l’opĂ©ra de femmes 

 

 

ARTE, Vendredi 13 novembre 2015, 20h45dudamel-gustavo-maestro-classiquenews-presentation-review-critique-account-of-
Mozart : Les Noces de Figaro – en direct de Berlin
A l’affiche du Staatsoper im Schiller Theater unter den Linden de Berlin
Les 7, 9, 11, 13, 15 novembre 2015

Direction musicale : Gustavo Dudamel
Mise en scĂšne : JĂŒrgen Flimm
Staatskapelle Berlin
Staatsopernchor sous la direction de Frank Flade

CinquiĂšme mise en scĂšne des Nozze di Figaro par JĂŒrgen Flimm, directeur-gĂ©nĂ©ral du Berliner Staatsoper Unter den Linden. La commedia mozartienne est ici transposĂ©e en Espagne Ă  Cadiz oĂč la bonne sociĂ©tĂ© se rafraichit en bord de mer au coeur de l’étĂ©.

Avec Ildebrando D’Arcangelo et Dorothea Röschmann en Comte et Comtesse Almaviva, Anna Prohaska en Susanne, Marianne Crebassa en Cherubino, Lauri Vasar en Figaro
 À la baguette, le trĂšs prisĂ© chef vĂ©nĂ©zuĂ©lien Gustavo Dudamel dirige le Staaskapelle Berlin.

LIRE la présentation des Noces de Figaro sur le site du Staatsoper de Berlin

 

 

Approfondir : dossier spécial

Les Noces de Figaro : partition des LumiÚres, opéra des femmes ?

Mozart : Les Noces de Figaro. L'opéra des femmes ?

Mozart / Da Ponte : modernitĂ© des Noces de Figaro. En pleine pĂ©riode dite des LumiĂšres, au moment oĂč Paris et la Cour de Versailles sous l’impulsion de Marie-Antoinette vivent leurs heures artistiques les plus glorieuses, Mozart et Da Ponte conçoivent en 1786, Les Noces de Figaro. Premier volet d’une trilogie exemplaire dans l’histoire de l’opĂ©ra, qui est l’enfant d’une collaboration Ă  quatre mains aux apports irrĂ©sistibles, l’ouvrage poursuit sa carrirĂše sur les scĂšnes du monde entier : c’est que sa musique berce l’ñme et son livret, excite l’esprit par leur justesse combinĂ©e, accordĂ©e, idĂ©alement associĂ©e. Un mariage parfait ? Figaro et Suzanne, c’est le couple de l’avenir … LIRE notre dossier complet Les Noces de Figaro

Livres, compte rendu critique. Changer des vies par la pratique de l’orchestre, Gustavo Dudamel et l’histoire d’El Sistema par Tricia Tunstall. Traduction : CĂ©cile Roure (Éditions SymĂ©trie)

symetrie sistema gustavo dudamel abreu venezuela enfants orchestres livre critique compte rendu classiquenews isbn_978-2-36485-036-1Livres, compte rendu critique. Changer des vies par la pratique de l’orchestre, Gustavo Dudamel et l’histoire d’El Sistema par Tricia Tunstall. Traduction de CĂ©cile Roure (Éditions SymĂ©trie). SymĂ©trie Ă©dite la traduction française du texte amĂ©ricain « Changing lives » de Tricia Tunstall (publiĂ© en 2012 par W. W. Norton, New York). A l’automne 2015, CĂ©cile Roure en assure non seulement une traduction engagĂ©e et personnellement investie, mais aussi toutes les notes de bas de page, un texte d’introduction relevant d’un tĂ©moignage admiratif et sincĂšre (PrĂ©lude : Gustavo et moi) et aussi surtout, lumineuse dĂ©monstration d’un modĂšle musical et social qui s’exporte jusque dans l’ancien monde, une Postface (“des orchestre de jeunes en France”), qui dessine de formidables perspectives prĂ©cisant la fonction salvatrice de la musique classique sur la scĂšne sociĂ©tale europĂ©enne. Ce dernier texte, totalement rĂ©digĂ© par la traductrice, s’avĂšre en fait, aussi intĂ©ressant que le texte initial amĂ©ricain Ă©crit en 2012 car il dresse en 2015, un premier bilan des initiatives en France, associant pratique de la musique orchestrale et Ă©ducation des jeunes en difficultĂ©. Il revient aux particuliers ou musiciens de la sociĂ©tĂ© civile de relever le dĂ©fi d’un vivre ensemble dĂ©sormais possible grĂące Ă  la pratique d’un instrument au sein d’un orchestre : expĂ©rience salutaire dans bien des cas, qui refonde l’estime de soi et la confiance des jeunes, leur apprend l’exercice concret du vivre ensemble, impliquĂ©s dans un projet collectif oĂč chacun ayant sa place, participe concrĂštement Ă  la sociĂ©tĂ© humaine ainsi organisĂ©e.

