CRITIQUE, concert. Avignon, le 12 juin 2021. VIVALDI, airs. Lea Desandre, Ensemble Jupiter, Thomas Dunford

CRITIQUE, concert. Avignon, le 12 juin 2021. VIVALDI, airs. Lea Desandre, Ensemble Jupiter, Thomas Dunford. Las, si nous avions pu assister au premier concert de la saison 20/21 de Musique Baroque en Avignon – qui ne mettait rien moins Ă  son affiche que le trĂ©pidant contre-tĂ©nor polonais Jakub Jozef Orlinski (accompagnĂ© par le formidable ensemble Il Pomodoro) -, tout le reste de son programme a dĂ» ĂŞtre annulĂ© (certains concerts sont dĂ©jĂ  repoussĂ©s Ă  la saison prochaine…), et seule cette ultime soirĂ©e rĂ©unissant la gracieuse mezzo italo-française Lea Desandre aux cĂ´tĂ©s de Thomas Dunford (luth et direction) et de l’Ensemble Jupiter parvient Ă  sortir la manifestation provençale du naufrage engendrĂ© par la pandĂ©mie sur le monde de la culture (entre autres secteurs…).

FondĂ© il y a seulement trois ans, la jeune phalange baroque est composĂ©e ici de sept musiciens (deux violons, un alto, un violoncelle, une contrebasse, un clavecin et un luth) et joue sur instruments d’époque – ce qui n’a pas Ă©tĂ© sans consĂ©quence alors que le thermomètre affichait encore 32 degrĂ©s quand a dĂ©butĂ© le concert, des cordes (en boyaux) se rompant sous l’effet de la chaleur sans compterla nĂ©cessitĂ© d’accorder plus souvent que de coutume les diffĂ©rents instruments. Mais en dĂ©pit des alĂ©as climatique liĂ©es Ă  une soirĂ©e de plein air (et au passage un vrai avant-goĂ»t des festivals !), le son, la couleur, la dextĂ©ritĂ©, la virtuositĂ©, le sens du style de l’époque de l’Ensemble Jupiter sont bel et bien au rendez-vous ce soir, notamment grâce au premier violon (ThĂ©otime Langlois de Swarte) qui donne le La en termes d’agilitĂ©, de nerf, de tension permanente. Il se rĂ©vèle autant dans l’accompagnement des airs chantĂ©s par Lea Desandre que dans les pages purement instrumentales, trois concerti qui serviront de pause pour la chanteuse, et qui mettront en avant le luth dĂ©licat de Thomas Dunford (dans les RV82&93) ou le violoncelle expressif de Bruno Philippe (dans le RV 416).

 lea-desandre-jupiter-concert-critique-classiquenews

 

 Jupiter en Avignon (© E Andrieu)

Mais la soirée débute par un extrait d’Il Giustino, « Vedro con mio diletto », un air lent et plein d’émotion qui permet de goûter le timbre suave de la mezzo, mais aussi la finesse de son phrasé, la longueur de son souffle.
Le programme fait ensuite la part belle Ă  l’oratorio Juditha Triumphans que le Prete rosso composa en latin en 1716 pour les pensionnaires fĂ©minines de l’Ospedale della PietĂ  Ă  Venise. S’inspirant du classique biblique, l’œuvre raconte le parcours de l’ombre Ă  la lumière de cette Ă©mule de Dalila, Judith, qui libĂ©ra la ville de BĂ©thulie de l’envahisseur Holopherne en le dĂ©capitant après l’avoir sĂ©duit. Le premier air retenu est « Armatae face et anguibus », auquel elle offre toute la vĂ©hĂ©mence requise par cet aria di furore, et dans lequel elle fait preuve d’une puretĂ© dĂ©sarmante dans les aigus et d’une souplesse de chaque instant dans la ligne de chant.
Le second est le plus doux et calme « Veni, veni me sequere fida », dans lequel la voix ronde et chaleureuse de la chanteuse imite le tendre chant d’une tourterelle pour affirmer son affection envers sa suivante Abra (auquel se fera l’écho d’un sansonnet perché dans l’un des quatre majestueux et centenaires platanes du jardin !). Quant au sublime air « Cum dederit dilectis suis », extrait du Nisi Dominus et délivré ici avec des sons parfaitement filés et tenus, qui rehaussent l’aspect doloriste de ce morceau, il ne manque pas d’émouvoir profondément les spectateurs.

L’air qui suit est un « incontournable » de tout récital vivaldien, le fameux « Gelido in ogni vena » (Il Farnace) dont Cecilia Bartoli a fait l’un de ses chevaux de bataille. Sans posséder (encore) le registre grave de sa consœur italienne, on n’en admire pas moins la force de conviction de l’artiste, et l’émotion sincère qui l’étreint au fur et à mesure de cette longue aria, une émotion qui gagne également sans peine un auditoire disséminé selon les règles sanitaires en vigueur, formant comme un arc de cercle autour des musiciens placés sur une estrade contre la paroi à douze portes-fenêtres du sublime Hôtel particulier Villeneuve-Martignan (qui abrite, depuis 1810, le Musée des Beaux-Arts de la Cité des Papes). Puis les airs « Gelosia, tu gia rendi l’alma fida » (Ottone in Villa) et plus encore le fameux « Agitata da due venti » (tiré de La Griselda) refont tourbillonner un vent de folie sous les frondaisons des platanes, alors que le jour décline et que le ciel rougeoie : l’on y admire particulièrement la clarté d’articulation dans les vocalises, la façon dont elle négocie les redoutables écarts de registre, ou encore les inflexions infiniment variées de la chanteuse.

