POITIERS : Elias de Mendelssohn

mendelssohn elias cd felix-mendelssohn-bartholdy_jpg_240x240_crop_upscale_q95POITIERS, TAP. Le 14 fĂ©v 2091. MENDELSSOHN: ELIAS. Philippe Herrewghe s’intĂ©resse au gĂ©nie oratorien de Mendelssohn, un aspect finalement peu connu de son Ă©criture, du moins en France (en Allemagne il en va tout autrement) ; on connaĂźt davantage ses symphonies, ses concertos, ouvertures et poĂšmes symphoniques, sans omettre Ă©videmment l’inusable musique du Songe d’une nuit d’étĂ© / Midsummer Light’s dream, si respectueuse de la poĂ©sie nocturne et amoureuse de Shakespeare.

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

MENDELSSOHN : ELIASboutonreservation
POITIERS, TAP (Auditorium)
Jeudi 14 février 2019, 19h30

Philippe Herreweghe, direction
Christina Landshamer soprano
Gerhild Romberger mezzo-soprano
Werner GĂŒra tĂ©nor
AndrĂš Schuen baryton
Felix Mendelssohn Elias op. 70, oratorio en deux parties

2h30 dont entracte
https://www.tap-poitiers.com/spectacle/mendelssohn/

 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

Présentation
Tizian, Verklaerung Christi - Titian / Transfig.of Christ / c.1560 - Titien / Transfiguration du ChristUN PROPHETE INSPIRÉ PAR DIEU... Cecil B. DeMille avait choisi MoĂŻse pour son chef-d’Ɠuvre, Mendelssohn, Élie pour le sien. Il faut dire que musicalement et dramatiquement, l’histoire du prophĂšte rĂ©serve, elle aussi, quelques moments de bravoure et d’émotion : Élie fait venir la pluie aprĂšs vingt ans de sĂ©cheresse, Élie ressuscite l’enfant de la veuve, Élie confond les faux prophĂštes et les foudroie. Le chƓur participe Ă  l’action mais se met aussi en retrait pour mĂ©diter sur la grandeur de Dieu. Quinze ans avant la crĂ©ation d’Elias, Mendelssohn avait ressorti des cartons et exposĂ© Ă  l’admiration de tous la Passion selon saint Matthieu de Bach, ignorĂ©e pendant un siĂšcle. Pouvait-il trouver meilleure inspiration ? / Illustration : TITIEN : La Transfiguration du Christ (1565), Ă©glise San Salvador. JĂ©sus transfigurĂ© est entourĂ© des prophĂštes (MoĂŻse et ses tables de la loi ; Elie dont les 3 disciples sont allongĂ©s, comme terrifiĂ©s au sol, se protĂ©geant de la lumiĂšre Ă©blouissante et miraculeuse


 

 

________________________________________________________________________________________________

 

 

 

