Venise, Festival Antiquité, mythologie, romantismeL’Antiquité à l’heure romantique, jusqu’au 4 novembre 2012

festival à Venise
L’Antiquité à l’heure romantique
Le Palazzetto Bru Zane Centre de musique romantique française à
Venise interroge formes et genres romantiques inspirés par
l’Antiquité… du 22 septembre au 4 novembre 2012

Tout au long du XIXè, l’Antiquité, ses formes équilibrées, ses figures héroïques inspirent les auteurs romantiques.
La tragédie lyrique cultive en particulier les tableaux spectaculaires
mais aussi le profil individuel des héros éprouvés… Vogel, Spontini,
Cherubini, Berlioz, jusqu’à Debussy et Ravel (Epigraphes et Menuet
antiques) illustrent la passion des Romantiques (et postromantiques)
pour l’idéal antique et la mythologie. La Figure du héros, grandeur de
Rome, le néoclassicisme des Lumières au Romantisme, mythes et légendes,
antiquité et modernité… sont les thèmes abordés par le festival
vénitien, présenté par le Centre de musique romantique française. Toutes
les formes musicales sont conviées pour une immersion sélective dans le
grand bain romantique épris d’Antiquité (récital lyrique, opéras,
ballets, musique de chambre, récital de piano…). Il faut aller à
Venise, vivre les concerts romantiques français remis à l’honneur grâce
au Palazzetto Bru Zane, Centre de musique romantique française.

Parmi quelques temps forts d’un festival riche en redécouvertes et relectures fécondes (à Venise et ailleurs):

Figure
du héros: Renaud ou la Suite d’Armide de Sacchini( 1783), Thésée de
Gossec (1782), La Toison d’or de Vogel (1784, déjà recréé… à
Nuremberg), cantates maçonniques de Cherubini et Mozart, Atys de Piccini
(le 22 septembre en ouverture du festival vénitien, repris aux Bouffes
du Nord à Paris, le 24 septembre 2012); récital de David Violi (à
l’heure du Debussysme: Séverac, Dubois, Schmitt, Bonis, Debussy dont les
6 épigraphes antiques…), le 19 octobre à Venise; mais aussi, Pompei
de Joncières et Herculanuum de David (le 4 novembre); joyaux
néoclassiques signés Lully, Rameau (révisés par Dauvergne et Gossec) par
Les Siècles (les 19,20, 21 novembre à Versailles, Compiègne, Aisne);

Réservez vos concerts !

Tous
les programmes, les lieux et les offres spéciales abonnements (package
avantageux comprenant 3, 6, 12 concerts au choix sur l’ensemble de la
saison) sur le site du Palazzetto Bru Zane à Venise. Informations et
réservations au + 39 0415211005; par e-mail: billetterie@bru-zane.com.
Par fax: + 39 0415242049

Consultez tous les concerts et programmes défricheurs dans la brochure en ligne désormais accessible

vidéos
Orphée de Gluck, Atys de Piccini, La Toison d’Or de Vogel, Olympie de Spontini… les compositeurs romantiques inspirés par l’Antiquité en vidéo

Recréation d’Atys de Piccini (1780). Marie-Antoinette goûte peu la musique de Lully;
la reine invite donc de nouveaux compositeurs, en particulier
étrangers, pour renouveler la musique des livrets de Quinault… car le
Grand Siècle et la Cour de Louis XIV, restent au XVIIIè, et quasiment
100 ans après, un âge d’or vénéré et les textes poétiques des opéras
saisissent toujours par leur force expressive. En 1780, après le choc
des oeuvres de Gluck, propre aux années 1770, le napolitain Niccolo
Piccinni compose une nouvelle musique sur le livret d’Atys qu’écrivit
originellement Quinault pour Lully en 1676.

Clip vidéo exclusif (Versailles, répétitions, le 21 septembre 2012)


Le 26 juillet 2012, la ville natale de Vogel,
Nuremberg, ressuscite son opéra créé à Paris en 1786, La Toison d’or. Vogel
y concentre et renouvelle le modèle Gluckiste du grand opéra
mythologique et tragique convoquant sur la scène Jason et les
Argonautes, surtout la figure altière et haineuse, vengeresse et barbare
et pourtant si humaine de la magicienne Médée. (superbe engagement de
la mezzo française Marie Kalinine)… entre classicisme et
romantisme, l’ouvrage marque l’évolution de la lyre tragique et furieuse
à Paris, superbe héritage de la fulgurance gluckiste annonçant voire
surpassant la propre Médée de Cherubini (créée après l’opéra de
Vogel)… Clip vidéo exclusif (Nuremberg, le 26 juillet 2012)


Avant le lancement de son festival d’automne (le 22 septembre à Venise),
le Palazzetto Bru Zane Centre de musique romantique française aborde
dès l’été 2012 la question du néoclassicisme à l’heure romantique. Dans
le sillon tracé par Gluck, Cherubini, Grétry, Spontini font évoluer aux
côtés de Rossini, le modèle de l’opéra tragique au XIXè. Ils préparent
l’avènement de Berlioz… Clip vidéo (Namur, le 7 juillet 2012)

Comments are closed.