L’ensemble Sébastien de Brossard, Fabien Armengaud célèbrent Telemann

FABIEN ARMENGAUD : L'excellence Baroque !Festival baroque de Tarentaise, les 7 et 8 août 2017 : TELEMANN par Fabien Armengaud et l’Ensemble Sébastien de Brossard. Voici un programme majeur à ne pas manquer parmi les nombreuses célébrations Telemann (1681 – 1767) en France, pour l’anniversaire 2017 (250 ans de la disparition). Les spectateurs en Tarentaise peuvent mesurer la qualité d’un ensemble rare, aux dispositions chambristes exceptionnelles comme l’a récemment démontré le premier album de l’Ensemble Sébastien de Brossard, dédié aux motets (à 3 voix d’hommes) peu connus de Clérambault. Un choix de répertoire qui surprend s’agissant d’oeuvres inconnues et que seul Fabien Armengaud a eu le choix judicieux d’exhumer. Pour Telemann, les interprètes défendront la même implication collective, à la fois sobre, intense, d’un grand relief expressif, avec la voix naturellement

Voici un petit texte que j’ai écrit concernant le programme:

«Si, dès l’abord, mes parents m’avaient légué un grand bien,
Un quelconque malheur eût pu très vite m’en priver.
Mais l’héritage de la musique me laisse atteindre un trésor
Que ni le voleur ni le feu ne peuvent me dérober. »

Telemann, autobiographie

telemann-vignette-ovale-portrait-telemann-2017Fabuleux artisan d’un son ciselé, le claviériste Fabien Armengaud sait comme peu accorder voix des instruments et chants poétiques, avec un sens du verbe et de la cohérence artistique. Son premier album édité chez Paraty, l’a démontré : audace du défrichement (motets méconnus de Clérambault pour ténor) et soin spécifique dédié à la réalisation, réunissant pour ce Clérambault pionnier et visionnaire, 3 voix françaises dont l’accord a porté ses fruits (Jean-François Novelli, Cyrille Auvity, Alain Buet). Fabien Armengaud fait partie des acteurs de la nouvelle génération baroqueuse en France dont le talent s’est façonné grâce à sa grande expérience des répertoires XVIIè et XVIIIè, – une quête musicale et un souci du sens, toujours et encore approfondis aux côtés de l’excellent Olivier Schneebeli dont il assure le continuo des concerts de la Maîtrise du Centre de Musique Baroque de Versailles.
Pour l’année Telemann, le musicien retrouve les instrumentistes de son Ensemble Sébastien de Brossard dans un programme rare, où le choix des pièces retenues confirme la pertinence d’un geste et la cohérence d’une pensée musicale. Le musicien français démontre combien la « facilité » apparente de Telemann n’est jamais creuse ; le nombre impressionnant des pièces qu’il a écrites dans tous les genres et pour différentes formations témoignent d’une acuité exceptionnelle. Un égal de Jean-Sébastien Bach. C’est aussi un homme entrepreneur qui sut organisier comme peu à son époque la vie musicale à son époque et qui déclinant l’offre de Leipzig, permit à Jean-Sébastien de l’obtenir.

« Georg Philipp Telemann est une personnalité singulière du monde baroque. Auteur le plus prolixe de son époque, son catalogue se compose de 3 600 œuvres dont notamment 1 700 cantates ; musicien autodidacte, son enseignement musical se résumant à quinze jours de leçons de clavecin, Telemann composa dans tous les genres et pour bon nombre d’instruments », précise Fabien Armengaud.

« Baryton, maniant aussi bien les claviers que le violon ou la flûte, parrain de Carl Philipp Emanuel Bach, fondateur du célèbre orchestre d’étudiants le Collegium Musicum à Leipzig, que reprit plus tard Johann Sebastian Bach, Telemann jouissait à l’époque d’une notoriété sans égale tant en Allemagne qu’à l’étranger et notamment en France où il fut joué à la Cour et au Concert Spirituel.
Rappelons, pour l’anecdote, que le poste de Thomaskantor à Leipzig étant vacant et Telemann ayant décliné ce poste, Bach fut choisi, ce qui fit dire à l’un des membres du Conseil : « Pour des raisons importantes, la situation est délicate et puisqu’on ne peut avoir les meilleurs, il faut donc prendre les médiocres. »

Le programme défendu par Fabien Armengaud souligne la richesse d’une inspiration égale tant dans le domaine sacré que profane. Le chef retrouve un chanteur complice, – déjà artisan de la réussite de son disque Clérambault : le ténor Jean-François Novelli.
« D’abord des cantates pour soprano, flûte à bec et basse continue, extraites du recueil publié en 1725 l’Harmonischer Gottesdienst, ensuite l’œuvre profane avec notamment des sonates en trio pour flûte à bec, viole de gambe et basse continue, tirées de son recueil de 1740 les Essercizii musici. Ce qui frappe d’emblée c’est l’invention sans cesse renouvelée du langage de Telemann et sa connaissance exacte des instruments, chose à laquelle il apportait beaucoup de soin et d’importance, car sinon, disait-il (en français d’ailleurs dans le texte) :

Le violon est traité à la façon de l’orgue,
La flûte et le hautbois à celle des trompettes,
Suivant cahin-caha gambe comme la basse,
A part ici ou là un tremblement dessus.
Non, non ce n’est pas assez que les notes résonnent,
Que tu saches y mêler tout un fourbi de règles.
Donne à chaque instrument ce qu’il peut supporter,
Le joueur a du plaisir et toi tu t’en réjouis. »

Maître des couleurs, des timbres, des mélodies et des rythmes, voici Telemann le grand, l’égal de JS Bach.

