samedi 15 juin 2024

CRITIQUE CD événement. NIKOLAI MIASKOVSKY : Sonates n°6, 7, 8. LYDIA JARDON, piano (1 cd AR RE-SE)

A lire aussi

 

 

Lydia Jardon conclut ainsi son intégrale des Sonates du compositeur d’origine polonaise Nikolaï Miaskovski ; dans ce 3è volet, magistral à plus d’un titre, la pianiste exprime l’aboutissement d’une long cheminement… la force de la sérénité, la fluidité d’une âme éprouvée, enfin apaisée. A travers ce parcours de Sonates en 3 mouvements, c’est un jaillissement continu, superbement maîtrisé dont l’interprète révèle et la puissante architecture et l’esprit de dépassement comme la volonté d’accomplissement. Rien de tendu ni d’âpre contrairement à la colère des Sonates n°2, 3 et 4. Rien de dispersé ni de conflictuel à la façon du tumulte des Sonates 1 ou 5. Et comme préfiguré par la joie inédite de la 9è, les Sonates 6, 7 et 8 expriment dans ce 3è cd, l’évolution spectaculaire de Miaskovsky.

 

 

Souple, suggestif, allusif
le jeu limpide et nuancé de Lydia Jardon
conclut subtilement son intégrale
des Sonates de Nikolaï Miaskovski

 

Le compositeur russe inquiété comme Chostakovtich et Prokofiev, menacé directement par le régime stalinien, se réconcilie avec lui-même, dès les deux premiers mouvements de la n°6 (Allegro ma no troppo, puis Andante con sentimento, dans leur version finale de 1948), d’un flux souple et ardent dont l’ivresse mélodique dit assez cette volonté de tourner la page sans néanmoins oublier. Pourtant ancrée dans la profondeur, l’écriture exprime un élan vital dans l’insouciance ; Lydia Jardon fait couler une ardeur pleine d’espérance, d’un caractère Schumannien, tandis que l’Andante, recueilli mais libre et fluide, semble immédiatement traversé par une joie intérieure littéralement scintillante, d’une légèreté bienheureuse touchée par la grâce. Celle de JS Bach, ou encore du Brahms le plus caressant. Ce mouvement transporte par sa justesse poétique, à la fois prière et espérance.

La n°7 évoque sans épaisseur ni nostalgie la matière suspendue des souvenirs … c’est l’une des Sonates de Miaskovski la plus tranquille et rêveuse… l’insouciance franche de l’Allegretto initial efface tensions, illumine tout le clavier, atteste de la guérison intérieure ; plus intime encore l’Andante pensieroso explore avec une pudeur infinie, et aussi une gravité tranquille, tout l’infini de l’introspection et grâce au jeu naturel, fluide de Lydia Jardon, la libre rêverie d’une âme apaisée, qui s’expose sans se dévoiler. Le dernier Allegro giocoso irradie d’une joie lumineuse, comme un diamant facétieux. Le jeu est précis, sobre, d’un naturel irrésistible

Plus éclatante encore et déterminée, la Sonate n’8 s’impose, en particulier dans le dernier mouvement, plein de feu et d’ardeur : y rayonne la détermination d’un créateur qui a su de haute lutte intérieure, trouver l’énergie pour se reconstruire.

Superbe choix que de conclure par le diptyque « Chant et Rhapsodie » (1942) : appel à l’enivrement final (rebonds incessants des harmonies impressionnistes), énoncé comme une ultime berceuse, un adieu déguisé à la vie, plus apaisement que renoncement, et d’un insouciance rêveuse, absolue. L’ambivalence poétique atteint dans Song / Chant, une éloquence mystérieuse que le jeu de Lydia Jardon rend scintillant et coulant, comme un jaillissement au delà du temps et de la petite histoire humaine.

Rhapsodie exprime une conscience désormais libérée des entraves et des humiliations : la pianiste mesure, équilibre, opte résolument pour une rondeur enchantée aux couleurs du songe, tout en diffusant une flexibilité heureuse, d’une infinie tendresse. En jouant sur la suggestivité filigrané et la transparence admirablement détaillée et scintillante, – debussyste-, Lydia Jardon montre combien elle comprend l’imaginaire de Miaskovski. Il semble que le compositeur ne pouvait rencontrer meilleure interprète. 

 

 

 

____________________________________________

CRITIQUE CD événement. NIKOLAI MIASKOVSKY : Sonates n°6, 7, 8. LYDIA JARDON, piano (1 cd AR RE-SE) – enregistrement réalisé Salle Colonne, Paris, juil 2022. CLIC de CLASSIQUENEWS printemps 2023. 

 

EN LIRE PLUS sur le site de Lydia Jardon : https://www.lydiajardon.com/produit/lydia-jardon-9/

 

 

 

_______________________

LIRE aussi notre annonce du CD événement MIASKOVSKY : Sonates n°6, 7, 8. LYDIA JARDON, piano (1 cd AR RE SE) :

CD événement, ANNONCE. MIASKOVSKY : Sonates n°6, 7, 8. LYDIA JARDON, piano (1 cd AR RE SE)

_______________________

 

 

 

- Sponsorisé -
- Sponsorisé -
Derniers articles

CD événement, annonce. Egidio DUNI : L’ISLE DES FOUX – Ensemble ALMAZIS, Iakovos Pappas (1 cd Maguelone)

Génie de l’opéra comique au XVIIIème, l’italien Egidio Duni aborde le sujet de la folie avec délire et poésie,...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img