CD. Stravinsky : Le Sacre du printemps, 1947. Teodor Currentzis, MusicAeterna, 2013, 1 cd Sony classical)

currentzis, stravinsky, sacre du printempsCD. Stravinsky : Le Sacre du printemps, 1947. Teodor Currentzis, MusicAeterna, 2013, 1 cd Sony classical).  Tout est fait dans ce nouveau cd pour brouiller les cartes et provoquer l’acuitĂ© critique de l’auditeur. La couverture dĂ©range en son alignement optique trouble et courbe comme un Vasarely pointilleux critique acide, ou une figure mouvante et gĂ©omĂ©trique qui dĂ©range l’oeil : Teodor Currentzis, lui dĂ©range l’oreille et au-delĂ  l’Ă©coute/. Une vision plus soutenue dĂ©cèle cachĂ©es sous cette grille, les lettres du titre : “CURRENTZIS STRAVINSKY”. Le chef vedette de l’Ă©curie Sony classical rĂ©itère un coup d’Ă©clat, un coup de maĂ®tre ici, alors qu’il parachève son intĂ©grale de la trilogie Mozart / Da Ponte (et avec le mĂŞme fabuleux orchestre : Le Nozze di Figaro puis Cosi fan tutte font toujours dĂ©bat… on attend Don Giovanni courant 2016).

currentzis teodor portrait sacre du printemps stravinsky cd sony review critique compte rendu CLASSIQUENEWSAucune Ĺ“uvre n’a mieux pressenti les secousses telluriques de son Ă©poque que Le Sacre du Printemps, entre sauvagerie et gouffres poĂ©tique, sensualitĂ© instrumentale et abstraction musicale. La partition de Stravinsky que le chef d’origine grecque a choisi est celle de 1947, plus instrumentalement calibrĂ©e, plus incisive dans sa portĂ©e musicale aux timbres affinĂ©s, Ă  l’Ă©quilibre des pupitres plus homogènes et plus mordants aussi, est enregistrĂ©e Ă  Cologne en octobre 2013. La vitalitĂ© caractĂ©risĂ©e des instrumentistes de MusicAeterna fait merveille dans la ciselure symphonique avec une acuitĂ© gorgĂ©e d’Ă©nergie, de prĂ©cision et de souffle dramatique qui font du ballet imaginĂ© par Stravinsky Ă  Paris pour Diaghilev, la partition la plus moderne et la plus visionnaire du XXè. Tout cela fourmille d’idĂ©es, d’Ă©clats, d’Ă©clairs sertis au service d’une vision allante et poĂ©tique, oĂą enjeu premier de l’ouvrage, l’Ă©loquence orgasmique voire extatique des instruments requis est mise en avant : exposĂ©e, optimisĂ©e, radicalisĂ©e : la Danse des adolescentes est rugueuse et Ă©tincelante, habitĂ©e par les convulsions primitives que souhaitaient le compositeur en imaginant son ballet inspirĂ© par l’idĂ©e d’un paganisme des premiers âges. Les Rondes printanières oĂą convulsent les cordes, rugissent les cuivres, font entendre la grande crispation de la terre matricielle et le jaillissement des Ă©nergies primitives : ce Sacre organique dont les palpitations rĂ©gulières obligent l’orchestre Ă  tout donner (frĂ©nĂ©sie et aspiration, enfin rĂ©sonance sauvage des Jeux des citĂ©s rivales). Puis c’est l’immersion dans le mystère le plus lĂ©thal du sage et de son Cortège, avant la dernière convulsion la plus engageante et ses frottements inouĂŻes aux cordes dans une Danse de la terre qui semble concentrer la vitalitĂ© de toutes les forces rassemblĂ©es.
La Sacrifice dĂ©bute comme le dĂ©compte d’un champs de ruines, nocturne et dĂ©pressif (la sĂ©quence la plus longue du ballet) Ă  mesure que s’Ă©tend une ombre menaçante et mystĂ©rieuse et qui s’achève par une courte phrase de conclusion au violoncelle : l’ivresse Ă©perdue du Cercle mystĂ©rieux des adolescentes, entre apaisement (flĂ»te, clarinettes…) et inquiĂ©tude fait toute la valeur de la sĂ©quence suivante… Avec la Glorification de l’Elue (triste dĂ©signation jusqu’Ă  son sacrifice finale), les spasmes de l’orchestre redoublent entre hystĂ©rie sanguinaire et derniers cris de la victime consciente de son futur sacrifice.
L’action rituelle des AncĂŞtres se fait danse sacrificielle aux lueurs secrètes d’une dangereuse sĂ©duction Ă  1’05 : de la flĂ»te au basson, c’est un dĂ©compte mĂ©ticuleux qui cache son intention criminelle… avant le dĂ©ferlement de la Danse sacrale finale : oĂą Sacre signifie sacrifice et pour l’orchestre,un dĂ©fi permanent aux Ă©quilibres redoutables, Ă  la mise en place rythmique Ă©ruptive autant que millimĂ©trĂ©e (en deux sĂ©quences symĂ©triques avec une courte respiration, brĂŞve pause Ă  2’57, avant la mise Ă  mort de l’adolescente ainsi dĂ©signĂ©e).

