jeudi 13 juin 2024

CRITIQUE, concert. BORDEAUX, Auditorium, le 7 novembre 2023. Récital de SONYA YONCHEVA (avec Malcom Martineau au piano).

A lire aussi
Emmanuel Andrieu
Emmanuel Andrieu
Après des études d’histoire de l’art et d’archéologie à l’université de Montpellier, Emmanuel Andrieu a notamment dirigé la boutique Harmonia Mundi dans cette même ville. Aujourd’hui, il collabore avec différents sites internet consacrés à la musique classique, la danse et l’opéra - mais essentiellement avec ClassiqueNews.com dont il est le rédacteur en chef.

C’est devant une salle étonnamment clairsemée (seulement au ⅔ pleine) que la star du chant lyrique Sonya Yoncheva s’est produite à l’Auditorium de Bordeaux, où elle était accompagné par le pianiste écossais Malcolm Martineau. Ensemble, ils ont donné ce concert – intitulé “Ad una stella” – un peu partout en Europe et dans le monde, ce dernier se déclinant en deux temps : un premier consacré à des Canzone italiennes et un second aux plus fameux airs d’opéras de Giacomo Puccini. 

 

 

C’est sous des acclamations nourries qu’elle fait son entrée sur scène, dans une superbe robe-fourreau mauve, remerciant en français le public bordelais pour son chaleureux accueil. C’est un tout vrai enthousiasme qu’elle génère dans ce répertoire très particulier (et délicat) des Canzone italiennes, où son timbre unique et riche, et la douceur de ses inflexions de voix, lui permettent de toucher au cœur. Ce sont ici les variations du souffle qui colorent les notes, et des arias telles que « Terra o mare » de Puccini, « L’Ultimo bacio » de Martucci, ou encore « L’Esule » de Verdi, bénéficient de son émission parfaite de verticalité et de sa volupté ardente. 

Mais c’est dans les tubes des opéras de Puccini, en seconde partie de soirée, que le public manifeste le plus bruyamment le voluptueux plaisir que lui insuffle l’art du chant de La Yoncheva. Que ce soit dans les fameux “Vissi d’arte” et  “Un bel di vedremo” ou dans le plus rare “Se come voi piccina” extrait de Le Villi, la soprano bulgare y déploie tout son savoir-faire vériste, et une voix aux reflets tout callassiens : la longueur du souffle et la puissance sont ici aussi savamment maîtrisés que calculés, pour déclencher une vive émotion dans l’âme des auditeurs. Et elle livre chacun de ses airs d’opéras avec son intensité dramatique et/ou émotionnelle habituelle, en incarnant viscéralement chacun des personnages qu’elle interprète.

Aux anges, le public bordelais acclame longuement et bruyamment la diva bulgare, qui lui offre trois bis en récompense de sa légitime exaltation : « Mio Bambino caro » tiré de Gianni Schicchi, la Habanera de Carmen, et le sublime air « Adieu notre petite table » extrait de Manon, dans lequel elle bouleverse tant par la justesse de l’accent que par le modelé de la pulpe vocale.

Quant à Malcolm Martineau, son fidèle accompagnateur lorsqu’elle offre des récitals voix/piano, il fait preuve d’une attention de tous les instants et d’une belle complicité avec l’artiste, faisant par ailleurs montre de ses talents de pianiste “solo” avec une brillante interprétation du Tango en Ré d’Isaac Albeniz. Bravo à lui aussi !

___________________________________________

CRITIQUE, concert. BORDEAUX, Auditorium, le 7 novembre 2023. Récital de SONYA YONCHEVA (avec Malcom Martineau au piano). Photos (c) Emmanuel Andrieu.

 

VIDEO : Sonya Yoncheva chante l’air “Vissi d’arte, vissi d’amore” de Puccini (2021)

- Sponsorisé -
- Sponsorisé -
Derniers articles

(69). Saint-Lager (en Beaujolais) : 1er Festival « La Belle Baroque » : les sam 15 et dim 16 juin. Les Nouveaux Caractères / Sébastien d’Hérin.

Nouveau venu parmi les festivals consacrés à la musique baroque, La belle Baroque prend place au cœur du Géoparc...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img