 

 

 

_______________

Lundi 7 août 2017, 21h
Église Saint-Sigismond / Champagny-en-Vanoise

Mardi 8 août 2017, 21h
Église Saint-Grat / Conflans (Albertville)

Ensemble Sébastien de Brossard
Jean-François Novelli : ténor
Maud Caille : flûte à bec
Yuka Saïtô : viole de gambe
Fabien Armengaud : clavecin et direction

RESERVER VOS PLACES
26è Festival baroque en Tarentaise : « Soleils du nord, De Monteverdi à Telemann »…

http://www.festivaldetarentaise.com/edition-2017/programme/

 

 

 

_______________

 

 

APPROFONDIR

 

A propos de l’ensemble Sébastien de Brossard :

LIRE aussi notre compte rendu critique complet du cd CLERAMBAULT : Motets à 3 voix d’hommes (1 cd Paraty)

clerambault-motets-pour-3-hommes-fabien-armengaud-cd-paraty-review-announce-compte-rendu-critique-presentation-CLASSIQUENEWS-PARATY516141_couv---copieCD, compte rendu critique. Clérambault : Motets à 3 voix d’hommes. Ensemble Sébastien de Brossard (1 cd Paraty, 2015). LES FULGURANCES D’UN JEUNE ENSEMBLE SUPERLATIF. Fondé en 2014, le très récent ensemble sur instruments d’époque, Sébastien de Brossard frappe d’un coup magistral dans ce disque en tout point superlatif. Pour une première « carte de visite », les musiciens portés par l’engagement et le goût de l’organiste et claveciniste Fabien Armengaud, (bien connu du milieu musical pour assurer aussi le continuo et être l’assistant d’Olivier Schneebeli au sein de la Maîtrise du Centre de musique baroque de Versailles), osent l’impossible dans ce programme riche en défis. Éclairer et défendre une écriture méconnue, celle sacrée d’un maître du Motet français du XVIIIè ; surtout, soucieux d’intelligibilité et de dramatisme fulgurant, dévoiler la verve très originale d’un génie du texte mis en musique : Louis-Nicolas Clérambault, mort en 1749. EN LIRE +

 

VOIR notre reportage : Les Motets oubliés de Clérambault : une découverte majeure / Et si Louis-Nicolas Clérambault était à l’égal d’un Rameau (plus tardif), le génie (oublié) du Baroque français des Lumières ? On s’étonne que personne avant lui n’ait eu l’intuition d’un talent éloquent, surtout l’audace et le courage de réaliser un nouveau disque totalement dédié. L’organiste Fabien Armengaud se passionne pour l’éloquence des Baroques français. L’organiste et claveciniste a réuni plusieurs solistes chevronnés pour ressusciter la théâtralité intérieure, intense, très resserrée de Louis-Nicolas Clérambault.
http://www.classiquenews.com/video-reportage-les-motets-oublies-de-clerambault-une-decouverte-majeure/

LIRE AUSSI notre DOSSIER TELEMANN 2017 (250 ans de la mort) /

Telemann georg philipp telemann
L’ANNEE TELEMANN 2017.
Pour 2017, plusieurs villes allemandes forment réseau pour  célébrer l’anniversaire du compositeur baroque Telemann (1681 – 1767). De son vivant, Telemann était le plus célèbre des musiciens vivants. Le 25 juin 2017 marquera le 250ème anniversaire de sa mort. Telemann est non seulement plus connu que Jean-Sébastien Bach au XVIIIè, mais il égale le Cantor de Leipzig par la qualité de son écriture et une pensée musicale aussi universelle que son contemporain. Aussi poétique que Haendel, même s’il n’écrivit pas autant d’opéras que le Saxon. Nonobstant, le catalogue de Telemann est très vaste, éclectique, divers, car le compositeur a traité tous les genres, cherchant pour chacun a repousser les limites du cadre habituel. Personnalité appréciée, volontiers convivial, Telemann entretient un réseau de relations et d’amitiés enviables dont le nombre de villes germaniques partenaires de son anniversaire en 2017, témoigne. Les cités-étapes collaborent à la célébration en proposant de nombreuses manifestations  qui croisent aussi l’anniversaire Telemann et les festivités autour du 500ème anniversaire de la Réforme protestante : Telemann régna en maître incontesté sur la musique liturgique protestante comme aucun autre. LIRE notre portrait de Telemann (dossier spécial Telemann). 

http://www.classiquenews.com/lannee-telemann-2017/

VISITEZ LE SITE de l’Ensemble Sébastien de Brossard :

https://ensemblesebastiendebrossard.com

Comments are closed.