Compte-rendu, opéra. Angers Nantes Opéra. Nantes, Théâtre Graslin : La dernière Fête. Dirk Opstaele, mise en scène et scénographie.

ANO_derniere_fete_opstaele_bikkembergsLa dernière Fête… Tout est dit dans le titre du nouveau spectacle présenté par Angers Nantes Opéra en création mondiale ce jour dimanche 19 janvier 2014. L’ultime et la fin traversent chaque séquence de mondes en perdition ; mais l’esprit de la fête s’invite aussi à cette danse sur un volcan. A partir des 5 pièces les plus importantes de Tchekov, le metteur en scène Dirk Opstaele revisite et condense l’un des théâtres les plus subtilement sombre et nostalgique du répertoire.  C’est un miracle de gestes et d’attitudes millimétrés, de tableaux qui empruntent au mime et à la pantomime avec le délire et un sens poétique pur qui caractérise depuis toujours l’excellente troupe des comédiens du collectif Leporello fondé par Dirk Opstaele en 1985. Il en résulte un théâtre du loufoque, parodie enchantée de notre comédie humaine dont les situations et les personnages qui se répondent d’un épisode à l’autre,  offrent aussi un condensé finement élaboré des climats tchékhoviens.
Si souvent la farce aux tensions grimacantes s’achève par la mort inévitable d’un personnage, la délicatesse et la justesse d’un regard psychologique plein de tendresse, enrichissent aussi un spectacle éminemment théâtral qui frappe par l’originalité de son déroulement formel.

Performances d’acteurs et de choristes

Véritable poumon du spectacle qui en assure le souffle et les respirations,  le choeur d’Angers Nantes Opéra (dirigé par Xavier Ribes) y est particulièrement sollicité, autre véritable prouesse pour laquelle s’engage sans compter le chef de chœur, installé en coulisses et marquant les tempos justes par un système de caméras sur le plateau; le choeur est, aux côtés des 12 comédiens qui investissent le plateau, le protagoniste de la production : disposés en arc de cercle et le plus souvent à peine visibles derrière une séparation de fils suspendus depuis les cintres. Pendant 1h45, les voix diffusent un chant d’atmosphère où le texte est de moindre importance;  ce qui importe ici c’est la couleur des situations, l’intensité des sentiments que porte chacun des acteurs…, la rugueuse mélopée d’une voix caractérisée et collective qui fait jaillir en vagues irrésistibles, vertiges et secousses de l’âme slave. De ce point de vue, le spectacle est totalement réussi.

 

derniere_fete_angers_nantes_opera_575

Illustration : © Jeff Rabillon pour Angers Nantes Opéra 2014

D’autant que sans décor,  toute l’action se concentre sur la seule présence et le jeu gestuel des formidables acteurs. Parmi ses partenaires, Dirk Opstaele incarne une esthétique de gestes économes, expressionnistes, d’une précision inouïe. .. pour l’oeil comme pour l’oreille, c’est un festival de chaque instant, un régal aux saveurs particulières qui semblent récapituler toute l’histoire du théâtre comique et l’esprit des tréteaux.  De sorte qu’à chaque nouveau tableau synthétisant l’intrigue d’une pièce de Tchekhov, comédiens et choristes réinventent et répètent mais de façon différente comme s’ il s’agissait d’un ring ou d’une joute d’acteurs,  la grande farce de la vie humaine. Aux propres mots de Tchekhov revient ce regard à la fois désenchanté et tendre d’un spectacle dramatiquement ciselé et qui vient de façon imprévue régénérer le genre lyrique.

Tchekhov transposé, préservé

Pour les amateurs de Tchekhov, lecteurs familiers d’Oncle Vania, de La Mouette, d’Ivanov, des Trois Sœurs et de La Cerisaie, les puristes déconcertés par le seul principe de la coupure comme de la réduction seront évidemment … déconcertés. Pour tous les autres qui (re) découvriront l’univers et les sujets tchékhoviens, le spectacle en création s’affirme comme une formidable clé de compréhension, une manière d’hommage et d’évocation justes qui reste une performance d’acteurs et de choristes épatants car fidèles à la source. Les exemples d’adaptations du théâtre de Tchekhov à l’opéra sont désormais nombreux : des Trois Sœurs de Peter Eötvös (1996), à la plus récente Cerisaie commandée par l’Opéra de Paris à Philippe Fénelon (Palais Garnier, février 2012).

Avouons que le spectacle conçu et scénographié par Dirk Opstaele, mis en musique par Kurt  Bikkembergs est de loin celui qui dans ses options scéniques et ses choix dramatiques et musicaux,  sert de la plus claire façon, Tchekhov et sa joie mélancolique.
Production événement coup de coeur de la rédaction spectacles de classiquenews.

A l’affiche dAngers Nantes Opéra jusqu’au 16 février 2014 puis en tournée sur tout le territoire Pays de la Loire, du 27 février au 25 avril 2014.

Comments are closed.