COMPTE-RENDU, opéra. STRASBOURG, le 8 février 2019. LEGRENZI : La divisione del mondo. Les talens lyriques, Ch Rousset

COMPTE-RENDU, opĂ©ra. STRASBOURG, le 8 fĂ©vrier 2019. LEGRENZI : La divisione del mondo. Les talens lyriques, Ch Rousset. RessuscitĂ©e en 2000 par Thomas Hengelbrock Ă  Schwetzingen puis Ă  Innsbruck, cette superbe partition est enfin offerte au public français : jalon important entre Cavalli et l’opĂ©ra seria rĂ©formĂ©, cette Divisione del mondo captive par la richesse et la qualitĂ© de ses airs et la truculence d’un livret qui dĂ©crit les dieux de l’Olympe comme des bourgeois prisonniers de l’appel impĂ©rieux du dĂ©sir. Mise en scĂšne efficace de Jetske Mijnssen avec un casting superlatif.

Sex in the (Venice) City

 

LEGRENZI-STRASBOURG-critique-opera-compte-rendu-classiquenews-opera-adivisionedelmondoonr_g1866photoklarabeck

On avait beaucoup apprĂ©ciĂ© la lecture de Mijnssen de l’Orfeo de Rossi, malgrĂ© des coupes invraisemblables qui dĂ©naturaient en partie l’Ɠuvre. Ici, elles n’obĂšrent pas la cohĂ©rence d’un drame placĂ© sous le signe de la dĂ©rision des dieux, traitĂ©s comme une famille bourgeoise occupĂ©e Ă  gĂ©rer tant bien que mal leurs pulsions sexuelles attisĂ©es par les charmes d’une VĂ©nus qui sĂšme le trouble dans un monde rĂ©cemment ordonnĂ© aprĂšs la victoire de l’Olympe sur les Titans. Charme suprĂȘme de l’opĂ©ra vĂ©nitien, qui souligne le contraste entre la solennitĂ© du titre et les pĂ©ripĂ©ties d’une intrigue Ă©rotico-romanesque dont le public vĂ©nitien fin de siĂšcle faisait son miel. Sur scĂšne, devant un portrait gĂ©ant de LĂ©da et le cygne de VĂ©ronĂšse, clin d’Ɠil aux mĂ©tamorphoses d’un Jupiter toujours ardent, un dĂ©cor plutĂŽt « vintage » (canapĂ©, lampes, papier peint, vĂȘtements cols roulĂ©s trĂšs annĂ©es 70, brushings impeccables, etc.), autour d’un escalier en colimaçon, symbole lointain des Ă©lĂ©ments (ciel, terre, enfer) qui dans la production originale Ă©taient rendus Ă  travers d’imposantes machineries, dĂ©peint une atmosphĂšre plus humaine, plus apte Ă  dĂ©peindre « les travers des dieux » terriblement humains.

 

 

 

divisione-del-mundo-opera-du-rhin-critique-opera-critique-concerts-classiquenews-la-critique-opera-par-classiquenews

 

 

