Cd, compte rendu critique. Purcell : Devotional songs & anthems. La Rêveuse (1 cd Mirare)

purcell la reveuse florence bolton benjamin perrot cd devotional songsCd, compte rendu critique. Purcell : Devotional songs & anthems. La Rêveuse (1 cd Mirare). Pour 3 voix d’hommes, le cycle intitulé Devotional songs & anthems par Purcell,  appartiennent au corpus encore méconnu de l’Orfeo britannique, or la difficulté vertigineuse des parties vocales suppose des chanteurs de premier plan. Qui furent-ils ? On connaît la profondeur et la compassion irrésistible des oeuvres funèbre et sombres d’un Charpentier et plus tard d’un Haendel (en particulier inspiré par la perte de sa protectrice la Reine Caroline). Purcell, compositeur habité par la mort et le deuil (dans sa vie, dans les thématiques aussi développées par ses œuvres dont évidemment l’éblouissant lamento de Didon dans Dido & Aeneas de 1684) se révèle d’une justesse mordante créant à travers les airs composés et réunis ici, une poétique funèbre d’une ampleur inédite.

Esthétiquement, le style et l’inspiration, le caractère général des pièces empruntent à la poétique du clair obscur ou plutôt de la pénombre, dont le halo médian exprime le voile du deuil, de la déploration, de la compassion et de la prière : ici chante par les instruments et les voix unies, la lyre regrettant la fragilité et la vanité des existences humaines. Au geste millimétré, ciselé des instrumentistes de La Rêveuse revient le mérite d’en éclairer la souple éloquence introspective, faite de réflexion, de méditation, de regrets et aussi d’espérance.

Voix de l’ombre, prières de l’impuissance

CLIC D'OR macaron 200Les 3 voix d’hommes se complètent astucieusement ; réserve cependant à la basse Geoffroy Bussière, moins nuancé, plus carré et droit que le sentiment vertigineux parfois déployé par ses deux partenaires, totalement habités, investis par la gravité poétique des textes. Fin diseurs, sachant canaliser la tentation du théâtre, Marc Mauillon et l’excellent ténor Jeffrey Thompson, indiquent clairement une sensibilité inouïe, inspirée en Angleterre par le deuil et l’incontournable mort. Le travail suggestif sur le texte rappelle ici les avancées des Baroqueux depuis leur révolution des années 1970. Mais génération nouvelle jouissant d’une liberté assumée et pleinement conquérante, l’interprétation gagne ici en éloquence fluide, en précision dynamique à la fois réjouissante et bouleversante.

Les instrumentistes de La Rêveuse, conduits par le duo fondateur Florence Bolton et Benjamin Perrot, enchantent par leur délicatesse allusive, leur geste d’une fragilité humaine très juste.

reveuse-purcell-cd-review-critique-cd-classiquenews-CLIC-de-classiquenews-octobre-novembre-2015Palpitants, précis, impliqués, les deux chanteurs les plus méritants, Jeffrey Thompson et Marc Mauillon expriment les aspirations individuelles, non dépourvues de rébellion comme de résistance face à l’implacable Faucheuse ; réactions des âmes ferventes et concernées : leurs timbres associés agissent, réagissent, interagissent avec une vivacité sobre et égale ; ils commentent naturellement l’implacable effusion des songs (Since God so tender a regard Z143, plage 3 de près de 5mn ; ou les sublimes Anthem Belssed is he that considereth the poor Z7, puis surtout With sick and famish’d eyes Z200…). Le génie de Purcell, premier auteur pour l’opéra baroque anglais se dévoile en une épure qui relève de l’économie la plus affûtée. L’écriture dramatique de Purcell enserre chaque mot en une déclamation sobre et puissante, d’une précision percutante, révélant la force des images des textes (éperdues, radicales) : pour preuve, l’itinéraire étouffant mais solaire du Z200, sommet de ce programme vocal: gorge serrée, genoux fléchis, le fervent terrassé adresse son (impuissante) et tendre prière, mais même plein d’espérance, s’affaisse, mort (bouleversant Jeffrey Thomson).

En bonus, l’écoute demeure en terre de mélancolie grâce aux pièces purement instrumentales de Godfrey Finger (Sonate et Divisions), violoniste morave résidant à Londres à l’époque de Purcell. Investi, défricheur, cohérent, le programme nouveau de la Rêveuse éblouit par sa musicalité, ses puissantes allusions funèbres. CLIC de classiquenews de novembre 2015

CD, compte rendu critique. Henry Purcell: Devotional songsPièces pour voix d’hommes Z 133, 140, 143, 142, 7, 189, 144, 200, 13.  Godfrey Finger : Sonate en ré mineur RI-148 ; Division n°8 en sol majeur ; Division en sol mineur RI-140. Avec Jeffrey Thompson (ténor), Marc Mauillon (ténor), Geoffroy Bussière (basse). Ensemble La Rêveuse : Florence Bolton (basse de viole), Pierre Gallon (clavecin et orgue), Benjamin Perrot (théorbe) 1 cd Mirare MIR 283 (durée : 1h10).

Illustration : Florence Bolton, Benjamin Perrot, Jeffrey Thompson (DR)

Comments are closed.