mercredi 17 avril 2024

CRITIQUE, opéra. GENEVE, Grand-Théâtre (du 21 février au 2 mars 2024). MOZART : Idomeneo. B. Richter, L. Desandre, G. Semenzato… Leonardo Garcia Alarcon / Sidi Larbi Cherkaoui.

A lire aussi
Emmanuel Andrieu
Emmanuel Andrieu
Après des études d’histoire de l’art et d’archéologie à l’université de Montpellier, Emmanuel Andrieu a notamment dirigé la boutique Harmonia Mundi dans cette même ville. Aujourd’hui, il collabore avec différents sites internet consacrés à la musique classique et à l’opéra - et notamment avec ClassiqueNews.com dont il est le rédacteur en chef.

Directeur du ballet du Grand théâtre de Genève depuis 2022, Sidi Larbi Cherkaoui met en scène l’un des opéras serie les plus réussis de l’histoire du genre : Idomeneo du jeune Wolfgang Amadeus Mozart. La patte du jeune compositeur salzbourgeois y est certainement pour quelque chose : souffle de l’orchestre, relief vocal des protagonistes, importance du choeur… mais la production genevoise ajoute un autre ingrédient : la danse.  Dans la fosse, Leonardo García Alarcón poursuit ici même son exploration de l’opéra-ballet (Les Indes Galantes de Rameau chorégraphiées par Demis Volpi en 2019, puis Atys avec le concours d’Angelin Preljocaj en 2022…). Pour autant, même si l’ouvrage mozartien ne relève pas à proprement parler du genre, ses multiples séquences où domine le chant de l’orchestre se prêtent à une extension chorégraphique : ce qui inspire Cherkaoui comme Alarcon. Le défi comme l’affiche étaient alléchants et prometteurs. La danse semble même souligner la bascule tragique du sujet, et la fin a été modifiée dans ce sens…

 

A Genève, un Idoménée tragique
de cordes et de sang

 

 

Dans les faits, les danseurs (outre le Ballet du Grand Théâtre de Genève, la Compagnie Eastman est également requise) enrichissent l’action scénique, soulignant le nœud des situations qui contraignent les protagonistes, tous inféodés au bon vouloir des dieux ; ici, les chanteurs dansent aussi, exprimant autant par le mouvement et leur interaction avec les autres corps, que leur chant, la soumission aux épreuves, l’inflexibilité d’un destin auquel ils doivent obéir. La loi contraint toute liberté individuelle. Cette oppression se lit dans l’enchevêtrement des êtres, dans l’écheveau des fils rouges qui matérialise autant d’entraves ou qui assimile les acteurs à des marionnettes. C’est tout le travail de la plasticienne et scénographe Chiharu Shiota – dont les cordes omniprésentes tissent un labyrinthe tissé, véritable champs de bataille et d’obstacles pour chaque personnage qui s’y perd et s’y révèle dans l’épreuve…

Un code couleurs dévolus aux costumes (conçus par le couturier japonais Yuima Nakazato) fixent les rapports : blanc pour les Troyens (bientôt maculés de sang), bleu pour la royauté crétoise, le roi Idomeneo et son fils Idamante. L’art de Cherkaoui soigne les tableaux collectifs, équation très habile entre symétrie et multitude faussement dépareillée, où la gestuelle précise rehausse chaque sentiment éprouvé, chaque situation souvent radicale ; avec aussi une part préservée pour la magie et le fantastique quand paraît le monstre marin, autre manifestation du pouvoir divin sur les hommes (très évocatrices structures de fils rouges conçus par la plasticienne Chiharu Shiota). Jusqu’au final, réécrit (c’est la mode aujourd’hui…) : alors que Mozart les souhaitait finalement sauvés, Ilia et Idamante sont ici sacrifiés manu militari.

 

 

La distribution réunie par Aviel Cahn est dominée par l’Idomeneo du ténor suisse Bernard Richter (pour Stanislas de Barbeyrac initialement annoncé), au timbre corsée et prenant, aussi émouvant et expressif dans les airs que dans les récitatifs. Dans le fameux « Fuor del mar », le chanteur n’est jamais pris en défaut dans l’exécution des vocalises, soutenues par un souffle d’une belle longueur et, surtout, véritablement chargées de sens (les roulades sur le mot minacciar traduisent bien la menace des flots déchaînés). Ilia a le charme et la délicatesse de la voix veloutée, lumineuse autant que sensuelle de Giulia Semenzato, alors qu’Idamante convient idéalement au timbre charnu de l’excellente mezzo italo-française Lea Desandre, aussi intense que touchante. De son côté, la soprano italienne Federica Lombardi triomphe des écueils d’Elettra, avec beaucoup de précision et d’efficacité, notamment dans sa dernière aria « D’Oreste, d’Aiace ». On est également séduit par le surprenant Arbace d’Omar Mancini : sa voix attachante apporte une dose d’humanité à ce personnage secondaire. Enfin, citons la Voix de l’Oracle de William Meinert qui délivre son message implacable (et le pouvoir d’un Neptune inflexible) tout en haut de l’escalier monumental, une des images fortes du spectacle. 

Habitué des lieux, le chef Leonardo García Alarcón prend possession de l’espace, déployant une énergie riche en contrastes, déployant une sonorité active d’autant plus présente qu’elle est produite par la réunion de deux orchestres expréssément pour cette production : son ensemble Cappella Mediterranea et plusieurs membres de l’Orchestre de Chambre de Genève. Enfin, le Chœur du Grand Théâtre de Genève montre qu’il sait s’affirmer dans un chant plein et nuancé. Mené jusque dans son finale ainsi reconstruit, le spectacle fait mouche : Cherkaoui trouve le geste juste, avec un mouvement ample ; son Idomeneo chorégraphié, dans sa parure japonisante, a le souffle d’une grande tragédie grecque !

 

_______________________________________________________

CRITIQUE, opéra. GENEVE, Grand-Théâtre (du 21 février au 2 mars 2024). MOZART : Idomeneo. B. Richter, L. Desandre, G. Semenzato… Leonardo Garcia Alarcon / Sidi Larbi Cherkaoui. Photos © Magali Dougados

 

VIDEO : Trailer de « Idomeneo » de Mozart au Grand-Théâtre de Genève

 

 

- Sponsorisé -
- Sponsorisé -
Derniers articles

CRITIQUE, opéra. GENEVE, Grand-Théâtre (du 11 au 18 avril 2024). MESSIAEN : Saint-François d’Assise. Robin Adams / Adel Abdessemen / Jonathan Nott.

  Après avoir été l’une des productions lyriques victimes de la Pandémie, le trop rare Saint-François d’Assise d'Olivier Messiaen -...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img