Mort de Pierre Boulez

Boulez - est mort depeche classiquenews Pierre_Boulez_(1968)DĂ©cĂšs. Pierre Boulez est mort, hier mardi 5 janvier 2016 Ă  Baden Baden oĂč il habitait. NĂ© en mars 1925, le chef et compositeur avait tĂȘter ses 90 ans. NĂ© Ă  Montbrison en France, Pierre Boulez Ă©lĂšve de Messiaen puis du sĂ©rialiste RenĂ© Leibowitz en 1945, avant de revenir finalement en 1946 vers Messiaen, le jeune compositeur transcende l’énergie audacieuse de Beethoven mise au diapason des performances expressives du sĂ©rialisme (2Ăšme Sonate pour piano de 1948 Ă©crite Ă  23 ans). Le systĂšme, l’idĂ©e primordiale forment une nouvelle Ă©quation fĂ©conde pour laquelle Boulez rĂ©invente un langage musical, qui faisant rupture totalement et dĂ©finitivement,  doit « faire cligner les oreilles ». AprĂšs avoir rĂ©digĂ© le limites du dodĂ©caphonisme (confinat Ă  un systĂšme sclĂ©rosant), comme nouvel apĂŽtre de sa propre langue, le compositeur de tarde pas Ă  s’imposer : l’esthĂ©tique boulĂ©zienne (oĂč mĂȘme le hasard est mis sous contrĂŽle) devient rĂ©seau, institution, dogme Ă  mesure que la personnalitĂ© mĂ©diatique (excellent communicant) etpolitique s’affirme d’abord Ă  l’étranger (Harvard, Darmstadt puis en France avec la crĂ©ation de l’Ircam (fondĂ©e en 1969), auquel tout compositeur des annĂ©es 1980, 1980 se doit de passer pour recevoir l’onction sacrĂ©e. En dĂ©finitive, les contradictions du Boulez compositeur sont multiples : avec au coeur de sa recherche, la question centrale, comment concilier Ă©criture et mise au propre c’est Ă  dire achĂšvement d’une oeuvre, et la libertĂ© permanente de sa conception ? A quel moment et selon quels critĂšres, une oeuvre est-elle achevĂ©e ? L’idĂ©e musicale et sa concrĂ©tisation « par dĂ©faut » est au coeur de la forme et de la crĂ©ation boulĂ©zienne. AprĂšs sa mort, le temps de l’analyse se prĂ©cise : les conclusions Ă  venir sont prometteuses. Il est temps de repenser son hĂ©ritage.

Boulez_cd_kawkaInterprĂšte boulĂ©zien. Parmi les meilleurs interprĂštes actuels de Pierre Boulez, saluons l’intelligence sensible et prĂ©cise du chef Daniel Kawka, fondateur de l’Ensemble orchestral contemporain et qui dĂ©puis des dĂ©cennies a interrogĂ© l’oeuvre boulĂ©zienne. LIRE notre critique du cd Daniel Kawfa joue DĂ©rive 1 et DĂ©rive 2 de Pierre Boulez.

Le chef symphonique et lyrique. Aux cĂŽtĂ©s du compositeur, il ne faut pas omettre l’envergure gĂ©niale du chef d’orchestre ayant l’oreille absolue, possĂ©dant une direction claire, prĂ©cise, mĂ©tronomique. La clartĂ© de son geste, son souci de transparence, l’équilibre de la sonoritĂ©, la lisibilitĂ© de l’architecture, la sensualitĂ© feutrĂ©e mais prĂ©sente font la valeur des Ɠuvres qu’il a dirigĂ© et des compositeurs qu’il a su dĂ©fendre : Stravinky et Bartok, Debussy et Ravel, sans omettre Mahler dont DG a publiĂ© pas Ă  pas l’intĂ©grale des symphonies (la derniĂšre offrande discographique importante de Boulez). Chef lyrique plus rare, Pierre Boulez a nĂ©anmoins marquĂ© les esprits : sa fameuse et lĂ©gendaire TĂ©tralogie Ă  Bayreuth en 1976 : production pour le centenaire du festival wagnĂ©rien, conçue comme une fresque au capitalisme prolĂ©tarien critique avec le metteur en scĂšne Patrice ChĂ©reau ; plus rĂ©cent, et comme son testament lyrique, l’opĂ©ra De la Maison des morts de Janacek (remontĂ© Ă  Aix en Provence en 2007), huit clos en forme de crĂ©puscule lyrique d’une poĂ©sie noire et sombre dont Boulez a su exprimer jusqu’à la transparence et la vĂ©ritĂ© de l’intention (voir notre prĂ©sentation et notre critique de la production aixoise diffusĂ©e alors sur Arte en juillet 2017).

LIRE aussi notre prĂ©sentation du catalogue de l’exposition les 90 ans de Pierre Boulez (avril-juin 2015)

CD. Coffret Pierre Boulez : le domaine musical : 1956-1967 (10 cd Accord).
pierre-boulez-le-domaine-musical-1956-1967-10-cd-accord-coffret-classiquenews
Pas encore trentenaire, Pierre Boulez (nĂ© en 1925) fonde et dĂ©fend l’activitĂ© du Domaine musical pendant presque 12 annĂ©es avec la ferveur d’un militant Ɠuvrant pour le renouvellement salutaire de l’écriture musicale. Ce coffret de 10 cd en tĂ©moigne, en s’intitulant lĂ©gitimement “Aventure” du domaine musical, de 1956 Ă  1967. Les Leçons de Messiaen, de Leibowitz sont dĂ©jà  du passĂ© : le compositeur qui a rencontrĂ© RenĂ© Char dĂšs 1947 a dĂ©jĂ  Ă©crit Visage nuptial, Le Soleil des eaux, Sonates pour piano, Livre pour Quatuor
 a commencĂ© alors la composition du Marteau sans maĂźtretoujours sur des poĂšmes de Char. Directeur musical de la Cie Renaud-Barrault, participant Ă  l’école de Darmstadt, Boulez fait figure d’avant-gardiste radical, parfois ultra mais dĂ©terminĂ©, tel un guerrier farouchement et passionnĂ©ment dĂ©fenseur de la crĂ©ation contemporaine. Le terreau sur lequel s’est dĂ©veloppĂ© une sensibilitĂ© aussi affĂ»tĂ©e regroupe les compositeurs de la 2Ăšme Ă©cole de Vienne, les sĂ©rialistes eux-mĂȘmes porteurs de la modernitĂ© du XXĂšme siĂšcle naissant : Berg, Webern, Schönberg, triade sacrĂ©e boulĂ©zienne que Paris s’entĂȘte Ă  dĂ©nigrer par inculture, que Boulez imposera coĂ»te que coĂ»te, tel le manifeste de la nouvelle connaissance musicale.

 

 

Comments are closed.