En bis, la mezzo reprend une composition et une adaptation dues Ă  la main de Thomas Dunford himself (qui chante avec elle…) : « That’s so you » et « We are the ocean, each one a drop », qui permettent de conclure la soirĂ©e dans une ambiance jazzy et festive !

 

 

 

 

_____________________________________________________________________________________

CRITIQUE, concert. Avignon, Jardins du Musée Calvet, le 12 juin 2021.
Lea Desandre (mezzo), Ensemble Jupiter, Thomas Dunford (direction &
luth). Vivaldi : airs d’opéras et d’oratorios.

Tamerlano de Vivaldi

Antonio_Vivaldi grand portrait classiquenews_1France Musique. Jeudi 28 juillet 2016, 20h. Vivaldi : Tamerlano, opéra pasticcio créé en 1735 à Vérone. Livret d’Agostino Piovene. Peu à peu les opéras de Vivaldi sortent de l’ombre où ils agonisaient. Une véritable résurrection du Vivaldi lyrique voit ainsi le jour depuis quelques années, grâce en partie à l’engagement des nouveaux ensembles et solistes. Thibault Noally (chef en résidence à Beaune et déjà remarqué pour la justesse de son expressivité) et son ensemble Les Accents accompagnent ainsi une distribution prometteuse dont les excellentes chanteuses : la mezzo veloutée voluptueuse Léa Desandre (Andronico, le fiancé d’Asteria), et surtout l’incandescente soprano Anna Kasyan (Adaspe), lauréate du convoitée Concours de Bel Canto Vincenzo Bellini.

Pasticcio du dernier Vivaldi

Après Handel (Tamerlano, Londres, King’s Théâtre, 1724), le dernier Vivaldi se passionne pour la figure sublime du vaincu Bajazet que sa grandeur morale rend supérieure à la barbarie de son geolier, Tamerlano… Tamerlano est un opéra pasticcio dans lequel Vivaldi compose l’intégralité des récitatifs et l’essentiel des airs tout en empruntant certains d’entre eux à ses opéras précédents (Giustinio, Farnace, Semiramide, Motezuma) mais aussi à ses confrères napolitains ( et rivaux car ce sont eux que le public vénitien désormais acclame) : Hasse, Giacomelli, Broschi. L’intrigue met en scène Bajazet, sultan ottoman, défait par Tamerlan, cruel empereur des Tartares, qui souhaite épouser Asteria, fille de Bajazet. Désespéré, Bajazet se donne la mort. Scènes de passions, de colère et de jalousie sont l’occasion pour Vivaldi de proposer des airs virtuoses voire pyrotechniques comme le fameux air “Sposa, son disprezzata” chanté par Irène à l’acte 2. Voilà le cas exemplaire et fréquent d’une tragédie morale, propre au genre seria, qui a contrario ne se finit par bien, et aurait dû s’intituler non Tamerlano mais bien, Bajazet. Comme Handel avant lui, Vivaldi remodèle le drame à la fois politique et sentimental. Tamerlano retient captif Bajazet dont il aime la fille Asteria. Il s’est écarté depuis de sa précédente fiancée, Irène. Si Bajazet accepte qu’Asteria épouse son geôlier et vainqueur, il aura la vie sauve : Bajazet refuse de vendre sa fille contre sa liberté.
En un tableau sombre et lugubre, dont Handel a le secret, Bajazet le magnifique se donne la mort. Saisi par ce geste d’une ultime et fatale loyauté, Tamerlano renonce à Astéria qui peut épouser son aimé, Andronico ; puis revient vers Irène. Ce que nous apprend Tamerlano, c’est la grandeur moral du prisonnier, soumis à un odieux chantage qui préfère renoncer et se donner la mort que donner sa propre fille.

ANTONIO VIVALDI / 1678-1741
Tamerlano
Opéra pasticcio en 3 actes, créé en 1735 au Teatro Filarmonico de Vérone.
Livret d’Agostino Piovene
version de concert
Donné le 23 juillet 2016 à Beaune, Cour des Hospices, 21h

Bajazet : Florian Sempey
Tamerlane : David DQ Lee,
Astoria : Anthéa Pichanick,
Andronico : LĂ©a Desandre
Irene : Blandine Staskiewicz
Idaspe : Anna Kasyan,

ORCHESTRE LES ACCENTS
Direction musicale : THIBAULT NOALLY

 

 

 

Consultez la page Tamerlano sur le site du Festival de Beaune 2016
http://www.festivalbeaune.com

 

OPERA FUOCO : la Compagnie lyrique de David Stern, de Paris Ă  ShanghaĂŻ (2016)

opera-fuoco-logo-2015OPERA FUOCO, grand reportage vidĂ©o. Orchestre, troupe de chanteurs et aussi laboratoire lyrique oĂą les jeunes talents apprennent le mĂ©tier… OPERA FUOCO, crĂ©Ă© par le chef d’orchestre DAVID STERN, est un collectif conçu pour le chanteur et l’opĂ©ra, toutes les formes d’opĂ©ra. Comment fonctionne l’Atelier lyrique d’Opera Fuoco ? Quels sont les objectifs et les enjeux, dĂ©fendus depuis la crĂ©ation de l’ensemble par son fondateur, le chef David Stern ?… Opera Fuoco, de Paris Ă  ShanghaĂŻ. GRAND REPORTAGE VIDEO par le studio CLASSIQUENEWS.COM (RĂ©alisateur : Philippe Alexandre PHAM)