Paul Agnew dirige l’ORFEO de Monteverdi

Les Arts Florissants Les Arts Florissants Integrale des madrigaux Septieme livrePARIS,Philharmonie. Monteverdi: Orfeo par Paul Agnew. Le 20 mars 2017. Prolongeant son cycle éblouissant dédié aux madrigaux de Monteverdi, réalisé sur 5 saisons, Paul Agnew et Les Arts Florissants accomplissent le grand Å“uvre de Monteverdi, son premier opéra : Orfeo, créé au palais ducal de Mantoue en 1607, dans une langue que le compositeur a pu façonner, ciseler grâce à l’écriture contemporaine de ses madrigaux… Voici la critique du spectacle créé à Caen le 28 février dernier … une production en tous points convaincant et d’une grande justesse poétique. Car en orfèvre du verbe incarné, Paul Agnew sait préserver dans la réalisation du drame en musique, le relief et l’intelligibilité du texte, noyau moteur de l’opéra naissant. FAÇON STONEHENGE intimiste, cet Orfeo dépouillé avec son arène délimité par un aligner électronique de pierres, ou la lumière seule indique la traversée du temps de l’ombre nocturne à la lumière diurne, du monde des vivants à celui des morts, Paul Agnew et ses chanteurs abordent le premier Opéra moderne de l’histoire (créé à Mantoue en 1607), avec économie et intensité. L’attention au mot le souci d’intelligibilité gestuelle le jeu dramatique préservé rappellent évidemment l’odyssée antérieure réalisée par le chef adjoint des arts florissants : cycle intégrale des madrigaux de plus en plus dramatiques dont la science et l’expérience poétique ont été laboratoire pour l’Opéra en germe.
Paul Agnew choisit dans sa version d’orfeo la fin heureuse et plus convenable ou le poète éternellement veuf n’est pas déchiqueté par les ménades mais bel et bien sanctifié en rejoignant son père spirituel le lumineux et musicien comme lui, Apollon… à la lyre magnifique.
Chanteurs du verbe lyrique naissant (en style parlar cantando) autant qu’acteurs, les solistes se distinguent par leur caractérisation fine et convaincante, un parti préservant la fluidité sans jamais sacrifier le fondamental de ce théâtre des origines: l’articulation du texte.

 

 

 

L’Orfeo montéverdien, un accomplissement pour Paul Agnew

 

 

Orfeo 2017©PhilippeDelval 0182[3]Cyril Auvity et Hannah Morrison, Orphée et Eurydice, comme Antonio Abete et Miriam Allan en Pluton et Proserpine séduisent voire captive. Palmes speciales a la sombre et pourtant rayonnante messaggieria messagère :la jeune et hallucinée et si juste jeune mezzo française si prometteuse. LÉA DESANDRE celle qui apprend aux bergers et au poète thrace la mort de son aimée : immersion fascinante de la mort dans un monde d’insouciance (madrigalesque). La jeune cantatrice sillonne sa voix propre sur les traces de son professeur l’immense qui fut à son époque et pour savall entre autres une captivante Messaggieria.

 

orfeo monteverdi paul agnew arts florissants opera caen philharmonie striggio

 

 

L’orchestre ciselé, orfévré, chambriste compose le meilleur écrin et soutien instrumental à ce plateau humaine et sensible. Aucun doute cet Orfeo équilibré, idéalement incarné reste proche du verbe :l’expérience madrigalesque qui a précédé confère à ce spectacle ce qu’il devait être dans cette compétition t’invite du geste défendu depuis 4 ans par Paul Agnew au concert et pour partie au disque aussi, un prolongement naturel qui vaut accomplissement. VOIR NOS REPORTAGES VIDÉOS : Paul Agnew chante et pilote l’intégrale des livres de madrigaux de Monteverdi. Et l’on comprend ainsi grâce à la cohérence de son geste sur la durée comment l’expérience madrigalesque prépare et mène directement à l’opéra italien baroque. Lumineuse et juste approche. Superbe production des Arts Florissants d’autant plus opportune en cette année 2017 ou l’on fête le mythe d’Orphée et aussi surtout les 450 ans de Claudio Monteverdi. (Compte rendu critique de l’Orfeo de Monteverdi, Caen, le 28 février 2017).

 

 

orphee-corot-monteverdi-orfeo-classiquenews-582

 

 

 

_____________

PARIS, Philharmonie : lundi 20 mars 2017, 20h30. Orfeo de Monteverdi par Les Arts Florisants / Paul Agnew, direction. A 18h30, les enjeux d’Orfeo : salle de conférence… présentation, explications avant la représentation…

 

Claudio Monteverdi
L’Orfeo, favola in musica

SV 318, créé à Mantoue, Palais Ducal, le 24 février 1607
(Orphée, fable en musique / Favola in musica)
Livret du poète Alessandro Striggio.

Cyril Auvity, haute-contre, Orphée
Hannah Morrison, soprano, La Musique, Eurydice
Miriam Allan, soprano, Proserpine
Léa Desandre, mezzo-soprano, Messagère
Antonio Abete, basse, Pluton, Un esprit, Un berger
Cyril Costanzo, basse, Charon, Un esprit
Carlo Vistoli, contre-ténor, Un esprit, Un berger
Sean Clayton, ténor, Un berger
Zachary Wilder, ténor, Un esprit, Un berger
Les Arts Florissants
Paul Agnew, direction

 

 

_______________

 

 

LIRE aussi notre présentation de l’opéra ORFEO de Monteverdi :

http://www.classiquenews.com/paul-agnew-aborde-orfeo-de-monteverdi/

 

 

VOIR aussi nos reportages VIDEO Paul Agnew et les Arts FLorissants chantent les madrigaux de Claudio Monteverdi / CREMONA, Livres I, II, III de madrigaux

http://www.classiquenews.com/video-cremona-livres-i-ii-iii-de-madrigaux-de-monteverdi-par-les-arts-forissants-et-paul-agnew/

 

 

LIRE aussi notre dossier spécial le mythe d’Orphée, sa fortune musicale

 

 

 

One thought on “Paul Agnew dirige l’ORFEO de Monteverdi

  1. Pingback: Le mythe d’Orphée / la figure d’Orfeo | Classique News