El Sistema… A quoi tient l’intĂ©rĂȘt de ce programme nĂ© au Venezuela ? Surtout, d’oĂč vient que la musique classique pratiquĂ©e en orchestre amĂ©liore considĂ©rablement les chances du vivre ensemble quand elle est ainsi vĂ©cue, dĂ©fendue (“jouer, lutter”) par les jeunes “nĂ©cessiteux”, ceux que la misĂšre, l’exclusion mettent Ă  l’Ă©cart de l’opulence sociale et civile ?

A ces questions fondamentales pour l’avenir de nos sociĂ©tĂ©s, actuellement rongĂ©es et dĂ©vorĂ©es de l’intĂ©rieur par l’affrontement des nationalismes, par l’essor du communautarisme, voici des rĂ©ponses inouĂŻes oĂč le lecteur puisera un vivier de solutions prĂ©cises, concrĂštes, Ă©loquentes.

L’expĂ©rience orchestrale, une partition pour la paix sociale

Jamais la culture et en particulier la pratique des instruments, et l’expĂ©rience de l’orchestre n’auront paru plus indiquĂ©s pour Ă©radiquer l’intolĂ©rance, la haine collective, la peur de l’autre, l’irrespect gĂ©nĂ©ral… qui se manifestent par la dĂ©linquance et l’insĂ©curitĂ©, les gangs, le vol, le racket, la corruption organisĂ©s ou mĂȘme les innombrables signes d’incivilitĂ© qui se multiplient ici et lĂ  jusque dans les lieux ordinaires de la vie quotidienne. Respecter l’autre, reconnaĂźtre ce qu’il peut nous apporter, cultiver un regard fraternel… sont des valeurs fondatrices de notre dĂ©mocratie rĂ©publicaine. FondĂ© sur la cohĂ©sion et l’intĂ©gration de chacun de ses membres, l’orchestre n’est plus cette partition offerte Ă  chacun instrumentiste pour rĂ©ussir l’idĂ©e d’un accomplissement collectif dans le seul cadre du concert payant : appliquĂ© Ă  la rĂ©alitĂ© du terrain social, urbain,  le cadre et le dispositif ont dĂ©montrĂ© d’indiscutables vertus, comme celles de la solidaritĂ©, l’entre aide, le tout collectif : on ne rĂ©ussit rien seul ; on gagne ou perd tous ensemble. Il ne s’agit pas de constater la rĂ©ussite indiscutable d’un projet politique et social. Le texte ainsi traduit appelle Ă  prendre les mesures concrĂštes qui s’imposent puisque tout y est magistralement expliquĂ©. Le livre devrait donc ĂȘtre lu par tous les responsables politiques, les Ă©lus et les dĂ©cisionnaires de la sociĂ©tĂ© civile, futurs porteurs enfin d’un projet pratique aux bĂ©nĂ©fices avĂ©rĂ©s. A tant de promesses dĂ©clarĂ©es au moment des temps Ă©lectoraux, et souvent oubliĂ©es aprĂšs l’Ă©lection, voici un programme de solutions rĂ©elles, Ă  l’efficacitĂ© prouvĂ©e.

CLIC_macaron_2014Cest un texte Ă©blouissant qui parlant d’humanitĂ© et de fraternitĂ©, offre tous les Ă©lĂ©ments pour rĂ©soudre le problĂšme de la violence et de la haine dans notre sociĂ©tĂ©. Le prĂ©sident François Hollande avait inscrit comme prioritĂ© de son programme de candidat Ă  l’Ă©lection prĂ©sidentielle, les jeunes et l’Ă©ducation : voilĂ  un texte et une expĂ©rience dĂ©crite qui rĂ©pondent totalement Ă  sa prĂ©occupation. Force est de constater le silence tenace de la part des politiques car comme partout en Europe, la mise en pratique du Sistema venezuelien, adaptĂ© Ă  l’Europe, reste le fruit des initiatives privĂ©es, au prix d’un dĂ©vouement et d’un engagement qui relĂšvent du parcours du combattant. Les rĂ©alisations pionniĂšres en France dont tĂ©moigne dans sa postface CĂ©cile Roure, sont Ă©loquentes : il faut du courage et une audace hors du commun pour faire bouger la sociĂ©tĂ©. Et nous payons trĂšs cher Ă  l’Ă©chelle collective, ce dĂ©calage archaĂŻque.

