CRITIQUE, concerts. Festival Bragança Classicfest, 1Úre édition / les 9 & 10 octobre 2021

CRITIQUE, concerts. Festival Bragança Classicfest, les 9 & 10 octobre 2021. « Maria de Buenos Aires » d’Astor Piazzola au Teatro Municipal, le 9. Trio « Dumky » et Quintette « La Truite » de Schubert Ă  l’Eglise Santa Maria, le 10.

braganca-CLASSICFEST-2021-concert-critique-2-classiquenewsInfatigable et protĂ©iforme, le pianiste portugais Filipe Pinto-Ribeiro vient de prendre la direction artistique d’un nouveau festival de musique classique (en plus du Festival dos Capuchos Ă  Almada oĂč nous Ă©tions en juillet et du Verao Musical de Lisbonne oĂč nous Ă©tions en aoĂ»t), le Bragança ClassicFest ! La magnifique ville au riche patrimoine historique est chĂšre au cƓur du directeur artistique puisqu’il y a donnĂ© de nombreux rĂ©citals depuis son adolescence, et la musique y a une place importante, d’autant qu’elle est dotĂ©e d’un grand thĂ©Ăątre moderne en plein cƓur de ville. Symboliquement, la date d’ouverture du festival Ă©tait le 1er octobre, date choisie par le violoniste Yehudi Menuhin (en 1975) comme journĂ©e internationale de la musique classique. Pour le concert d’ouverture, c’est l’Orchestre de Chambre de Saint-PĂ©tersbourg qui Ă©tait conviĂ© (dĂ©jĂ  prĂ©sent lors du festival dos Capuchos), dans un programme Mozart / TchaĂŻkovski.

L’avant-derniĂšre soirĂ©e de la manifestation portugaise (9 octobre) donnait Ă  entendre le gĂ©nial OpĂ©ra-Tango « Maria de Buenos-Aires », oĂč le bandonĂ©on est omniprĂ©sent dans l’ouvrage d’Astor Piazzola : il en est le cƓur et le pivot, car il est l’ñme du Tango. Il est donc tout naturellement placĂ© ce soir au centre de la scĂšne de du ThĂ©Ăątre Municipal de Bragança, les 9 autres musiciens s’égrenant autour de lui, tout comme les chanteurs / comĂ©diens qui, dans cette version semi-scĂ©nique, Ă©voluent sur des podiums de diffĂ©rentes hauteurs qui encerclent les 10 instrumentistes. Point de dĂ©cor superfĂ©tatoire ici, mais quelques Ă©clairages sentis, de discrĂštes projections vidĂ©o (abstraites), et des costumes d’époque, le personnage principal arborant d’abord une robe de soie rouge passion, puis noire comme la mort pour elle imminente, puis d’un blanc Ă©clatant pour sa rĂ©surrection fantomatique.

 

 

braganca-classicfest-2021-critique-concert-festival-2021-classiquenews

 
Maria de Buenos Aires au Bragança ClassicFest 2021

 
 
 

DĂšs le dĂ©but du spectacle, la plainte du bandonĂ©on du formidable musicien argentin HĂ©ctor Del Curto envahit l’espace scĂ©nique et rythme ensuite les scĂšnes du premier opĂ©ra-tango de l’histoire. OmniprĂ©sent, obsĂ©dant, l’instrument donne Ă  lui seul la couleur d’une musique et d’une culture centenaire Ă  laquelle Piazzolla a insufflĂ© une vie nouvelle. La couleur noire, triste. Le bandonĂ©on est un symbole, tout comme chaque personnage de l’opĂ©ra : Maria, la prostituĂ©e, symbole de toutes les femmes qui s’abĂźment dans les destins tragiques, Ă  la fois Lulu et Jenny-des-Pirates. Maria aime son souteneur ; Maria finira assassinĂ©e, puis l’ombre de Maria hantera le port, chantant inlassablement son histoire

La chanteuse uruguayenne Ana Karina Rossi – qui a rĂ©cemment chantĂ© le rĂŽle-titre Ă  l’OpĂ©ra national du Rhin – apporte toute la sensualitĂ© requise par le personnage de Maria, ainsi que beaucoup d’émotion, les deux qualitĂ©s primordiales que requiert cette partie. Dans le rĂŽle du Payador, le tĂ©nor argentin RubĂ©n Peloni est plus proche du chant « cabaret », offrant une rĂ©plique de choix Ă  sa collĂšgue, avec un jeu cependant moins incisif. Enfin, vieux briscard de la scĂšne, le comĂ©dien Daniel Bonilla-Torres campe un formidable Duende, avec sa voix fĂȘlĂ©e, cabossĂ©e par la vie. Enthousiaste au plus haut point, le public leur fait un triomphe debout !

 
 

Le lendemain (10 octobre 2021), le concert de clĂŽture avait lieu dans la superbe Ă©glise Santa Maria, face au chĂąteau des Ducs de Bragance, Ă  l’intĂ©rieur des remparts de la partie haute de la ville. Musique de chambre cette fois, avec un trio de Dvorak (le « Dumky ») et un quintette de Schubert (« La truite ») avec l’incontournable Filipe Pinto-Ribeiro au piano, accompagnĂ© de ses amis musiciens : David Castro-Balbi au violon et Kyril Zlotnikov au violoncelle, rejoints par Francisca Fins Ă  l’alto et Tiago Pinto-Ribeiro Ă  la contrebasse dans le Quintette.
La premiĂšre piĂšce a Ă©tĂ© composĂ©e en novembre 1890 par le maĂźtre tchĂšque, et ce sera son dernier trio (n°4 de l’Opus 90). Les trois instrumentistes excellent Ă  en reproduire le climat rĂȘveur et le lyrisme exacerbĂ©, Ă  en souligner les passages tristes avec dĂ©licatesse et Ă  donner aux sections « nerveuses » le brio qu’elles appellent.
La deuxiĂšme est l’une des partitions les plus glorieuses de toute la littĂ©rature chambriste, et est certainement l’Ɠuvre la plus populaire de Schubert avec le fameux « La Jeune fille et la mort ». Elle lui a Ă©tĂ© commandĂ©e par le violoncelliste Sylvestre Paumgartner qui suggĂ©ra au compositeur d’y insĂ©rer la musique du lied « La Truite » Ă©crit quelques annĂ©es plus tĂŽt. Cette Ɠuvre gaie, pĂ©tillante, mĂ©lodieuse reflĂšte une Ă©poque qui paraĂźt ĂȘtre la plus heureuse du compositeur. On sent une joie de vivre et un optimisme plein d’allant dans ce quintette en 5 mouvements Ă  la magie mĂ©lodique, au climat plein d’insouciance et de gaietĂ©.

 

 

braganca-classicFEST-2021-filipo-pinto-ribeiro-critque-concert-classiquenews-photo1

 

 

 

La lecture de ce Quintette offerte par nos brillants instrumentistes est enlevĂ©e, rieuse, gĂ©nĂ©reuse ; les 5 interprĂštes se complĂ©tant magnifiquement dans une unitĂ© exemplaire. Chaque mouvement, chaque motif, chaque thĂšme est restituĂ© avec dextĂ©ritĂ©, Ă©motion, humour et tendresse. Le bonheur et la joie de faire de la musique ensemble se lit sur les visages de ces complices et amis qui ont font vibrer un auditoire enthousiaste. A l’alto, la jeune portugaise Francisca Fins se montre prodigieuse de finesse, de virtuositĂ©, de sentiment. Tiago Pinto-Ribeiro fait lui rĂ©sonner sa contrebasse avec une tendre et Ă©lĂ©gante virtuositĂ©, tandis que les violoniste et violoncelliste font briller leurs instruments; ils portent le Quintette miraculeux Ă  des sommets de beautĂ©. Enfin, le piano de Filipe Pinto-Ribeiro a toutes les couleurs de la vie. LĂ  encore, le public leur fait une ovation debout
 plus que mĂ©ritĂ©e !
C’est avec impatience que nous attendons le 1er octobre 2022 pour la 2Ăš Ă©dition de cet attachant festival dans l’une des plus belles citĂ©s de la pĂ©ninsule ibĂ©rique !

 

 

 

_______________________________
Critique, Festival. Bragança Classicfest, les 9 &10 octobre 2021. « Maria de Buenos Aires » d’Astor Piazzola au Teatro Municipal, le 9. Trio « Dumky » et Quintette « La Truite » de Schubert Ă  l’Eglise Santa Maria, le 10 octobre 2021.  Photos © David Vaz.

 

 

 

 

 

 

BRAGANCA, 1er Festival Internacional de MĂșsica / classicFest (Portugal), 1er – 10 oct 2021.

braganca-classic-fest-filipe-pinto-ribeiro-festival-octobre-2021-annonce-critique-concerts-classiquenewsBRAGANCA 1er classicFest (Portugal), 1er – 10 oct 2021. Le Festival Internacional de MĂșsica BRAGANÇA CLASSICFEST se dĂ©roule cette annĂ©e pour sa premiĂšre Ă©dition, du 1er au 10 octobre 2021, dans la magnifique ville de Bragança, au nord du Portugal, prĂšs de la frontiĂšre avec l’Espagne
. Le ThĂ©Ăątre Municipal oĂč se dĂ©roule la majoritĂ© des concerts fait partie du trĂšs riche patrimoine architectural de la citĂ© historique.
Au programme, Ă©clectisme et excellence artistique, avec l’Orchestre de Chambre de Saint Petersbourg (direction : Juri Gilbo), les violonistes Karen Gomyo et Diana Tishchenko, le chef et bandonĂ©oniste HĂ©ctor del Curto, le violoncelle de Kyril Zlotnikov, 
 et bien sĂ»r le pianiste et directeur artistique du Festival Filipe PINTO-RIBEIRO jouant les Ɠuvres de Piazzolla (son opĂ©ra tango « Maria de Buenos Aires » pour son centenaire), Mozart, Schubert, DvorĂĄk, Vivaldi (les 4 Saisons), Bach, Ysaye
 Le Festival alterne concerts symphoniques, lyriques, programmes de musique de chambre.

