mercredi, février 1, 2023

Elisabeth Sombart, piano

A lire aussi

SOMBART_NB_260_clavier_elisabeth_sombartElisabeth Sombart, piano. Nocturnes de Chopin. Paris, salle Cortot, le 17 novembre 2013, 17h30.  Elisabeth Sombart est une pianiste d’exception qui recherche et exprime le sens profond de la musique. L’interprète développe depuis plusieurs années une affinité privilégiée avec les mondes sonores de Frédéric Chopin dont elle a enregistré l’intégrale des oeuvres pour piano seul. Le travail de la pianiste réalise aussi un approfondissement personnel des oeuvres choisies ; pour Elisabeth Sombart, la musique est une formidable porte d’entrée pour l’accomplissement que chacun ambitionne d’atteindre, de vivre, de partager… un accord magique entre l’âme et le corps. Au sein de sa fondation établie en Suisse, Résonnance, la pianiste développe un cycle de concerts gratuits afin que la musique classique touche ceux qui en ont le plus besoin, dans les hôpitaux, les maisons de retraites, les prisons… Elisabeth Sombart est aussi une pédagogue recherchée, soucieuse de partager sa propre conception de l’enseignement fondée sur la phénoménologie du son et du geste, une approche originale et formatrice qui est la synthèse de sa formation auprès de deux maîtres, Sergiu Celibidache et Hilde Langer-Rühl.

A Paris, salle Cortot, le 17 novembre 2013, Elisabeth Sombart donne un récital Chopin choisissant ses Nocturnes pour éclairer la vie du compositeur romantique et partager l’immense bonheur que ses partitions procurent.

 

 

la quête de l’invisible …

 

chopin_arte_200-ans_soiree_speciale_television_arte-Frederic_ChopinA contrario de la virtuosité pyrotechnique et spectaculaire de son contemporain Liszt, Frédéric Chopin cultive les mondes intérieurs, la quête d’une vérité enfouie qui plonge dans le monde de l’enfance, du souvenir, de la suprême nostalgie. Polonais expatrié, Chopin a la mélancolie de sa terre natale, une intensité rétroactive qui embrase sa langueur suggestive. Il souhaitait se fixer en Angleterre, c’est à Paris qu’il s’installe ; Chopin y découvre le bel canto éthéré, suspendu et crépusculaire comme lui d’un Bellini. Si l’homme reste énigmatique, son œuvre seule parle pour sa fascinante complexité où tout a été conçu pour le piano.

Peu de concerts publics, surtout des récitals confidentiels donnés pour des proches et des amis, Chopin favorise le repli, l’intimité, le murmure. Et s’il aima la voix, seuls comptèrent les divines cantatrices évanescentes belliniennes (incarnées par Pasta ou Malibran), et surtout Adolphe Nourrit, Orphée romantique, – créateur du Comte Ory, Arnold, Robert le Diable, Raoul et Éléazar-, immense chanteur qui s’associa à Paris avec Frédéric pour révéler aux parisiens, les mondes inaccessibles de Schubert grâce à ses lieder. Mais de tous les chants incarnés, c’est celui de La Sonnambula (La Somnambule) de Vincenzo Bellini qui inspire profondément et fraternellement ses Nocturnes.
Le récital d’Elisabeth Sombart propose un voyage intérieur à travers les Nocturnes de Chopin.  Programme événement.

Elisabeth Sombart, piano
Récital La vie de Chopin
à travers ses NocturnesDimanche 17 novembre 2013, 17h30
Paris, salle Cortot
78, rue Cardinet 75017 ParisRéservations, informations :
06 12 34 32 60
www.autourdupiano.fr

Prix des places
Tarif normal : 25 €
Tarif réduit (- 25 ans) : 16 €
Frais de réservation : 1 € par place
Téléphone : + 33 (0)1 43 71 60 71
Article précédent
Article suivant
- Sponsorisé -
- Sponsorisé -
Derniers articles

CRITIQUE, opéra. LIEGE, le 28 janv 2023. BELLINI : La Sonnambula. Pratt, Barbera, Mimica… Giampaolo Bisanti / Jaco van Dormael.  

« Il ne faut pas avoir l’imprudence de lire le libretto », écrivait Stendhal à propos de L’Italiana in Algeri. En...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img