La valeur du texte originel de Tricia Tunstall montre prĂ©cisĂ©ment et trĂšs concrĂštement grĂące Ă  une immersion dans les nucleos vĂ©nĂ©zuĂ©liens (centres Ă©ducatifs installĂ©s dans les quartiers des jeunes qui participent au Sistema), l’organisation, le fonctionnement, le profil des participants, jeunes dĂ©linquants ou dĂ©favorisĂ©s marquĂ©s par la fatalitĂ© de l’Ă©chec…, formateurs et enseignants, crĂ©ation des orchestres de jeunes, formation, perfectionnement, jeu et pratique collective… Le but n’Ă©tant pas de transformer les jeunes en instrumentistes virtuoses mais de vivre la musique ensemble, rĂ©guliĂšrement, passionnĂ©ment pour retrouver une estime de soi, partager, fraterniser, accomplir, (se)rĂ©aliser… Plus qu’un programme musical et Ă©ducatif, l’exemple du Sistema est une leçon de vie pratique qui permet de retrouver des valeurs humanistes pour les partager concrĂštement. Or il apparaĂźt que seule la musique et la pratique d’un instrument dans un orchestre permet de rĂ©aliser ce cheminement exemplaire et salvateur pour chacun.

Au dĂ©part, le Sistema (programme d’Ă©ducation musicale pour les jeunes des quartiers dĂ©favorisĂ©s du Venezuela) a Ă©tĂ© fondĂ© en 1975 par le musicien et Ă©conomiste visionnaire JosĂ© Antonio Abreu.

dudamel gustavo40 ans plus tard, le million de jeunes instrumentistes formĂ©s par le Sistema a Ă©tĂ© atteint, leur apportant une estime de soi et une identitĂ© renforcĂ©e, particuliĂšrement positive qui les tiennent Ă©loignĂ©s de la fatalitĂ© de la dĂ©linquance et de l’Ă©chec. L’un des disciples d’Abreu les plus cĂ©lĂšbres, demeure le jeune maestro Gustavo Dudamel, actuel directeur musical du Los Angeles Philharmonic, soutenu dĂšs ses dĂ©buts par Simon Rattle ou Claudio Abbado. Dudamel a lui-mĂȘme dĂ©veloppĂ© un programme encourageant les jeunes chefs comme lui : aujourd’hui Diego Matheuz ou Christian Vasquez, laurĂ©at de ce dispositif particulier, se sont affirmĂ© avec la sĂ©duction que l’on sait : le premier est directeur musical de La Fenice de Venise….

Le Sistema a prouvĂ© que la culture et la musique en particulier pouvait concrĂštement amĂ©liorer la paix sociale offrant aux jeunes tentĂ©s par la dĂ©linquance, un avenir, une vision, une identitĂ© positive et des valeurs humaines, exemplaires. On ne peut que souscrire Ă  un tel programme qui ne cesse de dĂ©montrer ses vertus et l’on s’Ă©tonne que les systĂšmes Ă©ducatifs de la vieille Europe ne s’en inspirent pas sans dĂ©lai. En France, l’Education nationale peine toujours Ă  trouver son modĂšle, et l’essor de la dĂ©linquance urbaine comme l’abandon par les politiques des banlieues font craindre le pire dans les annĂ©es Ă  venir. Le texte que publie en octobre l’Ă©diteur lyonnais SymĂ©trie se rĂ©vĂšle donc plus qu’opportun, nĂ©cessaire. D’autant qu’ici la culture que tout un chacun continue de considĂ©rer comme un divertissement accessoire, fait valoir des vertus concrĂštes, philosophiques, spirituelles, humanistes… que nous ne pouvons plus ignorer. A lire sans tarder. Lecture rĂ©vĂ©lation, donc CLIC de classiquenews de novembre 2015.

Sommaire

Prélude. Gustavo et moi

Chapitre 1. Bienvenido Gustavo ! L’étrange nouvelle star d’Hollywood

Chapitre 2. Mambo !, un premier aperçu du Sistema

Chapitre 3. Jouer et lutter : l’évolution du Sistema

Chapitre 4. Danse de violoncelles : l’orchestre de jeunes Simón Bolívar du Venezuela

Chapitre 5. Une idée pour changer le monde

Chapitre 6. Etre ou ne pas ĂȘtre. Le Sistema en action

Chapitre 7. Vues du Sistema U.S.A.

