jeudi 13 juin 2024

Massy. Opéra de Massy, le 16 janvier 2013. Tchaikovski: Le Lac des Cygnes (chorégraphie : Natalia Makarova). Ballet de l’Opéra National Tchaïkovsky de Perm

A lire aussi
Le Lac des Cygnes, ballet romantique par excellence, œuvre mythique incontournable de la danse classique, a des origines mystérieuses et une histoire interprétative très complexe. La création à Moscou en 1877 fut un désastre, entre autres à cause de la chorégraphie peu imaginative du maître de ballet du Théâtre Impérial Bolchoï: Julius Reisinger. C’est en 1895 qu’il est ressuscité à Saint Petersbourg par Petipa et Ivanov, maîtres de ballets du Théâtre Impérial Mariinsky, en collaboration avec le compositeur et chef d’orchestre Riccardo Drigo, avec l’approbation de Modest Tchaïkovsky, frère cadet de Piotr Illich, alors décédé depuis 1893.


Maîtrise et tradition mythique…

Natalia Makarova sur les traces de Petipa

Pour cette soirée enneigée, l’Opéra de Massy dans la banlieue sud de Paris accueille le Ballet de l’Opéra National Tchaikovsky de Perm avec une chorégraphie signée Natalia Makarova d’après Petipa et Ivanov. Comme Rudolf Nureev avant elle, Makarova fait une demande d’asile lors d’un tournage en Europe avec le Ballet Mariinsky. Elle deviendra danseuse fétiche de Jerome Robbins et Kenneth MacMillan et comme l’ancien directeur du Ballet de l’Opéra National de Paris, elle met sa formation académique et son esprit russe au service de son imagination dans ses mises en scène et chorégraphies des grands ballets classiques.

La production impressionne dès le début par la beauté du plateau et des costumes, avec toute l’exubérance somptueuse, haute en couleurs du romantisme russe à laquelle elle associe une certaine économie et cette élégance presque néoclassique des décors. La prestation du Corps de ballet de la compagnie est dans le même esprit : sévère et pleine de sentiment. Si Makarova supprime la plupart des danses nationales et divertissements dans sa chorégraphie (à l’exception de la danse espagnole et de la danse hongroise du 2e acte, dansés avec verve et caractère), le Corps est particulièrement sollicité avec exigence pendant les 2h30 de représentation, notamment en ce qui concerne les cygnes, véritables protagonistes du tableau en mouvement peint par la diva russe inspiré de Petipa (Pas de quatre des Petits Cygnes à la coordination des jambes, irréprochable).

Le couple du ballet a une dynamique intéressante. Le Prince est interprété par l’Étoile Sergueï Merhsin, sa performance est progressive, toujours pleine de cœur. Il montre ses dons d’acteur et de tragédien mais outre sa ligne et ses portés solides, il ne dégage pas une grande virtuosité dans la chorégraphie de Makarova, excepté peut-être sa variation aux beaux sauts pendant le Grand Pas de deux du Cygne Noir au 2e acte.

A contrario, Makarova se montre plus ambitieuse avec Odette/Odile, interprétée avec tant d’abattement par l’Étoile Natalia Moiseeva. La danseuse se montre tendre et pleine de pathos en Odette, surtout séductrice enflammée en Odile. Son extension et ses soubresauts sont bellissimes, et ses 29/30 fouettés en tournant pendant la coda du Grand Pas de deux du Cygne Noir, tout-à-fait louables.

Le personnage secondaire de Benno, conseiller du Prince, est la surprise de la présentation. Interprété par le soliste Alexandre Taranov, il est surprenant dès les premières mesures avec des entrechats exquis, des cabriolés et des sauts impressionnants. Le danseur captive davantage l’œil par sa virtuosité, notamment dans le Pas de trois du premier acte (avec Lyaysan Gizatullina et Ksenia Barbasheva, cette dernière étant sa partenaire de prédilection ; ils sont tous deux lauréats couronnés « Meilleur couple » de l’émission russe « Le grand ballet » 2012); et dans la scène à la fôret avec le Prince, qui en l’occurrence passe au second plan à coté de Taranov.

La fin du ballet est un moment d’une poésie intense, hautement émotionnel, quelque peu modifié par rapport au livret originel. Les amants tragiques meurent dans les vagues du lac et il se rejoignent dans une vision d’amour éternel au-delà de la vie et de la mort. Le public bouleversé dédie la fin de la soirée en applaudissement nourris, saluant les 55 danseurs du Ballet de l’Opéra National Tchaïkovsky de Perm accueillis à l’Opéra de Massy. Grand succès mérité.

Massy. Opéra de Massy. Le 16 janvier 2013. Le Lac des Cygnes, ballets en 3 actes de Natalia Makarova, d’après Marius Petipa et Lev Ivanov, 2005. Ballet de l’Opéra National Tchaïkovsky de Perm. Tchaïkovsky, compositeur. Musique enregistré.
- Sponsorisé -
- Sponsorisé -
Derniers articles

ENTRETIEN avec Gabriel TCHALIK, à propos du récent cd du Quatuor TCHALIK  : Ravel / Lyatochynsky…

Aux défis techniques et expressifs du génial Quatuor de Ravel, la fratrie TCHALIK associe l'écriture de l'ukrainien Boris LYATOSHYNSKY,...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img