jeudi, décembre 8, 2022

Olivier Messiaen: Saint-François d’Assise. Pierre Audi 3 dvd Opus Arte

A ne pas rater

En témoin et lecteur
pointilleux de l’inactivité extatique de la partition d’Olivier
Messiaen, Pierre Audi signe une mise en scène épurée, économe. Sur la
scène de l’Opéra d’Amsterdam, l’américain Rod Gilfry incarne un
Saint-François ardent et humain qui rompt avec la raideur pourtant
légendaire de José Van Dam, créateur du rôle-titre…

Foisonnantes célébrations en tous sens et divers apports, l’année du
centenaire Messaien 2008, s’achève en triomphe avec ce dvd superlatif.
La production scénique de Saint-François d’Assise (partition ébauchée à
partir de 1975, crée au Palais Garnier à l’automne 1983, sous la
baguette de Seiji Ozawa), la seule pendant cette année anniversaire
nous vient d’Amsterdam (juin 2008). La voici au dvd grâce à Opus Arte
qui décidément cumule les réussites (voyez aussi le dernier dvd
Tamerlano avec Placifo Domingo ! d’autant plus opportun en avril 2009
qui souffle les 250 ans de la disparition de Haendel: occurence
marketnig qui se double d’une valeur artistique…).

En témoin et lecteur pointilleux de l’inactivité extatique de la
partition d’Olivier Messiaen, Pierre Audi signe une mise en scène
épurée, économe (comme le fut aussi sa vision de Castor et Pollux de Rameau chez Opus Arte également).
Comme l’imagina Berlioz pour Episode de la vie d’un artiste, en une
formule entre le concert et le drame déclamé, l’orchestre est placé sur
la scène, disposé en gradins comme s’il était déposé dans une nef
renversée (!), derrière les chanteurs, laissant les acteurs évoluer
dans plusieurs praticables à la façon des dispositions des mystères
médiévaux. Chaque tableau gagne en vérité et en incarnation: voyez de
ce point de vue, le naturel et l’innocence du prêche au oiseaux (6è
tableau)
dessiné ici comme une classe professée à destination d’enfants
piailleurs, enchantés… vivacité et poésie, l’équilibre est
convaincant. Voilà qui dévoile la science de l’invention scénique:
rompre la lenteur (ennuyeuse) en créant un théâtre dans le théâtre: une
scène vivante d’ornithologie pratique enseignée à de jeunes et
sautillantes âmes, novices peintres écumant de vie créative. Ni d’un
naïf narrative et sobre à la Cimabue et à la Giotto, ni même (mieux)
grandiose et monumental, dans le sillon des peintres sulpiciens, d’un
glacis glaçant, poseur et moralisateur, Audi trouve une voie médiane
qui reste proche de la sincérité du texte. Plongeant en cela dans le
coeur exalté du Saint stigmatisé. Audi montre ainsi tout le chemin
parcouru depuis la mise en scène de Peter Sellars à Salzbourg puis
Bastille en 1992: savoir s’éloigner de l’anecdote sacrée pour atteindre
une évidence universelle, plus poétique que précisément spirituelle. Au
sein de la distribution, saluons le Frère Léon, compatissant et tendre,
d’une fraternelle présence, de Henk Neven, l’élégance qui fait
contrepoint de Tom Randle en Frère Masséé, surtout l’incise sublimée de
l’Ange composé par Camilla Tilling, apparition lumineuse et troublante,
provocatrice et bienfaitrice…

Après le jeu inoubliable de José Van Dam (plutôt immobile voire
statique) qui créa le personnage titre, l’Américain athlétique Rodney
Gilfry
(qui chante Billy Budd de Britten), -français audible et
intelligible-, sait incarner le Saint, double du compositeur, les
affres, doutes, vertiges, hymnes extatiques d’un François, juvénile
donc inquiet, ardent et humain. En quittant lpeau et masque du « vieil
homme », ll trouve même ce « nouveau visage » que réclame l’Ange
interrogateur au début du II. Aspiré par la force de son engagement et
de sa révélation, Saint-François s’offre à nous, dans le miracle de sa
foi irradiante et miraculeuse. D’autant que la direction d’Ingo
Metzmacher ne surajoute pas, défend avec simplicité le monument lyrique
légué par Messiaen. Très bon spectacle qui en outre passe idéalement le
cap du dvd. Ne boudez pas votre plaisir: ce dvd plus que recommandable
demeure le document à posséder au terme de cycle de mois commémoratifs
en hommage à Messiaen.

Olivier Messiaen: « Saint-François d’Assise » (1983).
Avec
Camilla Tilling, Rod Gilfry, Hubert Delamboye, Henk Neven, Tom Randle,
Armand Arapian, Choeur du Nederlandse Opera, The Hague Philharmonic.
direction musicale : Ingo Metzmacher, mise en scène : Pierre Audi.
Production de l’Opéra d’Amsterdam (juin 2008)

3 dvd Opus Arte

- Espace publicitaire -spot_img
- Sponsorisé -
Derniers articles

Cinéma. Maestro(s), le nouveau film de Bruno Chiche (7 déc 2022) 

Cinéma. Maestro(s), le nouveau film de Bruno Chiche (7 déc 2022)  -  Maestro(s), le nouveau film de Bruno Chiche,...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img