Bragança occupe une place privilĂ©giĂ©e dans la carriĂšre du pianiste Filipe Pinto-Ribeiro, depuis qu’il y faisait adolescent ses dĂ©buts au Paulo Quintela Auditorium dans des Ɠuvres de Bach et Chostakovitch. Le pianiste a depuis lors donnĂ© de nombreux concerts dans le prestigieux Ă©crin du Teatro Municipal. Le nouveau festival devrait conquĂ©rir le cƓur des bragançais Ă  partir du 1er octobre, la JournĂ©e internationale de musique crĂ©Ă©e par le violoniste Yehudi Menuhin le 1er octobre 1975 : une initiative jamais Ă©teinte depuis dont l’objectif entendait ” promouvoir la valeur de l’art musical Ă  travers tous les secteurs de la sociĂ©tĂ©, favorisant la paix et la comprĂ©hension Ă  travers un langage commun “. Ainsi naĂźtra Ă  compter de cette premiĂšre Ă©dition, chaque 1er octobre, le nouveau festival Bragança ClassicFest dont la richesse sensible rehausse encore l’Ă©clat du patrimoine historique de la ville portugaise.

 braganca-portugal-classic-festival-filipe-pinto-ribeiro-concerts-annonce-critiques-classiquenews

 

 

Toutes les infos, programmes, prĂ©sentation des artistes… sur le site : WWW.CLASSICFEST.PT

 

 

 

 

 

TEASER promotionnel de Bragança (Portugal)

 

 

 

 

 

 

CRITIQUE, concerts. Festival Verao Classico 2021. Picadeiro Real de Belém (Lisbonne), le 7 août 2021 (21h) . Dvorak, Poulenc : Imogen Cooper, Filipe Pinto Ribeiro (piano), Mihalea Martin (violon), Stéphane Picard (violon), Miguel da Silva (alto), Frans Helmerson (violoncelle), Pascal MoraguÚs (clarinette)

CRITIQUE, concerts. Festival Verao Classico 2021. Picadeiro Real de BelĂ©m (Lisbonne), le 7 aoĂ»t 2021 (21h) . Programme de musique de chambre dont le Quintette pour piano d’Antonin Dvorak rĂ©unissant Imogen Cooper (piano), Mihalea Martin (violon), StĂ©phane Picard (violon), Miguel da Silva (alto) et Frans Helmerson (violoncelle). Le Verao Musical est le grand rendez-vous musical incontournable de l’étĂ© au Portugal ; il se dĂ©roule depuis sept annĂ©es maintenant en plein cƓur de Lisbonne (la ville Ă©tant le principal mĂ©cĂšne de la manifestation), dans des lieux historiques qui varient d’une annĂ©e sur l’autre. AprĂšs le thĂ©Ăątre Thalia l’an passĂ©, le somptueux Picadeiro Real de BelĂ©m (qui abrite le Museu Nacional dos Coches) accueille en 2021 les spectateurs, entourĂ©s de carrosses royaux dans une immense salle du XVIIIĂš magnifiquement dĂ©corĂ©e et Ă  l’acoustique prodigieuse.

 

 

 

VERAO-CLASSICO-2021-filipe-pinto-ribeiro-concerts-festivals

 

 

 

Chambrisme ciselé au Portugal
Le Festival VERAO CLASSICO conçu par le pianiste Filipe PINTO RIBEIRO
associe professionnels célébrés et jeunes instrumentistes en devenir

 

 

 

 

Du 1er au 10 aoĂ»t se sont ainsi dĂ©roulĂ©s 4 concerts « Masterfest » et 6 concerts « Talenfest » ; la particularitĂ© de cet attachant festival fait se cĂŽtoyer les grands maĂźtres aguerris et cĂ©lĂ©brĂ©s et de jeunes musiciens en devenir provenant de Conservatoires du monde entier. Cette « AcadĂ©mie » rĂ©unit ainsi chaque Ă©tĂ© environ 200 jeunes Ă  Lisbonne, qui ont la chance de suivre des cours donnĂ©s par leurs pairs (500 masterclasses dispensĂ©es !), qui se produisent en concert le soir (21h), tandis que leurs Ă©lĂšves font montre de leur talent (et de l’enseignement reçu) dans des courtes piĂšces lors de concerts programmĂ©s plus tĂŽt, Ă  18h.

Le concert du 7 aoĂ»t (« Masterfest III ») a d’abord payĂ© de malchance aprĂšs la dĂ©fection (liĂ©e au Covid) de l’immense pianiste russe Elisabeth Leonskaja, mais l’infatigable directeur du festival, le pianiste portugais Filipe Pinto-Ribeiro, a su lui trouver une « remplaçante » de luxe avec la non moins grande Imogen Cooper ! La pianiste britannique, d’une Ă©lĂ©gance folle et au port altier, est indubitablement le pivot du Quintette avec piano de Dvorak opus 81 (troquĂ© contre celui de Brahms qu’aurait dĂ» interprĂ©ter sa consƓur russe
), bien qu’elle soit entourĂ©e de musiciens aussi talentueux que Mihalea Martin (violon), Stephan Picard (violon), Miguel da Silva (alto) et Frans Helmerson (violoncelle). Par sa tonalitĂ© (la majeur), par son caractĂšre expansif, par la gĂ©nĂ©rositĂ© de ses thĂšmes, le second Quintette avec piano du compositeur tchĂšque (composĂ© en 1887) entretient une parentĂ© tant avec le Quintette « La Truite » de Schubert qu’avec le DeuxiĂšme quatuor avec piano de Brahms. Et c’est sans doute davantage dans la musique elle-mĂȘme que dans les sous-titres des trois derniers mouvements (Dumka, Furiant et Polka) qu’il faut en rechercher le parfum typiquement tchĂšque, parfaitement mis en valeur par les cinq instrumentistes rĂ©unis ce soir. Une mention particuliĂšre revient au piano d’Imogen Cooper, conduit avec une Ă©nergie sans relĂąche, insufflĂ©e de la premiĂšre Ă  la derniĂšre minute Ă  ses partenaires, avec lesquels la connexion est ici permanente, en une mise en place parfaite (cf le trĂšs concertant Allegro ma nan tanto initial) ; l’anglaise mĂšne le jeu, elle s’impose comme une trĂšs grande chambriste, d’une souplesse fĂ©line, dont la sonoritĂ© n’écrase jamais ses partenaires. Bravo Madame !

 
 

En premiĂšre partie, c’est avec joie que nous avons retrouvĂ© la talentueuse soprano russe Anna Samuil dans trois Lieder de Brahms, dont le superbe « Von ewiger Liebe » qui permet au public de goĂ»ter au timbre chaud et Ă  la voix pleine de l’artiste, idĂ©alement impliquĂ©e, trĂšs agile sur les intonations, et qui fait ressortir le texte avec prĂ©cision. Son Ă©poux, le pianiste Mathias Samuil l’accompagnait en la couvant des yeux. Pilier familier du festival, le cĂ©lĂšbre violoncelliste amĂ©ricain Gary Hoffamnn lui succĂ©dait, avec l’ami Filipe Pinto-Ribeiro, pour offrir tour Ă  tour les magnifiques piĂšces « Sicilienne » et « ElĂ©gie » de Gabriel FaurĂ©. La premiĂšre piĂšce est l’une des partitions les plus connues du catalogue du compositeur grĂące Ă  sa radieuse mĂ©lodie introspective, ici interprĂ©tĂ©e de maniĂšre aussi dĂ©licate que chantante, tandis que les deux artistes s’en donnent Ă  cƓur joie dans le passage central de la seconde piĂšce, dĂ©veloppĂ© ici avec toute la fougue requise. On retrouvait le pianiste, cette fois aux cĂŽtĂ©s de la flĂ»tiste italienne Silvia Carredu pour une interprĂ©tation du fameux « PrĂ©lude Ă  l’aprĂšs-midi d’un faune » (dans une transcription pour ces deux instruments) ; leur vision est trĂšs ciselĂ©e et intimiste, trĂšs « pastel » en somme. Autre grand habituĂ© du Verao Classico, c’est ensuite le clarinettiste français Pascal MoraguĂšs qui joue avec le pianiste / directeur, une piĂšce somme toute assez rare : la Sonate pour piano et clarinette de Poulenc. Respectant les intentions du compositeur, ils savent donner au premier mouvement cette vivacitĂ© triste (« Allegro tristamente ») telle qu’il la dĂ©sirait, tandis qu’à l’inverse c’est le sentiment de fĂȘte qui domine dans l’Allegro con fuoco final, l’instrument de MoraguĂšs prenant des airs de vraie chanteuse de cabaret !

