CD critique. GIOVANNI LORENZO LULIER : CANTATE E SONATE – Francesca Boncompagni, soprano. Accademia Ottoboni, Marco Ceccato (violoncelle et direction) / 2017 – 1 cd Alpha

CD critique. GIOVANNI LORENZO LULIER : CANTATE E SONATE – Francesca Boncompagni, soprano. Accademia Ottoboni, Marco Ceccato (violoncelle et direction) / EnregistrĂ© en novembre 2017 (Italie) – 1 cd Alpha 406

lulier giovanni lorenzo cantates ottoboni cd ALPHA review critiqie cd par classiquenews compte renduALPHA nous rĂ©gale en entretenant cette flamme pour l’exploration intacte de partitions et de compositeurs baroques oubliĂ©s. Voyez ce Lulier actif Ă  Rome Ă  l’époque des cĂ©nacles patriciens, quand au dĂ©but du XVIIIĂš, Corelli marque un Ăąge d’or musical
 qui attire aussi le jeune Haendel. Probable pilier de l’activitĂ© artistique privĂ©e Ă  Rome, GL Lulier dit « Giovanni del Violone », s’affirme comme compositeur pour la voix (et ici la musique concertante d’oĂč ses Sonates pour violon, violoncelle et continuo).
Les quatre cantates rĂ©vĂ©lĂ©es dans ce programme rĂ©jouissant (propres aux annĂ©es 1690) attestent d’un tempĂ©rament fort, original, qui aime Ă©videmment la ligne vocale, un certain esthĂ©tisme languissant, mais aussi une expressivitĂ© qui suit trĂšs scrupuleusement les mĂ©andres du texte. Lulier sert alors le Cardinal Ottoboni. Comme le peintre Caravage a su rĂ©pondre au goĂ»t rĂ©aliste et tĂ©nĂ©briste des cardinaux romains un siĂšcle auparavant (dans les annĂ©es 1590), pour le cardinal Del Monte alors, Lullier, 100 ans plus tard, rĂ©chauffe encore ce goĂ»t raffinĂ© d’une Ă©lite particuliĂšrement cultivĂ©e : apprĂ©ciant fusionner musique et poĂ©sie.

Rien n’est nĂ©gligĂ©. La forme donc, et aussi le sens. Le verbe poĂ©tique, Ă  plusieurs lectures Ă©videmment occupe l’écriture de Lulier, familier des nombreuses AcadĂ©mies / Accademie romaines (dont la plus prestigieuse, l’Accademia dell’Arcadia, fondĂ©e entre autres par Ottoboni), qui stimulent les amateurs, souvent patriciens, voraces quand Ă  l’idĂ©al esthĂ©tique qui associe le mot, le sens, la note. Le sentiment d’amour (Cantate 1 : « Amor, di che tu vuoi »), la passion trahie qui mĂšne au suicide (Cantate 4 : « La Didone » de 1692) sont les sujets qui passionnent la bonne sociĂ©tĂ© lettrĂ©e rĂ©unie en son cĂ©nacle ou plutĂŽt acadĂ©mie par le Cardinal Ottoboni.
RĂ©vĂ©lĂ© par ce programme ardemment dĂ©fendu, Lulier a servi la cour du cardinal Benedetto Pamphili, et a commencĂ© comme violoniste dans l’orchestre de Corelli. Il fournit aux sĂ©ances acadĂ©miques d’Ottoboni, et aussi Ă  ses conversazioni hebdomadaires, cantates et sonates (dans le style corellien
 forcĂ©ment) pour la dĂ©lectation des auditeurs, une Ă©lite bien nĂ©e. Lulier sĂ©duit car il sait expĂ©rimenter (Ă©crivant certaines cantates pour voix
 et violoncelle, ainsi la cantate dĂ©jĂ  citĂ©e : « Amor, di che tu vuoi », priĂšre Ă  l’élue dont le poĂšte Ă©pris, languissant voire en souffrance car captif, loue la beautĂ© des « yeux noirs » qui l’ont ensorcelĂ© : d’oĂč le visuel de couverture…). Lulier inspirĂ© par le poĂšme de Fiduro Maniaco, membre de l’Arcadia, Ă©voque la passion solitaire et fatale de la reine de Carthage, qu’abandonne EnĂ©e, Ă  travers un ample lamento, au caractĂšre dĂ©ploratif et grave. Didon se lamente, maudit puis se suicide (dans l’ultime rĂ©citativo).

« Ferma alato pensier, ferma il tuo volo » / Suspend, penser ailĂ© ton vol
, crĂ©Ă© par le sopraniste castrat du pape le cĂ©lĂšbre Andrea Adami, devant Ottoboni en septembre 1693, mĂȘle arioso (au dĂ©but) et arias majoritairement da capo. La voix articulĂ©e, engagĂ©e est accompagnĂ©e par le continuo avec violoncelle. Le texte Ă©voque les souffrances d’un cƓur lui aussi envoĂ»tĂ© / emportĂ©, qui supplie Amour / Cupidon d’ĂȘtre offert enfin Ă  
 Tircis. L’écriture est habile, ses figuralismes servent Ă©troitement parcours et labyrinthe amoureux des textes. VoilĂ  une remarquable « rĂ©vĂ©lation » qui justifie totalement le prĂ©sent cd.

 

 

 

——————————————————————————————————————————————————

CD critique. GIOVANNI LORENZO LULIER : CANTATE E SONATE – Francesca Boncompagni, soprano. Accademia Ottoboni, Marco Ceccato (violoncelle et direction) / EnregistrĂ© en novembre 2017 (Italie) – 1 cd Alpha 406

Comments are closed.