Paul Agnew dirige l’ORFEO de Monteverdi

Les Arts Florissants Les Arts Florissants Integrale des madrigaux Septieme livrePARIS,Philharmonie. Monteverdi: Orfeo par Paul Agnew. Le 20 mars 2017. Prolongeant son cycle Ă©blouissant dĂ©diĂ© aux madrigaux de Monteverdi, rĂ©alisĂ© sur 5 saisons, Paul Agnew et Les Arts Florissants accomplissent le grand Ɠuvre de Monteverdi, son premier opĂ©ra : Orfeo, crĂ©Ă© au palais ducal de Mantoue en 1607, dans une langue que le compositeur a pu façonner, ciseler grĂące Ă  l’écriture contemporaine de ses madrigaux
 Voici la critique du spectacle crĂ©Ă© Ă  Caen le 28 fĂ©vrier dernier 
 une production en tous points convaincant et d’une grande justesse poĂ©tique. Car en orfĂšvre du verbe incarnĂ©, Paul Agnew sait prĂ©server dans la rĂ©alisation du drame en musique, le relief et l’intelligibilitĂ© du texte, noyau moteur de l’opĂ©ra naissant. FAÇON STONEHENGE intimiste, cet Orfeo dĂ©pouillĂ© avec son arĂšne dĂ©limitĂ© par un aligner Ă©lectronique de pierres, ou la lumiĂšre seule indique la traversĂ©e du temps de l’ombre nocturne Ă  la lumiĂšre diurne, du monde des vivants Ă  celui des morts, Paul Agnew et ses chanteurs abordent le premier OpĂ©ra moderne de l’histoire (crĂ©Ă© Ă  Mantoue en 1607), avec Ă©conomie et intensitĂ©. L’attention au mot le souci d’intelligibilitĂ© gestuelle le jeu dramatique prĂ©servĂ© rappellent Ă©videmment l’odyssĂ©e antĂ©rieure rĂ©alisĂ©e par le chef adjoint des arts florissants : cycle intĂ©grale des madrigaux de plus en plus dramatiques dont la science et l’expĂ©rience poĂ©tique ont Ă©tĂ© laboratoire pour l’OpĂ©ra en germe.
Paul Agnew choisit dans sa version d’orfeo la fin heureuse et plus convenable ou le poĂšte Ă©ternellement veuf n’est pas dĂ©chiquetĂ© par les mĂ©nades mais bel et bien sanctifiĂ© en rejoignant son pĂšre spirituel le lumineux et musicien comme lui, Apollon
 Ă  la lyre magnifique.
Chanteurs du verbe lyrique naissant (en style parlar cantando) autant qu’acteurs, les solistes se distinguent par leur caractĂ©risation fine et convaincante, un parti prĂ©servant la fluiditĂ© sans jamais sacrifier le fondamental de ce thĂ©Ăątre des origines: l’articulation du texte.

 

 

 

L’Orfeo montĂ©verdien, un accomplissement pour Paul Agnew

 

 

Orfeo 2017©PhilippeDelval 0182[3]Cyril Auvity et Hannah Morrison, OrphĂ©e et Eurydice, comme Antonio Abete et Miriam Allan en Pluton et Proserpine sĂ©duisent voire captive. Palmes speciales a la sombre et pourtant rayonnante messaggieria messagĂšre :la jeune et hallucinĂ©e et si juste jeune mezzo française si prometteuse. LÉA DESANDRE celle qui apprend aux bergers et au poĂšte thrace la mort de son aimĂ©e : immersion fascinante de la mort dans un monde d’insouciance (madrigalesque). La jeune cantatrice sillonne sa voix propre sur les traces de son professeur l’immense qui fut Ă  son Ă©poque et pour savall entre autres une captivante Messaggieria.

 

orfeo monteverdi paul agnew arts florissants opera caen philharmonie striggio

 

 

L’orchestre ciselĂ©, orfĂ©vrĂ©, chambriste compose le meilleur Ă©crin et soutien instrumental Ă  ce plateau humaine et sensible. Aucun doute cet Orfeo Ă©quilibrĂ©, idĂ©alement incarnĂ© reste proche du verbe :l’expĂ©rience madrigalesque qui a prĂ©cĂ©dĂ© confĂšre Ă  ce spectacle ce qu’il devait ĂȘtre dans cette compĂ©tition t’invite du geste dĂ©fendu depuis 4 ans par Paul Agnew au concert et pour partie au disque aussi, un prolongement naturel qui vaut accomplissement. VOIR NOS REPORTAGES VIDÉOS : Paul Agnew chante et pilote l’intĂ©grale des livres de madrigaux de Monteverdi. Et l’on comprend ainsi grĂące Ă  la cohĂ©rence de son geste sur la durĂ©e comment l’expĂ©rience madrigalesque prĂ©pare et mĂšne directement Ă  l’opĂ©ra italien baroque. Lumineuse et juste approche. Superbe production des Arts Florissants d’autant plus opportune en cette annĂ©e 2017 ou l’on fĂȘte le mythe d’OrphĂ©e et aussi surtout les 450 ans de Claudio Monteverdi. (Compte rendu critique de l’Orfeo de Monteverdi, Caen, le 28 fĂ©vrier 2017).

 

 

orphee-corot-monteverdi-orfeo-classiquenews-582

 

 

 

_____________

PARIS, Philharmonie : lundi 20 mars 2017, 20h30. Orfeo de Monteverdi par Les Arts Florisants / Paul Agnew, direction. A 18h30, les enjeux d’Orfeo : salle de confĂ©rence… prĂ©sentation, explications avant la reprĂ©sentation…

 

Claudio Monteverdi
L’Orfeo, favola in musica

SV 318, créé à Mantoue, Palais Ducal, le 24 février 1607
(Orphée, fable en musique / Favola in musica)
Livret du poĂšte Alessandro Striggio.

Cyril Auvity, haute-contre, Orphée
Hannah Morrison, soprano, La Musique, Eurydice
Miriam Allan, soprano, Proserpine
LĂ©a Desandre, mezzo-soprano, MessagĂšre
Antonio Abete, basse, Pluton, Un esprit, Un berger
Cyril Costanzo, basse, Charon, Un esprit
Carlo Vistoli, contre-ténor, Un esprit, Un berger
Sean Clayton, ténor, Un berger
Zachary Wilder, ténor, Un esprit, Un berger
Les Arts Florissants
Paul Agnew, direction

 

 

_______________

 

 

LIRE aussi notre prĂ©sentation de l’opĂ©ra ORFEO de Monteverdi :

http://www.classiquenews.com/paul-agnew-aborde-orfeo-de-monteverdi/

 

 

VOIR aussi nos reportages VIDEO Paul Agnew et les Arts FLorissants chantent les madrigaux de Claudio Monteverdi / CREMONA, Livres I, II, III de madrigaux

http://www.classiquenews.com/video-cremona-livres-i-ii-iii-de-madrigaux-de-monteverdi-par-les-arts-forissants-et-paul-agnew/

 

 

LIRE aussi notre dossier spĂ©cial le mythe d’OrphĂ©e, sa fortune musicale

 

 

 

One thought on “Paul Agnew dirige l’ORFEO de Monteverdi

  1. Pingback: Le mythe d’OrphĂ©e / la figure d’Orfeo | Classique News