 

 

pinto-ribeiro-pascal-moragues-festival-classico-verao-2021-critique-concerts-classiquenews

 

Filipe Pinto Ribeiro et Pascal MoraguĂšs jouent la Sonate de Poulenc (DR)

 

 

CRITIQUE, concert. Festival Verao Classico de Lisbonne. Picadeiro Real de BelĂ©m (Portugal), le 7 aoĂ»t 2021. Programme de musique de chambre dont le Quintette pour piano d’Antonin Dvorak – avec Imogen Cooper (piano), Mihalea Martin (violon), StĂ©phane Picard (violon), Miguel da Silva (alto) et Frans Helmerson (violoncelle). Photos : © Rita Carmo / Verao Classico 2021

 
 

CRITIQUE, Festival de MĂșsica dos CAPUCHOS, ALMADA (Portugal), Couvent des Capucins, les 2 et 3 juillet 2021.

CRITIQUE, Festival de MĂșsica dos CAPUCHOS, ALMADA (Portugal), Couvent des Capucins, les 2 & 3 juillet 2021. Orchestre de chambre de Saint-PĂ©tersbourg, Juri Gilbo (direction), SergeĂŻ Nakariakov (trompette), Filipe Pinto-Ribeiro (piano).

 

festival-CHAPOTOS-almada-felipe-pinto-ribeiro-2021-festival-critique-classiquenews-2

 

FESTIVAL RENAISSANT A ALMADA… AprĂšs 20 ans d’un long sommeil, le Festival de musica dos Capuchos est revenu Ă  la vie ! Sis dans le magnifique couvent du mĂȘme nom (“Covento dos Capuchos“), bĂąti au 16Ăšme siĂšcle Ă  Almada en face de Lisbonne, il a Ă©tĂ© pendant vingt ans (de 1981 Ă  2001) l’un des principaux festivals dĂ©diĂ©s Ă  la musique classique au Portugal, et cette renaissance est grandement due Ă  son directeur artistique, le pianiste Filipe Pinto-Ribeiro, dĂ©jĂ  en charge de l’autre grand rendez-vous estivalo-classique au Portugal : le Verao Classico qui a lieu tous les ans dĂ©but aoĂ»t Ă  Lisbonne. Sous son impulsion, des artistes de l’envergure du pianiste Alexandre Kantorow ou du pianiste Alfred Brendel ont rĂ©pondu prĂ©sents pour cette Ă©dition 2021 – mais aussi le trompettiste russe SergeĂŻ Nakariakov qui Ă©tait la tĂȘte d’affiche des deux concerts de clĂŽture du festival, les 2 et 3 juillet derniers. AccompagnĂ© les deux soirs par l’Orchestre de chambre de Saint-PĂ©tersbourg, dirigĂ© par le chef pĂ©tersbourgeois Juri Gilbo, il a pu faire montre de son talent dans des ouvrages rares de compositeurs peu connus comme Johann Baptist Georg Neruda ou Jean-Baptiste Arban.

 

Festival-CHAPOTOS-portugal-almada-felipe-pinto-ribeiro-2021-concert-critique-classiquenews

 

Du premier, musicien tchĂšque qui servit aux brillantes cours de Dresde et Mannheim, il interprĂšte le Concerto pour trompette en mi bĂ©mol majeur. La prĂ©cision technique du soliste et son timbre limpide servent la forme et l’esprit de cet ouvrage, dont le premier mouvement exige beaucoup de virtuositĂ© dans ses multiples cadenzas. On peut admirer le sens des couleurs et des nuances chez ce musicien, notamment dans la toute aussi rare piĂšce « Fantaisie et variations sur Le carnaval de Venise », dans laquelle il fait preuve d’une extraordinaire prĂ©cision, sans parler de traits qui font alterner une note grave dĂ©tachĂ©e et d’autres plus aiguĂ«s liĂ©es. Le terme habituellement employĂ© pour ce genre de performances est celui de « pyrotechnie musicale », un mot qui ne serait pas immĂ©ritĂ© ici ! Et pour mettre en valeur l’orchestre, en cette premiĂšre soirĂ©e pour nous, la fameuse « Petite musique de nuit » avait Ă©tĂ© retenue, interprĂ©tĂ©e avec tout le naturel, la nervositĂ© et le soin ouvragĂ© requis par la partition mozartienne.

Le lendemain, c’est un rĂ©pertoire 100 % russe qui nous attendait, avec la SĂ©rĂ©nade opus 48 de TchaĂŻkovsky et le Concerto n°1 pour piano et trompette de Chostakovitch. Dans la premiĂšre Ɠuvre, l’attaque du premier mouvement, « Pezzo in forma di Sonatina », place cette interprĂ©tation sous un bon signe : plĂ©nitude du son et emportement des instrumentistes par leur chef
 La suite sera de la mĂȘme eau : une « Valse » emplie de dĂ©licatesse dĂ©voilant ici un lĂ©ger ralenti ou lĂ  un bref silence
 avant que la mĂ©lodie ne reparte de plus belle. La transition vers le frĂ©nĂ©tique quatriĂšme mouvement, aux couleurs si russes, est lui aussi parfaitement rĂ©ussi.

Dans le Lento et le Moderato de la seconde partie, un concerto composĂ© en 1933 par le compositeur russe, on savoure le phrasĂ© et l’intonation d’une parfaite finition du trompettiste, qui se surpasse ensuite dans un Allegro con brio stimulant et aussi rapidement que prĂ©cisĂ©ment jouĂ©. Le pianiste portugais livre quant Ă  lui une prestation nettement dĂ©coupĂ©e, parfaitement articulĂ©e, aux contrastes expressifs et bien diffĂ©renciĂ©s, autant de qualitĂ©s que l’on retrouve dans la phalange pĂ©tersbourgeoise, conduit avec prĂ©cision et enthousiasme par son fondateur. Dans le finale, tout en surprises, la trompette ricoche au-dessus du piano avec un incomparable Ă©clat, et suscite un vif enthousiasme parmi le public qui offre une ovation debout Ă  l’ensemble des musiciens !

On languit maintenant de dĂ©couvrir l’autre festival dirigĂ© par Filipe Pinto-Ribeiro, cet « EtĂ© Classique » (Verao Classico) lisboĂšte prĂ©vu entre le 1er et le 10 aoĂ»t, et qui mettra Ă  son affiche, entre autres noms prestigieux, celui de la grande pianiste russe Elisabeth Leonskaja !

 

 

CRITIQUE, Concert. Almada, Couvent des Capuçins, les 2 & 3 juillet 2021. Orchestre de chambre de Saint-Pétersbourg, Juri Gilbo (direction), Sergeï Nakariakov (trompette), Filipe Pinto-Ribeiro (piano). Photos (DR).

 

 

Photos: @ R Carmo / Festival de MĂșsica dos Capuchos 2021

PORTUGAL. Festival de MUSICA DOS CAPUCHOS 2021 : 11 juin – 3 juil 2021

CAPUCHOS-festiva-de-musica-2021-filipe-pinto-ribeiroPORTUGAL. Festival de MUSICA DOS CAPUCHOS 2021 : 11 juin – 3 juil 2021. C’est Ă  Amalda, dans un Ă©crin de rĂȘve (un magnifique monastĂšre du 16Ăšme siĂšcle, Ă  cĂŽtĂ© de la plage
) que ressuscite un festival pourtant lĂ©gendaire, qui avait cessĂ© son activitĂ© depuis
 20 ans. GrĂące Ă  la nouvelle direction artistique portĂ©e par le pianiste Filipe Pinto-Ribeiro, le festival portugais peut renaĂźtre de ses cendres. La programmation 2021 est particuliĂšrement prometteuse : comprenant un volet cĂ©lĂ©brant l’ex pianiste Alfred Brendel (confĂ©rence « My musical life » puis soirĂ©e hommage : Schubert, sam 12 juin) ; rĂ©cital avec son fils le violoncelliste Adrian Brendel (PoĂ©sie et musique), enfin ultime soirĂ©e hommage (Schubert, dim 13 juin). Le festival fĂȘte aussi le gĂ©nie d’Astor Piazzolla (pour son centenaire en 2021 : soirĂ©e chambriste le 18 juin, puis opĂ©ra-tango « Maria de Buenos Aires » les 19 et 20 juin. A l’invitation de Filipe Pinto-Ribeiro, de grands solistes sont attendus dont Stephen Kovacevich (Bach, Beethoven, Brehmas, Berg, 25 juin), Hopkinson Smith (luth et vihuela, le 26 juin), 
 Le festival cultive le dialogue des arts et propose aussi plusieurs soirĂ©es cĂ©lĂ©brant littĂ©rature et poĂ©sie : 200 ans de Baudelaire (le 27 juin), 200 ans de Dostoievski (le 3 juillet). Tous les concerts ainsi Ă©voquĂ©s font partie d’un cycle qui comprend bien d’autres Ă©chappĂ©es oniriques, dont entre autres, le concert de clĂŽture, le 3 juillet au soir : Tchaikovsky et Chostakovitch par Filipe Pinto Ribeiro et l’Orchestre de chambre de Saint-Petersbourg
 Superbe programmation Ă  suivre dĂ©sormais chaque Ă©tĂ© dans l’un des sites les plus enchanteurs du Portugal


