BUDAPEST : en direct du MUPA, Gyorgy Vashegyi joue Dardanus

RameauEn direct du MUPA, le 8 mars 2020. Rameau : DARDANUS. À Budapest, aprĂšs Les FĂȘtes de Polymnie (2014), NaĂŻs (2017) et Les Indes galantes (2018), Dardanus occupe le chef hongrois György Vashegyi, grand ramĂ©lien Ă  la suite des Christie, McGegan, qui a dĂ©jĂ  conviancu, s’intĂ©resse Ă  l’histoire de Dardanus : tragĂ©die en musique en un prologue et 5 actes, version de 1744. Livret de Charles-Antoine Leclerc de la BruĂšre.
Grand dĂ©fenseur de la musique lyrique française du XVIIIĂš, en particulier Ă  l’époque des LumiĂšres, et en particulier des opĂ©ras visionnaires, rĂ©formateurs de Jean-Philippe Rameau, compositeur officiel Ă  Versailles sous le rĂšgne de Louis XV, Gyorgy Vashegyi ressuscite la version intĂ©grale de 1744 de Dardanus dont plusieurs mesures inĂ©dites comprenant chƓurs et partie orchestrale d’un souffle nouveau. Dardanus aime Iphise mais doit affronter et vaincre les agissements d’AntĂ©nor. Que donnera cette nouvelle version ? En particulier la langue française si essentielle dans la caractĂ©risation des opĂ©ras français. Force est de constater que les distribution peinent souvent dans l’articulation et l’intelligibilitĂ© de la langue de Rameau. De ce point de vue, au sein d’une Ă©quipe de chanteurs qui rassemble souvent les mĂȘmes solistes, peu de chanteurs savent maĂźtriser les spĂ©cificitĂ©s du chant français baroque. La distribution annoncĂ©e ce 8 mars comprend d’excellents diseurs en français dont le tĂ©nor Cyrille Dubois et le baryton Tassis Christoyannis. VoilĂ  qui accrĂ©dite la prochaine interprĂ©tation. D’autant que le chef ne manque ni de clartĂ© ni d’expressivitĂ© et de tension dans la conception architecturale de ses approches, comptant sur deux formations solides Ă  Budapest : le choeur et l’orchestre (sur instruments anciens) qu’il a fondĂ©s : Purcell Choir et Orfeo Orchestra. Deux collectifs avec lesquels le maestro a su Ă©difier de trĂšs solides rĂ©alisations Ă  ce jour.

________________________________________________________________________________________________

gyorgy vashegyi gervais mupa Hypermnestre © JĂĄnos PosztĂłs, MĂŒpa BudapestRAMEAU : Dardanus. DIM. 8 MARS 2020 : 19h. MĂŒpa – Palace of Arts, Budapest, Hongrie – Concert sera retransmis en direct sur le site web du MĂŒpa : Ă©coutez l’opĂ©ra en direct:
https://www.mupa.hu/en/program/classical-music-opera-theatre/rameau-dardanus-2020-03-08_19-00-bela-bartok-national-concert-hall

Rameau : Dardanus
György Vashegyi, direction musicale

Judith Van Wanroij, Iphise, l’Amour
Chantal Santon-Jeffery, VĂ©nus, une Phrygienne
Cyrille Dubois, Dardanus
Tassis Christoyannis, Anténor
Thomas Dolié, Teucer, Isménor
Clément Debieuvre, Arcas

Orfeo Orchestra
Purcell Choir

 

PLUS D’INFOS sur le site du MUPA / direct RAMEAU : DARDANUS
https://www.mupa.hu/en/program/classical-music-opera-theatre/rameau-dardanus-2020-03-08_19-00-bela-bartok-national-concert-hall
________________________________________________________________________________________________

 

Approfondir
Reste que dans cette version nĂ©e de la refonte de 1744 : plus grave et tendue, noire et introspective, si cornĂ©lienne au fond, oĂč Rameau concentre son gĂ©nie sans jamais le diluer-, les interprĂštes doivent projeter dĂ©lire, vĂ©ritĂ©.

A paru en 2013 une version discographique récente de Dardanus par Pygmalion, mais trop sage :
https://www.classiquenews.com/cd-rameau-dardanus-version-1744-pygmalion-2012/

 

Temps forts et synopsis


________________________________________________________________________________________________

Enchantements de l’OpĂ©ra-ballet

rameau jean philippe dossier classiquenews 582 822 dossierCrĂ©Ă© en 1739, rĂ©visĂ© en 1744, Dardanus incarne pour ses dĂ©tracteurs dont Rousseau, le sommet de l’invraisemblable lyrique, de la complexitĂ© du grand oeuvre monarchique. Rien ne peut cependant cacher le gĂ©nie de la musique dont le flamboiement continu rĂ©serve aux spectateurs plusieurs tableaux inoubliables.
AprĂšs un prologue oĂč Rameau oppose la Jalousie Ă  VĂ©nus qui cependant convoque cette derniĂšre pour rĂ©veiller l’Amour (!), en audaces harmoniques jamais entendues auparavant, le premier acte se dĂ©roule en Phrygie, terre des mausolĂ©es. AntĂ©nor se dresse en guerrier dĂ©terminĂ© prĂȘt Ă  tuer Dardanus et Ă©pouser Iphise qui ne peut s’empĂȘcher d’aimer ce dernier. Dans le II, l’acte du temple, Dardanus dĂ©guisĂ© en IsmĂ©nor accueille les aveux amoureux d’Iphise : la tendresse de l’amant qui se dĂ©masque est le sujet de cet acte de pure tendresse alanguie. Au III, Dardanus emprisonnĂ© suscite la priĂšre dĂ©chirante d’Iphise (comme fut dĂ©jĂ  bouleversante l’air de TĂ©laĂŻre dans Castor et Pollux) contrastant avec l’ivresse obscĂšne des Phrygiens vainqueurs.
Mais VĂ©nus ouvre le IV : un dĂ©licieux et onirique songe guide et caresse le beau Dardanus. Jamais divertissement ne fut ici aussi suggestif et rĂȘveur : un sommet de la nostalgie français. Suit l’épisode du monstre furieux qui aurait tuer AntĂ©nor s’il n’était sauvĂ© par Dardanus le preux. Auparavant AntĂ©nor, tout en Ă©voquant le monstre affreux, exprime l’empire tout effrayant de l’amour en un air inĂ©galĂ© par sa profondeur grave, sa grĂące juste et poĂ©tique : « Monstre affreux, monstre redoutable  ». Au V, dans une marine digne de Lorrain, Iphise et Teucer accueillent leur champion AntĂ©nor qui reconnaĂźt en Dardanus le vĂ©ritable hĂ©ros. La chaconne finale conclue l’enchantement de Dardanus : un superbe cycle de visions et d’épisodes oĂč triomphe le souveraine musique et ses accents chorĂ©graphiques.

Comments are closed.