La distribution rĂ©unie pour cette premiĂšre française appelle tous les Ă©loges. Le Jupiter de Carlo Allemano allie une diction impeccable Ă  une prĂ©sence scĂ©nique irrĂ©sistible, et si le style vocal subit parfois les tensions exigĂ©es par le rĂŽle, trĂšs sollicitĂ© dans l’aigu, la performance mĂ©rite d’ĂȘtre soulignĂ©e : son double jeu fait merveille dans les airs oĂč il tente de rassurer son Ă©pouse jalouse (« Bella non piangere »). Celle-ci est magnifiquement incarnĂ©e par la voix de bronze de Julie Boulianne, Ă  la fois vĂ©hĂ©mente et bouleversante en passant d’un sentiment de dĂ©pit (« Gelosia la vol con me ») Ă  une colĂšre contenue (« La speranza Ăš una sirena »). Les deux frĂšres Pluton et Neptune, trouvent respectivement en AndrĂ© Morsch et Stuart Jackson, deux trĂšs belles incarnations ; acteurs sĂ©millants et patauds Ă  la fois, ils forment dĂšs la scĂšne liminaire, un couple indissoluble, prĂȘts Ă  succomber aux charmes de la dĂ©esse de Chypre (« Trafitta/Sconfitta »), le beau timbre barytonant de l’un rĂ©pondant superbement Ă  l’aigu tĂ©norisant de l’autre, plus Ă  l’aise ici et plus juste que dans sa rĂ©cente prise de rĂŽle de la nourrice dans l’Erismena de Cavalli Ă  Aix-en-Provence. La cause de tout ce dĂ©sordre, VĂ©nus, trouve en Sophie Junker une chanteuse actrice rayonnante et Ă©mouvante, balayant toute la gamme des affects avec un naturel dĂ©concertant jusqu’au sommet de l’Ɠuvre que constitue le sublime lamento « Lumi, potete piangere », dans la premiĂšre scĂšne du dernier acte. Pas moins de quatre contre-tĂ©nors font Ă©galement partie de la distribution, parmi lesquels Ă©mergent le timbre lumineux de Jake Arditti qui campe un Apollon tout en retenue, Ă  la projection claire et prĂ©cise, celui plus sonore et chatoyant de Christopher Lowrey, Mars plus amoureux que belliqueux (sublime duo avec VĂ©nus au premier acte, « Chi non sa che sia gioire ») et celui plus ironique et non moins Ă©lĂ©gant de Rupert Enticknap en Mercure donneur de leçon (« Chi non ama non ha core »). Quant Ă  Diane, tiraillĂ©e entre un Pluton volage et un Neptune qu’elle ne veut pas, elle a les beaux traits juvĂ©niles de Soraya Mafi, voix flĂ»tĂ©e et gracile, impeccablement tenue, qui excelle notamment dans les airs Ă©lĂ©giaques (« Son amante, nĂ© trovo pietà »), mais sait aussi trouver des accents plus sombres Ă©galement efficaces (« Ciechi abissi, eterni orrori »). Dans le rĂŽle du patriarche Saturne, grimĂ© en vieillard grabataire, le baryton-basse Arnaud Richard est l’une des rĂ©vĂ©lations de la distribution : un timbre puissant, caverneux, une Ă©locution magistrale et un jeu scĂ©nique Ă©poustouflant, qualitĂ©s remarquables qui lui font presque ravir la vedette Ă  tous les autres interprĂštes, tant sa prĂ©sence illumine le plateau, flanquĂ© de son Ă©pouse RhĂ©a en fauteuil roulant, muette et terriblement prĂ©sente. Dans les rĂŽles secondaires mais essentiels de Cupidon et de la Discorde, Ada Elodie Tuca et le contre-tĂ©nor Alberto MiguĂ©lez Rouco, tirent habilement leur Ă©pingle du jeu, tour Ă  tour espiĂšgles et menaçants (superbe air de fureur de la Discorde Ă  la fin du I : « Ministri pallidi »).
Dans la fosse, Christophe Rousset dirige avec grĂące et retenue une magnifique phalange, aux sonoritĂ©s chatoyantes, toujours au service du drame, mĂȘme si l’on aurait aimĂ© plus d’imagination et de contrastes, dans le continuo notamment, pour mieux souligner la variĂ©tĂ© des formes closes (plus de 80 arias !) d’une partition qui compte parmi les chefs-d’Ɠuvre du rĂ©pertoire vĂ©nitien. À redĂ©couvrir Ă  Versailles en avril prochain. Puis Ă  l’OpĂ©ra national de Lorraine, Nancy, du 20 au 27 mars 2019

 
 

 
 

________________________________________________________________________________________________

 

COMPTE-RENDU, opĂ©ra. STRASBOURG, OpĂ©ra National du Rhin, 8 fĂ©vrier 2019. LEGRENZI : La divisione del mondo. Carlo Allemano (Jupiter), Stuart Jackson (Neptune), AndrĂ© Morsch (Pluton), Arnaud Richard (Saturne), Julie Boulianne (Junon), Sophie Junker (VĂ©nus), Jake Arditti (Apollon), Christopher Lowrey (Mars), Soraya Mafi (Diane), Rupert Enticknap (Mercure), Ada Elodie Tuca (Amour), Alberto MiguĂ©lez Rouco (Discorde), Jetske Mijnssen (mise en scĂšne), Herbert Murauer (dĂ©cors), Julia Katharina Berndt (costumes), Bernd Purkrabek (lumiĂšres), StĂ©phane Fuget (Assistant Ă  la direction musicale), Claudia Isabel Martin (Assistant Ă  la mise en scĂšne), Christian Longchamp (Dramaturgie), Christoph Heil (Chef des chƓurs), Orchestre Les Talens lyriques, Christophe Rousset (direction). Illustrations : © OpĂ©ra national du Rhin 2019

 

 

 

 

