mercredi 12 juin 2024

CRITIQUE CD événement. MOZART : Symphonies n°35, 36 & 40 – Deutsche Kammerphilharmonie BREMEN / Tarmo Peltokoski (1 CD Deutsche Grammophon – fév 2023).

A lire aussi

Habituellement encadrée de ses soeurs chronologiques, qui forment ainsi comme les éléments jusque là indissociables d’un triptyque mythique, consacré par les plus grands chefs, le jeune champion de la baguette, le finnois Tarmo PELTOKOSKI « ose » associer à la Symphonie n°40, celles antérieures Haffner et Linz (les 35 et 36), deux joyaux qui composent un écrin tout aussi cohérent.

 

Outre son hypersensibilité expressive qui éblouit, le maestro montre la pertinence d’une conception à la fois cérébrale et hédoniste, analytique et sensuelle qui convainc absolument ; allusive, ciselée, rugissante autant qu’aérienne, jusque dans les silences… Sa baguette déploie des trésors de nuances, idéalement contrastées. Le jeune chef inaugure ainsi avec éclat et subtilité sa collaboration avec DG Deutsche Grammophon. Association pleine de promesses.

 

En motricité comme en pensée, entre détail et architecture, le jeune maestro récemment nommé directeur musical de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse (la prochaine saison 2024-2025, sera sa première saison réellement complète) affirme un tempérament indiscutablement captivant. A la tête des musiciens brémois, son Mozart sonne puissant, mordant, subtil.

N°35, K 385 (Symphonie HAFFNER) – Le geste du chef déploie et affirme non sans justesse un nerf beethovénien, une énergie impérieuse qui crépite et rugit avec cette précision détaillée, et ce goût des timbres qui d’emblée dès le début du premier mouvement (Allegro con spirito), comme un lever de rideau chante l’aube d’une ère nouvelle. Les séquences adagio plus murmurées indiquent une autre sensibilité, elle aussi idéalement ciselée, articulée avec une ivresse et une finesse de ton absolument convaincante. L’unisson flexible des cordes, les bois et les vents d’une somptueuse couleur amoureuse ; Peltokoski semble faire feu de chaque pupitre : précision, intensité, dosage et équilibre sonore ; surtout construction et flux superbement ouvragés. Cette « ouverture » inscrit l’opus (Symphonie n°35 « Haffner ») comme l’emblème d’une assurance olympienne, d’une maîtrise expressive qui exprime et l’urgence et l’introspection.
Le second mouvement (Adagio) est d’un semblable équilibre, le chant des cordes aérien et d’une fluidité séductrice, d’une irrésistible tendresse lumineuse ; chaque mesure, chaque indication et chaque caractère, amoureusement énoncé ; le Menuetto, alterne proclamation majestueuse, pleine d’assurance, et trio rustique, énoncé simple et d’une légèreté charmante presque languissante (cordes et hautbois) ; le Finale (Presto) est un feu de joie, l’expression d’une jubilation primitive.

MOZART SOLAIRE, FIEVREUX, DÉTAILLÉ : L’apprenti sorcier Tarmo Peltokoski joue les Symphonies n°35, 36 & 40

 

 

K 550 / Symphonie n°40 en sol mineur – Même qualité d’équilibre et d’expressivité fiévreuse, tendrement ciselées dans la symphonie médiane, celle en sol mineur ou n°40, formant triptyque avec la 39 et la 41ème dite « Jupiter ». Mais ici dès son splendide « molto Allegro », Tarmo Peltokoski en exprime et la grâce solaire et ce mouvement panique, le tout porté par une baguette qui en sculpte l’absolu équilibre. Le Finale (Allegro assai) soigne clarté, transparence, ductilité éloquente des cordes (tous les pupitres), légèreté mais aussi sentiment tragique dans ce flux qui s’accomplit avec une expressivité mordante, à l’impérieuse intensité, dans un balancement là aussi oxygéné et filigrané.

K 425 – La LINZ rayonne d’un même équilibre solaire, traversé par l’onctuosité tendre des cordes d’une souplesse chantante idéale (Andante) ; où perce aussi, élément nouveau, la couleur d’une gravité à peine perceptible mais présente, dosage des plus réussis qui vient encore enrichir et donner du corps à la lecture du jeune Peltokoski sur le métier mozartien. Les respirations, cette aération continue, insufflent à chaque pupitres (les cordes surtout), ce matelas suspendu qui fait penser que tout l’orchestre est en lévitation, s’accomplit davantage encore dans le Finale (Presto), même indication inscrite pour l’ultime mouvement de la n°35 HAFFNER : effet de symétrie et de miroir, de sorte que la 40 semble idéalement « encadré » par les deux symphonies plus anciennes. Tempérament de feu, sensibilité d’une exceptionnelle subtilité, la direction éblouit.

On partage l’enthousiasme de notre confrère Emmanuel Andrieu qui rendait compte du concert récent de Tarmo PELTOSKI à la tête de son nouvel orchestre (l’Orchestre national du Capitole de Toulouse dans entre autres la 9ème de Bruckner, fiévreuse et bouillonnante, pleine de ferveur (Toulouse le 3 mai 2024): « Le second mouvement, le diabolique Scherzo, laisse pantois par sa rythmique implacable (timbales et attaques de cordes), et fascine dans sa marche inexorable des damnés, tout à la fois accablante et cauchemardesque, dans lequel le chef se désarticule tel un damné lui-même… » :

LIRE la critique complète ici : https://www.classiquenews.com/critique-concert-toulouse-halle-aux-grains-le-3-mai-2024-strauss-bruckner-orchestre-national-du-capitole-chen-reiss-soprano-tarmo-peltokoski-direction/

 

VIDÉO / Tarmo Peltokoski dirige les Symphonies de Mozart
Tarmo Peltokoski – Mozart: Symphony No. 40 in G Minor, K. 550: I. Molto allegro

 

 

_____________________________________________________

 

CRITIQUE CD événement. MOZART : Symphonies n°35, 36 & 40 – Deutsche Kammerphilharmonie BREMEN / Tarmo Peltokoski (1 CD Deutsche Grammophon – enregistré en février 2023 à Brême.

CLIC de CLASSIQUENEWS, printemps 2024.

 

LIRE aussi notre dépêche : CHEFS. Tarmo Peltokoski, nouveau directeur musical de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse, signe chez Deutsche Grammophon (octobre 2023) – DG annonçait alors la nouvelle collaboration avec ce premier triptyque Mozart, bientôt suivi d’un album monographique dédié à l’Américain Vaughan Williams (dont sa Symphonie n°1 « Sea Symphony) »… on salive d’avance, jusqu’à sa prochaine parution… en 2025 ? A suivre.
https://www.classiquenews.com/chefs-tarmo-peltokoski-nouveau-directeur-musical-de-lorchestre-national-du-capitole-de-toulouse-signe-chez-deutsche-grammophon/
- Sponsorisé -
- Sponsorisé -
Derniers articles

ENTRETIEN avec Gabriel TCHALIK, à propos du récent cd du Quatuor TCHALIK  : Ravel / Lyatochynsky…

Aux défis techniques et expressifs du génial Quatuor de Ravel, la fratrie TCHALIK associe l'écriture de l'ukrainien Boris LYATOSHYNSKY,...
- Espace publicitaire -spot_img

Découvrez d'autres articles similaires

- Espace publicitaire -spot_img