dimanche 3 mars 2024

METZ, Arsenal. Le Sacre du printemps / Portraits of Marilyn Monroe de Brice Pauset (création mondiale), vendredi 23 février 2024

A lire aussi

Commande de la Cité musicale-Metz, « Portraits of Marilyn Monroe
« est la nouvelle partition du compositeur Brice Pauset qui sera créée le 23 février prochain à l’Arsenal de Metz. L’œuvre entre en résonance avec le travail comme artiste associé à l’Arsenal pendant la saison 2021-2022. Elle est couplée avec la partition révolutionnaire et scandaleuse de Stravinsky, alors jeune compositeur pour les Ballets Russes, Le Sacre du Printemps (1913) qui donne son titre au concert.

A partir du livre « Stutter » (/ bégaiement) de Marc Shell (professeur de littérature comparée à Harvard University), le compositeur s’interroge lui aussi sur le parallèle entre le mythe tragique de Marilyn Monroe, icône glamour par excellence et figure majeure du cinéma américain, et Hamlet dont les doutes noirs, ténébreux sur la vie et la condition humaine croisent la pensée de l’actrice. Les poèmes posthumes de Marilyn récemment (re)découverts témoignent d’un mal être très profond, une angoisse existentielle qui rend son propre mythe, d’autant plus bouleversant. 

 

________________________

METZ, Arsenal (Grande salle)
Vendredi 23 février 2024, 20h
Concert  Le Sacre du printemps de Stravinski
/ Brice Pauset : Portraits of Marilyn Monroe, création

Réservez vos places directement sur le site de l’Arsenal de Metz :
https://www.citemusicale-metz.fr/fr/programmation/saison-23-24/concert/le-sacre-du-printemps-de-stravinski

 

 

Programme :

 

Brice Pauset
Portraits of Marilyn Monroe, pour soprano, 3 instruments et orchestre
Sur des textes de William Shakespeare
Création mondiale, commande de la Cité musicale-Metz

Richard Strauss
Quatre Lieder : « Morgen! », « Cäcilie »
Till l’Espiègle

Igor Stravinski
Le Sacre du printemps

Orchestre National de Metz Grand Est

Maria Badstue, direction
Marianne Croux, soprano
Céline Steiner, viole d’amour
Shizuyo Oka, cor de basset

 

 

 

 

Marilyn et Shakespeare

«Marilyn Monroe est une icône planétaire. Ses apparitions cinématographiques ont souvent renforcé son statut quasi-mythologique, tandis que sa vie privée rebondissait d’échecs en échecs. C’est ce décalage que reflète ses poèmes, écrits le plus souvent sous forme elliptique ou lacunaire. »

Brice Pauset a composé en « travaillant la matière littéraire léguée par Marilyn et Shakespeare : « J’ai repris alors chaque poème de Marilyn Monroe et l’ai « recouvert », à la manière d’un palimpseste, par des fragments tirés de la tragédie de Hamlet, fragments qui en reprennent terme à terme la structure métrique, le sens et l’élocution. Il en résulte une situation anachronique particulière : le théâtre élisabéthain exprime pensées et doutes de la star – une star décalée qui projetait de quitter Hollywood pour fonder une société de production dédiée aux tragédies de Shakespeare….»

 

 

De l’écrivain au compositeur, de Marc Shell à Brice Pauset

«  Marc Shell dresse le tableau de différentes figures historiques ou littéraires liées au bégaiement ; parmi celles-ci, Marilyn Monroe et le personnage central de la tragédie de Hamlet, qui présentent de très nombreuses similitudes, notamment du point de vue des qualités d’énonciation et de l’expression d’une profonde noirceur existentielle ».

 

 

 

Rencontre vidéo avec Brice Pauset

Le compositeur alors « associé » à la saison 21-22 de la Cité musicale-Metz présente son travail comme pianiste et comme compositeur (mai 2022) :


Brice Pauset

Né en 1965, il étudie le piano, le violon, la musique de chambre, l’analyse et l’écriture au Conservatoire de Besançon, ensuite au Conservatoire de Boulogne-Billancourt et au Conservatoire national supérieur de musique de Paris. Il partage ses activités entre la composition, l’interprétation (au clavecin et au piano) de ses œuvres et des répertoires baroques et classiques, la réflexion esthétique et l’enseignement. Brice Pauset collabore, entre autres, avec l’Ircam, le Festival d’Automne à Paris, Ars Musica, le Quatuor Diotima, les ensembles Lucilin et Modern, le Klangforum Wien, le Konzerthaus de Berlin, avec des solistes comme Irvine Arditti, Jean-Pierre Collot, Marc Coppey, David Grimal, Nicolas Hodges ou Andreas Steier, et les chefs Stefan Asbury, Sylvain Cambreling, Johannes Kalitzke, Jonathan Nott, Emilio Pomárico, Kwamé Ryan, Pierre-André Valade. Parmi ses pièces récentes, citons son premier grand opéra « Strafen » d’après Kafka (2020, Opéra de Dijon) ; « Vertigo – Infinite Screen », composition intermédiale (festival ManiFeste par Klangforum Wien, 2021).

- Sponsorisé -
- Sponsorisé -
Derniers articles

CRITIQUE, concert. BERLIN, Philharmonie, le 2 mars 2024. BRUCKNER : Symphonie en fa mineur, dite « 00 », et Symphonie en ré mineur, dite « annulée ou...

L'année 2024 célèbre le 200e anniversaire de la naissance d'Anton Bruckner par deux raretés peu données au concert comme...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img