lundi, février 6, 2023

CRITIQUE CD événement. Joseph-Hector FIOCCO : Lamentationes Hebdomadae sanctae – Bonne Corde / Diana Vinagre – 2 cd Ramée, 2021

A lire aussi

CRITIQUE CD événement. Joseph-Hector FIOCCO : Lamentationes Hebdomadae sanctae – Bonne Corde / Diana Vinagre – 2 cd Ramée, 2021 – D’emblée la justesse expressive des deux soprani requises pour ces 11 Lamentations du temps pascal (1733) forcent l’admiration. D’autant que le continuo excelle lui aussi – plénitude extatique, et aussi articulation du texte latin sur le thème des Lamentations du prophète Jérémie – à chanter les Mercredi, jeudi et Vendredi Saints. Toute Lamentation doit son intensité quasi hypnotique à l’intelligibilité des chanteurs ; à leur flexibilité incarnée également ; le texte structure tout le cheminement fervent voire spirituel du Mercredi au Vendredi Saints, d’autant plus spectaculaire grâce au rituel des bougies que l’on éteint au fur et à mesure comme pour plonger les fidèles auditeurs dans la nuit du Mystère.

 

 

Bonne Corde réalise les Lamentations
du Bruxellois JH Fiocco

Vertiges mystiques

 

Ciselé, mordant, agissant, l’ensemble Bonne Corde réalise un tapis dramatique et mystique des plus naturels (ligne sinueuse et éclatante  du cello de Diana Vinagre, directrice musicale du collectif, précisément dans le prélude de la 1ère Lamentation du Jeudi Saint – plage 14 cd 1). Ainsi entre autres remarquables accomplissements, les 3è Lamentations pour le Jeudi Saint ; 1ère et 2ème pour le Vendredi Saint (CD2 – plages 14 à 21), laissent se déployer le timbre souple et somptueusement sculpté d’Ana Quintans (dénuement fulgurant du volet final de la Lamentation du Jeudi Saint, plage 21 – cd 1), qui s’approche de celui d’un jeune garçon (clarté, brillance, ardeur et vaillance : en particulier dans « Jod. Sederunt in terra », plage 16 – CD1), dévoilant tendresse et fragilité.

Deux qualités, deux caractères que l’on retrouvent tout autant chez ses partenaires : Ana Vieira Leite (superbe ciselure linguistique dans « Ghimel. Migravit Judas » / puis « Daleth. Viae Sion » ; plages 3 et 4 – CD1) et le baryton Hugo Oliveira, dont la sincérité et le sens du verbe agissant là encore demeurent saisissants d’un bout à l’autre, en particulier dans le volet final du cycle, la dernière (3ème) Lamentation pour le Vendredi Saint, au chapitre conclusif « Pellis nostra » où le soliste déclame le vers qui vaut libération et vérité révélée « Jerusalem convertere ». Un accomplissement irrésistible d’autant plus convaincant que la prise de son (Rainer Arndt), idéalement réverbérée sait ciseler elle aussi le verbe incandescent des interprètes.

 

 

 

_________________________________________
CRITIQUE CD événement. Joseph-Hector FIOCCO : Lamentationes Hebdomadae sanctae – Bonne Corde / Diana Vinagre – 2 cd Ramée / Outhere – Enregistré à Lisbonne, Portugal, nov 2021 – NOTE : 5 / 5 – CLIC de CLASSIQUENEWS hiver 2022
PLUS D’INFOS sur le site de l’éditeur Ramée / Outhere : https://outhere-music.com/fr/albums/fiocco-lamentationes-hebdomadae-sanctae

 

 

TEASER VIDEO – durée : 6mn56
‘Lamentationes Hebdomadæ Sanctæ’ by Ensemble Bonne Corde

- Sponsorisé -
- Sponsorisé -
Derniers articles

CRITIQUE, opéra. LILLE, le 30 janvier 2023. DEBUSSY : Pelléas et Mélisande. Behr, Santoni, Duhamel… F-X Roth / D Jeanneteau.

Initialement mise à l’affiche de l’Opéra de Lille en février 2021, cette production de Pelléas et Mélisande avait été...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img