Le TAP de Poitiers accueille Vox Luminis

meunier lionel vox luminis CLASSQUENEWS.COMPoitiers, TAP. Vox Luminis rĂ©enchante les ancĂȘtres de Bach. Le 26 avril 2016. Vox Luminis crĂ©Ă© / menĂ© par le baryton Lionel Meunier (depuis sa fondation Ă  Namur en 2004) ne cesse de convaincre par la sonoritĂ© chaude, expressive et Ă©tonnamment articulĂ© de son chƓur, l’un de smeilleurs actuellement, avec Les Arts Florissants et le chƓur de chambre de Namur. Le programme prĂ©sentĂ© par Vox Luminis Ă  Poitiers met en lumiĂšre la gĂ©nĂ©alogie des ancĂȘtres de Jean-SĂ©bastien Bach, tous excellents musiciens, pour le choeur, et fervents chrĂ©tiens devant l’Eternel. La dynastie Bach ainsi Ă©voquĂ©e met en lumiĂšre le tempĂ©rament musical des compositeurs prĂ©dĂ©cesseurs de Jean SĂ©bastien : Johann (1604-1673), Johann Christoph (1642-1703), Johann Michael (1648-1694) et Johann Ludwig (1677-1731). Autant d’auteurs dont JS possĂ©dait des copies ou des autographes de leurs partitions. Leurs motets confirment combien l’art musical fut une spĂ©cialitĂ© familiale, l’emblĂšme de l’excellence artistique partagĂ© par tous les membres d’un clan de compositeurs, une dynastie parmi les plus prolixes de l’histoire musicale. Doubles chƓurs classiques, choralmottete Ă  5 voix, doubles choeurs asymĂ©triques, motet Ă  6 vois, chanteurs tenus cachĂ©, soprano surgissant du choeur
 autant de dispositifs et de formes divers dĂ©montrant la vitalitĂ© crĂ©ative d’un foyer particuliĂšrement original.

vox luminis lionel meunier copyright ola renska classiquenews 2767514_origAu programme : prĂ©dĂ©cesseurs de JS Bach, puis les Musikalische Exequiem de SchĂŒtz, sommet de la ferveur germanique du premier baroque, sur unt este que Brahms reprendra au XIXĂš pour son propre compte. Lionel Meunier a souvent exprimĂ© son admiration pour Philippe Herreweghe et le Collegium vocal de Gand, un ensemble qui l’ayant marquĂ©, a profondĂ©ment inspirĂ© son geste comme interprĂšte et comme chef.
Vox Luminis offre ainsi un Ă©loquent prĂ©lude Ă  la musique pour les funĂ©railles du prince Heinrich Posthumus von Reuss, patron et ami de SchĂŒtz rencontrĂ© Ă  Bayreuth dĂšs 1619. La commande en remonte du vivant du prince mĂ©cĂšne dĂšs 1635 : Exsequiae, signifie obsĂšques. C’est donc la musique pour le rituel funĂšbre
 sur un texte luthĂ©rien sĂ©lectionnĂ© par Reuss lui-mĂȘme. Les indications du compositeur d’habitude trĂšs prĂ©cis et exact dans ses annotations, font mention d’un dispositif plutĂŽt strict voire monacal : 6 chanteurs et un orgue. Vox Luminis fidĂšle Ă  la tradition des recrĂ©ations vivantes en propose une version personnelle oĂč c’est le chant qui est surtout mis en avant. L’Ɠuvre d’une durĂ©e moyenne de moins de 40 mn, s’achĂšve (Partie III) en Ă©voquant l’apothĂ©ose du dĂ©funt, sur un texte de Simeon puis de l’Apocalypse (la Guerre de Trente Ans impose alors ses ravages destructeurs dans toute l’Europe) ; c’est l’ñme Ă©lue d’un sanctifiĂ© aux cĂŽtĂ©s de deux sĂ©raphins qui referme ce somptueux cycle sur la mort et le repos Ă©ternel.

Critique du cd SchĂŒtz / Musikalische Exequien, par notre rĂ©dacteur critique Lee Yu Wang :
” SchĂŒtz rĂ©alise ici la sĂ©pulture musicale de son patron et mĂ©cĂšne (et probablement ami si l’on en lit les dĂ©didaces), Heinrich Reuss le Posthume, seigneur de Gera, dĂ©cĂ©dĂ© le 3 dĂ©cembre 1635: pour son office funĂšbre le 4 fĂ©vrier 1636, le compositeur y distille une pensĂ©e Ă©purĂ©e, sobre et monumental Ă  la fois, recueillie et digne: un idĂ©al de terreur pacifiĂ©e ou de sĂ©rĂ©nitĂ© conquise, biens prĂ©cieux en ces temps d’incertitude et de grande affliction. La Guerre de Trente dĂ©truit l’Europe du XVIIĂš, et la musique de l’italien SchĂŒtz, qui apprit sa langue si gĂ©niale Ă  la chaleur carissimienne, s’accomplit ici en un cycle admirablement abordĂ©. Si BenoĂźt Haller s’autorisait un instrumentarium colorĂ© voire somptueux, Lionel Meunier et les solistes de Vox Luminis prĂ©fĂšrent plĂ»tot l’austĂ©ritĂ© ardente et fervente d’un continuo Ă©purĂ© (orgue et basse de viole).  Les considĂ©rations sur le/la mort opĂšrent une mise en terre des plus exaltantes: les voix lumineuses de l’ensemble convoquĂ© n’ayant de facto jamais aussi bien portĂ© leur nom.
Une fusion vocale prenante, et pourtant un chant incarnĂ© et individualisé portent la rĂ©ussite de cette lecture admirable. Les couleurs sombres sont claires; la vocalitĂ©, respectueuse du texte. SchĂŒtz n’avait pas inspirĂ© tel linceuil prĂ©cisĂ©ment entonnĂ©, magistralement habitĂ©. En luthĂ©rien convaincu, SchĂŒtz regarde la mort telle une libĂ©ration porteuse de paix et d’accomplissement. Tout un programme saisissant, idĂ©alement dĂ©fendu par Vox Luminis dans l’un de leurs meilleurs enregistrements. “

 

 

 

 

Vox Luminis au TAP de Poitiersboutonreservation
AncĂȘtres de JS Bach, Musikalische Exequien de SchĂŒtz
Mardi 26 avril 2016, 20h30
1h30 sans entracte
TAP Auditorium

 

 

VOIR aussi notre reportage vidĂ©o “La 3Ăšme GĂ©nĂ©ration d’interprĂštes Ă  SAINTES” dont l’excellent ensemble belge VOX LUMINIS / entretien avec Lionel MEUNIER (juillet 2015)

 

 

Comments are closed.