Secret d’histoire : Maria Callas : une vie pour l’art

CALLAS Maria Callas PICT 003france2-logo_2013France 2. Mardi 5 aoĂ»t 2014, 20h45. Maria Callas, gloire et douleurs. Secrets d’histoire invite les tĂ©lĂ©spectateurs Ă  rĂ©agir et commenter l’émission en direct sur Twitter via le hashtag #secretsdhistoire… Qui n’a pas entendu une fois dans sa vie un air interprĂ©tĂ© par la Callas ? Norma, Traviata, Tosca… Autant d’hĂ©roĂŻnes que la diva a su incarner de façon mĂ©morable. Dans ce nouveau numĂ©ro de Secrets d’histoire, StĂ©phane Bern Ă©voque la vie de la soprano Maria Callas, la diva absolue qui a rĂ©volutionnĂ© l’opĂ©ra par son chant Ă©purĂ©, subtil, incarnĂ© d’une puretĂ© expressive inĂ©galĂ©e. TragĂ©dienne hors pair, la cantatrice ne cesse, tout au long de sa carrière, de donner une rĂ©elle existence Ă  des hĂ©roĂŻnes d’opĂ©ra Ă©prises d’absolu, comme elle… Car Maria dans sa vie de femme se rĂ©vèle aussi, Ă  la recherche de l’extrĂŞme, au prix de tous les renoncements. Enfant malheureuse, elle se construit et se renforce par le chant. IcĂ´ne de son temps, nous dĂ©couvrons, avec elle, les plus beaux lieux de l’art lyrique : la Scala de Milan, les arènes de VĂ©rone, mais aussi les palais privĂ©s et demeures de ses proches, comme la magnifique Villa Erba de Luchino Visconti sur le lac de Come. Pour sa perte, elle permit que vie et art se confondent, laissant permĂ©ables les frontières entre les deux mondes. Devenue grâce Ă  l’influence de son mentor et ami Visconti, une icĂ´ne de l’Ă©lĂ©gance (elle souhaitait copier la silhouette d’Audrey Hepburn en glissant son corps dĂ©sormais fuselĂ© dans les robes dessinĂ©es par la designeuse Biki…), La Callas subjugue les mĂ©dias et le monde par sa classe, et l’idĂ©al de perfection qu’elle incarne dĂ©sormais. Amoureuse Ă©perdue, c’est auprès d’un autre Grec, comme elle, richissime et stars des affaires, Aristote Onassis, qu’elle croit enfin trouver le bonheur. De Monaco aux croisières inoubliables sur le yacht Le Christina en mer EgĂ©e, Maria, la femme, oublie volontairement la Callas et ses rĂŞves de gloire. Amoureuse et bientĂ´t dĂ©laissĂ©e, La Callas assassine la cantatrice…Un sacrifice tragique qui lui coĂ»te sa voix et pour finir l’amour lui-mĂŞme.  Car Onassis en aime bientĂ´t une autre, Jackie Kennedy… Trahie, Maria Callas finit comme toutes les hĂ©roĂŻnes qu’elle a si merveilleusement chantĂ©es, seule, dans son appartement parisien de l’avenue Georges Mandel (elle s’y Ă©teint en 1977) exceptionnellement ouvert pour l’émission, et avec la sensation ultime, d’être au moins aller jusqu’au bout de son destin. En 1973, elle tente un retour sur scène lors d’un rĂ©cital lyrique amorcĂ© au Théâtre des Champs ElysĂ©es Ă  Paris : mais la voix mythique n’est plus lĂ  : la cantatrice a quittĂ© ce corps et cette silhouette demeurĂ©s ceux d’une prĂŞtresse Ă  la grâce intacte. Comment une femme aussi unique, fut-elle seule inexorablement ? Elle s’Ă©teint d’une façon tragique, Ă  Paris, veuve inconsolable après la mort des deux hommes qui ont comptĂ© : Onassis (qui Ă©tait revenu vers elle) puis Visconti. Sa mort laisse un goĂ»t d’inachevĂ© a contrario d’une vie d’artiste totalement accomplie, malgrĂ© sa très courte carrière sur la scène. Une comète, une Ă©toile qui a bien gagnĂ© sa place dans le ciel des immortels.

Magazine. Présenté par Stéphane Bern. Sur une idée originale de Jean-Louis Remilleux. Produit par SEP (Société Européenne de Production). Avec la participation de France Télévisions. Réalisé par Dominique Leeb. A revoir en VOD sur le site de France 2

Comments are closed.