Jonas Kaufmann chante Lohengrin à Paris

Jonas Kaufmann est RadamèsPARIS, Opéra Bastille : Lohengrin, 18 janvier – 18 février 2017. Pour les 5 premières représentation annoncées en janvier 2017, le ténor le plus célèbre du monde et le plus subtil aussi, est annoncé sur la scène de l’Opéra Bastille dans le rôle du chevalier élu, soit les 18, 21, 24, 27 et 30 janvier prochains. Du moins s’il n’annule pas : car en raison de problèmes de santé, le ténor allemand a dû se retirer de la production des Contes d’Hoffmann d’Offenbach, le mois dernier – novembre 2016 / LIRE notre dépêche d’alors : “Grosse fatigue pour Joans Kaufmann”... La nouvelle production de Lohengrin à PARIS (mise en scène par Claus Guth) se poursuit ensuite jusqu’au 18 février 2017 avec Stuart Skelton, successeur de Kaufmann dans le rôle titre. Lohengrin, opéra conçu en 1848 à l’époque des révolutions européennes, sera créé après le tumulte, en 1850 à Weimar grâce à l’engagement de son ami et bientôt beau-père, Franz Liszt. Wagner est alors un compositeur fugitif, pourchassé en Allemagne, à cause de ses positions auprès des révolutionnaires. Fuyant Dresde (à l’issu des journées de mai 1849), Wagner rejoint Paris puis Zurich, où il se fixe jusqu’en 1860 : c’est là que désespéré et suicidaire, il ébauche le projet de son grand œuvre, La Tétralogie. Fresque déjà cinématographique d’une conception inouïe et inédite alors dont la réalisation sera possible après Tristan und isolde, au moment de sa double rencontre, – toutes deux miraculeuses dans sa vie, Cosima, la fille de Liszt, qu’il épousera, et surtout Louis II de Bavière, jeune monarque possédé par la poésie héroïque et médiévale du compositeur, lequel avec Tannhäuser, créé à Dresde en 1845, et Lohengrin, a définitivement élaboré l’opéra romantique germanique. Avec Genoveva de Schumann, exactement contemporaine de… Lohengrin, et comme ce dernier, créé après les révoltes de 1848.

 

 

 

L’échec d’Elsa, la perte de Lohengrin

 

Rienzi de WagnerDans Tannhäuser, Wagner précise la place du héros artiste, c’est à dire lui-même, incompris mais porteur d’avenir, qui est sauvé par l’amour d’une femme pure (Elisabeth). Avec Lohengrin, le héros est toujours porteur d’une mission salvatrice : sauver l’humanité mais sa rencontre avec une mortelle, Elsa (princesse de Brabant qu’il vient défendre chevaleresquement), se conclut par un échec : la jeune femme choisie par l’élu (descendu du ciel) se montre indigne de l’amour de Lohengrin… lequel, après avoir dévoilé son identité messianique et divine, rejoint le ciel.

 

 

Wagner : Lohengrinboutonreservation
 opéra romantique en 3 actes
d’après Parzival de Wolfram von Eschenbach, et Lohengrin de Nouhuwius

PARIS, Opéra Bastille, du 18 janvier au 18 février 2017

Jonas Kaufmann (janvier), Stuart Skelton (février), Lohengrin

Martina Serafin / Edith Haller, Elsa
Evelyn Herlitzius / Michaela Schuster, Ortrud
Wolfgang Koch / Tomasz Konieczny, Telramund…
Choeur et Orchestre de l’Opéra national de Paris
Philippe Jordan, direction

Claus Guth, mise en scène / Nouvelle production

 

 

 

Comments are closed.