La Division du monde, l’opĂ©ra oubliĂ© de Legrenzi

legrenzi divisione del mundo opera baroque opera du rhin annonce concert critique opera concerts festivals actualite musique classique par classiquenewsOPERA DU RHIN : LEGRENZI, La Divisione del mondo, 8 fev – 9 mars 2019. Aux cĂŽtĂ©s des italiens rĂ©cemment rĂ©habilitĂ©s, – grĂące aux baroqueux de la premiĂšre et deuxiĂšme gĂ©nĂ©ration- : Claudio Monteverdi et Francesco Cavalli (Ă©lĂšve et disciple du premier), le vĂ©nitien Giovanni Legrenzi (1626 – 1690) est la troisiĂšme figure majeure du XVIIĂš. 17 ouvrages lyriques dont il ne nous reste souvent que le titre, attestent d’une activitĂ© pourtant soutenue, marquĂ©e comme celles de ses prĂ©dĂ©cesseurs et confrĂšres, d’une plasticitĂ© Ă©loquente. Heureusement, totalement documentĂ©e, – la manuscrit a Ă©tĂ© prĂ©servĂ©, La divisione del mondo est crĂ©Ă© Ă  Venise en 1675 (sur la scĂšne du Teatro San Salvador), suscitant un succĂšs rĂ©el (nombreuses reprises). Pour la recrĂ©ation de l’opĂ©ra, la metteuse en scĂšne nĂ©erlandaise Jetske Mijnssen, fait ses dĂ©buts Ă  l’OpĂ©ra national du Rhin.
AprĂšs que Jupiter nĂ©gocie avec les Titans le partage du monde connu, VĂ©nus fait de l’ombre Ă  toutes les divinitĂ©s, en particulier la moralisatrice Junon, trĂšs jalouse de la beautĂ© de la dĂ©esse de l’amour. Son corps, sa prĂ©sence font tourner les tĂȘtes. Elle suscite le dĂ©sir des hommes : Neptune, Pluton, et mĂȘme Apollon (sauf Saturne) et l’irritation des femmes. Legrenzi rehausse encore l’expressivitĂ© des scĂšnes et le dramatisme des situations en soignant les effets de machineries, assurant Ă  son spectacle, sa force visuelle, – partie essentielle de l’opĂ©ra vĂ©nitien, aux cĂŽtĂ©s de l’articulation du texte.
Comme savent l’ĂȘtre, les textes de la persiflante Venise, le livret de Corradi dĂ©peint en rĂ©alitĂ© les pires dĂ©bauches des dieux, dont aucun n’est exempt si ce n’est le patriarche Saturne. VĂ©nus, son fils Cupidon, Jupiter, Neptune, Pluton ou encore Apollon se tirent bon an mal an de situations grotesques, rĂ©sultats d’imbroglios et de quiproquos cocasses. Le propos est subversif, sĂ©ditieux, provocant, parodique : il s’inscrit dans la veine d’un thĂ©Ăątre libre, autant comique, sensuel, cynique voire sulfureux tel que le dĂ©veloppe aussi Cavvali (La Calisto)

AprĂšs Barkouf d’Offenbach, l’OpĂ©ra national du Rhin poursuit son Ɠuvre de dĂ©frichement, favorisant la redĂ©couverte de partitions aussi mĂ©connues que passionnantes. Bien d’autres scĂšnes et thĂ©Ăątres en France n’ont pas un tel souci. Prochaine critique et compte rendu sur CLASSIQUENEWS

LEGRENZI, La Divisione del mondoGiovanni_Legrenzi
opéra en trois actes
Livret de Giulio Cesare Corradi
Créé le 4 février 1675 à Venise, Teatro San Salvador
Nouvelle produciton et création française
recréation baroque
5 représentations à Strasbourg
2 Ă  Mulhouse, 1 Ă  Colmar

________________________________________________________________________________________________

OPERA de STRASBOURG
ve 8 février 20 h
di 10 février 15 h
ma 12 février 20 h
je 14 février 20 h
sa 16 février 20 h

MULHOUSE
La Sinne
ve 1 mars 20 h
di 3 mars 15 h

COLMAR
Théùtre
sa 9 mars 20 h
en langue italienne surtitrages en français et en allemand
durĂ©e du spectacle 2 h 45 environ entracte aprĂšs l’acte ii

mise en scĂšne : Jetske Mijnssen
LES TALENS LYRIQUES
direction musicale : Ch. Rousset

________________________________________________________________________________________________