dimanche 14 avril 2024

CRITIQUE CD, événement – Elsa Moatti, violon : EXILS (1 cd Klarthe, nov 2021)

A lire aussi

CRITIQUE CD, événement – Elsa Moatti, violon : EXILS (1 cd Klarthe, nov 2021) – L’exil est une voie qui structure et façonne, détermine et accomplit plutôt qu’il n’accable et condamne. Le chemin parcouru, la traversée nourrissent ici un destin qui s’avère lumineux. L’exil n’est pas une fatalité c’est une force qui même imposée, enrichit. Il réveille souvenirs, convoque les absents auxquels le violon prête sa voix… Le programme est ainsi conçu comme une remémoration naturelle, l’activité d’une mémoire qui découvre et se re-découvre.
Comme entourée de ses amis, ceux qui ont jalonné un chemin semé de rencontres et de partages formateurs, Elsa Moatti invite à une célébration fraternelle et sensible. Un parcours et un rite qui invitent à se souvenir, accepter, s’accorder. Même hors sol, le promeneur s’affirme dans cette errance où être sur la route, c’est être chez soi [cf citation dans le livret du philosophe Günther Anders]. Sensible, inspirée, la violoniste ajoute la couleur de la perte quand une note produite sort du corps et de l’instrument, et s’efface à jamais. Vision mélancolique certes mais qui puise dans cette appréciation profonde et intime, une énergie régénératrice qui ne regrette pas mais célèbre. Le déchirement et la douleur sont sublimés en métamorphose grâce à l’exercice cathartique de la musique dont le mouvement réactive l’idée de la quête et de l’approfondissement. « Hors sol » , l’exil ne serait-il pas un envol libérateur ? Interroge la violoniste.

 

 

 

Le violon intime, suggestif d’Elsa Moatti
l’exil est un envol libérateur

 

 

 

Fado, jazz, musique des balkans, musique finlandaise d’où  » Lachen Verlernt » de Salonen [2002] qui célèbre Pierrot rieur se télescopent et s’enrichissent  évidemment de racines juives sépharades, algériennes (de Constantine) ; des inserts irlandais ajoutent en liberté et spontanéité, l’esprit de la danse. Le cheminement débute par l’incantation chantée « Matkustaa », prière, hymne imprécatoire qui ouvre l’expérience personnelle et intime ; suivent les 3 escales du triptyque d’Ernest Bloch « Baal Shem » aux résonances profondes et viscérales, à la fois tendres et âpres ; ce sont trois tableaux de la vie hassidique [prière, chant, danse libératoire] ; auquel semble répondre le saxophone lumineux, insouciant de V Lê Quang (« Bois d’épines »). L’identité profonde de la violoniste se dévoile à mots couverts, dans le chant murmuré de ses propres compositions (« Haaveilu », « Aamunkoitto », …) sans omettre le Klezmer pour son frère Michael, conversation hommage avec l’être inoubliable ; autre territoire de cette géographie personnelle qui se souvient et honore. D’une insondable mélancolie que tempère l’assurance d’une tendresse assumée, cultivée, s’imposent aussi « L’attimo che ami » de J Farjot pour violon et piano ; comme le Nocturne énoncé comme une berceuse de Lili Boulanger. Enfin les 3 derniers morceaux, étapes transitoires propices aux nouvelles illuminations enrichissent un programme vécu, investi comme un jardin intime constellé de révélations : les champs intimes sur la corde de M Bailly (« Néon ») ; l’ivresse aiguë du saxophone dialoguant avec le violon de « Nacelle » (V Lê Quang) ; l’équilibre à 2 violons de « Vie-Re-Volte » de la compositrice et violoniste irlandaise Fiona Monbet : nouvel accomplissement d’un duo conversant exprimant l’entente et le partage. « La musique crée des fraternités avec des personnes que l’on ne connaît pas », précise Elsa Moatti. Voilà un éclairage lumineux qui est une puissante force d’humanisation. Approche admirable. CLIC de CLASSIQUENEWS automne 2022.

 

 

 

 

____________________________

CRITIQUE CD, événement – Elsa Moatti, violon : EXILS (1 cd Klarthe, enregistré à Paris, nov 2021) – PLUS d’infos sur le site de l’éditeur KLARTHE records / Elsa Moatti, EXILS : https://www.klarthe.com/index.php/fr/enregistrements/exils-detail

 

 

 

Programme :
1. E. Moatti  Matkustaa
2-4. E. Bloch  Baal Shem
5. V. Lê Quang  Bois d’épines
6. E. Moatti  Haaveilu
7. E.P. Salonen  Lachen Verlernt
8. E. Moatti  Lágrima
9. E. Moatti  Aamunkoitto
10. E. Moatti  Klezmer for Michaël
11. J. Farjot  L’Attimo che ami
12. L. Boulanger  Nocturne
13. M. Bailly  Néon
14. V. Lê Quang  Nacelle
15. F. Monbet  Vie-Re-Volte

Suzanne Ben Zakoun – piano (2,3,4,11,12)
Vincent Lê Quang – Saxophone (5,14)
Julia Macarez – alto (13)
Fiona Monbet – violon (15)
Elsa Moatti – violon, voix, violon baroque

- Sponsorisé -
- Sponsorisé -
Derniers articles

CRITIQUE, concert. PARIS, Maison de la Radio, le 12 avril 2024. SIBELIUS : Symphonies 5, 6 et 7. Orchestre philharmonique de Radio France /...

Directeur musical de l’Orchestre Philharmonique de Radio France depuis 2015, le Finlandais Mikko Franck (né en 1979) dirige l’intégrale...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img