vendredi, décembre 9, 2022

Staatskapelle Berlin, Daniel Barenboim (direction)Bruxelles, Bozar, lundi 29 janvier 2007 à 20h

A ne pas rater

Un orchestre de prestige sous la baguette d’un chef charismatique et profondément humain : la Staatskapelle de Berlin dirigée par Daniel Barenboim est l’invitée de Bozar, ce 29 janvier 2007, pour interpréter l’ultime et crépusculaire Neuvième Symphonie de Gustav Mahler. Présentation d’un concert-événement.

L’extraordinaire polyvalence artistique de Daniel Barenboim, son charisme, son engagement musical et humain, en font une des Têtes d’affiche 2007 de classiquenews.com. En ce début 2007, le fondateur du West-Eastern Divan Orchestra se voit largement placé sous les projecteurs, à la faveur de plusieurs événements concomittants. En février, c’est le pianiste qui sera mis à l’honneur, avec la parution chez EMI d’un coffret dvd autour des sonates pour piano de Beethoven, regroupant des récitals et masterclasses donnés en 2005. Les temps forts de ces enregistrements passionnants sont diffusés sur Arte du 11 au 25 février 2007. Et dans un registre entièrement différent – illustratif de la diversité des talents de Barenboim -, depuis le 19 janvier ce sont, avec les Septième et Neuvième Symphonies de Mahler, les deux premiers volets de ce qui est destiné à devenir, chez Warner Classics, une toute nouvelle intégrale des symphonies mahlériennes avec la Staatskapelle de Berlin, qui est disponible en cd.

A l’occasion du lancement de cette nouvelle série d’enregistrements, Daniel Barenboim entreprend avec « son » orchestre, la Staatskapelle de Berlin dont il est le directeur musical à vie, une vaste tournée qui les mènera un peu partout en Allemagne et dans le Benelux, et qui culminera en apothéose en avril 2007, avec l’intégrale à Berlin, en dix concerts, de l’oeuvre symphonique de Mahler.

A Bruxelles ce 29 janvier, c’est la crépusculaire Neuvième Symphonie (1909) que Barenboim et sa Staatskapelle offrent au public de Bozar. Cette neuvième, ou dixième symphonie si l’on inclut le Chant de la terre, est l’oeuvre d’un homme éprouvé par la mort, en 1907, de sa fille de quatre ans, et marqué par la fin, après dix ans, de son poste de directeur à l’opéra de Vienne. C’est dans la nature où il séjourne en 1908, que Mahler retrouve, malgré les épreuves et la maladie qui le mine, une fécondité créatrice peu commune, qui se traduira par la composition de cet ultime opus, fait de renoncement et de déchirement, dans lequel la mort, perceptible en filigrane dans toute son oeuvre, se fait de plus en plus présente.

La Staatskapelle de Berlin est un des plus anciens orchestres d’Allemagne, voire du monde, puisque ses origines remontent à 1570, année de fondation de la Chapelle de la Cour de Brandebourg. Sous la houlette de Daniel Barenboim depuis 1991, l’excellence de la Staatskapelle de Berlin (qui n’est autre que la phalange musicale du Staatsoper de Berlin) la situe au niveau d’un Gewandhaus de Leipzig ou d’une autre Staatskapelle, celle de Dresde. Lorsque l’on sait le son mythique, historique que produisent ces deux orchestres au passé prestigieux et tout aussi séculaire, l’on ne peut qu’être impatient de découvrir – ou redécouvrir – la Staatskapelle de Berlin. Un concert qui a d’ores et déjà les allures d’un événement.

Programme
Gustav Mahler: Symphonie n° 9 (1909)

Orchestre de la Staatskapelle de Berlin, Daniel Barenboim, direction

Bruxelles, Bozar, lundi 29 janvier 2007 à 20h

Approfondir
Lire dans notre mag cd nos chroniques consacrées à la récente réédition de l’intégrale des symphonies de Gustav Mahler sous la baguette de Rafael Kubelik

Lire dans notre mag dvd nos chroniques consacrées à la récente parution en dvd de l’intégrale des symphonies de Gustav Mahler sous la baguette de Leonard Bernstein

Retrouvez l’actualité des concerts Mahler de la Staatskapelle de Berlin et Daniel Barenboim : www.staatskapelle-berlin.de

Crédit photographique
Daniel Barenboim (DR)

- Espace publicitaire -spot_img
- Sponsorisé -
Derniers articles

CD, portrait. Dimitri Naïditch, pianiste – compositeur (SoLiszt, Ukraine)

DIMITRI NAÏDITCH... C’est un artiste inclassable qui ressuscite les figures emblématiques de la virtuosité romantique. Quand on lui demande...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img