lundi 17 juin 2024

CRITIQUE CD. Maria Dueñas : Beethoven and beyond Wiener Symphoniker / Manfred Honeck (Deutsche Grammophon, 2 cd)

A lire aussi

 

Sans posséder l’élégance musicale ni la finesse fluide de son confrère cadet chez DG aussi, Daniel Lozakovitch, – à la sonorité éminemment – angélique et céleste :

https://www.classiquenews.com/cd-critique-js-bach-daniel-lozakovich-violon-concertos-bwv-1042-1041-partita-n2-bwv-1004-dg-deutsche-grammophon-4799372/ (CLIC de CLASSIQUENEWS, juin 2018).,

la jeune violoniste espagnole Maria Dueñas – élève de Vladimir Spivakov fait une entrée remarquée au sein d’une famille musicale qui compte Hylary Hahn, Anne Sofie Mutter, … sans omettre l’excellente Lisa Batiashvili, irrésistible ambassadrice des raffinements sonores de Szymanowski (CLIC de CLASIQUENEWS nov 2022).

CRITIQUE CD événement. « SECRET LOVE LETTERS » / Lisa Batiashvili, violon : Franck, Szymanowski, Chausson. Philadelphia Orchestra, Y Nézet-Séguin [1 cd Deutsche Grammophon -2022]

 

Pour ses débuts chez DG, Maria Dueñas convainc chez Beethoven dont elle joue le Concerto pour violon, pièce maîtresse de son jeune répertoire et qui lui a permis de rafler de nombreux concours ; l’interprète séduit par une dextérité affirmée, parfois appuyée au tempérament déjà pleinement assumée (comme en témoigne les cadences de tous les mouvements qu’elle a réalisées elle-même, non sans emphase mais aussi … recueillement ); d’emblée c’est l’intensité du son, moins l’articulation parfois linéaire qui charme.
Comme un prolongement dans les mêmes eaux « beethovéniennes », la violoniste poursuit le chemin stylistique avec le rare adagio ou 2ème mouvement de la symphonie de Louis Spohr, de la génération qui suit celle de Ludwig ; l’ombre de celui-ci s’affirme nettement avec une intention préservée dans la transparence grâce à la harpe complice (qui introduit la séquence).
Comme une carte à multiples facettes, la jeune instrumentiste dévoile d’autres atouts expressifs, certains nettement plus persuasifs, dans une sélection variée qui lui sied plus ou moins ; moins chez Ysaÿe, mais plus affirmée dans la somptueuse Havanaise de Saint-Saëns (enchantement comme envoûtée) dont elle réussit tout autant la Cadence du 1er mouvement du Concerto de Beethoven, grand vainqueur par l’inspiration mélodique et l’hyper élégance, comparée à celles de ses 4 autres compétiteurs dont Spohr, Ysaÿe, Wieniawski… (cd2). C’est décidément dans les deux Saint-Saëns que la sonorité sublimée (aiguës filés) comme sa gestion libérée de la ligne se dévoilent totalement. Avec le chant éperdu aux couleurs profondes de Légende du violoniste polonais, si sensitif, Henryk Wieniawski.

A la langueur parfois un brin appuyée de la violoniste, répond le geste vif, contrastée, palpitant du chef Manfred Honeck, pilote détaillé et précis, sachant tout obtenir des excellents instrumentistes du Wiener Symphoniker.

 

 

_______________________________________________

CRITIQUE CD. María Dueñas : Beethoven and Beyond – Wiener Symphoniker / Honeck (2 cd DG Deutsche Grammophon – enregistré en janvier 2023 (cd1).

Plus d’infos sur le site de Deutsche Grammophon : https://store.deutschegrammophon.com/p51-i0028948646418/mar-a-duenas/beethoven-and-beyond/index.html

 

 

 

VIDEOS MARIA DUEÑAS

 

 

Ysaÿe : Berceuse :

 

 

Beethoven and Beyond
Beethoven: Violin Concerto in D Major, Op. 61 – II. Larghetto (Cadenza: Dueñas) :

 

 

 

Portrait, présentation par la cheffe Alondra de la Parra :

- Sponsorisé -
- Sponsorisé -
Derniers articles

ENSEMBLE INTERCONTEMPORAIN, nouvelle saison 2024 – 2025. Temps forts : Centenaire Pierre Boulez, Edgard Varèse, Rebecca Saunders, Clara Iannotta, Francesco Filidei, Sofia Avramidou, Bastien...

La nouvelle saison 2024 - 2025 de l’Ensemble Intercontemporain célèbre le centenaire de son fondateur, PIERRE BOULEZ (qui aurait...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img