Chapitre 8. Merci Gustavo. Guérir les communautés à Los Angeles

Coda. Chérir les enfants nécessiteux

Remerciements

Postface. Des orchestres de jeunes en France

Livres, compte rendu critique. Changer des vies par la pratique de l’orchestre, Gustavo Dudamel et l’histoire d’El Sistema par Tricia Tunstall. Traduction de CĂ©cile Roure (Éditions SymĂ©trie). ISBN 978-2-36485-036-1, 304 pages. Parution ; octobre 2015. Prix indicatif : 19 €. CLIC de classiquenews de novembre 2015.

 

En direct sur Arte. A Berlin, Gustavo Dudamel dirige les Noces de Figaro de Mozart

dudamel-gustavo-maestro-classiquenews-presentation-review-critique-account-of-arte_logo_2013Arte. En direct : Les Noces de Figaro de Mozart. Vendredi 13 novembre 2015. Gustavo Dudamel, direction.  En direct du Staatsoper im Schiller Theater Unter der linden de Berlin, le vĂ©nĂ©zuĂ©lien actuel direction musical du Los Angeles Philharmonic, Gustavo Dudamel, l’élĂšve le plus douĂ© et le plus mĂ©diatisĂ© du Sistema vĂ©nĂ©zuĂ©lien s’essaie (enfin) Ă  la direction lyrique en pilotant la Staatskapelle de Berlin. AprĂšs ses rĂ©alisations rĂ©ussies, toutes enregistrĂ©es par Deutsche Grammophon (Symphonie de Mahler en particulier), le jeune maestro joue de la baguette opĂ©ratique dans le sommet sentimental de Mozart et da Ponte d’aprĂšs Beaumarchais. La Folle JournĂ©e mozartienne trĂ©pigne d’une indicible excitation, que rendent explicite les airs de ChĂ©rubin, jeune cƓur Ă©perdu bientĂŽt enrĂŽlĂ© (mais si troublĂ© par la Comtesse) ; l’opĂ©ra souligne surtout le gĂ©nie de Mozart dans la peinture  de l’ñme fĂ©minine : La Comtesse (qui palpite et s’alanguit mĂ©lancoliquement au souvenir des annĂ©es perdues oĂč Almaviva l’aimait encore), Suzanne, vivace et pĂ©tillante, jeune Ă©pouse de Figaro ; sans omettre Barberine et son dĂ©licieux air au clair de lune, d’une Ă©motivitĂ© Ă  fleur de peau
 Il semble que Mozart et Da Ponte aient finalement produit un miracle de justesse psychologique dans chacun des portraits des femmes ici prĂ©sentes.

Le duo de la lettre entre Suzanne et La Comtesse y serait sans doute le point d’orgue, d’une vĂ©ritĂ© Ă©motionnelle, d’une justesse musicale, irrĂ©sistibles. Qu’en sera-t-il sous la baguette du jeune vĂ©nĂ©zuĂ©lien Gustavo Dudamel ? Le maestro que tout le monde attend, se revĂšlera-t-il brillant chef lyrique ? RĂ©ponse ce soir sur Arte en direct de Berlin.

LIRE aussi notre dossier spĂ©cial Les Nozze di Figaro, Les Noces de Figaro : l’opĂ©ra de femmes 

 

 

ARTE, Vendredi 13 novembre 2015, 20h45dudamel-gustavo-maestro-classiquenews-presentation-review-critique-account-of-
Mozart : Les Noces de Figaro – en direct de Berlin
A l’affiche du Staatsoper im Schiller Theater unter den Linden de Berlin
Les 7, 9, 11, 13, 15 novembre 2015

Direction musicale : Gustavo Dudamel
Mise en scĂšne : JĂŒrgen Flimm
Staatskapelle Berlin
Staatsopernchor sous la direction de Frank Flade

CinquiĂšme mise en scĂšne des Nozze di Figaro par JĂŒrgen Flimm, directeur-gĂ©nĂ©ral du Berliner Staatsoper Unter den Linden. La commedia mozartienne est ici transposĂ©e en Espagne Ă  Cadiz oĂč la bonne sociĂ©tĂ© se rafraichit en bord de mer au coeur de l’étĂ©.

Avec Ildebrando D’Arcangelo et Dorothea Röschmann en Comte et Comtesse Almaviva, Anna Prohaska en Susanne, Marianne Crebassa en Cherubino, Lauri Vasar en Figaro
 À la baguette, le trĂšs prisĂ© chef vĂ©nĂ©zuĂ©lien Gustavo Dudamel dirige le Staaskapelle Berlin.

