CD, critique. VIVALDI : L’Estro Armonico. ARMONIOSA (2 cd Reddress, mai 2018).

vivaldi estro aronico armoniosa cd critique review redderess critique cd classiquenewsCD, critique. VIVALDI : L’Estro Armonico. ARMONIOSA (2 cd Reddress, mai 2018). Superbe geste collectif plein d’allant, de cohĂ©rence Ă©nergique, avec un soin apportĂ© Ă  l’équilibre instrumental. Le cycle entier des 12 concertos de l’opus 3 de Vivaldi rayonnent par leur entrain solaire, la volontĂ© d’articuler sans esbrouffe ni effets d’archet… qui est le lot commun de bon nombre d’autres interprètes, pas aussi scrupuleux. L’unitĂ© sonore est Ă©videmment prĂ©servĂ©e ici par le nombre des musiciens d’Armoniosa : du fait de la transcription pour ensemble de chambre rĂ©alisĂ©e par le claveciniste Michele BARCHI, ce sont 5 individualitĂ©s qui savent s’écouter, combiner chaque partie, rĂ©aliser une vision Ă  la fois expressive, poĂ©tique, habitĂ©e. On peut la penser très proche de ce qu’a pu entendre de son vivant Vivaldi, selon les possibilitĂ©s d’exĂ©cution. La partition gagne un relief et une prĂ©cision accrue du contrepoint.
C’est surtout un parcours expérimental où Vivaldi remet tout à plat à partir des cordes seules : la vie, l’exaltation, l’entrain, ici dépouillés de maniérisme et de calculs surinvestis, font merveille : l’activité de l’orgue soliste entre autres soutient constamment ce désir d’élévation et de sublimation rythmique de la forme (et qui passe aussi par les recherches de couleurs plus subtiles encore dues aux registrations de l’instrument).
L’honnêteté et la sensibilité du geste collectif font la différence, apportant à l’ensemble des concertos, une nouvelle définition de chaque ligne, une vitalité spécifique où palpite une singulière et saine caractérisation de chaque séquence.
L’énergie et l’inventivitĂ© du cycle allait durablement marquĂ© les propres recherches du jeune JS BACH, alors âgĂ© de 26 ans, quand il Ă©tait employĂ© Ă  Weimar comme organiste (1708 – 1717). Plus tard encore, Bach s’en souviendra pour la rĂ©alisation de son Concerto pour 4 claviers BWV 1065. Il y a donc la passation d’une vivacitĂ© inventive originelle, vivaldienne, dont les 5 instrumentistes d’Armonosia expriment l’allant et l’activitĂ© roborative. Il n’y a aucun doute que ces 12 Concertos publiĂ©s en 1711 Ă  Amsterdam, constituent la bible de tout le rĂ©pertoire baroque du XVIIIè europĂ©en.

CLIC D'OR macaron 200En s’éloignant des versions historiques en plus grand effectif, voilà qui contredit définitivement le mot réducteur et quelque peu dépréciatif de Stravinsky à l’endroit d’un Vivaldi ennuyeux et répétitif, qui aurait composé … plus de 500 fois « le même concerto » ! Vivaldi y varie le canevas et l’alternance des épisodes allegro / adagio, osant des notations nouvelles telles, « spiritoso » (RV522, Larghetto), « spiccato » (RV565, adagio et Largo). Passionnante relecture d’un pilier de la littérature baroque du premier XVIIIè. CLIC de CLASSIQUENEWS de septembre 2019.

________________________________________________________________________________________________

CD, critique. VIVALDI : L’Estro Armonico. ARMONIOSA (2 cd Reddress, mai 2018). Double cd, enregistrement rĂ©alisĂ© en Italie en mai 2018. CLIC de CLASSIQUENEWS de septembre 2019

________________________________________________________________________________________________

VIDEO TEASER
https://www.youtube.com/watch?v=BlE1UXqmpW0

Comments are closed.