Jules Massenet: Manon. Natalie DessayFrance Musique, samedi 28 janvier 2012 à 19h30



Jules Massenet


Manon
, 1884

Opéra comique en cinq actes et six tableaux (1884)
Musique de Jules Massenet (1842 – 1912)
Livret de Henri Meilhac et Philippe Gille d’après le roman de l’Abbé Prévost

Evelino Pido, direction

Avec Natalie Dessay (Manon), Paul Gay (DesGrieux père), Franck Ferrari (Lescaut), Giuseppe Filianoti (Des Grieux)

Retransmission de la nouvelle production de Manon de Massenet, initialement créé à l’Opéra Comique en 1884, entré au répertoire de l’Opéra de Paris en … 1997, dans la mise en scène de Gilbert Deflo. Hélas, la nouvelle production de Manon à Bastille, de surcroît pour le centenaire Massenet 2012 déçoit visuellement et scénographiquement; c’est même la réalisation de Coline Serreau la plus décevante (après Le Barbier de Séville et La chauve souris… également conçus pour les planches parisiennes). Confuse, trop diluée voire déjantée (les punks omniprésents, le mélange des costumes d’acte en acte pour un même personnage, les 3 hommes-femmes du Cours la Reine, les patineuses à roulettes dans la nef de Saint-Sulpice!… ), la mise en scène déconcerte par son absence d’idées, de vision, de cohérence… C’est un peu Manon au Carnaval. C’est surtout Massenet qu’on assassine: il aurait gagné une juste réhabilitation; il subit ici une lecture riche en contresens et gestes réducteurs voire caricaturaux… Même le chef, Evelino Pido se montre curieusement contourné, dur, brutal… sans guère de subtilité (lire notre compte rendu critique de Manon à l’Opéra Bastille dans sa version intégrale, lien précisé ci-après). Heureusement les voix des deux protagonistes, Natalie Dessay pour Manon et son partenaire Giuseppe Filianoti rehaussent le niveau… Mais hélas ils sont bien seuls sur le plateau…

Au librettiste, Henri Meilhac reconnaissons l’efficacité du texte mis en
musique par Massenet à partir de 1882: Manon ainsi recomposée reste
avec une autre figure de femme, Carmen, également adapté et réécrit par
Meilhac, le plus grand succès de l’Opéra-Comique.
Du roman original écrit à la première personne par l’Abbé Prévost,
Meilhac reconstruit la trame dramatique qui voit la chute de la trop
fragile Manon, détruite par l’illusion citadine, son rythme trépidant,
et la fourberie de ses admirateurs… L’acte III avec son “Cours La
Reine, comprenant un ballet (de rigueur sur une scène française) est
l’invention de Meilhac. Comme pressés, il est vrai que le roman est très
long dans l’évocation de la mort de l’héroïne, Meilhac et Massenet font
mourir Manon sur la route du Havre et non dans la lointaine Louisiane. En lire +

La nouvelle production de Manon (1884) présentée à Bastille pour le centenaire de Jules Massenet
n’a pas autant convaincu que celle qui l’a précédée, laquelle créée en
1997 marquait l’entrée de l’oeuvre à l’Opéra national de Paris…
première production au demeurant plus complète (mise en scène de
Gilbert Deflo) et il est vrai si magnifiquement défendue par Renée
Fleming dans le rôle-titre : l’ancienne production comprenait à la fin
du Cours la Reine (III) et avant la fameuse confrontation à
Saint-Sulpice, le tableau de l’opéra et du ballet… curieuse coupure
qui nous prive d’une partie de la partition quand, au moment de l’année
Massenet, c’est toute sa musique qu’il faudrait jouer, d’autant qu’on
peine toujours à mesurer la subtilité dont le compositeur est capable,
en particulier dans ce jeu très maîtrisé des distanciations: l’épisode
de l’opéra dans l’opéra permet à Massenet, génie de l’éclectisme musical
et des citations historicisantes (comme son égal, le peintre Gérôme,
autre grand faiseur d’images,) de réussir les mises en abîme, la
construction en perspective, l’évocation des périodes anciennes dans une
écriture réactualisée, en renouvellement perpétuel… Pour chacun de
ses ouvrages, de Manon à Thaïs, d’Hérodiade à Thérèse, d’Esclarmonde
au Mage, du Roi de Lahore au Joueur de Notre-Dame, la science de
Massenet s’impose à nous par sa capacité à varier et à inventer: c’est
d’ailleurs tout l’enseignement de l’exposition actuellement présentée à
la Bibliothèque-musée de l’Opéra, au Palais Garnier : “La Belle Epoque
de Jules Massenet” (lire nos précisions en fin de compte rendu). Lire notre compte rendu critique intégral
France Musique. Samedi 28 janvier 2012 à 19h30. En direct de l’Opéra Bastille. Massenet: Manon (1884). Nouvelle production
Illustration: Jean-Alexandre Talazac et Marie Heilbronn, les deux créateurs de Des Grieux et de Manon en 1884… (DR)

Comments are closed.