LIRE la présentation des Noces de Figaro sur le site du Staatsoper de Berlin

 

 

Approfondir : dossier spécial

Les Noces de Figaro : partition des LumiÚres, opéra des femmes ?

Mozart : Les Noces de Figaro. L'opéra des femmes ?

Mozart / Da Ponte : modernitĂ© des Noces de Figaro. En pleine pĂ©riode dite des LumiĂšres, au moment oĂč Paris et la Cour de Versailles sous l’impulsion de Marie-Antoinette vivent leurs heures artistiques les plus glorieuses, Mozart et Da Ponte conçoivent en 1786, Les Noces de Figaro. Premier volet d’une trilogie exemplaire dans l’histoire de l’opĂ©ra, qui est l’enfant d’une collaboration Ă  quatre mains aux apports irrĂ©sistibles, l’ouvrage poursuit sa carrirĂše sur les scĂšnes du monde entier : c’est que sa musique berce l’ñme et son livret, excite l’esprit par leur justesse combinĂ©e, accordĂ©e, idĂ©alement associĂ©e. Un mariage parfait ? Figaro et Suzanne, c’est le couple de l’avenir … LIRE notre dossier complet Les Noces de Figaro

CD, annonce. Mahler : Symphonie n°7 par Gustavo Dudamel chez Deutsche Grammophon (annoncé le 12 janvier 2015)

mahler symphonie 7 gustavo dudamel _ simon bolivar symphony orchestra 1 cd Deutsche grammophon critique annonce classiquenewsCD, annonce. Mahler : Symphonie n°7 par Gustavo Dudamel chez Deutsche Grammophon (annoncĂ© le 12 janvier 2015). TĂ©nĂšbres symphoniques selon Gustav Dudamel… AprĂšs la 6Ăš, – Symphonie du destin, “tragique”, la 7Ăšme Symphonie de Gustav Mahler prolonge les confessions orchestrales du plus grand symphoniste du dĂ©but du XXĂšme (avec Richard Strauss). AmorcĂ©e Ă  l’Ă©tĂ© 1904, achevĂ©e dans les Dolomites Ă  Schluderbach prĂšs de Toblach, la 7Ăšme prend forme aprĂšs  une genĂšse douloureuse. Mahler qui avait composĂ© les deux Nocturnes, Ă©crit dans la foulĂ©e, en juin 1905, les 1er, 3Ăš et 5Ăš mouvements; c’est une partition marquĂ©e par l’ombre, la nuit, la mort, l’Ă©preuve obligĂ©e donc douloureuse du renoncement. Le fantastique fantomatique et dĂ©lirant du Scherzo central, le climat satirique amoureux du second Nachtmusik, l’ascension irrĂ©sistible et Ă©blouissante du Finale composent l’un des cycles symphoniques les plus modernes de tout l’oeuvre de Mahler. DĂ©sespĂ©rĂ©e mais palpitante, la matiĂšre de la 7Ăšme offre aussi, surtout un formidable parcours des TĂ©nĂšbres absolues vers la “grand jour” du Finale (comme le prĂ©cise Mahler lui-mĂȘme). Qu’en sera-t-il de la lecture du venezuelien Gustavo Dudamel, chef prodige, issu du Sistema dans l’une des symphonies les plus difficiles et complexes de Mahler ? Le chef retrouve son orchestre symphonique Simon Bolivar du Venezuela…  RĂ©ponse le 12 janvier 2015. Grande critique du cd ” Mahler 7 : Gustavo Dudamel ” Ă  venir dans le mag cd, dvd, livres de classiquenews…

Gustavo Dudamel en concert Ă  Paris
En concert Ă  Paris, nouvelle Philharmonie de Paris, les 24 et 25 janvier 2015. Le 24 janvier, 20h30 : puis le 25 Ă  16h30.
Consultez aussi la premiĂšre saison 2015 de la Philharmonie de Paris.

CD. Yuja Wang, piano : Rachmaninov, Prokofiev (Dudamel, 2013).

