OpĂ©ra de TOURS, saison lyrique 2019 – 2020 : 7 productions Ă©vĂ©nements

TOURS-opera-nouvelle-saison-2019-2020-annonce-presentation-critique-concerts-critique-opera-classiquenewsOPERA DE TOURS, saison 2019 2020. TOURS, scĂšne lyrique majeure en France. Ouverte voire audacieuse, majoritairement romantique, la programmation 2019 – 2020 de l’OpĂ©ra de Tours n’oublie pas pour autant de dĂ©licieusement provoquer (Powder her Face du compositeur contemporain Thomas AdĂšs : une Ɠuvre forte et chambriste qui dĂ©cortique l’ñme humaine crĂ©Ă©e il y a dĂ©jĂ  plus de 24 ans). Le chef et directeur des lieux, Benjamin Pionnier, veille au choix des productions dĂ©jĂ  crĂ©Ă©es ou dans le cas de nouvelles rĂ©alisations, au profil des hommes de thĂ©Ăątre capable de respecter la partition et de rĂ©ussir la fusion du thĂ©Ăątre et de la musique. Un Ă©quilibre entre musique et dramaturgie qui se montre exemplaire quand ailleurs l’outrance des scĂ©nographie pseudo-conceptuelles n’hĂ©site pas Ă  dĂ©naturer les ouvrages originaux et rĂ©Ă©crire mĂȘme l’action conçue par le compositeur et son librettiste

En 2019 – 2020, Benjamin Pionnier a conçu l’une de ses programmations les mieux Ă©quilibrĂ©es, portant les dĂ©fis et les promesses de pas moins de 3 nouvelles productions : Don Quichotte, Powder her face et dernier volet de la saison, l’éblouissante Giovanna d’Arco de Verdi. Les 7 productions lyriques Ă  l’affiche de cette nouvelle saison 2017 – 2019 continuent d’explorer, de questionner, et aussi de divertir, en une totalitĂ© idĂ©ale. Ne manque que le baroque (peut-ĂȘtre la saison suivante ?). Soit une vraie scĂšne lyrique, exigeante et gĂ©nĂ©reuse qui prend des risques et sait renouveler notre comprĂ©hension des ouvrages plus familiers. VoilĂ  la preuve qu’il n’y pas qu’à Paris intra muros que les productions et choix de rĂ©pertoires mĂ©ritent que l’on s’y attardent. Tours est plus que jamais une Ă©tape rĂ©guliĂšre et importante de tout amateur d’opĂ©ra en France. Voici donc, d’octobre 2019 Ă  mai 2020, les 7 Ă©vĂ©nements lyriques Ă  ne pas manquer Ă  l’OpĂ©ra de Tours.

 
 

OCTOBRE 2019

Ainsi la premiĂšre production cĂ©lĂšbre le dernier opĂ©ra de la trilogie Da Ponte / Mozart, soit Cosi fan tutte, crĂ©Ă© au Burgtheater de Vienne le 26 janvier 1790. InspirĂ© par le livret de Lorenzo Da Ponte, Mozart, aprĂšs avoir composĂ© Les noces de Figaro puis Don Giovanni surtout, aborde avec une subtilitĂ© inĂ©dite jusqu’alors, la duplicitĂ© des sentiments, les faux serments, la lĂ©gĂšretĂ© du cƓur fĂ©minin (ainsi font elles toutes / toutes les mĂȘmes
, comme nous le dit le titre mĂȘme de l’opĂ©ra « Cosi fan tutte »). Quand Wolfgang aborde le genre buffa, la finesse et l’élĂ©gance de la nostalgie qu’il sait instiller Ă  son Ă©criture, renouvellent totalement le genre buffa napolitain
 C’est un marivaudage avant l’heure : une carte du tendre semĂ© de quiproquos douloureux, de tromperie et de cynisme amers, de faux serments et de vraies passions irraisonnĂ©es. La pulsion et l’éros choatique plutĂŽt que la fidĂ©litĂ© et la constance
 (une approche rĂ©aliste dĂ©jĂ  abordĂ©e dans les Noces et Don Giovanni, selon les thĂšmes chers au poĂšte Ă©crivain Lorenzo da Ponte). C’est l’école des amants, oĂč les jeunes fiancĂ©s apprennent l’inconstance de leurs aimĂ©es respectives ; oĂč les femmes aussi s’enivrent et se perdent dans le jeu de l’amour croisé  Les 4, 6 et 8 octobre 2019. Benjamin Pionnier, direction musicale / Gilles Bouillon, mise en scĂšne.