________________________________________________________________________________________________

Visitez le site du festival MUSICA DOS CAPUCHOS:
https://festivalcapuchos.com

Toute la programmation ici
https://festivalcapuchos.com/programa-2/

COMPTE-RENDU FESTIVAL. LISBONNE, VERAO CLASSICO 2020 : Ă  l’Ă©cole de l’excellence musicale

verao classico lisboa lisbonne festival presentation classiquenews 2015COMPTE-RENDU FESTIVAL. LISBONNE, VERAO CLASSICO 2020. Le pianiste Filipe Pinto-Ribeiro, malgrĂ© la crise sanitaire, confirme un talent rare pour le partage et la cĂ©lĂ©bration collective. En tĂ©moigne la nouvelle Ă©dition de son festival VERAO CLASSICO Ă  Lisbonne, festival et acadĂ©mie, qui s’est tenu du 26 juil au 4 aoĂ»t 2020. A noter que Filipe Pinto-Ribeiro fera bientĂŽt paraĂźtre un nouveau disque avec son ensemble DSCH – Ensemble Chostakovitch dĂ©diĂ© aux Trios pour clarinette, violoncelle et piano de Beethoven avec le clarinettiste prodige Pascal MoraguĂšs (familier du Festival Ă  Lisbonne), le violoncelliste Adrian Brendel  (nouveautĂ© annoncĂ©e chez PARATY, Ă  l’automne 2020). Ce nouveau disque succĂšde Ă  leur prĂ©cĂ©dent, Ă©galement Ă©ditĂ© par Paraty et consacrĂ© Ă  l’intĂ©grale de la musique pour cordes et piano de Chostakovitch (une somme de rĂ©fĂ©rence qui avait convaincu la RĂ©daction de classiquenews / Coffret Ă©vĂ©nement, CLIC de CLASSIQUENEWS 2018, Ă©lu meilleur cd de l’annĂ©e 2018).

 
 
ribeiro-felipe-pinto-piano-classiquenews-piano-concert-critique
 

 Le pianiste Filipe Pinto-Ribeiro, fondateur de Verao Classico (DR)

 
 

VerĂŁo Classico (« l’étĂ© Classique ») rĂ©sonne comme un baume contre le silence et l’isolement imposĂ©s par la pandĂ©mie de la covid19. GrĂące Ă  Filipe Pinto-Ribeiro, Ă©lĂšves et maitres Ă©changent, expĂ©rimentent, approfondissent pour le plus grand plaisir des festivaliers, lesquels en tĂ©moins privilĂ©giĂ©s peuvent suivre pas Ă  pas les Ă©tapes du jeu individuel, comme les dĂ©lices du partage musical car le soir les concerts mĂȘlant talents aguerris et jeunes tempĂ©raments se confrontent aux dĂ©fis du jeu collectif et chambriste. Une expĂ©rience autant passionnante pour les spectateurs que les musiciens. Cette Ă©dition revĂȘt une forme nouvelle, rayonnant Ă  Lisbonne et pas seulement au Centro Cultural de BelĂ©m qui jusque lĂ  Ă©tait son lieu ordinaire. Le ThĂ©Ăątre Thalia, dĂ©pendance du Palais du Conte de Farrobo, comme le Palais des Marquis de Fronteira (et ses remarquables azulejos du XVIIIĂš, offrent aux musiciens qui y proposent concerts et masterclasses, deux Ă©crins de prestige. En plus d’ĂȘtre une remarquable pĂ©piniĂšre de jeunes artistes, encadrĂ©s par des solistes chevronnĂ©s, VerĂŁo Classico est dĂ©sormais une nouvelle destination Ă  haute valeur patrimoniale.
Les 10 jours affichent ainsi un travail permanent, le dĂ©sir partagĂ© du dĂ©passement, la quĂȘte du plaisir, de l’excellence et de la complicitĂ©. Les professeurs invitĂ©s par Filipe Pinto-Ribeiro sont tous des solistes confirmĂ©s, pĂ©dagogues recherchĂ©s, offrant aux 200 Ă©lĂšves prĂ©sents cette annĂ©e, l’occasion unique de parfaire encore et toujours leurs aptitudes instrumentales. Tout le temps de leur sĂ©jour lisboĂšte, les musiciens proposent au public, un bain stimulant et rĂ©confortant, de musique ; une pause dans cet Ă©tĂ© de tous les dĂ©fis, vĂ©ritable issue qui se profile telle une Ă©vasion libĂ©ratrice.

 VERAO-CLASSICO-2020-LISBONA-critique-concerts-2020-classiquenews-A

 

 

Masques portĂ©s, distanciation respectĂ©e, les sĂ©ances de travail et les concerts se succĂšdent Ă  un rythme continu. Pour comprendre le dĂ©roulement du Festival, mesurer le bĂ©nĂ©fice des masterclasses et l’enjeu des concerts en public, VOIR ici notre grand reportage vidĂ©o VERAO CLASSICO 2017 : https://www.youtube.com/watch?v=e5-wZl-dfZA

Au ThĂ©Ăątre Thalia, le concert Masterfest du 31 juillet 2020 Ă©tait Ă  la hauteur des attentes, emblĂ©matique du niveau d’excellence des professeurs. Ainsi les Ă©lĂšves et le public pouvaient Ă  loisir se dĂ©lecter de leur facilitĂ©, en complicitĂ© et sensibilitĂ©. Le piano d’Eldar Nebolsin, tendu, ivre, interrogatif (Fantasia, op. 77 de Beethoven) ; la flĂ»te enchanteresse, Ă©vanescente, jouĂ©e depuis la coulisse d’Emily Beynon (Syrinx de Debussy). Les trios se sont enchaĂźnĂ©s, tous allusifs et subtilement contrastĂ©s : Deux PiĂšces de Bruch (RamĂłn Ortega, hautbois / Kyril Zlotnikov, violoncelle / Eldar Nebolsin, piano) ; puis, Contrastes de Bartok (Pascal MoraguĂšs, clarinette / Jack Liebeck, violon / Filipe Pinto Ribeiro, piano). La voix Ă©tait prĂ©sente grĂące au duo des Ă©poux Ă  la ville : Anna Samuil, soprano et Matthias Samuil, piano, dĂ©licatement dĂ©diĂ©s au chant profond, intĂ©rieur de l’ñme russe telle qu’elle irradie Ă  travers les Trois chansons de Tchaikovski. Enfin, comme une conclusion heureuse Ă  cette fĂȘte du partage et de l’éloquente complicitĂ©, le Quatuor avec piano de Schumann opus 47 a conclu ce prodigieux programme : Jack Liebeck, violon / Miguel Da Silva, alto / Frans Helmerson, violoncelle / Filipe Pinto Ribeiro, piano. Tous expriment la lyre tendre et ardente d’un Schumann aussi passionnĂ© qu’inquiet et interrogatif : un hymne Ă  l’éblouissante Ă©nergie portĂ©e Ă  4 instrumentistes totalement fusionnĂ©s. Photos : Rita Carmo.

VERAO-CLASSICO-2020-LISBONA-critique-concert-review-concerts-classiquenews-B

________________________________________________________________________________________________

 

 

PLUS D’INFOS sur le site de VERAO CLASSICO : https://www.veraoclassico.com

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

Approfondir

 

REPORTAGE VIDEO 2017

VERAO-CLASSICO-gary-hofmann-masterclass-lisbonne-critique-par-classiquenews-2017Reportage vidĂ©o du Festival et AcadĂ©mie VERAO CLASSICO Ă  Lisbonne : prĂ©sentation, fonctionnement, missions Ă  l’occasion de l’édition de l’étĂ© 2017. Un festival unique en Europe, favorisant l’expĂ©rience du jeu soliste et chambriste pour tous les musiciens soucieux de perfectionner leur approche et leur comprĂ©hension des rĂ©pertoires
 Les jeunes Ă©tudiants y suivent les masterclasses des plus grands solistes actuels, partenaires familiers de concerts de musique de chambre
 Entretien avec Filipe Pinto-Ribeiro, pianiste et fondateur de l’évĂ©nement musical portugais / Prof. Filipe Pinto-Ribeiro (Portugal) Piano – Artistic and Pedagogical Director ; avec Gary Hoffman, violoncelliste, 
— rĂ©alisation : Philippe Alexandre PHAM – © studio CLASSIQUENEWS.TV 2017
https://www.youtube.com/watch?v=e5-wZl-dfZA

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

LIRE aussi notre compte rendu du Festival et AcadĂ©mie VERAO CLASSICO 2017, ” fleuron des nouveaux festivals de musique de chambre ” : … “ Qu’est-ce qui fait aujourd’hui un bon festival de musique de chambre ? Evidemment la qualitĂ© des instrumentistes invitĂ©s, la diversitĂ© et le rythme de l’expĂ©rience musicale Ă  destination du public 
 et peut-ĂȘtre surtout comme ici Ă  Lisbonne, le dĂ©sir de renouveler et d’enrichir le genre. A toutes ces questions primordiales, le directeur artistique de l’évĂ©nement et pianiste Filipe Pinto-Ribeiro a trouvĂ© les rĂ©ponses, mais il va plus loin… “.

http://www.classiquenews.com/compte-rendu-festival-lisbonne-verao-classico-1er-au-10-aout-2017-festival-et-academie-au-portugal/

 

 

 

 

