Dossier Robert Schumann 2010 1810-1856. Bicentenaire de la naissance

dossier du Bicentenaire

Robert Schumann


dossier spécial 2010

Le 8 juin 2010 marque le 200 ème anniversaire de la naissance de Robert Schumann (né en 1810). La valeur d’un artiste, ne se révèlerait-elle pas dans sa faculté à produire d’apparentes contradictions ? L’être créateur, hypersensible dans le cas de
Robert Schumann, se dérobe à toute schématisation. Schumann lui-même
sut-il vraiment et immédiatement la voie qui devait être la sienne ?
Tant entre la littérature – son père traducteur de Byron était
libraire-, et la musique, son cœur a souvent balancé. Il se rêvait
pianiste, l’égal de son épouse Clara, immense concertiste, adulée et
reconnue. Il devint compositeur. L’énigme de Schumann tient en deux
mots : cime ou abîme. Tenté par le suicide, succombant à maintes
reprises à de profondes crises mélancoliques, il ne cessa cependant de
rompre la trame de la fatalité. Vivre pour aimer, aimer pour composer.
Sa vie s’est inversée grâce à la détermination du compositeur. Il nous
laisse une œuvre marquée par le sceau de l’énergie et de la lumière.

Nous avons choisi d’aborder son œuvre par épisodes afin de souligner
certains aspects de l’œuvre comme autant de thématiques révélatrices de
son génie, autant dans la grande forme (symphonies, oratorios et opéra)
que dans les cycles plus intimistes du lied et de la musique de chambre. La majorité des articles ci dessous sélectionnés ont été publiés pour le 150ème anniversaire de la mort de Schumann, en 2006; vous trouverez aussi plusieurs contributions éditées à l’occasion de la sortie en salle puis de son édition en dvd, du film Clara, réalisé par Helma Sanders-Brahms (au cinéma en juin 2009, puis en dvd en décembre 2009)…

sommaire
dossier Robert Schumann bicentenaire 2010


Clara, un film de Helma Sanders-Brahms (2008) S’agissant
du film de Helman Sanders-Brahms, la réalisation relève d’une
indiscutable réussite. Mais d’un autre ordre. Plus psychologique que
spectaculaire, plus intime et tendu voire allusif que narratif ou
mécaniquement chronologique, le regard de la réalisatrice sur le couple
Schumann est avant tout celui d’une femme qui parle d’une autre femme.


Genoveva, un opéra romantique (1847-1848) Si
l’homme aime tisser en images vaporeuses et inextricables, ses états
d’âme, s’il cultive ce flottement imprécis des sentiments exprimés dans
une musique aussi riche que la prose proustienne, les étapes de la
création sont cependant très aisées à suivre. 1841 : éclosion de ses
œuvres pour orchestre. 1842 : essor de la musique de chambre. Il ne
manquait plus dans les années suivantes, que la musique dramatique et
vocale. Genoveva, créée le 25 juin 1850 réalise l’ambition du Schumann
dramaturge.


Vers l’opéra. La Péri (1843) Richesse
du matériau musical, goût infaillible dans le choix de ses textes,
ambition d’un compositeur prêt à élargir sa palette formelle : l’heure
est au défi. L’opéra se présente naturellement. Mais à rebours d’un
Wagner qui élabore sa matière lyrique au même moment, Schumann délaisse
le déploiement scénique. Il préfère se concentrer sur les connotations
de la musique.


discographie Schumann 2010

Robert Schumann: les 4 Symphonies (Kubelik, 1963). A la tête du Berliner Philharmoniker, Rafael Kubelik offre une vision puissante et emportée par un sens indiscutable de l’activité. Ici l’opulence et la largesse du son n’empêchent pas un sentiment de continuité et même d’urgence. Evidemment il y eut après Kubelik, Bernstein et le Philharmonique de New York (lecture physique à partir du texte original des symphonies) mais Kubelik apporte un équilibre et une clarté engageante dont la couleur narrative annonce bientôt Masur et le Philharmonique de Londres. Certes il s’agit ici des manuscrits pas toujours nettoyés des dernières découvertes – nous sommes en 1963- mais son geste se montre parfois net, nerveux, félin. Quelle baguette!
Robert Schumann: les 4 Symphonies. Berliner Philharmoniker. 2 cd Deutsche Grammophon collection “The Originals”.

Robert Schumann: the great romantic. Masterworks edition. Oeuvres
pour piano, symphonies, concertos, lieder, musique de chambre. Pour le bicentenaire Robert Schumann (1810-1856), un
rien éclipsé par celui en France, célébré à grands fracas, de Frédéric
Chopin, Sony classical réédite ses joyaux sonores:
l’édition anniversaire des chefs d’oeuvre ne comprend pas hélas, son
unique et superbe opéra (contemporain de Lohengrin de Wagner): Genoveva,
pur miracle lyrique à redécouvrir d’urgence. On espère un éditeur avisé
en la matière qui nous exauce d’ici la fin 2010. Mais quelles pépites anthologiques s’offrent à nous, alternatives ô
combien délectables… Coffret
de 25 cd, Sony classical. Lire la suite…

Comments are closed.