CD, coffret, compte rendu critique. Jean Sibelius : Historical recordings and rareties 1928 – 1945 (7cd Warner classics

sibelius warner historical recordings 1928 1945 warner box 7 cd coffret critique review compte rendu critique CLASSIQUENEWSCD, coffret, compte rendu critique. Jean Sibelius : Historical recordings and rareties 1928 – 1945 (7cd Warner classics). Des gravures “historiques”, – soit les premières dans l’histoire du microsillon, celles par exemple de Robert Kajanus (avec le London Symphony orchestra en juin 1932 (Symphonies 3 et 5, d’une irrĂ©pressible tension complĂ©tĂ©e par un grande subtilitĂ© expressive, en particulier cette Ă©coute de l’urgence intĂ©rieure, cette dĂ©termination lyrique et parfois avant Bernstein, Ă©chevelĂ©e, dĂ©lirante mais si juste, et ce souci du lien organique structurant les parties entre elles), surgit une leçon d’interprĂ©tation qui fait tout l’intĂ©rĂŞt du prĂ©sent coffret de 7cd Ă©ditĂ© par Warner et qui pour la plupart regroupe des chefs travaillant Ă©videmment Ă  Londres et que Sibelus a pu connaĂ®tre, et dont il a pu pour certains, valider leur propre approche. C’est Ă©videmment le cas de Robert Kajanus dĂ©cĂ©dĂ© en 1933 qui est d’autant plus exemplaire parmi les pionniers et dĂ©fenseurs de la première heure sibĂ©lienne, qu’il a crĂ©Ă© nombre de ses Ĺ“uvres, ou les a fait connaĂ®tre en Europe hors de Finlande avec la complicitĂ© du MaĂ®tre. Compositeur lui aussi, Ă©galement auteur d’un Symphonie Kullervo (comme la pièce de Sibelius), Kajanus entre 1890 et jusqu’Ă  sa mort, ne cesse de faire connaĂ®tre les Ĺ“uvres de son compatriote : Kajanus dirige le premier orchestre symphonique d’Helsinki au dĂ©but des annĂ©es 1880 puis joue (entre autres) les oeuvres de Sibelius Ă  Paris pour l’expo Universelle de 1900 (Symphonie n°1, Suite du roi Christian II, Le cygne de Tuonela, Finlandia et Le retour de Lemminkäinen… soit une synthèse de l’univers sibĂ©lien. C’est cependant un Ă©clairage sur son engagement sibĂ©lien des annĂ©es 1930 que Warner met ici en lumière.

 

 

 

 

 

 

Kajanus, Boult, Beecham, Stokowski, Koussevitzky…

Les premiers Sibéliens à Londres autour de 1930

 

 

Pour Warner, Kajanus enregistre dans les annĂ©es 1930, soit quelques annĂ©es avant sa mort, les Symphonies 1, 3 (cd1), surtout 3 (Ă©poustouflante de vivacitĂ© subtile) et 5 (d’une fraĂ®cheur Ă©ruptive rafraĂ®chissante ; Symphonies 3 et 5 sont dans le cd2). Et dans le studio règne dĂ©jĂ  un certain Walter Legge, futur grand producteur et mari de la Schwarzkopf… Kajanus fixe aussi pour la SociĂ©tĂ© SibĂ©lius et Warner, l’Ă©blouissante musique de scène, très allusive et orientalisante (Solitude, Nocturne) : Alexander Feast – la banquet d’Alexandre, d’après la pièce de Hjalmar ProcopĂ© (Suite opus 51, cd3, juin 1932).

A la suite de l’indĂ©fectible Ă©nergie du pionnier Kajanus, les chefs de l’intelligentsia londonienne s’emparent du miracle symphonique sibĂ©lien au point de l’inscrire au programme ordinaire des Prom’s, assurant ainsi une renommĂ©e croissante pour Sibelius dont il font un maĂ®tre absolu du langage symphonique : ainsi les chefs ici d’un geste captivant : Sir Adrian Boult (coupes vive et tranchante des OcĂ©anides opus 55, cd3, janvier 1936, conçus comme une vaste chevauchĂ©e haletante d’une gravitĂ© irrĂ©sistible), Thomas Beecham (Concerto pour violon avec Jasha Heiffetz en 1935, Symphonie n°4 de 1937, Finlandia en 1938, avec le London Philharmonia orchestra), ou Serge Koussevitzky (Symphonie n°7 gonflĂ©e Ă  bloc, d’un souffle prenant en 1933 avec le BBC SO) et Leopold Stokowski…

Autres fleurons propres au tournant des annĂ©es 1930 – suractivitĂ© des studios louĂ©s par la Warner soucieuse de fixer les grands interprètes sibĂ©liens d’alors : le Quatuor opus 56 par le Budapest String Quartet (aoĂ»t 1933, cd7) : qui plonge dans des abysses de profondeur intime et Ă©nigmatique : Ă  connaĂ®tre Ă©videmment;

Le coffret Warner tĂ©moigne d’un engouement sans prĂ©cĂ©dent pour les Ĺ“uvres orchestrales et vocales de Sibelius autour de 1930 ; les chefs londoniens se sont alros emparĂ©s du mythe encore vivant, rĂ©vĂ©lant sous sa langue si originale, un souffle Ă  la fois panthĂ©iste et une vision esthĂ©tique et poĂ©tique qui rappelle par la modernitĂ© et la sincĂ©ritĂ© de sa construction, Beethoven lui-mĂŞme.

 

 

CD, coffret, compte rendu critique. Jean Sibelius : Historical recordings and rareties 1928 – 1945 (7cd Warner classics).

 

 

Comments are closed.