Integrale CHOSTAKOVITCH par le DSCH Ensemble

SHOSTA-CHOSTAKOVITCH-CD-PARATY-critique-cd-review-cd-critique-par-classiquenews-PARATY_718232_Shostakovich_Ensemble_COUV_HMPARIS, LISBONNE. DSCH Ens / CHOSTAKOVICH Ens. Les 15, 18 dĂ©c 18. IntĂ©grale de la musique de chambre pour piano et cordes de Dmitri CHOSTAKOVITCH. Pour lancer son nouvel enregistrement discographique (coffret CHOSTAKOVITCH 2 CD Ă©ditĂ© par PARATY, le DSCH Ensemble / Ensemble Schostakovitch joue les piĂšces du disque, premiĂšre intĂ©grale de la musique pour cordes et piano de Dmitri Chostakovtich, une somme musicale dont la valeur est indiscutable tant l’implication et le complicitĂ© des solistes rĂ©unis par le pianiste portugais Filipe PINTO-RIBEIRO dĂ©fendent avec conviction et sensibilitĂ©, les mondes expressifs, incandescents voire hallucinĂ©s et Ă©nigmatiques, abstraits et introspectifs
 du compositeur russe (cf le mouvement lent de la Sonate pour violon et piano, ici enregistrĂ© et jouĂ© par F Pinto-Ribeiro et le violoniste canadien Corey Cerosek).
Autre argument soulignant la musicalitĂ© de l’approche collective, toutes les cordes sont de facture historique plutĂŽt prestigieuse s’agissant de Cory Cerovsek (Stradivarius « Milanollo, 1728), Isabel Charisius (alto « ABQ », Laurentius Storioni, 1780), Adrian Brendel (violoncelle)

C’est peu dire que Chostakovitch a dĂ©posĂ© dans sa musique de chambre pour piano les clĂ©s de son ĂȘtre profond (dont le motif DSCH, dĂ©coulant des notes de la gamme correspondant aux initiales). Les niveaux de lecture sont multiples. La grande richesse de la musique exige des instrumentistes une concentration absolue et un engagement Ă©motionnel, permanent. Les dĂ©fis sont Ă©levĂ©s, voilĂ  qui promet et assure aux spectateurs une nouvelle expĂ©rience de chambrisme ardent autant qu’habitĂ©.

 
 
 

1960_schostakowitsch_dresden 
 
 

________________________________________________________________________________________________

MusĂ©e de l’ArmĂ©e, INVALIDES
Samedi 15 décembre 2018, 16h
Salle Turenne
Prix unique : 10 euros
(8 euros : solidaritĂ© et – de 26 ans)

DSCH – Shostakovich Ensemble
Avec Filipe Pinto-Ribeiro (piano), Corey Cerovsek (violon), Adrian Brendel (violoncelle)
Concert de lancement du coffret cd Intégrale Chostakovitch
Concerto de Lançamento do duplo CD Integral de Schostakovich

RESERVEZ VOTRE PLACE
http://www.musee-armee.fr/programmation/concerts/detail/de-mozart-a-chostakovitch.html

 
 
 
 
 
 

Programme :

Chostakovitch, Trio n°1 PoÚme, en ut mineur, opus 8, pour piano et cordes
Mozart, Trio en ut majeur, K. 548, pour piano et cordes
Chostakovitch, Sonate en ré mineur, opus 40, pour violoncelle et piano
Mozart, Sonate en mi mineur, K. 304, pour violon et piano
Chostakovitch, Trio n°2 en mi mineur, opus 67, pour piano et cordes

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

 
 
 

shostakovitch-ensemble-filipe-pinto-ribeiro-cory-cerovsek-adrian-brendel-concert-annonce-classiquenews

Concert repris le 18 décembre 2018 à Lisbonne

18 DEZEMBRO 2018 I 21h
CENTRO CULTURAL DE BELÉM, LISBOA / PORTUGAL
DSCH – Shostakovich Ensemble: com Filipe Pinto-Ribeiro, Corey Cerovsek e Adrian Brendel
Concerto de Lançamento do duplo CD Integral de Schostakovich
Obras de Mozart e Schostakovich [+ info]
https://www.ccb.pt/Default/pt/Programacao/Musica?a=1584

 
 
 

schostakovich ensemble dsch dmitri chostakovitch classiquenews

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

 
 
 

PrĂ©sentation par le MusĂ©e de l’armĂ©e, Invalides
150 ans sĂ©parent les naissances de ces deux gĂ©nies de l’histoire de la musique – Mozart (1756) et Chostakovitch (1906). Les deux compositeurs seront mis Ă  l’honneur pour ce concert de lancement du double album de l’IntĂ©grale de la musique de chambre pour piano et cordes de Dimitri Chostakovich. Le DSCH – Ensemble Chostakovitch a Ă©tĂ© fondĂ© par le pianiste Filipe Pinto-Ribeiro en 2006, l’annĂ©e du centenaire de naissance du compositeur Dmitri Chostakovitch. Sa formation est Ă  gĂ©omĂ©trie variable constituant ainsi une plate-forme de rencontre et d’interaction de musiciens d’excellence. L’ensemble a collaborĂ© avec des musiciens tels Renaud Capuçon, Pascal MoraguĂšs, JosĂ© van Dam, Michel Portal, Gary Hoffman, GĂ©rard CaussĂ© entre autres. Filipe Pinto-Ribeiro est un des musiciens portugais les plus reconnus au niveau national et international. Il a Ă©tĂ© nommĂ© rĂ©cemment en tant que Steinway Artist. Pour ce concert en particulier, l’Ensemble Chostakovitch compte avec la participation du grand violoniste canadien Corey Cerovsek qui jouera le lĂ©gendaire Stradivarius “Milanollo” de 1728, un violon jouĂ© par Christian Ferras, Giovanni Battista Viotti et NicollĂČ Paganini. Le britannique Adrian Brendel, un des plus grands violoncellistes actuels, parcourt le monde en tant que soliste et chambriste. Dans sa vaste discographie compte Les Sonates pour violoncelle et piano de Beethoven enregistrĂ©es avec son pĂšre Alfred Brendel.

 
 
 

CRITIQUE CD

________________________________________________________________________________________________

SHOSTA-CHOSTAKOVITCH-CD-PARATY-critique-cd-review-cd-critique-par-classiquenews-PARATY_718232_Shostakovich_Ensemble_COUV_HMNOTRE CRITIQUE DU COFFRET CHOSTAKOVITCH par le DSCH Ensemble / CD Ă©vĂ©nement, SHOSTAKOVICH / CHOSTAKOVITCH : complete chamber music for piano and strings / DSCH – Shostakovich ensemble (2 cd PARATY). Ce pourrait bien ĂȘtre le coffret Ă©vĂ©nement de 2018 : l’intĂ©grale des oeuvres pour musique de chambre pour piano et cordes de Dmitri Chostakovitch – Jamais une telle somme majeure pour l’expression musicale du XXĂš siĂšcle n’avait Ă©tĂ© rĂ©unie en un seul coffret : c’est chose faite grace Ă  l’initiative du pianiste Filipe Pinto-Ribeiro et son DSCH – Ensemble Chostakovitch / Shostakovich Ensemble. Âpre et intense, profonde voire lugubre, inquiĂšte et angoissĂ©e, mais d’une ineffable tendresse humaine, la musique de Dmitri Chostakovitch Ă  l’époque de la terreur stalinienne sait porter le masque de la distance, faussement indiffĂ©rente, pour mieux ciseler une absolue comprĂ©hension de la nature humaine, dans ses contradictions, ses horreurs et sa grandeur. A l’écoute de cette musique pudique et intime (sous la voile d’un cynisme distanciĂ©), relevant les dĂ©fis de l’écoute collective, et du jeu chambriste le plus raffinĂ©, les 4 solistes rĂ©unis autour de Filipe PINTO-RIBEIRO, – tous individualitĂ©s fortes capables aussi de se fondre dans une Ă©tonnante sonoritĂ© collective-, rĂ©alisent en 2 cd, pour le label PARATY, une intĂ©grale Ă©vĂ©nement, vĂ©ritable accomplissement qui s’avĂšre ĂȘtre la rĂ©fĂ©rence nouvelle.

 
 
 

TEASER VIDEO

________________________________________________________________________________________________

SHOSTAKOVICH-CHOSTAKOVITCH-ensmeble-pinto-ribeiro-complete-chamber-music-for-strings-and-piano-video-par-classiquenews-PARATY-2-cd-set-boxVOIR le TEASER VIDEO du coffret SHOSTAKOVICH IntĂ©grale piano / cordes musique de chambre (PARATY) / DSCH Ensemble – Ensemble Shhostakovich
http://www.classiquenews.com/teaser-video-chostakovitch-integrale-de-la-musique-de-chambre-pour-piano-et-cordes-paraty-productions/

Un Chostakovitch / Shostakovich dĂ©poussiĂ©rĂ©, habitĂ©, rĂ©gĂ©nĂ©rĂ© : sincĂšre et vrai. Coffret Ă©vĂ©nement, CLIC de CLASSIQUENEWS 2018, Ă©lu meilleur cd de l’annĂ©e 2018 (RĂ©alisation studio CLASSIQUENEWS.TV).