CLIC D'OR macaron 200currentzis teodor chef maestro review presentation classiquenews sacre du printemps de stravinsky trilogie mozart da ponte critique compte rendu cdIntention. Les mots intentionnels de  Teordor Currentzis pour expliquer son approche sont “sacre” Ă©videmment, subconscient et dĂ©lire, “steppe de l’art tribal”, oĂą le printemps Ă©ternel revient cycliquement par un sacrifice “cruel et vertical”, une rĂ©volution, une rupture rĂ©demptrice ; de fait dans la Danse sacrale finale, on ne pense pas barbarie mais bien rĂ©gĂ©nĂ©ration et ascension vers la lumière. Une rampe de plus en plus Ă©blouissante. Currentzis dans sa prĂ©face assez sybilline oĂą curieusement prophĂ©tique, il laisse aller son admiration lyrique pour Stravinsky dont l’audace et la vĂ©ritĂ© ont rĂ©inscrit l’esprit rural (celui de la steppe) comme facteur premier de modernitĂ©. En mettant le feu, Stravinsky produit la petite Ă©tincelle d’un grand brasier rĂ©dempteur : celui de la transe collective qui Ă  l’Ă©chelle des danseurs ou ici des instrumentistes, se fait Ă©nergie primitive d’essence folklorique. Il faut savoir parfois se brĂ»ler pour prendre conscience. Et voir et ressentir. Si le texte de Currentzis reste confus et alambiquĂ© (il faut absolument le lire relevant d’une mystique post moderne et bourgeoise), son Ĺ“uvre comme chef reste elle passionnante et infiniment plus vivante. De fait cette lecture du Sacre compte autant que celle des Siècles dirigĂ© par François-Xavier Roth, autre ambassadeur zĂ©lĂ© inspirĂ© de Strasvinsky et qui a Ă©tĂ© comme nul autre avant lui, très très loin dans la restitution criante de vĂ©ritĂ© des instruments parisiens, utilisĂ©s, adaptĂ©s, voulus par Stravinsky lui-mĂŞme au moment de la crĂ©ation, en 1913. Evidemment la posture idĂ©ologique et artistique du chef perturbateur provocateur en agacera plus d’un ; mais le geste qui dĂ©construit pour reconstruire proposant une vision entière cohĂ©rente passionnĂ©e donc subjective donc discutable de Currentzis nous paraĂ®t stimulante, face au politiquement correct de tant de versions et productions que l’on nous sert comme toujours plus faussement neuves et constructives. Sa force de curiositĂ©, son dĂ©sir de dĂ©frichement critique rappelle les meilleurs artisans de la dernière rĂ©volution musicale, celle des Baroqueux : Christie, Harnoncourt en tĂŞte. Pour nous, l’avenir de la musique et du classique a encore de beaux jours, grâce Ă  des personnalitĂ©s comme Teodor Currentzis. Lecture Ă©vĂ©nement.

CD. Stravinsky : Le Sacre du printemps, 1947. Teodor Currentzis, MusicAeterna, 2013, 1 cd Sony classical). Enregistrement réalisé à Cologne en octobre 2013.

Comments are closed.