RÉSERVEZ :
http://www.operadetours.fr/cosi-fan-tutte

 
 

 
 

DECEMBRE 2019

Toujours sur le mode comique dĂ©jantĂ©, et pour fĂȘter la fin d’annĂ©e 2019, voici une piĂšce maĂźtresse de Charles Lecocq : Le Docteur Miracle, opĂ©ra comique en un acte crĂ©Ă© aux Bouffes-Parisiens en avril 1857, les jeudi 12 dĂ©c et vend 13 dĂ©c en sĂ©ances scolaires, et pour le grand public, le sam 14 dĂ©cembre 2019. Version intimiste pour chanteurs et piano (Pierre Lebon, mise en scĂšne). La fille du podestat de Padoue, Laurette, pourra-t-elle Ă©pouser celui qu’elle aime, le capitaine Silvio ?

RÉSERVEZ :
http://www.operadetours.fr/le-docteur-miracle

 
 

Ne manquez pas non plus en ces temps de cĂ©lĂ©brations de NoĂ«l, l’opĂ©rette en 3 actes d’AndrĂ© Messager : Les P’tites Michu (crĂ©Ă© aux Bouffes-Parisiens en nov 1897). Messager se joue des contrastes sociaux quand deux filles Ă©changĂ©es Ă  leur naissance, vivent dans un milieu qui ne leur Ă©tait pas destinĂ© au dĂ©part
 haute naissance ou milieu modeste, Marie-Blanche et Blanche-Marie sont les hĂ©roĂŻnes de ce vaudeville lĂ©ger, Ă©lĂ©gant, français qui suscita un immense succĂšs jusqu’à Londres et Broadway
 4 dates pour la semaine entre NoĂ«l et le jour de l’an, les 27, 28, 29 et 31 dĂ©cembre 2019.

RÉSERVEZ :
http://www.operadetours.fr/les-p-tites-michu

 
 

 
 

 
 

JANVIER 2020

Rossini, aprĂšs avoir traitĂ© le genre seria, s’affirme rĂ©ellement dans la veine du melodramma buffo (et en deux actes) comme l’atteste la rĂ©ussite triomphale de son Barbier de SĂ©ville, d’aprĂšs Beaumarchais, crĂ©Ă© au Teatro Argentina de Rome, en fĂ©vrier 1816. Fin lui aussi, mordant et d’une facĂ©tie irrĂ©sistible par sa verve toute en subtilitĂ©, le compositeur se montre Ă  la hauteur du drame de Beaumarchais : il rĂ©ussit musicalement dans les ensembles (fin d’actes) et aussi dans le profil racĂ©, plein de caractĂšre de la jeune sĂ©questrĂ©e, Rosine : piquante, dĂ©terminĂ©e, une beautĂ© pleine de charme
 Avec le Figaro de Guillaume Andrieu, la Rosina d’Anna Bonitatibus
 Direction musicale : Benjamin Pionnier / Mise en scĂšne : Laurent Pelly. Les 29, 31 janvier puis 2 fĂ©vrier 2020.

RÉSERVEZ :
http://www.operadetours.fr/le-barbier-de-seville

 
 

 
 

MARS 2020

En mars 2020, nouvelle production Ă©vĂ©nement : Don Quichotte de Jules Massenet, comĂ©die hĂ©roĂŻque en 5 actes, crĂ©Ă© Ă  Monte Carlo le 24 fĂ©vrier 1910. L’ouvrage appartient Ă  la derniĂšre pĂ©riode de Massenet, Ă©purĂ©e, intense, franche. Le chevalier Ă  la triste figure espĂšre en vain plaire Ă  DulcinĂ©e, la sĂ©duire, mais la belle est une beautĂ© arrogante et hautaine. Heureusement, son fidĂšle compagnon Sancho adoucit la morsure d’une vie solitaire Ă©prouvĂ©e par les railleries et les humiliations. DirigĂ© par GwennolĂ© Rufet et mis en scĂšne par Louis DĂ©sirĂ©, l’opĂ©ra du dernier Massenet demeure mĂ©connu, Ă  torts. La distribution rĂ©unie Ă  l’OpĂ©ra de Tours comprend Nicolas Cavallier (Don Quichotte), Julie Robard-Gendre (DulcinĂ©e) et Pierre-Yves Pruvost (Sancho) ; leur trio devrait proposer une belle lecture, entre autres convaincante par la caractĂ©risation des personnages dĂ©fendue par les solistes
 3 reprĂ©sentations attendues, les 6, 8 et 10 mars 2020.

RÉSERVEZ :
http://www.operadetours.fr/don-quichotte

 
 

 
 