 
 
 

________________________________________________________________________________________________

 
 
 

 
 
 

TEASER vidéo : CHOSTAKOVITCH : intégrale de la musique de chambre pour piano et cordes (PARATY productions)

SHOSTA-CHOSTAKOVITCH-CD-PARATY-critique-cd-review-cd-critique-par-classiquenews-PARATY_718232_Shostakovich_Ensemble_COUV_HMCD Ă©vĂ©nement, SHOSTAKOVICH / CHOSTAKOVITCH : complete chamber music for piano and strings / DSCH – Shostakovich ensemble (2 cd PARATY – ANNONCE). Ce pourrait bien ĂȘtre le coffret Ă©vĂ©nement de 2018 : l’intĂ©grale des oeuvres pour musique de chambre pour piano et cordes de Dmitri Chostakovitch – Jamais une telle somme majeure pour l’expression musicale du XXĂš siĂšcle n’avait Ă©tĂ© rĂ©unie en un seul coffret : c’est chose faite grace Ă  l’initiative du pianiste Filipe Pinto-Ribeiro et son DSCH – Ensemble Chostakovitch / Shostakovich Ensemble. Âpre et intense, profonde voire lugubre, inquiĂšte et angoissĂ©e, mais d’une ineffable tendresse humaine, la musique de Dmitri Chostakovitch Ă  l’époque de la terreur stalinienne sait porter le masque de la distance, faussement indiffĂ©rente, pour mieux ciseler une absolue comprĂ©hension de la nature humaine, dans ses contradictions, ses horreurs et sa grandeur. A l’écoute de cette musique pudique et intime (sous la voile d’un cynisme distanciĂ©), relevant les dĂ©fis de l’écoute collective, et du jeu chambriste le plus raffinĂ©, les 4 solistes rĂ©unis autour de Filipe PINTO-RIBEIRO, – tous individualitĂ©s fortes capables aussi de se fondre dans une Ă©tonnante sonoritĂ© collective-, rĂ©alisent en 2 cd, pour le label PARATY, une intĂ©grale Ă©vĂ©nement, vĂ©ritable accomplissement qui s’avĂšre ĂȘtre la rĂ©fĂ©rence nouvelle.

CLIC D'OR macaron 200Un Chostakovitch / Shostakovich dĂ©poussiĂ©rĂ©, habitĂ©, rĂ©gĂ©nĂ©rĂ© : sincĂšre et vrai. Coffret Ă©vĂ©nement, CLIC de CLASSIQUENEWS 2018, Ă©lu meilleur cd de l’annĂ©e 2018 (RĂ©alisation studio CLASSIQUENEWS.TV).

Compte rendu, piano. Paris, Gaveau, le 4 novembre 2015. Seasons, les Saisons
 Tchaikovski, Piazzola, Carrapatoso. Filipe Pinto-Ribeiro, piano

pinto-ribeiro-filipe-portrait-490-piano-classiquenewsCompte rendu, rĂ©cital de piano. Paris, salle Gaveau, le 4 novembre 2015. RĂ©cital Piano Seasons, les Saisons
 Tchaikovski, Piazzola, Carrapatoso. Filipe Pinto-Ribeiro, piano. RĂ©cital intime et poĂ©tique Salle Gaveau ! Le pianiste portugais,  – « Steinway Artist » -,  Filipe Pinto-Ribeiro offre Ă  Paris pour la prĂ©sentation de son nouvel album paru chez Paraty « Piano Seasons », un programme personnel qui est Ă  l’image de son album discographique, un parcours musical mĂ©ticuleusement Ă©laborĂ©. C’est un aperçu du contenu du double album, avec les saisons comme thĂšme conducteur. Nous avons donc trois approches diffĂ©rentes sur le sujet avec Tchaikovsky, Piazzolla et Carrapatoso, formant triptyque. L’Ă©vĂ©nement extraordinaire est aussi l’occasion de cĂ©lĂ©brer les 50 ans de la dĂ©lĂ©gation française de la Fondation Gubelkian ; il correspond aussi Ă  deux premiĂšres françaises des arrangements pour piano.

 

pinto-ribeiro-filipe-portrait-582-bandeau

Explorateur, poĂšte alchimiste, Filipe Pinto-Ribeiro assemble les Ă©tapes d’un parcours marquĂ© par la sensibilitĂ© et le coeur


Tchaikovsky, Carrapatoso, Piazzolla

Voyage au long des Ă©poques et des saisons

Le dĂ©but du programme est une citation du maĂźtre Zen Dogen : « Au Printemps, les fleurs du cerisier, l’EtĂ©, le coucou. L’Automne, la lune, et l’Hiver, la neige, claire, froide ». Une introduction mĂ©ditative qui sied bien Ă  la poĂ©sie inhĂ©rente Ă  la thĂ©matique du rĂ©cital et ces trois visions des saisons, avec leurs couleurs et leurs arĂŽmes particuliers, immersion spĂ©cifique Ă  chacun des siĂšcles des trois compositeurs. Un voyage poĂ©tique et pittoresque au XIXe, XXĂš et XXIe siĂšcles. Le soliste commence avec des extraits des « Saisons » de Tchaikovsky pour piano solo. Une sĂ©rie de piĂšces courtes composĂ©e par le maĂźtre Russe entre la premiĂšre de son Concerto pour piano en si bĂ©mol mineur et son premier ballet, Le Lac des Cygnes. La commande suscite des contraintes tonales et programmatiques avec une certaine influence allemande, particuliĂšrement Schumannienne, tout en restant remarquablement slave. Filipe Pinto-Ribeiro dĂ©ploie ses nombreux talents dĂšs les premiĂšres mesures. Sa trĂšs fine sensibilitĂ© est le trait de caractĂšre dominant tout au long du rĂ©cital. Cet aspect touchant se distingue et Ă©tonne davantage dans les extraits Ă  la mĂ©trique et au rythme irrĂ©guliers comme « Carnaval ». L’interprĂšte dĂ©ploie sa technique toujours alliĂ©e Ă  une sensibilitĂ© directement palpable (« Troika », mouvement d’une difficultĂ© redoutable).« Barcarolle » se fait sommet d’expression et de beautĂ©, non seulement par l’exĂ©cution des aspects polyphoniques et contrapuntiques du morceau, mais aussi grĂące Ă  l’accord harmonieux de la personnalitĂ© de l’artiste, avec un je ne sais quoi de nostalgique et d’insulaire ; l’approche trĂšs poĂ©tique Ă©voque le mouvement lent d’une barque qui appareille pour peut-ĂȘtre ne plus jamais revenir.

Telle sensibilitĂ© romantique se maintient dans la premiĂšre française des Quatre derniĂšres saisons de Lisbonne de son confrĂšre, le compositeur portugais contemporain Eurico Carrapatoso (il s’agit Ă©galement d’un premier enregistrement mondial). L’Ɠuvre est un mĂ©lange de folklore portugais, de romantisme et de modernisme musical. L’Hiver, au clair de Lune de janvier brillant sur le Tage, n’est pas sans rappeler Debussy et Satie. La Valse mĂ©lancolique du Printemps a un certain charme folklorique tout comme la Marche (im)populaire de l’EtĂ© qui mĂ©lange sombre religiositĂ© et musique de boulevard. Le Fado des Nymphes du Tage de l’Automne est le morceau le plus langoureux : il est ouvertement nostalgique. Un chant viscĂ©ralement Portugais, de grande beautĂ©.

Le rĂ©cital se termine avec la premiĂšre française d’un nouvel arrangement pour piano solo (signĂ© Marcelo Nisinman) des Saisons de Buenos Aires du compositeur argentin Astor Piazzolla. Sommet du Nuevo Tango mĂ©langeant tango traditionnel, classique et jazz. Ici toute la pompe argentine cĂŽtoie en permanence la sensualitĂ© inhĂ©rente au style du tango, tout en dĂ©montrant avec frivolitĂ©, et de façon expressionniste, une riche palette de sentiments (tristesse, solitude, passion
) ; ce par le biais d’une virtuositĂ© pianistique Ă  la fois scintillante et directe, dans laquelle Filipe Pinto-Ribeiro ne fait qu’exceller !

L’artiste est aussi gĂ©nĂ©reux avec un public chaleureux et impressionnĂ© : il offre trois bis dont nous relevons la forte sensibilitĂ©, demeurĂ© intacte, en particulier la beautĂ© sublime du premier : une mĂ©lodie de l’OrphĂ©e de Gluck arrangĂ© par Sgambati puis c’est le chant sombre et populaire du Jongo, Dance NĂšgre d’Oscar Lorenzo Fernandez. Des bijoux musicaux et poĂ©tiques qui confirment l’attrait particulier de ce rĂ©cital intime et virtuose Ă  la Salle Gaveau ! La dĂ©couverte d’un pianiste au toucher sensible et Ă  la technique remarquable dans le cadre intimiste et chaleureux de la Salle Gaveau s’impose aux auditeurs parisiens venus l’écouter. C’est une soirĂ©e riche en couleurs et en saveurs dont la qualitĂ© mĂ©morable se retrouve dans le disque qu’il vient de faire paraĂźtre chez Paraty. Un grand artiste Ă  suivre dĂ©sormais.

 

 

Compte rendu, récital de piano. Paris, salle Gaveau, le 4 novembre 2015. Récital Piano Seasons, les Saisons
 Tchaikovski, Piazzola, Carrapatoso. Filipe Pinto-Ribeiro, piano.

 

 

 

Saisons de Tchaikovsky, Piazolla, Carrapatoso par Filipe Pinto-Ribeiro

pinto-ribeiro-filipe-portrait-582-bandeauParis, Gaveau. Filipe Pinto-Ribeiro, pinao. Le 4 novembre 2015, 20h30. A l’occasion de la parution de son disque rĂ©cent paru chez Paraty (Piano Seasons, septembre 2015), Filipe Pinto Ribeiro joue le programme de son album, comprenant les Ɠuvres de Tchaikovski, Piazolla, Eurico Carrapatoso et dont le fil conducteur est le thĂšme des saisons
 TempĂ©rament musical, sensible et passionnĂ©, Filipe Pinto-Ribeiro croise ainsi en un Ă©clectisme brillant qui renforce la cohĂ©rence des correspondances choisies, la fibre russe de Tchaikovsky, le tango argentin de Piazolla-Nisinman, sans omettre le chant particulier de ses gĂšnes dans l’écriture de son compatriote portugais, Carrapatoso. A ce titre, Filipe Pinto-Ribeiro rĂ©alise la premiĂšre française des oeuvres de Piazolla et de Carrapatoso inscrites dans son programme parisien.

