lundi 22 juillet 2024

CRITIQUE CD. 20th CENTURY AND FORWARD : Elgar, Debussy, Ravel, Barbosa, Moody… Bruno Monteiro (violon), João Paolo Santos (piano) – 1 cd Et’cetera.

A lire aussi

Jamais en manque d’un nouveau défi, le violoniste Bruno Monteiro sait toujours nous surprendre, sachant associer comme ici des tempéraments qui font crépiter son instrument. Le jeu est d’autant plus expressif et riche que l’instrumentiste trouve en João Paolo Santos, le pianiste idéal, un complice subtil et très engagé. 

 

 

 

La Sonate d’ELGAR est la moins connue de ce premier XXè mis en à l’honneur par le violoniste Bruno Monteiro ; aux côté de Debussy, elle compose une excellente entrée en matière, qui en 1918, affirme le style mûr du compositeur britannique très officiel, surtout connu pour sa dimension symphonique et ses oratorios ; la Sonate est une œuvre délicieuse, captivante même, balançant toujours entre vigueur et noblesse ; les deux interprètes savent jouer d’un dialogue affûté (aux frottements singuliers) qui sait s’enivrer (la romance centrale, ici particulièrement chantante, suspendue, caressante et d’un climat suggestif…). Les deux complices soulignent surtout dans le 3è mouvement l’ampleur de l’Allegro, très affirmée voire impérieuse dans son ultime tonalité majeure.

Un année auparavant (mars 1917), DEBUSSY achevait sa propre Sonate pour violon et piano : partition testamentaire qui incarne aussi le dernier jeu, l’ultime souffle d’un compositeur malade qui se sait condamné (la création en mai voit le compositeur au piano pour sa dernière apparition publique) ; la profondeur, l’intime, la secrète introspection d’un moi affirmé (et qui se dérobe toujours), s’inscrivent ici avec une délicatesse pathétique rare, que le violon et le piano expriment en une suite de séquences flottantes, constamment allusives, d’une authentique force poétique (Allegro vivo) ; l’invention de Debussy s’affirme plus encore dans le mouvement central, libre et fantasque (noté « fantasque et léger »), qui s’étire et se déploie comme improvisé sur le fameux ostinato ibérique ; Bruno Monteiro et João Paolo Santos s’électrisent dans cette série à la fois facétieuse et subtilement nostalgique, aux épanchements bouleversants, francs, troubles. C’est son mouvement tournoyant et comme à vide qui diffuse un climat d’hallucination que les interprètes captent avec finesse.

Le RAVEL de 1924 porte plus loin encore les défis techniques : « Tzigane » exige du violoniste une dextérité à toute épreuve : glissandi, pizzicati, doubles cordes, sauts harmoniques… Bruno Monteiro aborde sans faillir la succession de variations comme librement improvisées, mais dans un souffle unitaire malgré la volubilité rhapsodique requise ; le violoniste très inspiré souligne chaque effet contrasté de l’ample cadence d’ouverture, chaque saillie entre parodie et franchise, tour à tour en jouant des références à Liszt, à Paganini, là entre séduction et vertiges sonores. Le thème dansant, furtif, sur un intervalle de quinte affirme une vigueur bartokienne idéalement nerveuse ; peu à peu, la ligne du violon va s’amplifiant, osant tous les délires, dans l’extravagance virtuose, la surenchère fantasque, furieusement tzigane… jusqu’à la transe, comme Ravel (s’agissant de ses derniers mouvements), en a le secret (et l’étonnante maîtrise expressive).

En complément de ce programme très ambitieux, (qui dans sa maîtrise se montre d’autant plus méritant), Bruno Monteiro ajoute la première mondiale de la « Romance » de Luíz Barbosa, pièce ample et rêveuse, au parfum envoûtant. Même atmosphère totalement suspendue, voire hypnotique et ascensionnelle pour « Ascent » d’Ivan Moody, décédé en 2024. Dans chaque pièce, si contrastée et distincte, s’affirme la complicité des deux instrumentistes.

 

_______________________________________

CRITIQUE CD. 20th CETURY AND FORWARD : Elgar, Debussy, Ravel, Barbosa, Moody… Bruno Monteiro, violon ; João Paolo Santos, piano (1 cd Et’cetera) – CLIC de CLASSIQUENEWS printemps 2024.

 

 

 

LIRE aussi notre annonce du cd MUSIC FOR VIOLIN & PIANO : Elgar, Debussy, L Barbosa, Ivan Moody, Ravel (Bruno Monteiro, violon / João Paulo santos, piano – 1 cd Et’cetera, 2024) : https://www.classiquenews.com/cd-evenement-annonce-music-for-violin-piano-elgar-debussy-l-barbosa-ivan-moody-ravel-bruno-monteiro-violon-joao-paulo-santos-piano-1-cd-etcetera-2024/

Plus d’infos sur le site du violoniste Bruno Monteiro : https://www.bruno-monteiro.com/

- Sponsorisé -
- Sponsorisé -
Derniers articles

LIVRE D’ÉTÉ : Catherine NYKOV : « Sinfonietta en ré majeur ». FEUILLETON 1/4 – Colombe en quête d’elle-même…

LIVRE D’ÉTÉ. Le dernier roman de Catherine NEYKOV, « Sinfonietta en ré majeur » est le coup de cœur de la...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img