CD, critique. VIVALDI : L’Estro Armonico. ARMONIOSA (2 cd Reddress, mai 2018).

vivaldi estro aronico armoniosa cd critique review redderess critique cd classiquenewsCD, critique. VIVALDI : L’Estro Armonico. ARMONIOSA (2 cd Reddress, mai 2018). Superbe geste collectif plein d’allant, de cohĂ©rence Ă©nergique, avec un soin apportĂ© Ă  l’équilibre instrumental. Le cycle entier des 12 concertos de l’opus 3 de Vivaldi rayonnent par leur entrain solaire, la volontĂ© d’articuler sans esbrouffe ni effets d’archet
 qui est le lot commun de bon nombre d’autres interprĂštes, pas aussi scrupuleux. L’unitĂ© sonore est Ă©videmment prĂ©servĂ©e ici par le nombre des musiciens d’Armoniosa : du fait de la transcription pour ensemble de chambre rĂ©alisĂ©e par le claveciniste Michele BARCHI, ce sont 5 individualitĂ©s qui savent s’écouter, combiner chaque partie, rĂ©aliser une vision Ă  la fois expressive, poĂ©tique, habitĂ©e. On peut la penser trĂšs proche de ce qu’a pu entendre de son vivant Vivaldi, selon les possibilitĂ©s d’exĂ©cution. La partition gagne un relief et une prĂ©cision accrue du contrepoint.
C’est surtout un parcours expĂ©rimental oĂč Vivaldi remet tout Ă  plat Ă  partir des cordes seules : la vie, l’exaltation, l’entrain, ici dĂ©pouillĂ©s de maniĂ©risme et de calculs surinvestis, font merveille : l’activitĂ© de l’orgue soliste entre autres soutient constamment ce dĂ©sir d’élĂ©vation et de sublimation rythmique de la forme (et qui passe aussi par les recherches de couleurs plus subtiles encore dues aux registrations de l’instrument).
L’honnĂȘtetĂ© et la sensibilitĂ© du geste collectif font la diffĂ©rence, apportant Ă  l’ensemble des concertos, une nouvelle dĂ©finition de chaque ligne, une vitalitĂ© spĂ©cifique oĂč palpite une singuliĂšre et saine caractĂ©risation de chaque sĂ©quence.
L’énergie et l’inventivitĂ© du cycle allait durablement marquĂ© les propres recherches du jeune JS BACH, alors ĂągĂ© de 26 ans, quand il Ă©tait employĂ© Ă  Weimar comme organiste (1708 – 1717). Plus tard encore, Bach s’en souviendra pour la rĂ©alisation de son Concerto pour 4 claviers BWV 1065. Il y a donc la passation d’une vivacitĂ© inventive originelle, vivaldienne, dont les 5 instrumentistes d’Armonosia expriment l’allant et l’activitĂ© roborative. Il n’y a aucun doute que ces 12 Concertos publiĂ©s en 1711 Ă  Amsterdam, constituent la bible de tout le rĂ©pertoire baroque du XVIIIĂš europĂ©en.

CLIC D'OR macaron 200En s’éloignant des versions historiques en plus grand effectif, voilĂ  qui contredit dĂ©finitivement le mot rĂ©ducteur et quelque peu dĂ©prĂ©ciatif de Stravinsky Ă  l’endroit d’un Vivaldi ennuyeux et rĂ©pĂ©titif, qui aurait composĂ© 
 plus de 500 fois « le mĂȘme concerto » ! Vivaldi y varie le canevas et l’alternance des Ă©pisodes allegro / adagio, osant des notations nouvelles telles, « spiritoso » (RV522, Larghetto), « spiccato » (RV565, adagio et Largo). Passionnante relecture d’un pilier de la littĂ©rature baroque du premier XVIIIĂš. CLIC de CLASSIQUENEWS de septembre 2019.

________________________________________________________________________________________________

CD, critique. VIVALDI : L’Estro Armonico. ARMONIOSA (2 cd Reddress, mai 2018). Double cd, enregistrement rĂ©alisĂ© en Italie en mai 2018. CLIC de CLASSIQUENEWS de septembre 2019

________________________________________________________________________________________________

VIDEO TEASER
https://www.youtube.com/watch?v=BlE1UXqmpW0

Comments are closed.