 

 

 

Piano ciselé, crépitements climatiques

C’est un triptyque flamboyant, riche en esthĂ©tiques diverses qui cultive l’esprit du dialogue et du partage avec sous les doigts du pianiste virtuose, une couleur spĂ©cifique qui dĂ©ploie scintillements et aspirations intĂ©rieures. Ce sont « trois cycles de « saisons », trois pays, trois langages, trois visions du monde de compositeurs qui ont abordĂ© la thĂ©matique des saisons en trois siĂšcles, le XIXe, le XXe et le XXIe siĂšcle », prĂ©cise l’interprĂšte. Climatiques, atmosphĂ©ristes, et aussi universelles, les Ă©vocations, traversant les esthĂ©tiques, sont surtout un superbe voyage introspectif oĂč le toucher Ă  la fois prĂ©cis et allusif du soliste apporte une caractĂ©risation envoĂ»tante.

 

 

 

Programme :

pinto-ribeiro-filipe-portrait-490-piano-classiquenewsTchaĂŻkovsky : Les Saisons opus 37 (extraits)
Piazolla / Nisinman : Quatre Saisons de Buenos Aires
(premiÚre française)
Carrapatoso : Quatre derniĂšres saisons de Lisbonne
(premiÚre française)

Paris, Salle Gaveauboutonreservation
RĂ©cital de piano Filipe Pinto-Ribeiro
Programme « Les Saisons » : Tchaïkovsky, Piazolla, Carrapatoso
Mercredi 4 novembre 2015, 20h30

Salle Gaveau
45-47 rue La Boétie
75008 PARIS
01 49 53 05 07
Prix : 35, 25, 15 euros

 

 

 

LIRE notre prĂ©sentation complĂšte de l’actualitĂ© du pianiste Filipe Pinto-Ribeiro 

Toutes les infos et l’actualitĂ© du pianiste Filipe Pinto Ribeiro sur le site de Filipe Pinto-Ribeiro

Paris. Filipe Pinto-Ribeiro joue les Saisons (Tchaikovsky, Piazolla, Carrapatoso)

pinto-ribeiro-filipe-portrait-582-bandeauParis, Gaveau. Filipe Pinto-Ribeiro, pinao. Le 4 novembre 2015, 20h30. A l’occasion de la parution de son disque rĂ©cent paru chez Paraty (Piano Seasons, septembre 2015), Filipe Pinto Ribeiro joue le programme de son album, comprenant les Ɠuvres de Tchaikovski, Piazolla, Eurico Carrapatoso et dont le fil conducteur est le thĂšme des saisons
 TempĂ©rament musical, sensible et passionnĂ©, Filipe Pinto-Ribeiro croise ainsi en un Ă©clectisme brillant qui renforce la cohĂ©rence des correspondances choisies, la fibre russe de Tchaikovsky, le tango argentin de Piazolla-Nisinman, sans omettre le chant particulier de ses gĂšnes dans l’écriture de son compatriote portugais, Carrapatoso. A ce titre, Filipe Pinto-Ribeiro rĂ©alise la premiĂšre française des oeuvres de Piazolla et de Carrapatoso inscrites dans son programme parisien.

 

 

 

Piano ciselé, crépitements climatiques

C’est un triptyque flamboyant, riche en esthĂ©tiques diverses qui cultive l’esprit du dialogue et du partage avec sous les doigts du pianiste virtuose, une couleur spĂ©cifique qui dĂ©ploie scintillements et aspirations intĂ©rieures. Ce sont « trois cycles de « saisons », trois pays, trois langages, trois visions du monde de compositeurs qui ont abordĂ© la thĂ©matique des saisons en trois siĂšcles, le XIXe, le XXe et le XXIe siĂšcle », prĂ©cise l’interprĂšte. Climatiques, atmosphĂ©ristes, et aussi universelles, les Ă©vocations, traversant les esthĂ©tiques, sont surtout un superbe voyage introspectif oĂč le toucher Ă  la fois prĂ©cis et allusif du soliste apporte une caractĂ©risation envoĂ»tante.

 

 

 

Programme :

pinto-ribeiro-filipe-portrait-490-piano-classiquenewsTchaĂŻkovsky : Les Saisons opus 37 (extraits)
Piazolla / Nisinman : Quatre Saisons de Buenos Aires
(premiÚre française)
Carrapatoso : Quatre derniĂšres saisons de Lisbonne
(premiÚre française)

Paris, Salle Gaveauboutonreservation
RĂ©cital de piano Filipe Pinto-Ribeiro
Programme « Les Saisons » : Tchaïkovsky, Piazolla, Carrapatoso
Mercredi 4 novembre 2015, 20h30

Salle Gaveau
45-47 rue La Boétie
75008 PARIS
01 49 53 05 07
Prix : 35, 25, 15 euros

 

 

 

verao classico lisboa lisbonne festival presentation classiquenews 2015Cet Ă©tĂ©, le pianiste portugais a crĂ©Ă© la premiĂšre Ă©dition de l’AcadĂ©mie internationale de musique de Lisbonne (juillet-aoĂ»t 2015), oĂč l’expĂ©rience pĂ©dagogique apporte aux professionnels et jeunes apprentis, une voie de perfectionnement et de partage unique ;, au public, le moyen de suivre pas Ă  pas l’avancĂ©e du travail collectif, l’approfondissement dans l’interprĂ©tation des oeuvres de musique de chambre choisies : « Filipe Pinto-Ribeiro rĂ©invente la magie des masterclasses et des concerts de musique de chambre. (
) bouillonnant pianiste, pĂ©dagogue chevronnĂ© autant qu’interprĂšte subtil   » (cf LIRE notre dĂ©pĂȘche annonce :  Portugal. Lisbonne, Festival VerĂŁo ClĂĄssico, jusqu’au 1er aoĂ»t 2015

 

 

Toutes les infos et l’actualitĂ© du pianiste Filipe Pinto Ribeiro sur le site de Filipe Pinto-Ribeiro

Compte rendu, festival. Lisbonne, VerĂŁo ClĂĄssico, juillet 2015, 1Ăšre Ă©dition.

verao classico lisboa lisbonne festival presentation classiquenews 2015Compte rendu, festival. Lisbonne, VerĂŁo ClĂĄssico, juillet 2015, 1Ăšre Ă©dition.  Ex Ă©lĂšve du Conservatoire Tchaikovsky de Moscou (et depuis ses annĂ©es d’apprentissage grand amateur de musique russe), le pianiste Filipe Pinto-Ribeiro a fondĂ© fin juillet 2015, un nouveau festival estival VerĂŁo ClĂĄssico (ÉtĂ© Classique), au rayonnement dĂ©jĂ  international, grĂące Ă  la qualitĂ© des artistes-intervenants et aussi le principe de l’acadĂ©mie musicale qu’il porte dĂ©sormais chaque Ă©tĂ© Ă  Lisbonne. C’est un festival chambriste et surtout une expĂ©rience pĂ©dagogique forte qui favorise la transmission et la professionnalisation des jeunes instrumentistes venus apprendre et jouer Ă  Lisbonne. Les salles modernes du Centre Cultural de BelĂ©m offre un lieu idĂ©al pour les rĂ©pĂ©titions et le partage, ce au plus haut niveau.

 

 

 

Verão Clåssico : premier été musical à Lisbonne

Filipe Pinto-Ribeiro réinvente la magie des masterclasses et des concerts de musique de chambre

 

 

verao-classico-lisbone-public-juillet-2015

 

 

Aux cĂŽtĂ©s du bouillonnant pianiste, pĂ©dagogue chevronnĂ© autant qu’interprĂšte subtil, on a pu compter des personnalitĂ©s artistiques soucieuses dĂšs la premiĂšre Ă©dition 2015 de dĂ©fendre exigence et gĂ©nĂ©rositĂ©, qu’il s’agisse de leur travail au sein des masterclasses ou comme interprĂštes enflammĂ©s, inspirĂ©s au moment des concerts publics : Pavel Nersessian (pianiste russe enseignant Ă  l’UniversitĂ© de Boston), Benjamin Schmid (violoniste viennois enseignant au Mozarteum de Salzburg), GĂ©rard CaussĂ© (altiste français, professeur au CNSM de Paris et Ă  l’École SupĂ©rieure Reina Sofia de Madrid), Gary Hoffman (violoncelliste amĂ©ricain natif de Vancouver, installĂ© Ă  Paris et professeur Ă  la Chapelle Reine Elisabeth de Bruxelles), Pascal MoraguĂšs (clarinettiste français, professeur au CNSM de Paris), Abel Pereira (corniste portugais, 1er Cor solo du National Symphony Orchestra de Washington D.C.).
RĂ©pondant Ă  leurs conseils avisĂ©s, les jeunes Ă©tudiants de cette premiĂšre acadĂ©mie musicale d’étĂ© Ă  Lisbonne (pas moins de 90 jeunes apprentis ont dĂ©jĂ  rĂ©pondu prĂ©sents en 2015) viennent des quatre coins de la planĂšte, attestant la crĂ©dibilitĂ© et la notoriĂ©tĂ© de l’initiative : originaires du Portugal, Espagne, Angleterre, Japon, Allemagne, France, Autriche Hollande, Suisse, Italie, Colombie, SlovĂ©nie, Irlande Lituanie, RĂ©publique TchĂšque, NorvĂšge et jusqu’à la Russie, l’Iran et le Japon


