La Dame Blanche de Boieldieu

boieldieu-la-dame-blanche-nicolas-simon-orchestre-les-siecles-opera-CLIC-critique-de-CLASSIQUENEWSBOIELDIEU : La Dame Blanche, 6 nov 2020 – 5 fĂ©v 2021. CrĂ©ation. Écosse, 1759. Un château, abandonnĂ©, dresse ses ruines encore majestueuses. Autrefois y vivaient les Avenel qui ont du fuir. Protectrice du site chargĂ©e d’histoire, la mystĂ©rieuse dame blanche, apparition qui fascine et effraie tout autant. Mais le cupide Gaveston souhaite s’approprier tant de patrimoine dĂ©laissĂ©, tandis que les paysans demeurent fidèles Ă  la mĂ©moire des Avenel. Surgit George, soldat solitaire Ă  la recherche d’un amour perdu… Sur le livret de Scribe, Boieldieu signe un ouvrage propre aux annĂ©es 1825, influencĂ© par le gothique fantastique de Walter Scott, et le goĂ»t pour le genre historique (plutĂ´t monarchique). L’opĂ©ra-comique Ă  l’époque de la Restauration tend Ă  louer un ordre harmonieux perdu (sacralisation des Avenel et de leur hĂ©ritier loyal, George). L’intrigue souligne l’attente des paysans : tous souhaitent le retour du seigneur. La production prĂ©sentĂ©e par Les Siècles et Nicolas Simon transpose l’action dans un monde imaginaire animalier, Ă  la fois fantastique et onirique ; taille dans les dialogues parlĂ©s – trop datĂ©s aujourd’hui, qui sont rĂ©Ă©crits et actualisĂ©s. Le spectacle veut souligner combien Ă  trop vĂ©nĂ©rer un ordre perdu, on s’enferme dans une prison. La peur de l’inconnu empĂŞche le renouvellement pourtant vital des sociĂ©tĂ©s. L’opĂ©ra de Boieldieu demeure l’un des plus grands succès de l’OpĂ©ra-Comique : la place devant la salle Favart est baptisĂ© « place Boieldieu » en 1851, miroir de son succès historique.

AUX ORIGINES DE L’OPERA ROMANTIQUE FRANCAIS… Les airs de Boieldieu tiennent d’autant de tubes qui ont marqué les esprits : air de George du premier acte : « Ah ! Quel plaisir d’être soldat », la ballade de Jenny, les couplets de Marguerite, l’air d’Anna du troisième acte : « Enfin, je vous revois ». Boieldieu sait habilement mêlé comédie et profondeur, légèreté et romantisme. Au coeur du drame, George est ce héros en quête d’identité, qui a perdu la mémoire puis la retrouve « D’où peut naître cette folie ? D’où vient ce que je ressens ? » (acte III). Maître du fantastique, Boieldieu cisèle aussi les accents purement surnaturels de la partition quand paraît la Dame Blanche… au son du cor, timbre de l’accomplissement magique. C’et d’ailleurs tout l’apport des Siècles sous la direction de Nicolas Simon que d’offrir l’acuité caractérisée des timbres propre aux instruments historiques (en l’occurrence ceux de l’orchestre berliozien).

boieldieu-la-dame-blanche-opera-critique-annonce-opera-classiquenews-boieldieu-par-BoillyL’écriture de François-Adrien Boieldieu  (1775-1834)  influence toute une génération de compositeurs français depuis son élève Adolphe Adam (1803-1856) jusqu’à Georges Bizet (1838-1875), Léo Delibes (1836-1891) et Emmanuel Chabrier (1841-1894). En août 1824, Rossini s’est installé à Paris où sur la scène du Théâtre-Italien, il triomphe avec Le Voyage à Reims (1825). Son rival, Boieldieu compose ce dernier chef d’œuvre, reprenant un projet amorcé par Scribe en 1821. Scribe s’inspire de deux romans de Walter Scott (1771-1832), : Guy Mannering (1815)  et  Le Monastère  (1820). Avant Wagner très admiratif de l’ouvrage, Weber s’écrit : « C’est le charme, c’est l’esprit. Depuis Les Noces de Figaro de Mozart on n’a pas écrit un opéra-comique de la valeur de celui-ci ».

________________________________________________________________________________________________

François-Adrien Boieldieu (1775 – 1834)
LA DAME BLANCHE
Opéra-comique en trois actes créé le 10 décembre 1825
à l’Opéra-Comique à Paris.
Livret d’Eugène Scribe d’après Walter Scott
Nouvelle production
Création de la version pour 14 chanteurs, 19 instrumentistes et un chef

Mise en scène :  Louise Vignaud
Direction musicale : Nicolas Simon
Orchestre Les Siècles

Georges Brown, jeune officier anglais (ténor) : Sahy Ratia
Dikson, fermier (ténor comique) : Fabien Hyon
Jenny, sa femme (soprano) : Sandrine Buendia
Gaveston, ancien intendant (basse) : Yannis François
Anna, sa pupille (soprano) : Caroline Jestaedt
Marguerite, domestique (mezzo-soprano) : Majdouline Zerari
Mac-Irton, juge de paix (basse) : Ronan Airault

Le Cortège d’Orphée / direction : Anthony Lo Papa
Clara Bellon, Mylène Bourbeau, Caroline Michel ou Camille Royer
LĂ©o Muscat, Olivier Merlin, Henri de Vasselot
Roland Ten Weges, Ronan Airault.

________________________________________________________________________________________________

15 représentations, du 6 nov 2020 au 5 fév 2021
ven 6 et sam 7/11/20 – Compiègne – Le Théâtre ImpĂ©rial – 20h30
ven 20/11/20 – Tourcoing – Théâtre Raymond Devos – 20h
dim 22/11/20 – Tourcoing – Théâtre Raymond Devos – 15h30
mar 24/11/20 – Dunkerque – Le Bateau-Feu – 20h
mer 25/11/20 – Dunkerque – Le Bateau-Feu – 19h

mar 1 et mer 2/12/20 – Quimper – Le théâtre de Cornouaille, 20h
jeu 10 et ven 11/12/20 – Rennes – OpĂ©ra de Rennes – 20h
dim 13/12/20 – Rennes – OpĂ©ra de Rennes – 16h
lun 14/12/20– Rennes – OpĂ©ra de Rennes – 14h30 (scolaire)

mar 19/01/21 – Besançon – Les 2 Scènes – Théâtre Ledoux – 20h
mer 20/01/21 – Besançon – Les 2 Scènes – Théâtre Ledoux – 19h
ven 5/02/21 – Amiens – Scène nationale – 20h

 

 

________________________________________________________________________________________________

PLUS D’INFOS sur le site la CO OPERA TIVE :
http://www.lacoopera.com

VOIR la page dédiée à La Dame Blanche
http://www.lacoopera.com/la-dame-blanche

Comments are closed.