dimanche 21 juillet 2024

CRITIQUE, Opéra de Dijon, les 6 et 8 mars 2024. L’Autre voyage, nouvelle production. Stéphane Degout, Laurence Kilsby, Siobhan Stagg… Chœur et Orchestre Pygmalion / Raphaël Pichon / Silvia Costa

A lire aussi

Toujours très juste et épuré, le théâtre de Silvia Costa a le génie de l’allusion et du suggestif. Chez elle, l’intime revêt une puissance évocatoire saisissante…. De quoi faire merveille chez Schubert dont la musique ouvre des mondes parallèles et sait exprimer l’indicible.

 

 

À pas feutrés, dans un halos continu qui enveloppe et rassérène, le spectacle accompagne le héros schubertien dans un tunnel sombre et tragique ; c’est à travers les 3 premiers tableaux, une mort représentée, que l’on pense être la sienne dans un dédoublement typiquement romantique germanique ; puis le garçon qui joue au piano fait comprendre en réalité que le héros a perdu son propre fils jeune. Événement des plus tragiques dont les soubresauts tourmentent, torturent jusqu’à l’ineffable, ses parents [tableau de la chambre avec le lit du garçon absent].

À la mort s’invite ainsi, dans ces noces noires, le sentiment irrépressible du deuil. La perte, le vide, l’absence deviennent omniprésents. Ils occupent l’esprit, l’espace jusqu’à déborder et devenir insupportables.

 

 

Deuil et absence sublimés…
des ténèbres à la lumière

 

 

La force du travail de Silvia Costa est justement de montrer l’inexprimable. C’est un théâtre d’atmosphère, d’une puissance absolue, onirique, cotonneuse, dont la brume mortifère, envoûte littéralement pour ne plus vous lâcher. Jusqu’au dévoilement final.

Parmi les solistes aux côtés de Stéphane Degout dont le solo [Doppelgänger, extrait du Chant du Cygne, chant 13] bouleverse par sa musicalité maîtrisée-, saluons L’Enfant de Chadi Lazreq frêle et lui aussi très juste jusque dans ses déplacements millimétrés, qui s’accompagne au piano dans une séquence solo elle aussi hypnotique ; le soprano magnifiquement timbré de Siobhan Stagg ; surtout le ténor Laurence Kilsby, doté d’aigus clairs mais puissants dont la couleur schubertienne, un sens rare des phrasés, une élégance naturelle et sobre jamais maniérée, renforcent la magie affectueuse de chacune des interventions du personnage thuriféraire de l’Amitié ; ses duos avec Stéphane Degout sont les plus convaincants de la soirée. Il y a du Fritz Wunderlich et du John Mark Ainsley dans cette intelligence vocale avec laquelle le jeune chanteur britannique conduit et projette sa voix… Un tempérament à suivre [on l’espère chez Schubert justement].

Dans la fosse, l’Orchestre Pygmalion et le Chœur (sur scène), sont d’un somptueux engagement. Les couleurs, la précision, l’énergie sont idéales, soulignant combien l’écriture schubertienne se prête au jeu dramatique. Le chef Raphaël Pichon canalise et sculpte le flot orchestral avec nerf et souplesse ; il manifeste chez Schubert le souffle, la pulsion irrépressible, les couleurs du sentiment le plus enfoui, dessinant un arc sonore qui puise chez Beethoven et Weber, et annonce l’ivresse Schumanienne. L’économie des effets privilégiant le sentiment plutôt que l’action, plonge le spectateur dans des abîmes mélancoliques et bouleversants dont il a du mal à se défaire après la fin. La production que les parisiens ont pu découvrir en février dernier, est un nouveau jalon dans le travail passionnant de Silvia Costa pour l’Opéra de Dijon.
On note la coopération d’un choeur d’enfants bienvenue ; d’ailleurs le spectacle met en lumière la relation du père à son fils, rapport trop rare à l’opéra, remarquablement évoqué ce soir. Surtout présenté avec autant de finesse, de sensibilité, de sobre et déchirante tendresse. MAGISTRAL.

 

 

_______________________________

A l’affiche encore demain (dernière de la création dijonaise), vendredi 8 mars 2024, Opéra de Dijon, 20h (durée : 1h40mn sans entracte) : https://opera-dijon.fr/fr/au-programme/calendrier/saison-23-24/l-autre-voyage/

Photos : L’autre Voyage – © S. Brion

Distribution  –  
Direction musicale : Raphël Pichon
Mise en scène et décors : Silvia Costa
Orchestre & Chœur 
Ensemble Pygmalion
Maîtrise Populaire de l’Opéra Comique

Avec Stéphane Degout (l’Homme),
Siobhan Stagg (l’Amour),
Laurence Kilsby (l’Amitié),
Chadi Lazreq (l’Enfant)

Dramaturgie : Antonio Cuenca Ruiz
Costumes : Laura Dondoli
Lumières : Marco Giusti

 

 

TEASER VIDÉO : L’Autre Voyage

 

 

LIRE aussi notre annonce présentation de la nouvelle production L’Autre Voyage à l’Opéra de Dijon : https://www.classiquenews.com/opera-de-dijon-les-6-et-8-mars-2024-schubert-lautre-voyage-stephane-degout-raphael-pichon-silvia-costa/

 

 

LIRE aussi notre entretien avec Dominique Pitoiset, directeur général et artistique de l’Opéra de Dijon : https://www.classiquenews.com/entretien-avec-dominique-pitoiset-directeur-general-et-artistique-de-lopera-de-dijon-a-propos-de-la-nouvelle-saison-2023-2024/

 

 

 

- Sponsorisé -
- Sponsorisé -
Derniers articles

LIVRE D’ÉTÉ : Catherine NYKOV : « Sinfonietta en ré majeur ». FEUILLETON 1/4 – Colombe en quête d’elle-même…

LIVRE D’ÉTÉ. Le dernier roman de Catherine NEYKOV, « Sinfonietta en ré majeur » est le coup de cœur de la...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img