WAng_yuja_piano_rachmaninov_prokofiev_dudamel_cd_deutsche_grammophonCD. Yuja Wang, piano : Rachmaninov, Prokofiev (Dudamel, 2013). Le feu acide et rythmique (Prokofiev) et la fluiditĂ© expressive crĂ©pusculaire (Rachmaninov) font le ciment et la rĂ©ussite de ce disque qui ne manque pas … d’audace Ă  bien des Ă©gards. Voici donc la relĂšve artistique de l’Ă©curie Deutsche grammophon, nouvelle gĂ©nĂ©ration d’artistes, tous deux d’un vrai tempĂ©rament musicien dont la complicitĂ© dans ce live in Caracas, pour les 38 ans du Sistema, le rĂ©seau de formation de jeunes instrumentistes vĂ©ritable chantier exemplaire Ă  la fois humaniste et sociĂ©tal au profit de la jeunesse vĂ©nĂ©zuĂ©lienne Ă  l’initiative de JosĂ© Antonio Abreu.
Il y a dĂ©jĂ  un an, se rencontrent et fusionnent le tempĂ©rament puissant et Ă©loquent de la jeune pianiste chinoise Yuja Wang, vrai consƓur de Lang Lang et certainement de notre point de vue, sa championne pour le jeu dĂ©liĂ© et Ă©lĂ©gant, une digitalitĂ© jamais heurtĂ©e ni trop percussive (y compris dans les climats versatiles syncopĂ©s du Prokofiev), et l’Ă©clat d’une baguette qui avait immĂ©diatement conquis et Salonen et Abbado : celle du vĂ©nĂ©zuĂ©lien, lui-mĂȘme enfant du Sistema, Gustavo Dudamel.
Le programme est d’autant plus mĂ©ritoire qu’il rĂ©unit deux Concertos parmi les plus difficiles de leur auteur respectif, voire de tout le rĂ©pertoire pour clavier.

La fusion orchestre et piano dans le n°3 de Rachmaninov (1909) est formidable de crĂ©pitement comme de flexibilitĂ© – virtuositĂ© funambule et magicienne de la pianiste dans les variations du I-, mĂȘme l’orchestre dĂ©voile de superbes couleurs, fondantes, prĂ©cises, jamais sirupeuses. Un manifeste furieusement enivrĂ©. Du grand art.

Le n°2 de Prokofiev (1913) de loin le plus difficile Ă©videmment techniquement mais surtout Ă©motionnellement : le premier mouvement est course Ă©chevelĂ©e qui confine Ă  l’implosion d’une mĂ©canique fragile, prise de panique, exigeant tout du soliste et de l’orchestre : ĂąpretĂ©, ruptures, cynisme d’une forme contrariĂ©e et contrastĂ©e… l’ample mouvement initial qui dĂ©passe tout juste 10 mn s’achĂšve par l’essoufflement et l’extĂ©nuation totale des forces opposĂ©es. Dans ce combat rĂ©clamant sauvagerie et prĂ©cision, l’Ă©lĂ©gance de Yuja Wang ne faiblit pas, bien au contraire, en particulier dans sa cadence Ă©bouriffante qui dure prĂšs de la moitiĂ© de la sĂ©quence. L’agilitĂ© d’une toccata qui cache son nom dans le second mouvement dĂ©concerte et convainc tout autant. Quant au finale, ” tempestoso “, la vitalitĂ© de la jeune pianiste irradie d’une Ă©nergie accrocheuse, idĂ©alement trempĂ©e. La complicitĂ© que suggĂšre ce live, la haute tenue technicienne, l’intelligence musicale de la pianiste que Martha Argerich a saluĂ©, et la direction enflammĂ©e mesurĂ©e du chef qui dĂ©voile ici sa permanente facilitĂ© dans la forme du Concerto (premier enregistrement des jeunes instrumentistes du Bolivar sous sa baguette, avec une soliste), font les dĂ©lices d’un superbe rĂ©cital concertant. Totale rĂ©ussite.

Yuja Wang, piano. Concertos pour piano : Rachmaninov (n° 3 op. 30), Prokofiev (n° 2 op. 16). Simón Bolívar Symphony Orchestra of Venezuela. Gustavo Dudamel, direction. Enregistrement live réalisé à Caracas (Venezuela) en février 2013. 1 cd Deutsche Grammophon 0289 479 1304 7.

