LIVRE, critique. JEAN-PHILIPPE THIELLAY : MEYERBEER (Actes Sud)

meyerbeer-giacomo-thiellay-actes-sud-biographie-livre-critique-review-par-classiquenews-sept-2018LIVRE, critique. JEAN-PHILIPPE THIELLAY : MEYERBEER (Actes Sud). A l’heure oĂč sont repris Ă  Paris ses fameux Huguenots (1836) / opĂ©ra Bastille dĂšs le 28 sept 2018, voici une biographie de Giacomo Meyerbeer, d’autant plus bienvenue qu’elle Ă©claire (enfin) son apport musical et surtout lyrique, comme Ă©tranger Ă  Paris (comme Bellini, Spontini, Rossini mais aussi au XVIIIĂš, les Gossec, Sacchini, Piccinni ou le Chevalier Gluck
), tous porteurs de rĂ©formes et d’avancĂ©es phĂ©nomĂšnales sur le plan esthĂ©tique. Meyerbeer est un profil europĂ©en et germanique (Berlin) avant d’ĂȘtre français et parisien : son Ɠuvre essentiel est d’avoir dans la lignĂ©e de Spontini et Rossini, fixĂ© le modĂšle du « grand opĂ©ra français », spectacle et grandiose comprenant ballet, tableaux collectifs et scĂšne d’intimisme individuel afin que se croisent et s’exaltent les destinĂ©es personnelles et le plus souvent tragiques, et le grand souffle de l’Histoire, insatiable machine Ă  broyer les Ăąmes


meyerbeer_dapres_p_0Meyerbeer – Jakob Liebmann Meyer Beer enfant d’une riche famille berlinoise- est nĂ© en 1791 et mort en 1864 ; devenu Giacomo, il se nourrit des opĂ©ras ultramontains, auprĂšs de Salieri ; ses premiers ouvrages seront italiens : Romilda e Constanza (1817), Emma di Resburgo(1819), Margherita d’Anjou (1820) et Il Crociato in Egitto (crĂ©Ă© triomphalement Ă  Venise, La Fenice, 1824 ; puis repris Ă  Paris en 1825) ; il Ă©claire la scĂšne lyrique internationale pendant plusieurs dĂ©cennies ; ses oeuvres sont jouĂ©es partout ; il est l’intime des tĂȘtes couronnĂ©es (FrĂ©dĂ©ric-Guillaume IV qui le nomme directeur de la musique Ă  Berlin dĂšs 1842, la Reine Victoria, NapolĂ©on III
) estimĂ© d’eux, mais aussi des artistes, savants et intellectuels tels Sand, Hugo, Alexandre Dumas, Heinrich Heine, Franz Liszt, 
. Successeur de Rossini Ă  Paris, il comprend parfaitement les attentes de la sociĂ©tĂ© europĂ©enne du milieu du XIXe siĂšcle et invente un genre d’opĂ©ra Ă  part entiĂšre. Avec Scribe, il invente l’opĂ©ra romantique français
 riche en fureur et en tendresse, synthĂšse heureuse et foudroyante sur le plan dramatique de la vocalitĂ  italienne, de l’élĂ©gance racĂ©e du verbe français dĂ©clamĂ©, du symphonisme germanique

Son Ă©viction depuis le milieu du XXĂš des scĂšnes lyriques actuelles reste incomprĂ©hensible. Il est vrai que la rĂ©alisation de ses ouvrages exige des moyens « cinĂ©matographiques », et que chanter ses personnages, ne peut ĂȘtre rĂ©solu qu’avec le concours des meilleurs chanteurs de son temps
 Lecture nĂ©cessaire pour qui veut comprendre l’homme, l’ami, le travailleur acharnĂ©, d’une rare exigence (comme Gluck et Berlioz qui admira tant ses opĂ©ras, de Robert le Diable de 1831, opĂ©ra comique devenu grand opĂ©ra français, au ProphĂšte de 1849 et Ă  L’Africaine, crĂ©ation posthume en 1865).
Citons encore L’Étoile du Nord et Dinorah ou Le Pardon de PloĂ«rmel parmi ses oeuvres puissantes et bouleversantes Ă  redĂ©couvrir d’urgence. D’autant que l’intelligence dramatique de Meyerbeer prĂ©figure et marque les opĂ©ras de Berlioz, Gounod, de Verdi et Wagner. L’auteur de cet essai biographique n’omet aucun des aspects d’une carriĂšre riche et passionnante qui Ă  l’Ă©chelle europĂ©enne, croise invention et gloire.

________________________________________________________________________________________________

LIVRE, critique. JEAN-PHILIPPE THIELLAY : MEYERBEER – Actes Sud Beaux Arts – Parution : Septembre, 2018 / 10,0 x 19,0 / 192 pages – ISBN 978-2-330-10876-2 / prix indicatif : 19, 00€
https://www.actes-sud.fr/catalogue/musique/meyerbeer

Comments are closed.