dimanche 3 mars 2024

CRITIQUE CD événement : JOR / Jeune Orchestre RAMEAU VOL. 2 / Sextuors en CONCERTS – L’EXCELLENCE BAROQUE portée par Bruno Procopio

A lire aussi

Cet été fut le spectacle d’un nouveau miracle symphonique et lyrique, quand le JOR JeuneOrchestre Rameau, invité par le Festival Berlioz de la Côte Saint-André réalisait un sublime récital Rameau avec Jodie Devos, plus souriante et lumineuse que jamais, comme galvanisée par la tenue nerveuse, élégantissime de l’Orchestre sur instruments historiques, dirigé par Bruno Procopio. Ce volume 2 du JOR session 2022 s’intéresse à l’énergie virtuose, à la suractivité géniale de Rameau dans ses fameuses Pièces de clavecin en concerts, une partition ouverte dont l’instrumentation offre plusieurs possibilités à la convenance des interprètes et que Bruno Procopio qui l’a jouée depuis le clavecin plus de 60 fois, qui l’a enregistrée aussi, propose dans une version historiquement avérée, en… sextuor de cordes.

Les musiciens du JOR se prête à ce jeu musical qui permet de réécouter la pièce dans une disposition neuve, et cet esprit défricheur autant que pétillant qui est la marque de l’orchestre fondé / dirigé par le bouillonnant chef franco brésilien. 

A l’appui de cette version originale et décapante, Bruno Procopio précise : « Ce nouveau programme  est dédié aux « Pièces de clavecin en Concerts » adaptées en sextuor, dont les partitions manuscrites datent de 1768. Cette œuvre a été retrouvée dans la bibliothèque de Decroix, un collectionneur enthousiaste des œuvres de Jean-Philippe Rameau ».  Decroix qui était avocat à Lille, passionné de Voltaire et de Rameau recueillit la version en sextuor entre autres ; ces nombreux documents donnés à la Bibliothèque nationale de France permirent ensuite à Saint-Saëns de « redécouvrir » Rameau au XIXè avec l’intuition et le discernement que l’on sait. 

La version proposée par le JOR a été adaptée pour 12 musiciens afin de créer un effet plus « symphonique » . Le chef et claveciniste Bruno Procopio a ajouté la partie de clavecin concertante de la version originale « pour donner plus de vivacité à l’ensemble des pièces ». « J’ai enregistré l’intégrale des « Pièces de clavecin en Concerts » il y a exactement 10 ans, et depuis, j’ai eu l’occasion de les interpréter en concert plus de soixante fois. J’ai également enregistré les versions pour grand orchestre de ces pièces, arrangées par Rameau lui-même. Cependant, il manquait à mon répertoire la version des « Concerts en Sextuor ». Un feuillet du manuscrit précise que cette version datant de 1768 n’était pas réellement conçue pour un sextuor de solistes, car pour les passages à doubles cordes, il recommandait un partage entre les musiciens du même pupitre. » précise le maestro. 

Mais Bruno Procopio va plus loin encore qu’une seule restitution : le chef claveciniste étoffe, ajoute dans le style et selon l’usage historique. Une audace bienvenue qui retrouve la vitalité novatrice des premiers grands baroque toujours curieux d’une nouvelle expérimentation sonore et instrumentale. 

 

Le clavecin concertant comme leader

Tout en soulignant l’apport dynamique des deux clavecins associés à l’entreprise, Bruno Procopio souligne aussi la personnalités des instrumentistes qui l’entourent : « L’arrangeur anonyme de cette version en sextuor m’a grandement inspiré à envisager une nouvelle interprétation, mettant en avant le clavecin concertant en tant que leader. J’ai commencé à travailler sur une version à deux clavecins en collaboration avec la talentueuse claveciniste Lillian Gordis, récemment récompensée par un Diapason d’Or pour son album Bach chez Paraty. Ce travail a été pour moi une source de grand plaisir et, à mes yeux, représente la première réussite de ce projet. En effet, l’objectif était de ne pas simplement ajouter un deuxième clavecin au continuo, mais plutôt de créer une dynamique où le clavecin joue un rôle de moteur au sein de l’orchestre composé de 12 musiciens. J’ai pu compter sur la collaboration inestimable de Patrick Bismuth au premier violon, de Boris Paredes, premier violon de l’Orchestre Baroque Simón Bolívar (Sistema) à Caracas, ainsi que du très jeune talent vénézuélien déjà remarqué, Pablo Agudo. »

Dans un contexte financier et économique tendu, le JOR apporte la preuve que la musique baroque reste un vivier en inventivité et en prises de risques. « Le JOR – Jeune Orchestre Rameau est un laboratoire orchestral d’excellence qui attire des musiciens du monde entier. Nous bénéficions du soutien des Éditions Rameau et des grands conservatoires européens. En tant que créateur du JOR, cette initiative représente un défi majeur pour moi, mon objectif ne se limite pas seulement à offrir une expérience musicale novatrice et inspirante, mais aussi à garantir la pérennité de l’orchestre. »

Malheureusement les signes de renouveau sont faibles, les organismes offrant un soutien financier se font rares et de moins en moins curieux. « Les formations de jeunes musiciens visant l’excellence demeurent peu nombreuses, mais nous croyons fermement que la musique de Rameau reste encore largement à découvrir et qu’elle pourrait catalyser un nouvel élan. »

 

____________________________________________

Le « Vol. 2, Rameau, Sextuors en Concerts » du JOR – Jeune Orchestre Rameau est disponible exclusivement en version numérique sur toutes les plateformes depuis le 3 novembre (version single) et le 15 décembre (version album).

Vidéo de l’album (enregistrée à l’Opéra du Grand Avignon) : https://www.youtube.com/watch?v=h4VyN-SSNwc

 

 

 

VOIR notre reportage le JOR Jeune Orchestre Rameau par Bruno Procopio :

_______________________

- Sponsorisé -
- Sponsorisé -
Derniers articles

CRITIQUE, concert. BERLIN, Philharmonie, le 2 mars 2024. BRUCKNER : Symphonie en fa mineur, dite « 00 », et Symphonie en ré mineur, dite « annulée ou...

L'année 2024 célèbre le 200e anniversaire de la naissance d'Anton Bruckner par deux raretés peu données au concert comme...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img