Venezuela : les 39 ans du Sistema

FĂ©vrier 2014 Ă  Caracas, VĂ©nĂ©zuela : les 39 ans du SistemaNotre musique constitue un langage universel de paix” (Gustavo Dudamel). Concerts commĂ©moratifs pour le 39Ăšme anniversaire du Sistema fondĂ© par JosĂ© Antonio Abreu. En fĂ©vrier 2014, le VĂ©nĂ©zuela vit l’un de ses plus importants Ă©vĂ©nements artistiques de l’annĂ©e : cette semaine Ă  Caracas, le Sistema cĂ©lĂšbre son 39Ăšme anniversaire sous la baguette, toujours enflammĂ©e de Gustavo Dudamel, son fils le plus mĂ©diatisĂ© Ă  l’Ă©chelle planĂ©taire, qui dirigera quatre des grandes formation liĂ©s au Sistema, l’Orquesta SinfĂłnica SimĂłn BolĂ­var de Venezuela, la SinfĂłnica Juvenil de Lara, le ChƓur SinfĂłnico Juvenil de Lara et la SinfĂłnica Nacional Infantil de Venezuela.

La musique classique et l’expĂ©rience de l’orchestre seraient-elle des modĂšles d’intĂ©gration sociale? Le Sistema a Ă©tĂ© fondĂ© en 1975 par le maestro vĂ©nĂ©zuĂ©lien JosĂ© Antonio Abreu avec l’objectif de proposer un nouvel apprentissage Ă  la fois collectif et individuel de la musique aux plus dĂ©munis, Ă  travers les orchestres symphoniques et les chƓurs dans tout le pays. Son objectif est d’aider la jeunesse en l’accompagnant Ă  trouver sa voie personnelle et sa place dans la sociĂ©tĂ© selon une vision humaniste. Apprentissage et discipline, Ă©ducation, expĂ©rience de l’orchestre comme excellente formation au groupe, le parcours de chaque Ă©lĂšve instrumentiste est un moyen trĂšs efficace pour  son accomplissement.  Depuis ses dĂ©buts (et Ă  travers ses nombreux rĂ©sultats plutĂŽt convaincants), le Sistema est devenu un modĂšle pĂ©dagogique, artistique et social, qui a obtenu une reconnaissance internationale : c’est sans doute le plus rĂ©ussi de l’histoire du Venezuela et mĂȘme de l’AmĂ©rique du Sud.

 

 

Les 39 ans du Sistema Ă  Caracas

Tchaikovski pour célébrer les 39 ans du Sistema

 

 

Tchaikovsky est le compositeur mis Ă  l’honneur pour le 39Ăšme anniversaire du Sistema, une grande partie de son Ɠuvre symphonique sera donnĂ©e, comme une folle semaine russe Ă  Caracas. Gustavo Dudamel, Christian VĂĄsquez, Dietrich Paredes, les fleurons du Sistema dirigeront les plus importantes formations du pays.

A l’heure oĂč le manque de stratĂ©gie sociale et culturelle est la monnaie courante de beaucoup de pays, oĂč mĂȘme l’Europe fer de lance de l’histoire musicale depuis la polyphonie mĂ©diĂ©vale, ne dĂ©veloppe pas de projet similaire au Sistema pour sa jeunesse en perte de valeurs et de rĂ©fĂ©rences, il est gratifiant de suivre au Venezuela toute une gĂ©nĂ©ration de jeunes musiciens, de les voir grandir grĂące Ă  la force constructrice de l’art.

 

 

abreu-sistema-570

 

 

 

 

 

José Antonio Abreu et de jeunes instrumentistes élÚves du Sistema (DR)

 

 

agenda des célébrations du 39Úme anniversaire du Sistema au Vénézuéla

 

Sala Simon Bolivar, Centro nacional de Accion Social por la Musica
Caracas Venezuela
Concert gratuit des 39 ans du Sistema : Dimanche 16 février 2014
Symphonies n°1, 6 de Tchaikovsky
Orquesta Sinfonica Simon Bolivar de Venezuela
Gustavo Dudamel, direction

Los Angeles, Walt Disney Concert Hall
Le 21 février, 20h
Festival Tchaikovsky
Orquesta Sinfonica Simon Bolivar de Venezuela
Gustavo Dudamel, direction
Concerto pour violon (soliste : Alina Pogostkina, violon)
Symphonie n°2 ” Petite Russie “

 

+ d’infos : sur le site officiel du Sistema Ă  Caracas
Voir aussi le calendrier de tous les concerts commémoratifs des 39 ans du Sistema

 

Télé. Dudamel joue la 3Ú de Brahms. Arte, le 27 janvier 2013,19h15

Télé,Arte. Dudamel joue la 3Ú de Brahms. Le 27 janvier 2013,19h15

Paris, Philharmonique de Radio France (avril 2012)

Dudamel joue la 3Ăš de Brahms

 

L’un des chefs d’orchestre prodiges de ces derniĂšres annĂ©es, le VĂ©nĂ©zuĂ©lien Gustavo Dudamel, Ă©tait, Salle Pleyel, Ă  Paris en avril 2012 pour diriger l’Orchestre Philharmonique de Radio France dans l’intĂ©grale des Symphonies de Brahms. C’est la 3Ăšme des quatre symphonies que nous retrouvons ce soir dans Maestro: le concert a Ă©tĂ© enregistrĂ© le 13 avril 2012 Ă  Paris.

