CD, critique. Influences : Bach, Chopin. Laurence OLDAK (1 cd Klarthe, 2018)

oldak influences chopin bach piano cd klarthe records critique cd classiquenewsCD, critique. Influences : Bach, Chopin. Laurence OLDAK (1 cd Klarthe, 2018). Immortel JS
 Bach demeure un modĂšle pour nombre de compositeurs aprĂšs lui. Et plus encore Ă  l’époque romantique quand naĂźt la redĂ©couverte du patrimoine musical ancien ; en tĂ©moigne Chopin qui ne se sentait mieux qu’aprĂšs avoir jouĂ© du Bach, en encore Liszt qui s’est passionnĂ© Ă  transcrire les Ɠuvres du Cantor (ici le PrĂ©lude et fugue BWV 543). Qu’on le joue comme maintenant au clavecin ou au piano, Bach respire la poĂ©sie et l’universel. La pianiste toulousaine Laurence Oldak nous le rappelle ici avec implication et de rĂ©els arguments. AprĂšs le premier opus dĂ©diĂ© Ă  Scriabine (Dialogue), son 2Ăš album chez Klarthe, intitulĂ© « Influences », remonte les eaux musicales en une gĂ©nĂ©alogie qui fait dialoguer les sensibilitĂ©s d’un siĂšcle Ă  l’autre, du XVIIIĂš au XIXĂš. Unificateur et explorateur, le jeu de la pianiste permet les confrontations, les filiations : tout un jeu en miroir ou en Ă©chos : Bach / Chopin, Bach / Busoni (qui transcrit ici « Ich ruf zu dir », confession, priĂšre Ă  la fois solitaire et assurĂ©e), Bach / Liszt dĂ©jĂ  citĂ©, et jusqu’à Carl Philip Emmanuel dont la pianiste restitue en fin de programme, le somptueux et presque grave Andante con tenerezza (Sonate Wq 65/32, de plus de 5mn).

Les Bach sont naturellement articulĂ©s, chantants mĂȘme : ils coulent comme courre l’onde d’un fleuve ocĂ©an, toujours caractĂ©risĂ© et revivifiĂ© Ă  travers ses danses enchaĂźnĂ©es (5 Ă©pisodes pour la Partita n°2 BWV 826 qui ouvre le rĂ©cital). L’élĂšve de Lucienne Marino-Bloch, elle-mĂȘme Ă©lĂšve de Michelangeli, – heureuse filiation, « ose » jouer et rĂ©ussir ici la Sonate n°3 opus 58 de Chopin, un dĂ©fi pour tout interprĂšte : Ă  travers les modulations tĂ©nues des harmoniques, aux reflets miroitants si chantants, jaillit cette lumiĂšre qui est force vitale ; la pianiste en fait vibrer le tragique sublimĂ© ; Chopin vient de perdre son pĂšre – un choc comme ce fut le cas pour Mozart, perdant le sien pendant la composition de Don Giovanni. A Nohant en 1844, prĂšs de Sand, Chopin, en lion de la nuit, exprime un indĂ©fectible goĂ»t de vivre : voilĂ  ce que nous fait Ă©couter le jeu tout en souplesse de Laurence Oldak. L’exaltation lyrique du premier mouvement, en son extension mĂ©lodique au bord de l’allongement mais d’une portĂ©e intĂ©rieure quasi schubertienne, s’exprime avec libertĂ© ; le Scherzo jubile, volubile et libre comme une rĂ©miniscence heureuse de Mendelssohn
 le Largo plonge dans les entrailles funĂšbres (marche) du musicien qui se vit comme un exilĂ©, vivant certes, mais dĂ©chirĂ© ; tandis que le dernier Ă©pisode Finale / presto non tanto, assĂšne ses explosions furieuses, tissant l’une des pages les plus puissantes, les plus Ă©perdues, et aussi les plus exaltĂ©es de Chopin. Le CPE qui suit et conclut le programme sonne comme un adieu d’une absolue sĂ©rĂ©nitĂ©, Ă  la fois simple, dĂ©pouillĂ©, d’une sobre profondeur. TrĂšs beau rĂ©cital.

________________________________________________________________________________________________

CD, critique. Influences : Bach, Chopin. Laurence OLDAK (1 cd Klarthe, 2018)

Comments are closed.