 

 

verao-classico-lisbonne-felipe-pinto-ribeiro-juillet-2015-presentation-classiquenews-masterclass-review-compte-rendu-account-of-festival-VERAO-classico-in-lisbonne

 

 

L’esprit d’équipe produit ici lors des concerts proposĂ©s en prolongement des masterclasses (ouvertes au public), plusieurs performances dans un esprit de famille, oĂč loin des effets mĂ©diatiques des grands concerts avec tĂȘtes d’affiche, c’est essentiellement le travail en partage et la complicitĂ© apprise Ă  Lisbonne qui permettent d’indiscutables accomplissements (en particulier le concert de clĂŽture, le 1er aoĂ»t dernier). DĂ©diĂ© Ă  Brahms, Schumann, Tchaikovsky, les maĂźtres offrent pour le public et pour leurs Ă©lĂšves de l’étĂ©, des leçons d’interprĂ©tation particuliĂšrement captivantes.  L’apport des masterclasses est aussi essentiel dans cette expĂ©rience qui place public et jeunes musiciens au cƓur de la fabrique musicale : Filipe Pinto-Ribeiro transmet l’importance de la fluiditĂ© du poignet, le souci des dynamiques d’une note Ă  l’autre, autant de dĂ©tail et d’analyse minutieuse qui permettent d’articuler et de projeter une partition. Sur le mĂ©tier mozartien, le pĂ©dagogue n’hĂ©site pas Ă  souligner par exemple l’importance du contexte Ă  l’époque en particulier, l’essor de l’esthĂ©tique Sturm une Drang ; il ne faut donc pas hĂ©siter Ă  jouer Mozart comme un auteur romantique
 Chaque Ă©tudiant y vit l’épreuve de l’analyse, de la coopĂ©ration, du jeu complice ; chacun stimulĂ© par les encouragements des « maĂźtres », est appelĂ© Ă  se dĂ©passer : heureuse finalitĂ© qui s’offre en fin de parcours au public particuliĂšrement comblĂ© lors du cycle des concerts.

 

 

verao-classico-pinto-ribeiro-moragues-hoffmann-festival-juillet-lisbonne-2015

 
 
 

filipe-pinto-ribeiroCD. D’ailleurs, le pianiste fondateur du festival  VerĂŁo ClĂĄssico, vient de publier chez Paraty un disque original et trĂšs personnel au diapason de sa personnalitĂ© hors normes. « Piano seasons » (Tchaikovky, Piazolla, Carrapatoso
). Sur le clavier d’un Steinway, le pianiste explore les climats de plusieurs compositeurs avec ce don versatile et caractĂ©risĂ© dont il cultive le secret. Son Tchaikovsky dĂ©ploie mille nuances intimes voire nostalgiques (Les Saisons opus 37 bis) ; son Piazzola, rĂ©vĂ©lĂ© dans une nouvelle transcription ose un jeu totalement rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©, libre, proche de l’improvisation
 Enfin, Eurico Carrapatoso (nĂ© en 1962) lui permet de revenir en des terres plus personnelles encore, celle de Lisbonne (Quatre derniĂšres saisons). En concert Ă  Paris, salle Gaveau, le 4 novembre 2015.

 
 
 
LIRE aussi notre présentation du festival Verao classica 2015 à Lisbonne
 
 
 
Illustrations : le public du premier festival Verao classico 2015 ; Filipe Pinto-Ribeiro” en concert avec Pascal MoraguĂšs et Gary Hoffmann © F.Pereira 2015

 
 

Portugal, Lisbonne. Festival VerĂŁo ClĂĄssico, jusqu’au 1er aoĂ»t 2015

verao classico lisboa lisbonne festival presentation classiquenews 2015Portugal. Lisbonne, Festival VerĂŁo ClĂĄssico, jusqu’au 1er aoĂ»t 2015. A Lisbonne, le CCB (Centro Culturel de Belem), haut-lieu musical dĂ©jĂ  connu des artistes français (Les Folles JournĂ©es s’y dĂ©roulent), accueille la premiĂšre Ă©dition du festival VerĂŁo ClĂĄssico ou Academia Internacional de MĂșsica de Lisboa, l’AcadĂ©mie internationale de Musique d’Ă©tĂ© de Lisbonne. Ce projet audacieux qui associe une partie pĂ©dagogique et des concerts publics est une initiative du pianiste portugais Filipe Pinto-Ribeiro, lui-mĂȘme professeur pendant l’AcadĂ©mie estivale. Plusieurs masterclasses de musique de chambre sont pilotĂ©es par des instrumentistes d’envergure internationale. L’originalitĂ© de cette acadĂ©mie est que les Ă©lĂšves primĂ©s par les Ă©quipes pĂ©dagogiques participent Ă  plusieurs concerts professionnels, ouverts au public de la capitale portugaise. C’est pour les jeunes apprentis musiciens, un tremplin et une occasion unique d’éprouver les feux de la rampe et de jouer devant les mĂ©lomanes les plus avertis. L’initiative qui rĂ©alise une passerelle entre les Ă©tudes et la vie professionnelle, est de ce fait exemplaire. Longue vie Ă  l’Academia Internacional de MĂșsica de Lisboa / VerĂŁo ClĂĄssico.

 

 

 

 

 

Professeurs invités

Filipe Pinto-Ribeiro (Portugal) : piano
Solista e Diretor Artístico do DSCH – Schostakovich Ensemble

Pavel Nersessian (RĂșssie) : piano
Professor do ConservatĂłrio de Moscovo e da Universidade de Boston

 

Benjamin Schmid (Áutriche) : violon
Professor da Universidade Mozarteum de Salzburgo e da Escola Superior de Berna

Gérard Caussé (France) : alto
Professor do ConservatĂłrio de Paris e da Escola Superior Rainha Sofia de Madrid

Gary Hoffman (USA) : violoncelle
Professor da Capela Musical Rainha Elisabete dA bélgica

Abel Pereira (Portugal) : trompette
1.Âș Trompa Solo da Orquestra de Washington

Pascal MoraguĂšs (France) : clarinette
Professor no ConservatĂłrio de Paris e 1.Âș Clarinete Solo da Orquestra de Paris

 

 

Concerts Ă  ne pas manquer :

 

 

Le 27 juillet 2015 à 21h : 

Filipe Pinto-Ribeiro, piano
Pavel Nersessian, piano
Benjamin Schmid, violon
Gérard Caussé, alto
Gary Hoffman ,violoncelle
Pascal MoraguĂšs clarinette
Abel Pereira, trompette


Programme
Johannes Brahms : Trio pour Piano, Clarinette et Violoncelle, op. 114
Robert Schumann : MĂ€rchenbilder pour alto et Piano, op. 113
Johannes Brahms : Trio para Piano, Violon et Trompette, op. 40

https://www.ccb.pt/Default/pt/Programacao/Musica?A=305

 

 

Le 30 juillet à 20h : 

Filipe Pinto-Ribeiro, piano
Pavel Nersessian, piano
Benjamin Schmid, violon
Gérard Caussé, alto
Gary Hoffman, violoncelle
Pascal MoraguĂšs, clarinette
Abel Pereira, trompette


Programme
Robert Schumann : FantasiestĂŒcke pour Clarinette et Piano, op. 73
Robert Schumann : Adagio e Allegro pour trompette et Piano, op 70
Piotr Ilich Tchaikovsky : Álbum de Crianças para Piano, op. 39
Robert Schumann : Quatuor avec Piano, op. 47

https://www.ccb.pt/Default/pt/Programacao/Musica?A=306

 

 

Le 1er aout à 15h : 

Concert des Ă©lĂšves

https://www.ccb.pt/Default/pt/Programacao/Musica?A=307

 

Toutes les infos sur le site  VerĂŁo ClĂĄssico Academia Internacional de MĂșsica de Lisboa, masterclasses, concerts et festival de musique de chambre, jusqu’au 1er aoĂ»t 2015. 

 

 

 

 

 

 

Actualités du pianiste Filipe Pinto-Ribeiro

pinto-ribeiro-filipe-piano-seasons-&-cd-paraty-presentation-annonce-classiquenews-juillet-2015

 

 

Le 8 septembre 2015, le pianiste publie chez Paraty, son nouvel album : « Piano Seasons », sur le thĂšme des saisons. InspirĂ© par le sujet aux rĂ©sonances climatiques, Filipe Pinto-Ribeiro a conçu une maniĂšre de triptyque musical oĂč dialoguent le romantisme de TchaĂŻkovski, le tango de Piazzolla-Nisinman, le lusitanisme de Carrapatoso : soit « trois cycles de « saisons », trois pays, trois langages et visions du monde de compositeurs qui ont abordĂ© la thĂ©matique des saisons en trois siĂšcles, le XIXe, le XXe et le XXIe siĂšcle », prĂ©cise l’interprĂšte. Prochaine critique dĂ©veloppĂ©e dans le mag cd dvd livres de classiquenews.com