Arte, maestro
dimanche 27 janvier 2013, 19h15

dudamel_448Brahms commença la composition de sa 3Ăšme Symphonie en 1880, mais c’est Ă  l’Ă©tĂ© 1883 qu’il s’y consacra pleinement jusqu’Ă  son achĂšvement. Elle fut crĂ©Ă©e le 2 dĂ©cembre de la mĂȘme annĂ©e, Ă  Vienne, par le chef d’orchestre Hans Richter, qui lui donna le surnom d’ ” HĂ©roĂŻque ” en rĂ©fĂ©rence Ă  la 3Ăšme de Beethoven ainsi nommĂ©e. Le succĂšs de la Symphonie fut immĂ©diat, Ă  travers toute l’Europe et jusqu’aux Etats-Unis.

ÉlĂšve de Rodolfo Saglimbeni et de JosĂ© Antonio Abreu (fondateur de l’Orchestre Simon Bolivar des Jeunes du Venezuela), Gustavo Dudamel remporte le concours de direction d’orchestre ” Gustav Mahler ” en 2004, puis reçoit les conseils de Claudio Abbado, Daniel BarenboĂŻm, Sir Simon Rattle.
Il est tout Ă  la fois le Directeur musical du Los Angeles Philharmonic depuis 2009 (contrat prolongĂ© jusqu’à la saison 2018/2019), du Gothenburg Symphony Orchestra et de l’Orchestre Symphonique du Venezuela Simon Bolivar (depuis 1999). Bien que ses engagements aux Etats-Unis, en SuĂšde et au Venezuela occupent dĂ©jĂ  quarante-trois semaines de son emploi du temps annuel, il trouve encore le temps de se consacrer chaque saison aux meilleurs orchestres internationaux dont le Philharmonique de Radio France.

le feu intérieur

Etrangement, ce n’est pas le lutin malicieux et dĂ©chaĂźnĂ© qui s’offre aux camĂ©ras mais un musicien gĂ©nĂ©reux certes surtout introspectif, intĂ©rieur, d’un calme Ă©merveillĂ© dont la tendresse pour les musiciens de l’Orchestre français s’exprime pendant la courte Ă©vocation des rĂ©pĂ©titions en prĂ©ambule au concert proprement dit. Dudamel le sage, le tendre, le pudique: voilĂ  une facette qu’on lui connaissait moins et qui relĂšve le dĂ©fi, ou plutĂŽt les multiples sommets et Ă©preuves de la 3Ăš brahmsienne. Le geste est Ă©conome, la concentration totale et la communion avec les musiciens, idĂ©ale. C’est la 3Ăš fois que chef et orchestre jouent ensemble: une entente humaine qui porte ses fruits et s’accomplit dans les 4 mouvements de la Symphonie de Brahms: curieusement, l’HĂ©roĂŻque de Brahms s’achĂšve dans le murmure, la tendresse, un acte de foi et une confession libellĂ©e Ă  demi mots.

La tendresse et la pudeur si intensĂ©ment mises Ă  l’honneur dans les 2 mouvements centraux (l’Andante Ă©vanescent et le fameux poco allegretto), sont serties par les mouvements I et II, ce dernier s’achevant en un calme recouvrĂ© qui contraste trĂšs fortement avec l’impĂ©tuositĂ© majestueuse et tragique du I. Dudamel s’alanguit, ralentit, respire, accusant le chant particularisĂ© des pupitres les uns aprĂšs les autres: le chant des violoncelles au cƓur du III (avec leurs Ă©chos fraternels: cor, hautbois, clarinette, chacun reprenant le thĂšme principal d’une douce nostalgie); l’alliance emblĂ©matique cor et hautbois; clarinette axiale dans l’Andante, laquelle conclue le mouvement tout baignĂ© d’amour tendre, de secrĂšte extase… La direction du maestro Ă©tonne par sa profondeur, sa tendresse comme sa gravitĂ©. Passionnant.

RĂ©alisation : Isabelle Soulard (France, 2012, 43mn) Coproduction : ARTE France, Camera Lucida, Radio France