AVRIL 2020

Voici une partition abusivement cataloguĂ©e de scandaleuse, crĂ©Ă©e dĂ©jĂ  il y a plus de 20 ans, en juillet 1995 au Cheltenham Music Festival : Powder her face du compositeur contemporain Thomas AdĂšs (nĂ© en 1971) est un opĂ©ra en deux actes ; en rĂ©alitĂ© direct, juste, saisissant, dĂ©voilant avec un rĂ©alisme taillĂ© au scalpel, les tares de la sociĂ©tĂ© humaine
 dans un certain milieu, celui de la soit disant belle sociĂ©tĂ© anglaise des annĂ©es 90
 AdĂšs Ă©voquant avec une verve ironique, poĂ©tique, dĂ©lirante et dans une Ă©criture extrĂȘmement raffinĂ©e, les frasques de Margaret Campbell, duchesse d’Argyll (1912-1993). DĂ©cadence, vertiges des hauteurs, cynisme glaçant
 luxure et irresponsabilitĂ© suspendent leur cours entre vacuitĂ© et barbarie contemporaine. La Duchesse, pervertie par un orgueil dĂ©mesurĂ©, abandonnĂ©e Ă  elle-mĂȘme par facilitĂ© et par paresse, collectionne les mĂąles gigolos (dont une fameuse scĂšne avec le pompiste) avant d’affronter cette rĂ©alitĂ© qui la rattrape (oĂč il faut alors payer la facture
) incarnĂ©e par un directeur d’hĂŽtel comptable de ses actes, figure de cette Angleterre hypocrite et machiste qui finit par broyer la figure dĂ©risoire et pathĂ©tique de cette Duchesse prise au piĂšge d’un faux pouvoir nĂ©gociĂ© par sa fortune vite dilapidĂ©e. Dans les faits, son mari le duc d’Argyll, se venge d’une Ă©pouse trop volage, inconsĂ©quente voire obscĂšne ; il livre ses photos et son cahier intime Ă  la justice, en 1963, dĂ©nonçant une femme pervertie, particuliĂšrement immorale.
Dans le sillon de l’opĂ©ra de chambre rĂ©inventĂ© par Britten au XXĂš, AdĂšs ici en un plateau rĂ©duit Ă  quatre chanteurs et une quinzaine de musiciens-, prolonge la veine intimiste et satirique, rĂ©aliste et acide qui rĂ©vĂšle comme un miroir, les travers les plus sombres et lĂąches de la psychĂ©. A la fois, prĂȘtresse libertaire et victime expiatoire, la Duchesse fait partie dĂ©sormais des hĂ©roĂŻnes sublimes et tragiques de l’opĂ©ra contemporain : ses monologues se hissent aux sĂ©quences les plus mĂ©morables de la scĂšne lyrique (La voix humaine de Poulenc), rĂ©inventant un parlĂ© chantĂ© qui exprime le dĂ©sarroi, cri et souffrance incarnĂ©s, d’une Ăąme excessive et naĂŻve, trompĂ©e, humiliĂ©e. DĂ©truite malgrĂ© une arrogance de façade, la duchesse affiche une fausse prĂ©sĂ©ance. Et l’ouvrage s’achĂšve dans un tango faussement enivrĂ©, parodie caustique d’une vie qui ne fut qu’illusion. L’OpĂ©ra de Tours en offre une nouvelle production, les 3, 5 et 7 avril 2020. Avec dans le rĂŽle de la Duchesse « scandaleuse » : Isabelle Cals. Rory Macdonald, direction / Dieter Kaegi, mise en scĂšne.

RÉSERVEZ :
http://www.operadetours.fr/powder-her-face

EXTRAIT VIDEO
https://www.dailymotion.com/video/x6j8mnb / avec l’excellente Allison Cook en Duchesse dĂ©lirante, fantasque, suicidaire


 
 

 
 

 
 

Mai 2020

La fin de la saison lyrique Ă  Tours s’accomplit avec une autre nouvelle production, celle d’un ouvrage de Giuseppe Verdi, jamais reprĂ©sentĂ© jusque lĂ  Ă  Tours : Giovanna d’Arco (crĂ©ation Ă  la Scala de Milan le 15 fĂ©vrier 1845). TrĂšs inspirĂ© par Schiller et son romantisme noir, souvent dĂ©sespĂ©rĂ© (mais ĂŽ combien exaltant), Verdi met en musique la lĂ©gende spirituelle et miraculeuse de Jeanne la pucelle d’OrlĂ©ans, ici amoureuse du Roi Charles VII, et dĂ©noncĂ©e par son propre pĂšre pour sorcellerie
 Verdi comme dans Luisa Miller (autre ouvrage d’aprĂšs Schiller), Ă©crit une partition Ă©blouissante par ses airs passionnĂ©s, ses chƓurs engagĂ©s, la force et la puissance du drame Ă©pique qui finit par broyer la figure de la jeune femme
 3 reprĂ©sentations pour clore cette saison particuliĂšrement prometteuse : vend 15, dim 17 et mardi 19 mai 2020. Benjamin Pionnier, direction musicale / Yves Lenoir, mise en scĂšne. Avec dans les rĂŽles principaux : Astrik Khanamiryan, Giovanna, et Irakli Murjikneli, Carlo VII / production avec le ThĂ©Ăątre Orchestre Bienne Soleure.
RÉSERVEZ :
http://www.operadetours.fr/giovanna-d-arco

 
 

 
 

 

_____________________________________

 

VISITEZ LE SITE DE L’OPERA DE TOURS
http://www.operadetours.fr/index.php

tours-opera-saison-2019-2020-presentation-critique-concerts-critique-operas-classiquenews