ELIAS : la veine sacrĂ©e, oratorienne de MendelssohnUN ORATORIO POETIQUE ET SPIRITUEL
 AprĂšs le succĂšs remportĂ© par son Paulus, Felix Mendelssohn (1809-1847) compose son dernier grand chef-d’Ɠuvre, l’oratorio Elias, en 1846. Le livret s’appuie sur le portrait que fait le rĂ©cit biblique du prophĂšte Élie, au premier livre des Rois, ainsi que sur d’autres textes bibliques (EsaĂŻe, Psaumes, 
). Personnage d’une vraie dimension Ă©pique, passionnĂ© et volontaire, Élie Ă©volue au fil de l’oratorio gagnant en confiance, se rĂ©vĂ©lant Ă  lui-mĂȘme et prenant conscience de sa foi dans un rapport de plus en plus sobre et intense Ă  Dieu (idĂ©alement exprimĂ© dans les citations Ă  la flĂ»te et surtout et au hautbois : arioso « Ja, es sollen wohl Berge weichen »., dans l’acte II)
 CrĂ©Ă© au festival triennal de musique de Birmingham (avec pas moins de 400 exĂ©cutants), le drame Ă©difiant, est jouĂ© chaque annĂ©e de 1840 Ă  1930 lors du Three Choirs Festival. Il faut une grande expĂ©rience des effectifs importants et aussi un sens de la dentelle instrumentale autant que vocal (chez les choeurs que chez les solistes) pour rĂ©ussir l’interprĂ©tation de ce dĂ©fi dramatique et sacrĂ©. Inscrit dans l’avant derniĂšre annĂ©e de la courte carriĂšre de Mendelssohn, l’ouvrage ainsi conçu dĂ©voile les derniĂšres recherches du gĂ©nial Felix, conteur Ă©pique autant que fin portraitiste : le portrait d’Elie/Elias revĂȘt dans le cours de l’action, une humanisation de plus en plus admirable, vertueuse et lumineuse. La progression en est l’élĂ©ment moteur. L’humain et le divin, l’histoire et la priĂšre individuelle se rĂ©solvent et fusionnent dans cette vaste peinture musicale particuliĂšrement ciselĂ©e.
En témoignent aux cÎtés des airs du héros, les sections dévolues surtout dans la partie 2, à la soprano (« Höre Israel » air inaugural qui est le plus long : plus de 5mn), et au ténor.
AprĂšs l’ouverture fuguĂ©e Ă  la Bach, se succĂšdent en une narration libre et animĂ©e, 42 numĂ©ros qui racontent le dĂ©fi du prophĂšte Elie lancĂ© Ă  la face des prĂȘtres de Baal: le hĂ©ros, en saint miraculeux y guĂ©rit le fils d’une veuve, et critique sans mĂ©nagement le roi d’IsraĂ«l, Ahab, comme il rĂ©primande la reine JĂ©zabel. Mais celle-ci soulĂšve son peuple contre le suractif prophĂšte
 qui dĂ©montre sa filiation divine et misĂ©ricordieuse en obtenant la pluie tant espĂ©rĂ©e (elle n’était pas tombĂ©e depuis 3 annĂ©es), sur le Mont Carmel. Elie, ardent dĂ©fenseur et proclamateur du monothĂ©isme en des temps chaotiques et barbares, incarne aussi la dĂ©termination provocatrice de l’homme dĂ©sireux d’élever ses semblables: le ProphĂšte n’hĂ©site pas Ă  secouer la somnolence du peuple Ă©lu: “JĂ©rusalem, toi qui tues tes prophĂštes!“. En cela, Elie prĂ©figure cet autre prophĂšte, Jochanaan, qui lui aussi chĂątie sans mesure l’impie, la corruption, la paresse, tous les vices de ses semblables
 Ayant achevĂ© son oeuvre, Elie rejoint le ciel sur un char de feu, au moment oĂč le choeur admiratif entonne un hymne en l’honneur de cet homme admirable qui sut leur montrer la voie par ses actions de grĂące.
La ferveur Ă©lectrique, grandiose et sublime sans jamais de solennitĂ© ni de pompe d’un Mendelssohn finalement trĂšs schumannien, se dĂ©ploie ici dans un thĂ©Ăątre sacrĂ© qui exalte la tendresse et comme Schumann, un Ă©lan de l’ñme, viscĂ©ralement ascendant, de plus en plus solarisĂ©. Berlioz lors de la reprise d’Elias en 1847, fut saisi par sa grandeur et son humanitĂ©. La magie se rĂ©alisera-t-elle Ă  Poitiers grĂące Ă  Philippe Herreweghe et entre autres, son fabuleux orchestre des Champs ElysĂ©es, phalange idĂ©ale sur instruments anciens.

 

 

 

________________________________________________________________________________________________

LIRE aussi notre critique du cd ELIAS de MENDELSSOHN par Thomas Hengelbrock, DHM 2016
http://www.classiquenews.com/cd-compte-rendu-critique-mendelssohn-elias-1846-hengelbrock-2016-dhm/

________________________________________________________________________________________________

One thought on “POITIERS : Elias de Mendelssohn

  1. Pingback: POITIERS : Elias de Mendelssohn – classiquenews.com – France actualitĂ©